Le PQ s’oppose à l’interdiction des motoneiges dans les parcs. Selon le PQ, cette interdiction va porter un coup très dur à l’économie des régions.

Manifestement, la ministre de l’Environnement “n’a aucune idée” de la réalité économique des régions, a soutenu le député de Chicoutimi, Stéphane Bédard.

“Je comprends qu’ils (les libéraux) n’ont pas beaucoup de députés dans les régions ni dans la couronne nord de Montréal, mais il y a une limite à l’incompétence. Quelqu’un, quelque part, aurait dû leur expliquer que la décision aura un impact sur des dizaine de milliers de personnes”, a poursuivi le député de Chicoutimi.

Interpelée par des groupes de pression environnementalistes, la ministre Beauchamp a fait savoir la semaine dernière que le gouvernement interdira l’accès des motoneigistes aux parcs nationaux dès l’an prochain.

Ce faisant, la ministre montréalaise répond au souhait formulé par des organismes comme les conseils régionaux de l’environnement, Nature Québec et Aventure écotourisme Québec. Ces groupes avancent que la circulation des motoneiges “détériore le milieu” en plus d’être une source de “pollution sonore” pour les promeneurs.

Avec succès, ils ont persuadé Mme Beauchamp d’appliquer à la lettre la législation sur les parcs qui interdit, depuis 2000, la pratique des “sports motorisés” dans les secteurs en conservation.

Par conséquent, à compter de l’an prochain, les motoneiges seront bannies des cinq parcs du Québec où elles étaient encore tolérées, soit les parcs du Mont-Tremblant, de Plaisance, d’Oka, du Mont-Orford et des Monts-Valin.

Mais de l’avis du PQ, la ministre Beauchamp ne peut pas d’un seul claquement de doigts décider du sort d’un loisir qui génère des retombées économiques annuelles de 700 millions $ au Québec. “Elle a pris une décision ‘ex-cathedra’, au mépris de tous les utilisateurs (des parcs) et de toute l’industrie touristique. La réalité, c’est que les touristes adeptes de la motoneige aiment aussi avoir accès au plus beaux endroits du Québec, y compris dans les parcs”, a fait valoir M. Bédard.

En se rangeant sans la moindre consultation du côté des groupes anti-motoneige, la ministre n’a fait que braquer les utilisateurs des parcs nationaux les uns contre les autres, croit le député.

Or, a-t-il argué, la cohabitation harmonieuse entre les raquetteurs, les skieurs, les promeneurs et les adeptes de la motoneige est tout à fait possible. “Il faut tenir compte de la réalité de notre territoire. Nous avons un territoire immense. Il doit être possible d’accommoder les uns et les autres”, a souligné le député.

Le porte-parole péquiste propose plutôt la tenue d’une consultation publique, où l’ensemble des utilisateurs des parcs seraient conviés à la même table pour trouver des solutions aux irritants et aux problèmes de cohabitation.

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 24 February 2021 par › Planète Québec

    C’est l’amour…

    Une dame est dans le coma depuis quelque temps. Un jour son mari lui caresse le sein gauche et, à s...Readmore
  • 24 February 2021 par › Planète Québec

    Ciboulot

    Cerveau. ” Le grand Marcel, il avait vraiment le ciboulot fêlé, avec toute la bagosse(alcool...Readmore
  • 23 February 2021 par › Planète Québec

    Guichet automatique à l’auto

    LUI : 1. S’approche du guichet 2. Rentre sa carte 3. Compose son numéro d’identificatio...Readmore