Une crèche vivante en famille, ou comment impliquer les enfants dans la joie de Noël

Mathilde de Robien | 05 décembre 2018

Cette année, pourquoi ne pas monter une crèche vivante avec vos enfants le soir de Noël ? Nul besoin d’une longue et fastidieuse préparation : quelques bouts de tissu, une poupée et des bougies font l’affaire. L’occasion de vivre un moment fort en famille et d’illuminer la veillée de Noël.

« Les enfants sont fous de joie, et en même temps, c’est un fabuleux moment de recueillement et d’unité familiale », s’exclame Elisabeth, mère de quatre enfants et grand-mère de bientôt huit petits-enfants. Les crèches vivantes, c’est désormais une tradition dans sa famille puisqu’elle en organise tous les ans depuis une trentaine d’années. Elle nous livre quelques astuces afin de rendre ce moment à la fois doux et intense.

Cultiver le mystère de Noël

L’objectif n’est pas de monter un spectacle, ni d’interpréter une scène absolument parfaite de la Nativité, mais de prendre un temps en famille pour se préparer à accueillir l’Enfant-Jésus, avant la messe, avant les cadeaux, avant le repas. L’occasion de se recentrer sur l’essentiel. Et une crèche vivante est un excellent moyen pour impliquer les enfants dans l’attente et dans la joie de Noël. Une manière pour eux d’incarner concrètement la venue du Sauveur.

Avec deux enfants, vous avez déjà Marie et Joseph. Une poupée langée dans un bout de tissu représentera Jésus. D’autres enfants, cousins, cousines se feront une joie de se déguiser en bergers — un bâton et un chapeau feront l’affaire — ou en anges, vêtus d’une tunique blanche et d’une auréole en papier d’aluminium, par exemple. Si vous avez des artistes en herbe, quelques masques d’âne, de bœuf ou de moutons peuvent venir compléter le tableau.

Chanter et prier ensemble

Une fois les enfants déguisés et bien dans leur rôle, reste à savoir comment animer ce temps de recueillement. Elisabeth conseille d’abord de soigner le fond sonore, avec des chants de Noël, ou des bruits de cloches. Ensuite elle invite à cultiver le mystère de la nuit de Noël, en éteignant quelques lumières, faisant place ainsi à l’obscurité, et en allumant quelques bougies. Selon les âges, vous pouvez organiser une petite procession, faisant cheminer les enfants jusqu’à la crèche.

Pour animer la veillée, l’idéal est d’avoir imprimé une feuille de chants, et choisi en amont un texte relatant la naissance de Jésus, et un ou deux contes de Noël à lire aux enfants. C’est aussi l’occasion de prier ensemble, pour tous les membres de la famille, confier les joies et les peines, demander pardon… Nul besoin que la veillée dure des heures, soyez heureux si chaque enfant a participé à sa manière à la joie et au mystère de la Nativité !

____________________________________________________

Une tradition à faire perdurer : les petits moutons de la crèche

Elisabeth Bonnefoi | 09 décembre 2017

Dans les années 1960, nous avions chacun notre petit mouton dans la crèche familiale. Pour avoir le droit de faire avancer son petit mouton, le soir après la prière, il fallait avoir été sage dans la journée…

Dans certaines familles, un mouton est attribué à chaque enfant parmi les santons de la crèche de Noël. Au début de l’Avent, les parents plaçaient nos moutons assez loin de la crèche et nous devions réussir à les faire avancer à travers un petit coin du salon, de manière à ce qu’ils soient arrivés le plus près possible du petit Jésus le soir de Noël. Évidemment, avec nos yeux d’enfants, la distance à parcourir nous paraissait importante. Nous nous livrions à de véritables calculs, assez ridicules, comme de savoir s’il fallait mieux contourner une lampe ou éviter un bibelot.

Faire avancer son mouton

Toujours est-il que pour pouvoir faire avancer nos moutons, il fallait le mériter. Étaient éligibles : une bonne note à l’école pour ceux qui allaient déjà en classe, un service à la maison pour soulager maman, dire bonjour avec le sourire à une personne âgée dans l’immeuble ou dans le quartier, un effort manifeste pour ranger sa chambre, finir son assiette… Bien entendu toutes ces petites BA quotidiennes peuvent s’actualiser !

Faire reculer son mouton ?

Nos parents ne nous ont jamais obligés à faire reculer nos moutons et pourtant cela a bien dû arriver dans certaines familles… Les parents pouvaient aussi priver un enfant de le faire avancer un soir où il ne l’avait pas mérité. C’était en tous cas notre angoisse. Étaient éligibles : une remarque dans le Carnet, le refus manifeste d’aider à la maison… mais aussi tricher en profitant de l’absence des grandes personnes dans le salon pour faire avancer discrètement son mouton, ou faire reculer discrètement le mouton d’un petit frère… Nous quittions toujours le salon en ayant pris soin de retenir exactement l’endroit où se trouvait notre mouton. Mais il y a sûrement eu des infractions à la circulation et au stationnement et des délits de fuite !

