L’organisme environnemental Nature Québec plaide pour un règlement beaucoup plus sévère concernant l’utilisation des phosphates dans les produits domestiques.

En effet, le gouvernement de Jean Charest a proposé hier, dans le cadre d’un plan pour lutter contre les cyanobactéries dans les lacs de la province, de bannir les phosphates dans les détergents pour lave-vaisselle d’ici 2010. Pour Nature Québec, ce n’est ni assez tôt, ni assez ambitieux.

«Tout en reconnaissant que la mesure est un pas dans la bonne direction, Nature Québec demande de devancer son application d’un an et d’étendre la mesure aux autres nettoyants domestiques, à l’ensemble des nettoyants commerciaux et industriels, ainsi qu’aux autres engrais pour gazon», revendique l’organisme dans un communiqué.

C’est que le problème des algues bleues se fait de plus en plus pressant. La progression des cyanobactéries est plus marquée depuis deux ans avec pas moins de 158 cours d’eau affectés par les algues bleu-vert, contrairement à 50 en 2005. En utilisant des détersifs à lave-vaisselle qui contiennent du phosphate, plus de la moitié des ménages québécois contribuent à la prolifération des algues bleues dans les lacs et les cours d’eau du Québec.

Ainsi, Nature Québec dit ne pas comprendre pourquoi le gouvernement insiste pour attendre deux ans pour le mettre le règlement en application, alors que la mesure de réduction fait consensus et que les produits de remplacement sont disponibles.

«Dès l’instant où l’impact négatif sur l’environnement est démontré et que des produits de remplacement sains pour l’environnement sont aisément disponibles, il n’y a pas de raison valable pour retarder indûment la mise en application des mesures», juge Nature Québec.

Or, le gouvernement a justifié cette décision en expliquant que l’industrie des détergents doit avoir du temps pour écouler ses inventaires. Mais pour Nature Québec, cette raison ne justifie pas un pareil délai.

Pousser plus loin

Le Minnesota a interdit, en 2004, le phosphore dans les engrais pour gazon. Pour l’organisme environnemental, le Québec devrait suivre l’exemple de cet état américain et élargir la portée de son règlement.

Nature Québec demande aussi au gouvernement de continuer de mettre de la pression sur le gouvernement du Canada afin que ce dernier prenne ses responsabilités en matière environnementale.

«Le gouvernement du Québec doit également s’assurer de protéger adéquatement ses plans d’eau en entamant des pourparlers avec les états américains et les provinces canadiennes avec lesquels il partage des bassins versants afin de démontrer son leadership sur les questions environnementales et s’assurer que des mesures semblables soient prises pour limiter les apports excessifs en phosphore vers nos plans d’eau», explique l’organisme.

De plus, Nature Québec croit que le gouvernement se doit d’être transparent et exiger l’étiquetage du phosphore sur tous les produits nettoyants. Pour l’instant, le projet de règlement annoncé par le gouvernement Charest tolère 0,5 % de phosphore pour les détergents à lave-vaisselle.

«Il existe des détergents qui n’en contiennent pas du tout. C’est important de le savoir et de pouvoir choisir en toute connaissance de cause», conclu Nature Québec.

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 9 March 2021 par › Planète Québec

    Le secret de la richesse

    L’homme, très âgé et fabuleusement riche, rencontre les médias après une grosse transacti...Readmore
  • 9 March 2021 par › Planète Québec

    Jouasse

    Farceur- Boute-en-train- Personne qui aime à s’amuser et à jouer des tours. ” Mon gran...Readmore
  • 8 March 2021 par › Planète Québec

    A la pharmacie

    Le soir, quand les pharmacies sont fermées, les boîtes se parlent entre elles sur les tablettes. V...Readmore