VIVEZ AVEC COURAGE

            — Mick Mooney

Plus on a peur, moins on voit. La clarté, donc, ne consiste pas seulement à penser clairement, mais aussi à vivre courageusement. À force de choisir la sécurité, nous mettons un bandeau sur les yeux de notre cœur.
Les solutions aux défis de la vie sont toujours uniques et différentes, mais le commun dénominateur est qu’elles exigent toujours un acte de courage.
Jésus était le meilleur exemple d’une vie courageuse. C’est faire preuve de courage que d’aimer comme il l’a fait, de faire confiance comme il l’a fait, de glorifier Dieu face à une pression immense comme il l’a fait ; c’est faire preuve de courage que de défendre une femme prise en flagrant délit d’adultère face à des hommes bien-pensants – mais Jésus l’a fait, et il l’a fait sans hésitation.
Il appela un collecteur d’impôts, Zachée, que le peuple considérait comme un escroc, une honte, un homme trop éloigné de la grâce de Dieu – oui, Jésus l’appela devant eux tous et lui dit qu’ils devraient dîner ensemble !
Il y a des centaines d’exemples où Jésus a agi avec beaucoup de courage. Le plus grand de tous est, bien sûr, son geste ultime de monter sur la croix ; mais ne pensez pas que ce soit la seule chose qui fasse de lui un homme courageux. Tous ses actes étaient courageux.
Sa réputation n’était pas celle d’un homme religieux soigné et parfait, mais d’un glouton et d’un ivrogne, ami des collecteurs d’impôts et des pécheurs.
Vous voyez, il faut du courage pour aimer les gens plus que sa propre réputation. Il faut du courage pour se lever et dire : Vous êtes acceptés ! en présence de la communauté religieuse en colère qui crie : Non, ils ne le sont pas !
Il faut du courage pour croire que Dieu est le Dieu d’AMOUR et que l’amour ne faillit jamais, et pour puiser ses convictions et sa force dans cette vie intérieure.
Jésus nous a montré comment vivre avec courage.
Vivez ainsi, et tout le reste s’alignera sur l’amour, car le courage consiste à refuser que la peur contrôle votre vie, pour pouvoir vivre chaque jour par amour.
Allez, maintenant, soyez comme le Christ, soyez courageux aujourd’hui.
_________________________________________________

Citations et proverbes sur le courage :

De cœur vient courage.
Proverbe allemand ; Les proverbes de l’Allemagne (1886)
Le courage se reconnaît à la guerre, la sagesse à la vie, l’amitié au besoin.
Proverbe provençal ; Le dictionnaire des proverbes provençaux (1823)
La force n’est pas dans les jambes, mais dans le courage.
Proverbe allemand ; Le recueil de proverbes allemands (1872)
Cœur et courage font l’ouvrage.
Proverbe français ; Le dictionnaire des sentences et proverbes français (1892)
On connaît le courage de l’homme face au péril.
Proverbe français ; Le recueil d’apophtegmes et axiomes (1855)
Point de plus fermes murs que l’union et le courage.
Proverbe allemand ; Le dictionnaire des proverbes allemands (1863)
Bien perdu, peu de perdu ; courage perdu, tout est perdu.
Proverbe allemand ; Les proverbes et dictons allemands (1896)
Un courage audacieux est la meilleure armure.
Proverbe allemand ; Le dictionnaire des proverbes et idiotismes allemands (1827)
La patience donne le courage, le courage enfante l’espérance, et l’espérance ne laisse pas tomber dans la honte.
Proverbe allemand ; Le dictionnaire des proverbes et dictons allemands (1980)
Dans le malheur, aie le courage du lion ; aie confiance en Dieu et bientôt le malheur tournera.
Proverbe allemand ; Les proverbes de l’Allemagne (1886)
Au service du bien, le courage est vertu.
Proverbe latin ; Les proverbes et dictons latins (1757)
La flamme éprouve l’or, et le mal le courage.
Proverbe latin ; Les proverbes et dictons latins (1757)
Le courage conduit l’homme à l’immortalité, la crainte le traîne à la mort.
Proverbe latin ; Les proverbes et dictons latins (1757)
Le courage surmonte plus de périls que la fuite.
Proverbe grec ; Les maximes de la Grèce antique (1855)
_________________________________________________

Patrick Etienne sur le courage :

