Bonjour chères lectrices et chers lecteurs,

J’avais lu, il y a déjà quinze ans peut-être, un livre qui s’intitulait La présence déserte et son auteur était un M. Vernaison, je crois… Je ne suis pas certaine du titre ni de l’auteur. C’est ce qui arrive lorsqu’on emprunte un livre. Je préfère souvent l’acheter et le conserver.

Ce livre était un chant d’amour à une défunte. Le veuf lui adressait la parole, racontait comment elle était encore très présente dans son absence. C’est un livre que j’aimerais tant retrouver. À un moment donné, j’ai fait des démarches, en vain… je ne me souviens même pas de la maison d’édition…

Hier, une amie internaute m’a envoyé ce texte portant sur l’absence… cela m’a ramenée à ce livre emprunté, ce livre perdu…
…………………………………………………….
L ‘ A B S E N C E

Votre réalité est lumineuse. La conscience totale est lumière, lumière pure. Mais vous l’ignorez, vous êtes inconscient. Vous agissez sans savoir pourquoi, vous êtes plein de désirs insatiables, vous êtes en permanence en état de demande et vivez dans la frustration. Vous errez comme un somnambule.

Le somnambulisme est la seule maladie spirituelle, vivre et agir inconsciemment est la seule faute. Éveillez-vous !

Commencez par prendre conscience des objets. Regardez les plus attentivement. Arrêtez-vous, contemplez un arbre, frottez-vous les yeux et regardez intensément, sciemment. Soudain le monde changera : l’arbre sera plus vivant et plus beau parce que votre regard se sera éclairé.

Regardez une fleur comme si votre vie en dépendait. Concentrez toute votre conscience sur elle : vous la verrez rayonner, comme si un peu de la gloire éternelle, de la lumière atemporelle se manifestait sous cette forme. Tout est nimbé de lumière spirituelle.

Regardez le visage d’une personne aimée, contemplez-le consciemment. Vous découvrirez soudain ce qui existe au delà du corps et qui déborde du physique. Le visage de la personne aimée vous apparaîtra comme le visage du divin.
Regardez votre enfant jouer avec une attention totale : il sera transfiguré.

Écoutez un oiseau chanter comme s’il n’existait que pour vous et ce chant au monde comme si tout le reste avait disparu ou avait reculé au loin. Remplissez vous du chant de l’oiseau et quand il se taira, imprégnez-vous de l’absence de ce chant. Vous percevrez l’objet subtil.

Quand une mélodie s’arrête, elle laisse une certaine qualité dans l’atmosphère : son absence. Le climat a changé, il est plein de l’absence du chant de l’oiseau. Et cette absence est plus belle que n’importe quel chant, elle est la voix du silence. Lorsque l’oiseau se tait, le silence est plus profond qu’auparavent. Essayez de le percevoir, c’est extrêmement subtil.

Regardez une belle personne qui passe. Quand elle aura quitté votre champ de vision, sentez ce qu’elle a laissé : une absence. L’atmosphère n’est plus la même, l’énergie ambiante a changé.

Comparé au nez de l’animal, celui de l’homme est totalement bouché. Si par miracle le vôtre est toujours vivant, humez une fleur, remplissez vous de son parfum. Puis écartez-vous doucement en restant attentif au parfum. La fragrance sera de plus en plus légère, vous devrez être de plus en plus attentif. Oubliez tout, ne soyez plus qu’un nez. Si vous perdez le contact avec le parfum, avancez de quelques pas, retrouvez-le et reculez de nouveau. Vous apprendrez à sentir une fleur de très loin. D’une façon simple, vous allez découvrir l’objet subtil. Le moment viendra où vous ne percevrez plus le parfum. Prenez alors conscience de son absence. Humez la.

L’absence est le versant secret, obscur des choses. En percevant l’absence, vous prendrez conscience de l’objet subtil. La différence est immense.

Vous pouvez utiliser un parfum. Humer délicatement, soyez très attentif et écartez-vous lentement.

Percevoir l’absence de quelque chose est le signe d’un niveau de conscience élevé. Mais l’absence s’efface comme s’est effacée la présence. Le mental se tait, puis le non-mental disparaît lui aussi. A ce stade ultime de grâce, le ciel fera pleuvoir des fleurs en vous. Vous aurez regagné la source de la vie, de l’être.

Osho Rajneesh
……………………………………………………

Bonne journée de grande présence,
Lysette

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 7 May 2021 par › Planète Québec

    Déodorant

    Une blonde entre dans une parfumerie. Elle demande du déodorant pour son mari. – Il utilise l...Readmore
  • 7 May 2021 par › Planète Québec

    Ciboulot

    Cerveau. ” Le grand Marcel, il avait vraiment le ciboulot fêlé, avec toute la bagosse(alcool...Readmore
  • 6 May 2021 par › Planète Québec

    Changement de rôles ?

    Que serait-il arrivé si les rois mages avaient été des femmes? * Elles auraient demandé leur rou...Readmore