Plus de 350 scientifiques européens s’élèvent contre les opposants à la culture du maïs OGM.

Les voix scientifiques s’élèvent en Europe pour critiquer les prises de position des opposants à la culture de maïs OGM sur le plan scientifique, alors que l’Allemagne vient d’autoriser sa commercialisation et qu’en France une loi sur la question sera votée début 2008.

Vendredi, quelque 350 scientifiques européens (français, britanniques, allemands…), avaient signé une “déclaration” sur internet pour exprimer leur opposition à la mise en oeuvre d’un moratoire sur la culture du maïs transgénique résistant à la pyrale en France.

Ce site internet (http://nonaumoratoire.free.fr/), ouvert à l’initiative de l’Association Française pour l’Information Scientifique (Afis), affirme qu’une “décision de suspension de la culture des maïs génétiquement modifiés (…) n’aurait aucune justification scientifique”, ni environnementale, ni alimentaire.

Il n’y a pas d’argument scientifique. C’est un problème politique.

Les études sur les maïs Bt montrent qu’ils ont un impact environnemental plus faible que les traitements insecticides aujourd’hui autorisés, que la cohabitation des cultures de maïs conventionnel et de maïs OGM est possible et que sur le plan alimentaire, aucun effet toxique ni allergène (de maïs OGM) n’a jamais été observé.

De leur côté, les opposants aux OGM font notamment valoir les risques de dissémination dans l’environnement et l’apparition de résistances chez les insectes..

Les plantes génétiquement modifiées sont largement cultivées en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et, en Asie. Mais en Europe, “seules quelques dizaines de milliers d’hectares de maïs Bt ont été semées en Espagne et en France”, selon l’Inra.

En France, le comité de préfiguration d’une Haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés (OGM), appelé à produire une nouvelle évaluation du seul OGM cultivé en France, le maïs Mon810, doit se tenir la semaine prochaine.

GEL “A MINIMA”
Le gouvernement a décidé un gel “a minima” sur le seul OGM cultivé en France, le maïs Mon 810 (Monsanto), avant une loi prévue en principe avant le 9 février, une décision largement symbolique puisque les semis n’ont pas lieu avant le printemps.

Au-delà de ce gel provisoire, beaucoup reste à faire sur le dossier sensible des organismes génétiquement modifiés, que le Grenelle de l’environnement a tenté de sortir de dix ans de querelle entre pro et anti-OGM.

Ce maïs OGM Mon 810 voit sa vente et son utilisation suspendues “jusqu’à la publication d’une loi relative aux organismes génétiquement modifiés et au plus tard jusqu’au 9 février 2008”, selon l’arrêté du ministre de l’Agriculture publié au Journal Officiel.

Le gouvernement tient ainsi un engagement pris fin octobre lors du Grenelle, tout en ménageant le principal syndicat agricole: la FNSEA n’avait donné son accord qu’à condition qu’une loi fixe les conditions de recherche et de culture des OGM avant les semis de printemps.

Les écologistes de l’Alliance pour la planète ont aussitôt réagi en suspendant leur participation au Grenelle tant que le gouvernement n’a pas relancé la concertation avec toutes les parties prenantes: représentants de l’Etat, des collectivités locales, du patronat, des salariés et des associations de protection de l’environnement.

Le collectif (80 associations dont le WWF et Greenpeace), un des principaux représentants de la mouvance écologiste au Grenelle, dénonce non seulement le manque de concertation mais aussi “une remise en cause une à une des décisions prises il y a moins de 6 semaines”.

Il réclame notamment l’application au niveau européen de la “clause de sauvegarde” qui permet à un Etat membre d’interdire la culture d’un OGM autorisé sur le plan communautaire. Cette option, qui a été invoquée par l’Autriche, avait été évoquée par le ministère de l’Ecologie Jean-Louis Borloo à l’issue du Grenelle.

Pour sa part, France Nature Environnement, qui fédère la plupart des associations de protection de la nature, a déploré jeudi que le gouvernement n’ait pas tranché “de manière franche et claire” en faveur de l’interdiction du maïs Mon 810.

Le flou juridique entourant la question des OGM avait généré une polémique l’été dernier, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs rendant même responsables les faucheurs de maïs OGM du suicide d’un agriculteur.

Le gouvernement a transmis vendredi dernier au Conseil d’Etat un projet de loi sur les OGM, qui reprend les principales recommandations du Grenelle de l’environnement, en garantissant les principes de précaution et la responsabilité des producteurs.

Il institue notamment un registre public des parcelles concernées, alors qu’il est aujourd’hui impossible de connaître la localisation précise des parcelles OGM. Les semenciers redoutent que cette transparence facilite l’action des militants anti-OGM qui détruisent les parcelles.

Le projet de loi a été accueilli avec satisfaction par la FNSEA, principal syndicat agricole, qui a demandé à titre conservatoire aux agriculteurs de ne pas acheter de semences Mon 810 avant le 9 février 2008.

Le Mon 810 du groupe américain Monsanto est le seul maïs OGM cultivé en France, sur 22.000 hectares en 2007. Les surfaces cultivées en OGM en France représentent 0,75% des surfaces totales de maïs.

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 16 May 2021 par › Planète Québec

    Jouasse

    Farceur- Boute-en-train- Personne qui aime à s’amuser et à jouer des tours. ” Mon gran...Readmore
  • 16 May 2021 par › Planète Québec

    Le castor

    Un gars amène sa nouvelle conquête dans son appartement et lui fait visiter. Ils entrent dans la c...Readmore
  • 15 May 2021 par › Planète Québec

    En vacances

    Une femme part en vacances aux Caraïbes, sans son mari. À peine arrivée, elle fait la connaissanc...Readmore