Il faut du courage pour vivre dans la société d’aujourd’hui, où toutes les vraies valeurs sont menacées ; où le mensonge et la perfidie dominent ; où le savoir acquis depuis des siècles est menacé ; où la foi vacille et qu’elle est maltraité de tous côtés !
Il faut du courage aujourd’hui pour créer une famille, avoir des enfants, les élever en leur enseignant les valeurs de l’amour !
Il faut du courage aujourd’hui pour penser par soi-même, refuser le statu quo et le politiquement correct, pour oser braver le regard des autres et d’être différent !
Il faut du courage aujourd’hui pour être soi-même, d’avoir une foi personnelle, des idées et des rêves à réaliser !
Tout ce courage où le trouve-t-on ? Cette force pour vivre qui peut nous la donner ? Comment pouvons-nous avoir cette paix dans notre cœur et avoir confiance qu’à la fin tout va s’arranger ?
En fin de compte, y a-t-il un Dieu là-haut qui se souci de nous, de notre bien-être, de nos peines et nos malheurs, de ce qui peut bien nous arriver sur cette terre ?
Voici la réponse :
Dans cette anecdote empruntée au folklore des Indiens d’Amérique du Nord, un grand-père explique à son petit-fils que chaque être humain est le théâtre d’une lutte entre le bien et le mal.
─ Il y a en chacun de nous un combat : deux loups se livrent une lutte sans merci. Le premier incarne tout ce qui est mauvais, comme la haine, la jalousie, la rancœur, la convoitise, l’arrogance, le mensonge et l’égoïsme. L’autre incarne tout ce qui est bon, comme l’amour, la joie, la paix, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la douceur, la compassion, la générosité, la vérité et la foi.
L’enfant réfléchit un moment aux paroles de son grand-père, puis il lui demande :
─ Lequel des deux est le plus fort ?
─ Celui que tu nourris, pardi ! répond le grand-père.
Essayez d’appliquer cette leçon dans votre vie personnelle — à savoir le découragement et la dépression, qui s’opposent à la louange et à l’optimisme — et vous trouverez la clé du bonheur et du succès.
On peut, à juste titre, comparer le découragement à un jeune loup : donnez-lui à manger et il deviendra très vite dépression ─ un loup adulte, une bête féroce assoiffée de sang qui n’attend qu’une occasion pour vous sauter à la gorge. Mais nourrissez l’autre loup, et vous aurez un rempart puissant et imprenable qui vous défendra et vous protégera des attaques du premier.
Comment faire, me direz-vous, pour distinguer le bon loup du mauvais, pour savoir lequel des deux il faut nourrir ? Eh bien, chaque fois que vous avez une pensée qui vous incite à être mécontent, rancunier, malheureux, ou à critiquer les autres, vous pouvez être certain que le loup sanguinaire est à l’affût, et qu’il guette sa proie ! Ne lui tombez pas entre les pattes ! Passez à l’attaque : nourrissez l’autre loup, le bon loup, en vous remplissant l’esprit et le cœur de pensées positives et encourageantes qui inspirent et fortifient la foi.
Vous ne pourrez sans doute pas empêcher le loup vicieux de venir rôder aux alentours, mais si vous êtes un tant soit peu avisé, vous n’attendrez pas de le voir pointer son museau pour nourrir le bon loup ! Et rappelez-vous : plus vous nourrissez le bon loup, plus il sera fort ! Ne manquez aucune occasion de le nourrir, et le loup vicieux ne fera pas le poids. À l’heure des comptes, la bête féroce tournera les talons et s’enfuira sans demander son reste !
Keith Phililips

 Prière :

Je Te remercie, Jésus, même pour les épreuves de la vie et pour les situations difficiles, parce qu’elles m’obligent à me tourner vers Toi, et que Tu as toujours réponse à tout. Avec Toi, tout devient clair et facile à comprendre. Il me suffit de T’ouvrir mon cœur et de recevoir Tes réponses.
Ce sont les difficultés, les déceptions et les échecs qui m’ont fait connaître Ta compassion, Ta bienveillance et Ton pardon. Je ne pourrais même pas en parler aux autres si moi-même, je n’avais pas connu tous ces problèmes.
Merci pour toutes les épreuves que Tu m’envoies afin de me rendre humble et de m’apprendre à dépendre de Toi. Merci de me garder tout près de Toi. Amen.
_________________________________________________

À bas le découragement !

