Bon matin chères lectrices et chers lecteurs,

Il m’arrive de porter un rêve avec moi toute une journée. Parfois, si j’ai l’impression que mon rêve reviendra ou si je veux mieux le comprendre, je m’assois, je l’écris et j’imagine une fin autre… je le boucle. Pour moi, c’est très aidant.
……………………………………………………..
À vrai dire, de tout temps, le rêve a intrigué les hommes et ceux-ci ont toujours cherché à en décoder les messages : 3000 ans avant notre ère, on pratiquait déjà l’interprétation prophétique et l’application thérapeutique du rêve en Mésopotamie.

Le rêve est-il l’expression de l’inconscient du rêveur (Freud) ou bien un message venu d’ailleurs ? Inconscient collectif (Jung), message “transpersonnel” (Grof, Descamps), qui expliquerait les rêves prémonitoires ?
Ou bien n’est-il qu’un phénomène biologique naturel (Jouvet, Dement, Hobson) ?

Perls, le père de la Gestalt-thérapie, déclarait même que l’analyse détaillée d’un seul rêve pourrait nourrir toute une thérapie !

Freud considérait que “les rêves ont un pouvoir de guérison, de soulagement”. Pour Freud, le rêve n’est pas un message transcendant d’en-haut, mais un message immanent d’en-bas, en provenance du “continent noir” des pulsions inconscientes.

Jung va lui redonner une valeur plus élevée en lui attribuant non seulement des causes psychologiques ou biographiques, mais une perception inconsciente du fonds culturel commun de l’humanité. Pour lui, les rêves s’étendent sans discontinuité vers le passé, mais aussi vers l’avenir : le rêve ne cache pas quelque désir refoulé, mais au contraire révèle des données de l’inconscient collectif et peut même revêtir une signification ésotérique.

L’approche psychanalytique a dominé entre les années 1900 et 1960 ; mais il n’en est plus de même aujourd’hui — notamment à la suite des travaux du Français Michel Jouvet.

L’homme rêve, en moyenne, pendant 20 % de son temps de sommeil, soit environ 100 minutes chaque nuit — cela qu’il s’en souvienne ou pas. On sait que tout le monde rêve, mais huit minutes après le réveil, 95 % du contenu des rêves a déjà été oublié !

Le fœtus commence à rêver in utero, dès le 7e mois de la grossesse (donc, bien avant d’avoir des souvenirs conscients “censurés” à refouler — selon l’hypothèse périmée de Freud) et le nouveau-né continue de construire ainsi son cerveau pendant 60 % de son temps. La femme enceinte double d’ailleurs son temps de rêve pour “accompagner” la neurogénèse de son enfant. Ainsi, il n’est pas exclu qu’une partie de ces rêves permette la transmission inconsciente de certaines expériences de sa vie, contribuant à la fameuse “hérédité des caractères acquis”.

On a baptisé le rêve « le cordon ombilical de l’espèce » : il transmet les comportements fondamentaux nécessaires à la survie. Mais, il les enrichit et les met à jour par l’enregistrement des acquis de l’expérience, permettant ainsi « l’individuation » et la construction de la personnalité — somme de l’inné et de l’acquis.

Source :
Serge Ginger
…………………………………………………..

Il y a tant de sujets intéressants dans cette vie…

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 1 March 2021 par › Planète Québec

    Le souper

    Le jeune couple reçoit à souper le patron du mari. Avant de passer à table, le patron s’adr...Readmore
  • 1 March 2021 par › Planète Québec

    Accord entre les 2 Corées

    La Corée du Sud a annoncé mettre plus de 4 millions de dollars à disposition du premier projet po...Readmore
  • 1 March 2021 par › Planète Québec

    Jouasse

    Farceur- Boute-en-train- Personne qui aime à s’amuser et à jouer des tours. ” Mon gran...Readmore