Pensiez-vous trouver des francophones à Terre-Neuve?  Eh bien oui!  Voici ce que j’ai trouvé dans  mes recherches…

Les francophones de Terre-Neuve et de Labrador ne forment que 0.5% de la population totale.  Voici comment ils réussissent tout de même à garder leur langue et leur culture vivantes…

On dénombre 750 francophones de la péninsule de Port-au-Port vivant principalement dans la région de la baie Saint-Georges, au sud-ouest de l’île de Terre-Neuve; ils comptent pour plus de 15 % de la population locale, principalement à Grand’Terre et à l’Anse-à-Canards.

La Grand’Terre, est un petit village où des pêcheurs français ont réussi à s’établir.  En effet, on leur permettait de pêcher sur la « French Shore », mais on leur interdisait de s’y établir de façon permanente.  Quelques pêcheurs français qui ne voulaient pas retourner en France se sont établis à un endroit qu’ils appelaient « La Grand’Terre », échappant ainsi aux autorités.

On y trouve toujours une population francophone, et ils ont même réussit à ériger la première école francophone de la province en 1984.  Il y a aussi le Centre scolaire et communautaire Sainte-Anne englobe la plupart des services du village, incluant en autres l’École Sainte-Anne, l’Association régionale de la côte Ouest (ARCO), une école pré-maternelle, l’association de l’Héritage de l’Île Rouge et un centre d’accès communautaire (Internet).  On y trouve également une chapelle où les membres de la paroisse Catholique Sainte-Anne se réunissent.

Un peu plus au nord, on compte des francophones à Stephenville et à Corner Brook. La plupart de ces francophones ont des Acadiens comme ancêtres.

Dans la péninsule d’Avalon, il y a près de 700 francophones, ce qui inclut la région métropolitaine de St. John’s. Cette communauté tire son origine de l’apport des Acadiens des autres provinces Maritimes, des francophones du Québec, des Français de Saint-Pierre-et-Miquelon et d’un certain nombre d’Africains.  Le Labrador compte également une population de quelque 700 francophones, appelés Franco-Labradoriens, notamment dans les villes minières de Labrador City, de Wabush et de la base militaire d’Happy Valley-Goose Bay.

Dans ma prochaine chronique, je vous entretiendrai des francophones de la Nouvelle-Écosse.

Plus dans la section

Myriam-Andrée LeBel

Uncategorized

Related Post
  • 2 September 2020 par › Myriam-Andrée LeBel

    Terre-Neuve et Labrador

    À chaque semaine, je vous propose une découverte de communautés canadiennes francophones qui ont ...Readmore
  • 5 August 2020 par › Myriam-Andrée LeBel

    La francophonie en Amérique

    C’est en 1534 que Jacques Cartier pose les pieds pour la 1re fois en Amérique, sous les ordres du...Readmore
  • 14 February 2017 par › Myriam-Andrée LeBel

    Le pouvoir d’une caresse

    C’était par un beau matin, un matin comme les autres. Je me suis fait réveillée de bonne he...Readmore