Accueil Veilleur, où en est la nuit ? Par Soeur Mariam Jacob Harlem, Dieu nous parle !

Harlem, Dieu nous parle !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Comment ne pas être « blessé » du refus du Vatican à signer (a-t-on publié…), la « charte des droits des handicapés » avec l’ONU, quelle que soit la « bonne raison » de ce refus ! La bonté qui blesse des « frères » déjà détruits, doit donner ses « bonnes raisons », car, comme disait Thérèse la Carmélite : « il y a des blessures qui ne guériront qu’au Ciel » !
La nuit, il m’arrive d’écouter la TV… et j’aime, car les gloutons du sexe, des films non violents de tueries virtuelles et autres produits de riches désabusés qui aiment « mourir de peur », et qui ensuite s’étonnent de la « conduite en zig-zag » de notre jeunesse, laissent enfin Dieu prendre la Parole, dans son Désert !
Cela m’a confortée, après un combat « délirant » en faveur des « personnes » handicapées de nos pays riches, d’abord… car c’est tellement « délirant » que nos concitoyens croient devoir dire « personnes handicapées »… et les font croire très bien prises en charge par « le social »… mais je n’arrive pas à trouver l’email du social sur Internet, et jusque sur Dieu.com, Jesus.com, on vous apprend que « tout va bien » !
Je veux réparer un raccourci qui risquerait d’être mal compris : Le Pape et son Collège appellent quotidiennement à « faire gaffe aux frères handicapés », merci Saint Père ! Si vous me lisez, je vous fais savoir qu’il y a des « trous noirs » dans la distribution des « dons » en faveur de la vie « supportable » !
Mais bref, je voulais surtout dire, que je me suis branchée sur DieuestaHarlem.cry…et par la bouche d’un petit frère black, à qui un riche cameraman posait la question : « tu veux faire quoi plus tard ? », Dieu a répandu sur ses lèvres charnues cette rosée pour les riches : « Plus tard ? je veux faire « Vivant » ! Merci, mon Dieu.Harlem, c’était son « Cri » au Monde !
Mariam Jacob.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message