Bonjour chers lecteurs et chères lectrices,

Au sujet de ma chronique d’hier (Marc Favreau et Le crépuscule des vieux) j’ai reçu, entre autres, ce beau courriel…

Bonjour,
Les vieux on les met a part, on les laisse dépérir d’ennui tout seuls et dans l’indifference la plus totale. Marc Favreau l’exprime avec tendresse, dérision douce-amère, mais sans se moquer. Cela donne une boule dans la gorge de le lire. Les Vieux, c’est tout sec, comme un petit bout de bois qui se racornit dans la cheminee en donnant ses dernières lueurs…

Que c’est triste d’etre vieux à l’entendre, est-ce que
nous aussi on finira ainsi?

Et l’auteure de ce courriel finit par dire qu’il y a de l’espoir et elle raconte un peu l’histoire des vieux de sa famille. C’est charmant! Heureusement qu’il y a des gens pour apprécier et aimer les vieux. Merci à cette internaute pour son partage.
…………………………………………………….

Parfois, une histoire nous habite tellement qu’il faut la coucher sur papier avant qu’elle s’estompe. Dans le texte suivant, j’ai voulu montrer comment la folle du logis peut parfois garder une personne éveillée. À se demander si au matin, l’écrivaine ne rira pas de ses écrits de la nuit…
………………………………………………….
Dans la folie de la nuit

Tu ne dors pas! L’autre respire profondément à tes côtés, mais toi, depuis déjà des heures, tu es très loin dans la solitude de l’écrit et tu scribouilles avec entêtement tes idées sur une tablette de papier blanc quadrillé. Seul témoin de la scène, une lampe de chevet qui n’ose pas trop déranger.

Recroquevillée frileusement sous l’édredon, ton cœur palpite, tu es en plein drame. Dans son excès de colère, le père de Christina a parlé de la tuer. Elle n’a même pas l’âge de quatorze ans et elle veut marier ce Mario qui en a trente. Le juge décide donc que le couple peut se marier, mais qu’il y aura séparation des corps pour un an.

Les mains contre le front par moments, tu n’oses pas continuer. Une peur tenaille ton estomac. Tiens une fringale! Tu penses aux biscuits à la vanille sur le comptoir de la cuisine. Tant pis! Le délire poétique reprend, la muse se déchaîne, ta saga brésilienne continue.

Si le père était d’abord furieux contre cet homme qui lui avait volé sa Christina à l’âge de treize ans, une fillette qui n’avait même pas ses règles, qui ne connaissait rien à la vie, il a quand même pardonné. Ébauche sans rature. Sensation de conquête! L’histoire se déroule vers un heureux dénouement.

Une nouvelle démangeaison te pousse à gratter ton papier. Maintenant, nouvel élan. Tout peut arriver. Émue par la joie de Christina, tu t’inquiètes, car déjà son jeune mari a commencé à faire des livraisons de cargaison de cire carnauba et il a les poches remplies d’argent. Fausse mesure, tu te fais une critique virulente, tu maudis ce métier de peine qui te fait perdre ton temps. Frustration! Plaisir de la plume interrompu! Tu te perds dans le labyrinthe de l’esprit.

Tu te relis! Tu n’as pas le choix, tu dois te débarrasser de ce Mario. Voilà! … il a profité d’une occasion de livraison pour aller boire un verre dans le quartier de la prostitution. Toujours est-il qu’un jour à Parnaïbe, il a été drogué et volé par des prostituées ou leurs proxénètes. Pendant trois jours, la police le cherchait, car personne ne savait où il était, ni ce qui lui était arrivé. Comme suite à cette aventure, il est devenu très dépressif, il s’est acheté une arme et il s’est suicidé. Tu murmures : « Bon débarras! »

Ton conjoint se réveille en sursaut : « Mais qu’est-ce que tu fais? Il est quatre heures, tu te rends compte? Pas encore une nuit blanche. Au lieu de coucher des mots sur une page, tu ferais mieux de te coucher ma chérie! » Tu éteins!

Pour te consoler, tu te dis : « Peut-être que mon récit vivra longtemps dans le cœur de mes lecteurs. Demain, je le peaufinerai, j’ajouterai de la couleur. » Tu retombes dans le rêve et dans le climat tropical de ton imagination. À l’aube, tu corrigeras ce premier jet de ton roman d’amour…

Lysette Brochu
…………………………………………………..
À vos plumes, à votre tour…
Lysette

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 5 May 2021 par › Planète Québec

    Encore dans la neige

    Un homme parfait rencontre une femme parfaite. Après une cour parfaite, ils ont fait un mariage par...Readmore
  • 5 May 2021 par › Planète Québec

    Ciboulot

    Cerveau. ” Le grand Marcel, il avait vraiment le ciboulot fêlé, avec toute la bagosse(alcool...Readmore
  • 4 May 2021 par › Planète Québec

    Ben, c’est que…

    Louise, une jeune enseignante, veut partager avec ses élèves ce qu’elle a appris dans ses co...Readmore