Un cheminement de foi

 Cette petite tradition familiale est un moyen finalement assez simple et assez concret pour faire progresser des enfants vers Noël, à la fois dans le temps et dans l’espace. L’enfant parcourt un vrai chemin avec son mouton, au milieu du salon ou de son environnement quotidien, pour se rapprocher de la crèche. L’objectif est clair : être présent avec les bergers au moment où Jésus va naître. Mériter cette rencontre avec l’Enfant-Jésus nécessite des efforts, mais la récompense est assurée. Bien sûr, on peut aussi ouvrir les 24 fenêtres d’un calendrier de l’Avent, mais il n’y a pas cette notion physique de marche. Dans certaines familles, ce sont les rois mages que les enfants déplacent. Il n’y a que trois santons à déplacer, ce qui peut poser problème selon de nombre d’enfants dans la fratrie, le « trajet » au milieu du salon peut être plus long car le voyage dure jusqu’au 6 janvier. De toute façon, en route !

____________________________________________________

Pourquoi met-on une étoile en haut du sapin

Marie Le Goaziou | 27 novembre 2017

Pour finir la décoration du sapin de Noël, le plus jeune enfant de la famille dépose une étoile au sommet de celui-ci. Mais avant, chacun aura eu à cœur de décorer l’arbre, au pied duquel on déposera les cadeaux le soir de Noël…

Si on s’en tient à la tradition, l’arbre de Noël se fait la veille de Noël,  c’est-à-dire le 24 décembre et doit être enlevé douze nuits après, pour l’Épiphanie… Mais c’est bien court pour profiter de ses belles décorations ! Aussi, on voit « fleurir » des sapins de Noël un peu partout, dès le début du mois de décembre, si ce n’est avant…

Les premiers décors de sapins avaient une signification particulière : le sapin, symbole du paradis, était décoré de pommes rouge, le fruit défendu et d’oublies, représentant les hosties de l’Eucharistie. Il se terminait toujours au sommet par l’étoile de Bethléem. La Réforme a contribué à répandre la coutume de l’arbre de Noël, les protestants préférant le sapin aux représentations des personnages bibliques de la Nativité.

L’étoile et les boules de Noël

L’étoile, symbole lumineux qui guida les Mages jusqu’au Christ, a longtemps été un cierge allumé au sommet des arbres de Noël que l’on dressait sous le porches des églises… Mais devant les risques d’incendie, on lui préféra vite une étoile dorée ! Et pour rappeler qu’il s’agissait de célébrer une naissance, on demandait au plus jeune de la famille d’aller l’accrocher. Quant aux boules, lors d’un hiver rude où il n’y avait pas de pommes rouges à placer dans le sapin, des ouvriers de verreries mosellanes eurent l’idée de les remplacer par des boules de verres…

Les décorations de Noël

L’imagination est reine en matière de décorations de sapin. Et même si un pasteur protestant voyait cela d’un mauvais œil dans le Catéchisme qu’il publia en 1642, très vite on accrocha dans le sapin des roses en papiers, des bonbons et des jouets. Les premiers sapins illuminés, grâce à des coquilles de noix remplies d’huile, sont apparus à la fin du XVIIème siècle.

Le choix du sapin de Noël

Pour ajouter à la féérie du décor… il faut aussi qu’il y ait l’odeur ! Le quart des sapins produits en France vient du  Morvan en Bourgogne. Certaines variétés de sapins comme le Nordmann a l’avantage de sentir bon… et de ne pas perdre ses aiguilles, moins piquantes que celles de l’épicéa. De surcroît, il supporte bien les boules de Noël qui peuvent parfois peser très lourd. Pour l’installer, il est judicieux de prévoir une demi-bûche de bois dont le côté plan est posé au sol, avec un trou sur le dessus pour coincer le tronc ou un grand pot rempli de sable, de terre, de pierres ou de galets. Une autre technique, héritée de la tradition alsacienne, consiste non pas à fixer le sapin sur un support mais à le suspendre au plafond ou à une poutre de la maison, ce qui évite les chutes de sapins dues aux enfants et aux animaux…

____________________________________________________

À l’origine, l’arbre de Noël était décoré de pommes rouges qui rappelaient l’abondance de fruits au Paradis. Aujourd’hui, il se pare de guirlandes ainsi que de boules multicolores et lumineuses… prenant ainsi des formes créatives et originales. Naturel ou artificiel, classique ou revisité, voici nos inspirations pour sublimer votre arbre de Noël !

Le sapin préserve son feuillage vert tout l’hiver, alors que la plupart des autres arbres se dépouillent de leurs feuilles et, à l’image de la nature, semblent se figer pour de longs mois. Avec quelques décorations et lumières, l’arbre de Noël resplendit et renforce sa belle symbolique. La tradition voulait qu’il soit installé et décoré la veille de Noël, le 24 décembre pour ensuite être enlevé douze nuits après, lors de l’Épiphanie.

