Bonjour chères lectrices et chers lecteurs,

Voici un beau texte qui pose de très bonnes questions.
………………………………………………..

BERTOLT BRECHT
(Allemagne, 1898-1956)

Un travailleur demande en lisant :

Qui a bâti Thèbes aux sept portes ?
Dans les livres on trouve des noms de rois.
Les rois ont-ils porté les pierres ?
Et Babylone si souvent détruite,
qui l’a rebâtie tant de fois ? Dans quelles maisons
de Lima la dorée vivaient donc les constructeurs ?
Où donc allèrent-ils, le soir où elle fut achevée,
les maçons de la muraille de Chine ?
Rome la grande
est pleine d’arcs-de-triomphe. Qui donc les édifia ?
De qui triomphèrent les Césars ?
Byzance la tant chantée n’avait-elle
que des palais pour ses habitants ?
Même dans l’Atlantide fabuleuse,
la nuit où elle disparut,
les noyés à grands cris
réclamaient leurs esclaves.

Le jeune Alexandre conquit les Indes.
Tout seul ?
César vainquit les Gaulois.
N’avait-il pas de cuisinier avec lui ?
Philippe d’Espagne pleura
quand sa flotte fut coulée. Personne d’autre
ne pleurait avec lui ?
Frédéric II gagna la guerre de Sept Ans.
Qui d’autre la gagna ?
A chaque page une victoire. Qui en prépara le festin ? Tous les dix ans un grand homme. Qui en paya les frais ?

Tant de récits. Tant de questions.

(Traduction d’Alain Bosquet)
……………………………………………..
Né en 1898 à Augsburg, Bertold Brecht ne se destine pas à la littérature mais à la médecine. Il est mobilisé à la fin de la Première Guerre Mondiale en tant qu’infirmier et y écrira sa première pièce, Baal qui sera jouée à peine 4 ans plus tard. C’est en revenant du front qu’il abandonnera la médecine pour la littérature.

Il va travailler à Berlin en tant que dramaturge au Deutsches Theater et connaît assez vite le succès, notamment avec sa pièce L’Opéra de quat’sous. A cette époque, il embrasse publiquement les idées marxistes, et voit d’un mauvais œil la montée du fascisme en Allemagne. Il décide de s’exiler après l’incendie du Reichstag.

Il perd la nationalité allemande en 1935 et vivra successivement à Prague, à Vienne, à Copenhague et même en Finlande. Ses œuvres seront naturellement interdites et brûlées par les nazis. Son exil correspond aussi à sa plus grand période de création : Grandeur et Misère du Troisième Reich, Mère Courage, La Vie de Galilée, Le Cercle caucasien.

Dès 1940, il va vivre aux Etats-Unis. C’est là qu’il rencontrera Fritz Lang avec qui il collaborera. Mais la société capitaliste ne plaît guère à l’esprit marxiste de Brecht. Il n’hésite pas à critiquer cette terre d’accueil, s’intègre mal et rechigne à parler l’anglais. Il va même être suspecté par la Commission des activités anti-américaines en 1947 et sera contraint à nouveau à l’exil.

Toujours interdit de résidence sur le sol de l’Allemagne de l’Ouest, Brecht s’installe à Berlin Est où il va fonder avec son épouse le Berliner Ensemble. Il obtient le prix Staline en 1955 et meurt un an plus tard d’un infarctus.

Source : Maxi.cours
…………………………………………………..
Bonne journée,

Lysette

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 17 May 2021 par › Planète Québec

    Ciboulot

    Cerveau. ” Le grand Marcel, il avait vraiment le ciboulot fêlé, avec toute la bagosse(alcool...Readmore
  • 17 May 2021 par › Planète Québec

    En parachute

    Un homme va faire du parachutisme pour la première fois. Après avoir écouté l’instructeur,...Readmore
  • 16 May 2021 par › Planète Québec

    Le castor

    Un gars amène sa nouvelle conquête dans son appartement et lui fait visiter. Ils entrent dans la c...Readmore