Un satellite espion américain est sur le point de s’écraser sur Terre, suscitant des inquiétudes sur une possible pollution de l’atmosphère ou du lieu d’impact, renforcées par l’épais mystère ayant toujours entouré ce programme depuis sa conception.

Le Pentagone a confirmé dimanche que le satellite était en train de quitter son orbite mais refuse de commenter l’éventuelle présence de substances toxiques à bord. Les journaux américains en parlent beaucoup.

Les Etats-Unis disposent du réseau de satellites espions le plus dense au monde. Il leur permet de mener une guerre d’un nouveau type, renonçant au tapis de bombes qui a longtemps caractérisé leur stratégie militaire pour des frappes chirurgicales d’objectifs définis au décimètre près depuis l’espace.

Les caractéristiques de ces satellites, dont le prix unitaire dépasse le milliard de dollars, sont secrètes. Certains sont dotés d’un télescope optique, d’autres d’un radar. Certains fonctionnent en paire, ce qui permet de reconstituer des images en relief des zones observées.

Pour répondre aux besoins des militaires, les satellites espions sont amenés à faire de fréquentes corrections d’orbite. Cette exigence implique que leurs satellites disposent de réserve d’énergie plus importantes que la plupart des autres engins qui sillonnent l’espace au dessus de la Terre.

L’hydrazine, une substance chimique hautement toxique, est le carburant de choix pour les moteurs de satellites “classiques”. Cette substance irritante attaque le système nerveux central et peut être mortelle à forte dose. Elle se dégrade toutefois rapidement sous l’effet de la chaleur et des rayons ultra-violets.

Le nucléaire est une autre option utilisée pour la propulsion des satellites, avec des piles fonctionnant au plutonium ou à l’uranium enrichi.

Cette technologie est normalement utilisée pour des sondes amenées à s’éloigner de la Terre, alors que les satellites espions sont positionnés en orbite basse, pour pouvoir capter un maximum de détails.

Mais le recours au nucléaire permettrait d’augmenter la manoeuvrabilité et de prolonger la durée de vie d’un satellite espion, ce qui ne pas un mince argument au vu du coût très élevé de ce type d’équipement.

En janvier, 1978, un satellite espion russe (Cosmos 954), mu par un réacteur nucléaire, s’était écrasé dans les immensités désertiques du grand Nord canadien.

Un de ses successeurs, Cosmos 1402, s’était désintégré dans l’atmosphère en février 1983 au dessus de l’océan Indien, mais des traces de son plutonium avaient été détectées jusque que dans la neige tombée sur l’Arkansas.

Espérons que le satellite qui est plus gros qu’une voiture tombe dans l’Océan.

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 2 March 2021 par › Planète Québec

    Environnement : Greenpeace blâme Nintendo

    Technologie – Greenpeace publie la sixième édition de son palmarès des fabricants les plus ...Readmore
  • 2 March 2021 par › Planète Québec

    Ciboulot

    Cerveau. ” Le grand Marcel, il avait vraiment le ciboulot fêlé, avec toute la bagosse(alcool...Readmore
  • 2 March 2021 par › Planète Québec

    Le Pape et le président

    Le Président Clinton et le Pape meurent le même jour. Le Pape se retrouve en Enfer alors que le pr...Readmore