Aujourd’hui, la joie de préparer le sapin déborde cette tradition, au point qu’on en voit apparaître de plus en plus tôt, avant même le mois de décembre. Que vous préfériez un grand arbre traditionnel ou sa version minimaliste et symbolique, inspirez-vous des idées ci-dessous pour sublimer le vôtre et attendre dans la joie la fête de Noël !

____________________________________________________

La chaleur de Noël                                     (Ecrit par Patrick Etienne)

Laissez-moi vous dire, dans le temps, Noël était une fête merveilleuse qui rendait les gens heureux ! C’était une fête qui n’appartenait pas aux riches et aux puissants seulement, mais qui touchait le cœur parmi les plus pauvres des pauvres.

Ces humbles bergers autour du feu de camp qui les réchauffait, furent choisis pour assister à cette merveille scène que fut le premier Noël, un message d’une beauté irréelle adressé à l’humanité entière. La gloire des anges venant recouvrir ces humbles bergers ; Dieu lui-même venant parmi les hommes dans la forme la plus humble qu’il soit : un petit bébé innocent !

Je pense que c’est difficile pour nous humain vivant sur cette Terre de réaliser pleinement l’impact de cet événement et de cette naissance. Même Hollywood, avec toute sa connaissance et son expérience ne pourrait mettre en scène la magnificence et la gloire de ce qui est arrivé cette nuit-là !

Les gens durement comprennent que cette simple belle histoire comme elle est racontée aux enfants allez changer complètement l’histoire du monde et la vie des hommes. Dieu marchant parmi les hommes désormais !

Pourquoi dire tout cela ? Parce que c’est une histoire d’amour, la plus belle des histoires d’amour ! L’amour infini de Dieu pour sa création, vous et moi ! Et le temps de Noël, chaque fin d’année, nous rappelle que Dieu ne nous a pas abandonnés, mais qu’il continue de nous aimer inconditionnellement !

Peu importe comment Noël est fêté dans le monde entier et dans chaque demeure, les cloches du salut raisonnent, l’étoile de Bethléem brille plus que jamais pour montrer le chemin du Ciel, Dieu continue de régner sur sa création et dans le cœur des hommes !

Oui, mais vous allez me dire que les gens croient de moins en moins en Dieu et que Noël et sa tradition disparaissent un peu plus chaque année ?

Alors, je vous répondrai tout simplement : vous pouvez nier que le soleil existe, mais vous ne pouvez pas empêcher sa chaleur de vous réchauffer ; vous pouvez nier que la lune existe, mais vous ne pouvez pas empêcher sa lumière d’éclairer la nuit ; de même, vous pouvez nier que Dieu existe, mais vous ne pourrez pas empêcher son amour de faire des miracles et de changer la vie des hommes !

Ce n’est pas parce que vous avez décidé de ne pas croire en une chose que cette chose n’existe pas ; ce n’est pas parce que certains hommes ont décidé de se débarrasser des absolus que les absolus ont disparu !

Noël est là pour y rester, pour nous rappeler qu’il y a un trône au Ciel, et que celui qui est assis dessus règne ! Bien qu’on raconte l’histoire de la naissance du Christ comme un joli conte aux enfants, c’est un puissant message envoyé du Ciel pour dire aux hommes :

Luc 2:8  Et il y avait dans la même contrée des bergers demeurant aux champs, et gardant leur troupeau durant les veilles de la nuit. 

Luc 2:9  Et voici, un ange du Seigneur se trouva avec eux, et la gloire du *Seigneur resplendit autour d’eux; et ils furent saisis d’une fort grande peur. 

Luc 2:10  Et l’ange leur dit: N’ayez point de peur, car voici, je vous annonce un grand sujet de joie qui sera pour tout le peuple; 

Luc 2:11  car aujourd’hui, dans la cité de David, vous est né un sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. 

Luc 2:12  Et ceci en est le signe pour vous, c’est que vous trouverez un petit enfant emmailloté et couché dans une crèche. 

Luc 2:13  Et soudain il y eut avec l’ange une multitude de l’armée céleste, louant Dieu, et disant: 

Luc 2:14  Gloire à Dieu dans les lieux très-hauts; et sur la terre, paix; et bon plaisir dans les hommes! 

Luc 2:15  Et il arriva, lorsque les anges s’en furent allés d’avec eux au ciel, que les bergers dirent entre eux: Allons donc jusqu’à Bethléem, et voyons cette chose qui est arrivée que le Seigneur nous a fait connaître. 

Luc 2:16  Et ils allèrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche. 

Luc 2:17  Et l’ayant vu, ils divulguèrent la parole qui leur avait été dite touchant ce petit enfant. 

Luc 2:18  Et tous ceux qui l’ouïrent s’étonnèrent des choses qui leur étaient dites par les bergers. 

Alors, comme ces bergers, glorifions Dieu et la venue de Jésus dans le monde pour marcher parmi nous!

JOYEUX NOËL !

 

 

 

 

 

 

 

 

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post