Accueil Veilleur, où en est la nuit ? Par Soeur Mariam Jacob Loi bénie du talion !

Loi bénie du talion !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Un petit mot pour tenter d’effacer … ou pour ouvrir un espace sans fin sur des mal compréhensions voulues par les uns et reçues en toute bonne foi par beaucoup… mais que de maux engendrés, alors que c’est si simple !

Je veux parler de cette célèbre phrase, si mondialement mise en œuvre par des « sans foi ni lois » et des « croyants convaincus », laissant aux « passeurs de flambeau » les inconvénients de ce qu’on pourrait appeler : « une mauvaise pub » ou « un coup bas », parmi d’autres d’ailleurs. : « Œil pour œil, dent pour dent ! »

Alors, comme pour jeter une fleur sur tant de larmes étonnées, je dépose négligemment quelques mots d’allégresse dans ce texte, parce qu’après tant de siècles sur une mauvaise mélodie, j’ai goûté la satisfaction de voir la « prunelle » comme s’accrochant au phare !

Non ! tous mes frères, Dieu n’est pas un « homme politique », « Il ne reconnaît pas qu’Il s’est trompé », et ce n’est pas à Lui d’apprendre notre « langage », mais à nous d’apprendre le sien, « à l’oreille », comme on dit si « vraiment » ! Nous avons déformé la « Loi du talion », parce que ça « nous arrangeait ! Si seulement !!!

Ainsi, j’ai tendu l’oreille et le « maître » m’a dit : « mon enfant, œil pour œil, ça signifie que tu dois « au moins » rendre un œil pour un œil volé, au moins une dent, pour une dent volée ! ». Et cela s’appelle la « réparation » chez Saint Thomas, bien commenté pour les assoiffés de précisions, mais qui en oublient la « réalisation » ! faut-il se croire dispensés d’être magnificents ?

Et une fois de plus, nous voilà loin de nos millénaires combats vengeurs plutôt dix fois qu’une ! Et pourquoi l’homme tient-il a rester « petitement mesquin », alors qu’il tient dans sa main, mais sans la voir ni la considérer, sa « toute-puissance » en puissance ?

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message