Accueil Vivre tout simplement - Par Martin Gagnon Vivre tout simplement

Vivre tout simplement

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

   Le philosophe Elmer Hubbard disait : «  Tout individu est un parfait imbécile pendant au moins cinq minutes par jour. Le sage réussit à ne pas dépasser cette limite. »

 

Le sot se met en colère pour le moindre reproche, mais l’homme intelligent s`efforce de profiter des critiques qu’on lui adresse, de s’instruire grâce aux arguments que ses adversaires lui opposent.

« Nos ennemis s’approchent plus de la vérité dans les jugements qu’ils font de nous, que nous n’en approchons nous-mêmes. » Nous tous devrions toujours faire bon accueil et usage à ce genre de critiques, étant donné que nous pouvons espérer avoir raison tout au plus trois fois sur quatre. Einstein, le plus grand penseur de notre époque, admet, que ses conclusions sont fausses quatre-vingt-dix-neuf fois sur cent!

 

Très souvent, quand on nous critique, on prend automatiquement une attitude méfiante, on prépare une riposte avant même d’avoir la moindre idée de ce que l’on va nous reprocher. Nous avons tous une tendance innée *(de naissance)    à ressentir les critiques, à « gober » les éloges, sans chercher à savoir si les critiques ou les éloges sont justifiés. L’homme n’est pas une créature logique, mais un être dominé par ses émotions. La plupart des hommes ont une assez bonne opinion d’eux-mêmes, ils sont satisfaits de ce qu’ils sont. Cependant, plus tard, s’ils songent à regarder en arrière, ils riront peut-être de ce qu’ils étaient.

 

 

Nous avons vu ce qu’il convient de faire lorsqu’on est critiqué injustement. Voici maintenant une autre idée : quand la colère nous envahit parce que vous sentez qu’on vous attaque injustement, essayez donc de vous dire :

« Pas si vite… après tout, je suis loin d’être parfait. Si Einstein* admet qu’il se trompe quatre-vingt-dix-neuf fois sur cent, il se peut que moi, je me trompe, mettons, quatre-vingts  fois sur cent. Peut-être que ces critiques sont justifiées. Alors, je devrais m’en montrer reconnaissant et m’efforcer d’en tirer profit.»

Il faut évidemment une certaine grandeur d’âme pour avoir la force de faire taire son amour-propre, de renoncer à toute vanité et accepter ces critiques comme un cadeau. Puisque personne ne peut prétendre à la perfection, nous pouvons même solliciter des critiques franches, utiles et constructives.

Regardons-nous dans un miroir pour voir si, après-tout, nous ne faisons pas partie de cette catégorie d’hommes capables de se corriger eux-mêmes.

  • Albert Einstein : 1819-55, Théorie de  la relativité

Cliquez ici pour voir les publications passées du recueil.

Suite du recueil «Vivre tout simplement» à venir dans trois jours…

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Martin Gagnon
Originaire de Lac-Humqui au Québec, il y a quelques années, j’ai rédigé un recueil pour mes garçons. Au travers de cette publication, j’ai voulu présenter à mes fils ma façon de voir la vie et ma compréhension de certains textes tirés ici et là au cours de mes lectures. Je vous présente ce recueil en petites portions aux trois jours, bonne lecture!
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message