Le découragement peut s’avérer une véritable torture, et parfois il débouche sur quelque chose d’encore plus grave, comme la dépression ou un sentiment général de désespoir. Pour combattre efficacement le découragement, la dépression et tout ce qui s’y apparente, il faut bien comprendre que si ces états mentaux, ces humeurs ou ces émotions, ont souvent leur origine dans des circonstances ou des événements, le fait d’éprouver continuellement ces sentiments négatifs n’en est pas moins un problème de nature spirituelle.
Certes, nous vivons dans un monde physique, mais nous sommes également au cœur d’un monde spirituel invisible, lequel est le théâtre d’une lutte incessante pour le contrôle de notre cœur et de notre esprit. C’est un combat entre le bien et le mal qui oppose, d’un côté, Dieu et Ses forces célestes, et de l’autre, le Diable et ses démons.
Dieu essaie de nous mettre dans la bonne direction, sur la route de Ses bénédictions, tandis que le Diable s’acharne par tous les moyens à détruire notre existence. C’est une bataille spirituelle que nous ne pouvons pas gagner tout seul, sans l’aide de Dieu. Mais par nos pensées, nos prières, nos décisions et nos actes, nous pouvons peser de façon déterminante sur l’issue de la bataille. D’ailleurs, la Bible nous dit bien :
Revêtez-vous de l’armure de Dieu afin de pouvoir tenir ferme contre toutes les ruses du Diable (Éphésiens 6:11), et Résistez au Diable, et il fuira loin de vous ! (Jacques 4:7)
Nous pouvons dire non au découragement comme à n’importe quel piège du Diable. Nous avons le pouvoir de dire non à tout ce qui est négatif, parce que nous savons que tout ce qui est négatif ─ que ce soit l’anxiété, la peur, le découragement, l’amertume, les pensées critiques à l’égard des autres ─, tout cela porte la signature du Diable.
Et si le Seigneur nous commande expressément de ne pas nous inquiéter, s’Il nous commande de ne pas avoir peur, de ne pas nous plaindre, de ne pas accepter le sentiment de culpabilité, de ne pas être rancuniers, de ne pas juger les autres, c’est qu’Il sait que nous pouvons Lui obéir. Nous ne sommes pas obligés de céder à nos humeurs ou à nos pulsions négatives.
Quand je me suis surprise à nourrir des pensées décourageantes l’autre jour, je n’arrivais pas à me raisonner et à me convaincre que tout allait s’arranger. Finalement, j’ai reconnu qu’il s’agissait d’une attaque spirituelle et j’ai demandé à Jésus de m’aider, en invoquant des promesses de Sa Parole.
J’ai prié ainsi : Seigneur, Tu nous as promis de nous venir en aide si nous Te remettions tous nos fardeaux, et Tu as promis que Tu ne « laisserais pas le juste s’écrouler » (Psaume 55:22). Mais Ta Parole nous dit aussi que « celui qui doute ressemble aux vagues de la mer, agitées et soulevées par le vent. Qu’un tel homme ne s’imagine pas obtenir quoi que ce soit du Seigneur. Son cœur est partagé, il est inconstant dans toutes ses entreprises » (Jacques 1:6-8). Seigneur, je Te supplie de me débarrasser de ce poids de découragement ; aide-moi à garder mon esprit fixé sur Toi et sur Tes promesses, et à ne plus être la proie des mensonges du Diable ni de ses pensées décourageantes. 
Parfois, on ne peut pas s’empêcher d’avoir des pensées négatives. On ne peut pas s’empêcher de ressentir un début de découragement ou de déprime. On n’est jamais à l’abri des premières flèches enflammées de la tentation (Éphésiens 6:16).
Le Diable essaie toujours de nous implanter ces pensées dans la tête, mais nous ne sommes pas obligés de les accepter. Nous ne sommes pas obligés d’entrer dans son jeu.
Par Sa puissance, le Seigneur peut nous délivrer du découragement, mais seulement si nous L’appelons à l’aide et rejetons les mensonges de l’Ennemi. Dès que nous sentons venir la tentation du découragement, nous devons nous efforcer de penser au Seigneur, à des choses positives, et refuser de ruminer des pensées négatives.
Il faut leur bloquer l’entrée avant qu’elles aient eu le temps de nous submerger, avant que nous ayons cédé au découragement, ou pire, sombré dans la dépression. C’est une bataille qui peut aussi bien durer quelques minutes que quelques heures.
Mais tant que nous combattons en esprit, tant que nous refusons catégoriquement de nous rendre, nous pouvons être assurés de la victoire, parce que le Seigneur nous l’a promise.
Quand on se laisse embobiner par le Diable, on perd de vue le Seigneur et Ses promesses, et on oublie Sa puissance. Il faut apprendre à reconnaître le piège du découragement. Il faut tout de suite lui résister, car si on l’accepte, la bataille devient plus sévère et ce sera beaucoup plus difficile de reprendre pied.
La résistance qu’on doit opposer au départ n’est rien en comparaison de la lutte acharnée qu’il faudra mener une fois qu’on aura laissé le découragement nous envahir.
Lorsque le Diable vous attaque avec des pensées ou des humeurs négatives, contre-attaquez en invoquant des promesses de Dieu, comme par exemple : Dieu est pour nous un rempart, Il est un refuge, un secours lorsque survient la détresse (Psaume 46:1) ; Quand l’adversaire viendra comme un fleuve, l’Esprit de l’Éternel le mettra en fuite (Ésaïe 59:19, Segond Révisée) ; et Tu garderas dans une paix parfaite l’esprit qui s’appuie sur Toi, car il se confie en Toi (Ésaïe 26:3)
Repoussez ces attaques avec la Parole de Dieu et dans la puissance du Saint-Esprit. Ne vous laissez pas submerger par l’ennemi, ne lui cédez pas ! Dès que vous voyez poindre le découragement ou la peur, passez à l’attaque : frappez le Diable en pleine figure avec la Parole !
Bien sûr qu’il est possible de vaincre le découragement ! Rien n’est impossible à Dieu, et tout est possible à celui qui croit ! (Luc 1:37) La victoire est à votre portée !
_________________________________________________
88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post