Parce qu’on a beau vouloir l’oublier, on sait, au fond, que l’amour est trop complexe pour qu’un seul être vous le dispense toujours, qu’il intéresse en nous deux parts trop différentes, le coeur et le corps, que les désirs de l’un vont vers l’inexploré et ceux de l’autre vers la pérennité, que le coeur peut s’attarder là où le corps se dessaisit.

– Claire Martin

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post