Le Conference Board du Canada recommande que les consommateurs paient pour l’eau qu’ils utilisent en fonction du coût réel d’approvisionnement.

Selon un rapport publié par le Conference Board, « un changement de culture s’impose » dans notre façon de gérer notre réseau d’alimentation en eau. L’organisation propose de demander aux consommateurs d’assumer le coût complet de l’approvisionnement en eau, y compris les dépenses liées aux infrastructures.

Actuellement, la majorité des Canadiens paient moins de 0,02 $ le litre pour leurs services d’eau et d’égouts.

L’établissement d’un prix à partir du coût complet indiquerait clairement aux consommateurs ce qu’il en coûte pour assurer l’approvisionnement en eau et inciterait encore plus ces derniers à réduire leur consommation. Une mesure élémentaire consisterait à mettre en place immédiatement un système universel de compteurs d’eau.

Rappelons que dans plusieurs municipalités, les réseaux d’eau et d’égouts ont été construits entre les années 1950 et 1970 et doivent aujourd’hui être remplacés.

De nombreuses municipalités ne sont pas préparées à faire assumer les coûts aux consommateurs, menant ainsi à un important déficit de se creuser dans les infrastructures.

Selon le Conference Board, l’établissement d’un prix à partir du coût total changerait notre approche à l’égard de la gestion de l’eau, car cela aurait pour effet de délaisser les économies à court terme pour privilégier la qualité et la durabilité du service à long terme.

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 8 March 2021 par › Planète Québec

    Ciboulot

    Cerveau. ” Le grand Marcel, il avait vraiment le ciboulot fêlé, avec toute la bagosse(alcool...Readmore
  • 8 March 2021 par › Planète Québec

    A la pharmacie

    Le soir, quand les pharmacies sont fermées, les boîtes se parlent entre elles sur les tablettes. V...Readmore
  • 7 March 2021 par › Planète Québec

    Encore quelques pensées… (suite)

    L’homme a créé Dieu, le contraire reste à prouver (S.Gainsbourg) L’avenir n’est...Readmore