OSLO – Le fonds souverain de la Norvège, l’un des plus importants au monde, a exclu Rio Tinto de la liste des entreprises bénéficiant de ses investissements en raison des dégâts que le groupe minier anglo-australien inflige à l’environnement, a annoncé le gouvernement mardi.

Le fonds de pension public, qui pesait 1.992 milliards de couronnes (251,8 milliards d’euros) fin juin, a vendu toutes ses actions Rio Tinto Plc et Rio Tinto Ltd, des participations qui valaient plus de 4,8 milliards de couronnes fin 2007.

“Le ministère des Finances a décidé d’exclure le groupe Rio Tinto du fonds de pension public en raison des graves risques environnementaux” que cette société fait planer, a indiqué le ministère dans un communiqué.

“Il n’y a aucun signe que les pratiques de l’entreprise changeront à l’avenir ou que des mesures seront prises pour réduire sensiblement les dégâts infligés à la nature et à l’environnement”, a-t-il ajouté.

Le gouvernement norvégien reproche à Rio Tinto d’être impliqué avec la société américaine Freeport –elle aussi exclue en 2006– dans l’exploitation de la mine Grasberg en Indonésie, qui rejette des produits toxiques dans une rivière voisine.

“Notre réaction immédiate, c’est la surprise et la déception”, a réagi un porte-parole de Rio Tinto à Londres.

Comme le veut la pratique, une lettre de griefs avait été envoyée à la compagnie en décembre 2007 mais la réponse n’avait pas été jugée satisfaisante.

En revanche, Oslo a décidé de conserver sa part dans Monsanto, estimant que sa présence dans le capital du groupe agrochimique américain lui avait permis d’influencer positivement les pratiques du groupe.

La politique active du fonds de pension en tant qu’actionnaire “a contribué à une réduction significative du recours au travail des enfants dans la production de coton (de Monsanto, ndlr) en Inde”, a indiqué le ministère des Finances.

“Les économies des Norvégiens permettent d’améliorer le sort de nombreux enfants pauvres”, a souligné la ministre Kristin Halvorsen sur les ondes de la chaîne TV2 Nyhetskanal.

Mis en place pour l’ère post-pétrole, le fonds norvégien, plus connu sous le nom de “fonds pétrolier”, est investi en actions et obligations internationales.

Sa gestion obéit à des règles d’éthique très strictes, suivies par un nombre croissant de fonds privés.

Sont proscrits les fabricants d’armes “particulièrement inhumaines” (armements chimiques, nucléaires ou biologiques, mines antipersonnel), et les groupes coupables de violation des droits de l’Homme, de corruption ou de dégradation de l’environnement à grande échelle.

Près de 30 entreprises, dont Boeing, Wal-Mart, EADS, Safran et BAE Systems, figurent déjà sur la liste noire du ministère des Finances norvégien.

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 13 April 2021 par › Planète Québec

    Ciboulot

    Cerveau. ” Le grand Marcel, il avait vraiment le ciboulot fêlé, avec toute la bagosse(alcool...Readmore
  • 13 April 2021 par › Planète Québec

    Le comble

    * Comble du zèle pour un gendarme ? – Arrêter un oiseau parce qu’il vole. * Comble de ...Readmore
  • 12 April 2021 par › Planète Québec

    Les boissons

    Les boissons favorites de l’homme, en fonction de son âge. 17 ans bière 25 ans whisky 35 ans...Readmore