Petite fable pour un petit matin. La santé est une banque d’où il faut retirer le prix des plaisirs qu’on achète. S’ils sont trop fréquents, le banquier a le regret de nous annoncer notre ruine.

Si malgré tout cela, on continue, les dettes qui s’accumulent nous conduisent en justice, et nul ne se plaindra de notre perte. Santé et fortune sans droiture mènent à l’esclavage. Si je m’aime vraiment, je dois respecter mon corps.

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 14 May 2021 par › Planète Québec

    Jouasse

    Farceur- Boute-en-train- Personne qui aime à s’amuser et à jouer des tours. ” Mon gran...Readmore
  • 14 May 2021 par › Planète Québec

    Le travail :

    – Travailler dur n’a jamais tué personne, mais pourquoi prendre le risque? (Edgar Berge...Readmore
  • 13 May 2021 par › Planète Québec

    Sportif

    À Sydney pendant les olympiques on vendait des préservatifs olympiques, un jeu de trois. Le gars e...Readmore