Bonjour Ginette,

C’est un peu long, mais voici les 7 thèses de Freud que l’on trouve dans son ouvrage : “L’interprétation du rêve”.

Claude Roques

1) Le rêve, malgré la multiplicité de ses espèces, est un état mental assez unitaire pour être conceptualisé. Et les antinomies des théories qui s’y sont essayées admettent une solution synthétique, qui rend compte autant du rôle du corps dans la formation du rêve que de son caractère irréductiblement psychologique. Pour parvenir à cette solution, il faut moins des faits empiriques nouveaux sur le rêve, qu’une théorie de l’interprétation, puis une théorie de l’esprit, que Freud fournit pour la première fois.

2) L’association libre des “idées incidentes” lors du récit du rêve est un moyen d’exploration nécessaire et suffisant du matériel onirique. Ni la multiplicité des connexions possibles entre représentations (“surdétermination”), ni les liens affectifs qui unissent le rêveur au praticien auquel il se raconte (“transfert”) ne constituent un obstacle, au contraire. Les résultats de cette méthode ne sont donc sujets ni au hasard ni à la suggestion.

3) L’essence du rêve est d’accomplir un désir, ou du moins, une tentative pour l’accomplir. L’état du corps ou de l’esprit fournit juste l’occasion matérielle de son expression dans le rêve. Ce désir est sexuel, infantile, égoïste et inconscient.

4) Il faut distinguer le “contenu latent” et le “contenu manifeste” du rêve. Entre les deux, sauf parfois chez les enfants, prend place une déformation exigée par la “censure” interne au rêveur, dont la cause finale est un autre désir “préconscient” du Moi de rester endormi, et d’échapper à l’angoisse (surtout sexuelle). On peut spécifier les opérations en jeu dans cette déformation, où l’expression symbolique du désir joue un rôle crucial, confirmé par d’autres données, psychopathologiques et anthropologiques. Les antinomies des théories traditionnelles découlent des multiples effets de ce “travail du rêve”.

5) L’opposition manifeste / latent implique que l’esprit ait une part inconsciente. De celle-ci resurgissent les désirs refoulés par le Moi. Ce refoulement dans l’inconscient révèle une dynamique des rapports de force, entre affects comme entre représentations. Les rêves sont donc des “formations de compromis” entre ces forces en conflit, et ils sont construits de façon analogue aux symptômes névrotiques.

6 On peut construire une explication naturaliste (i.e. causale) du processus de déformation en quoi consiste l’action de l’inconscient, si le psychisme est conçu sur le modèle de l’arc réflexe. La thèse 5. est donc réductible à une hypothèse neurophysiologique.

7) Non seulement les rêves des névrosés sont interprétables, mais par les prémisses 2., 3. et 6., la solution à l’énigme de leur signification cause la résolution des symptômes, pourvu qu’il y ait reviviscence affective des contenus subjectifs en jeu. Le rêve névrotique avère du coup la structure hypothétique du psychisme, et confirme la théorie du rêve normal. La symptomatologie hystérique spécifie enfin quelle type de causalité joue dans l’appareil y , ce qui lie substantiellement l’interprétation du rêve à la cure psychanalytique.

Une présentation de Ginette Villeneuve. Merci Claude Roques pour cet envoi.

© Bulletin réservé pour cette liste d’envoi.


Tirage du logiciel Sublisoft le septième
jour du mois à toutes les personnes
qui m’ont fait parvenir leurs
rêves ou qui m’ont envoyé un commentaire
pertinent sur le sujet.
Gagnante du mois : Lise Beauchesne

88888

Plus dans la section

Uncategorized

Related Post
  • 25 February 2021 par › Planète Québec

    Jouasse

    Farceur- Boute-en-train- Personne qui aime à s’amuser et à jouer des tours. ” Mon gran...Readmore
  • 25 February 2021 par › Planète Québec

    Chez le médecin

    Le gars rencontre son médecin. – Hum. Hum. J’ai une très mauvaise nouvelle à vous app...Readmore
  • 24 February 2021 par › Planète Québec

    C’est l’amour…

    Une dame est dans le coma depuis quelque temps. Un jour son mari lui caresse le sein gauche et, à s...Readmore