Un portefeuille, un dollar et l’existence de Dieu

Regardez bien cette photo et je vais vous dire pourquoi je crois ce que je crois. Pouvez-vous me dire comment ce dollar s’est retrouvé dans ce portefeuille, sans mentionner quoi que ce soit d’autre en dehors du portefeuille ?

Un billet de banque est vraiment un objet étonnant qui contient énormément de détails, des dessins précis, des chiffres et des mots.

Il contient des inscriptions qui transmettent des informations, et vous serez d’accord avec moi sur le fait que ces informations nécessitent l’intervention d’un esprit intelligent, non seulement pour placer les inscriptions de manière pertinente, mais aussi pour les interpréter et comprendre leur signification.

Le dollar est donc clairement le produit d’un esprit intelligent : il a été conçu par un cerveau humain.

Voyons maintenant comment ce dollar s’est retrouvé dans le portefeuille. Je sais que vous avez envie de dire ce qui est l’évidence même, à savoir que quelqu’un l’a mis dans le portefeuille !

Il va de soi que c’est la meilleure explication, mais rappelez-vous que la règle mentionnée au début n’autorise pas cette réponse. Elle doit venir de l’intérieur du portefeuille.

Comment ce dollar est-il entré dans le portefeuille s’il n’y a pas été mis par quelqu’un ou quelque chose qui est en dehors du portefeuille ?

Il n’y a que deux possibilités : soit le dollar a toujours été dans le portefeuille et il est aussi vieux que le portefeuille ; soit il s’est formé au fil du temps, en évoluant à partir de matériaux plus primitifs qui se trouvaient dès le départ à l’intérieur du portefeuille.

Mais soyons réalistes, aucune de ces deux réponses n’a de sens. Vous et moi savons bien que les portefeuilles neufs ne sortent pas du magasin en contenant déjà de l’argent, et que des petits bouts de papier n’ont pas tendance à s’assembler avec un tas de détails complexes pour former du dollar.

Quel rapport avec l’existence de Dieu ? Cette simple illustration met en lumière le problème auquel sont confrontés les athées, les naturalistes et les matérialistes quand ils cherchent à expliquer comment la vie est apparue dans notre univers.

Comment la matière procède-t-elle de l’absence de matière ?

Comment la vie procède-t-elle de l’absence de vie ?

Comment les informations apparaissent-elles dans le code ADN s’il n’y a pas d’intelligence derrière le code ?

Si nous nous forçons à rester dans le domaine naturel, nous devons conclure que la matière et la vie que nous voyons dans l’univers ont toujours été là, ou alors qu’elles ont évolué au fil du temps à partir d’éléments primordiaux moins complexes.

C’est comme pour le dollar : si nous devons nous limiter au portefeuille pour avoir une réponse, il n’y a que très peu de possibilités et celles-ci ne tiennent pas debout et ne nous satisfont pas.

La science nous a fourni de nombreuses preuves qui démontrent que l’univers a eu un commencement qu’elle appelle le Big Bang.

Nous savons que la matière dans l’univers n’est pas infiniment vieille et que la vie dans l’univers est apparue beaucoup plus récemment.

Mais comment l’univers lui-même est-il arrivé ici ?

Si l’univers a eu un commencement, alors il est logique de dire que c’est un agent extérieur qui l’a créé. Et si la vie a évolué à partir d’autres éléments primordiaux, d’où ceux-ci viennent-ils ?

Comment quelque chose, même quelque chose de très primitif dans la nature, peut-il venir de rien ?

Se pourrait-il que la réponse la plus satisfaisante à la question de savoir comment notre billet d’un dollar au dessin aussi complexe est apparu dans le portefeuille est que quelqu’un ou quelque chose l’ait mis dans le portefeuille ?

C’est absurde de limiter nos réponses aux causes qui se trouveraient à l’intérieur du portefeuille. Nous devons être ouverts à la possibilité que la réponse se trouve à l’extérieur du portefeuille.

Pareillement, il me semble que la science la plus impartiale doit respecter la possibilité que le domaine surnaturel en dehors de l’ordre naturel puisse être la source de toute la matière et la vie que nous voyons dans l’univers.

Je crois en l’existence d’un Créateur tout-puissant comme cause première extérieure au domaine naturel parce que c’est la meilleure preuve et la plus raisonnable.

L’univers a eu un commencement, quelqu’un a mis ce dollar dans le portefeuille.

***

COMMENT ÊTRE UN ARTISAN DE LA PAIX DANS UN MONDE EN PROIE A LA VIOLENCE ET A LA HAINE

C’est comme traverser une rivière au cours rapide sur des rochers glissants.

Un artisan de la paix est quelqu’un qui cherche résolument à réconcilier les gens entre eux et à apporter la paix de Dieu à l’humanité.

Ce terme se compose de deux mots courants : artisan et paix. La paix doit être poursuivie. La paix n’est jamais le fruit du hasard. Un artisan de la paix n’est jamais passif. Il prend toujours l’initiative.

Cette tâche ne sera toutefois pas facile. Une procédure de conciliation n’a rien d’agréable et peut se révéler particulièrement pénible. Cela demande du temps et beaucoup d’investissement émotionnel.

C’est comme traverser une rivière au cours rapide sur des rochers glissants. Le voyage est nécessaire, l’entreprise est risquée, parfois on tombe et on se blesse. Et parfois, on ne parvient pas à traverser la rivière.

L’apôtre Paul nous exhorte dans sa lettre aux Romains :

Autant que possible, et si cela dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes. (Romains 12:18)

C’est un commandement très clair. Mais Paul ajoute cette réserve très importante, Autant que possible. Parfois, la paix n’est pas possible.

Cependant, concentrons-nous sur la phrase si cela dépend de vous.

En tant que croyants, Dieu nous a donné la responsabilité de rechercher la paix. Cela signifie-t-il que nous sommes d’accord avec tout ce que les autres disent ou font ?

Non. Parfois, nous devons accepter de ne pas être d’accord tout en restant aimables. Mais Dieu veut que Ses enfants soient des médiateurs.

Comment pouvons-nous être des artisans de la paix dans la vie de tous les jours ?

Notre première réaction est-elle de donner aux autres une seconde chance, de leur accorder le bénéfice du doute ?

Pensons-nous : Oh, il y a peut-être un malentendu, ils avaient peut-être une bonne raison de faire ou de dire cela, ou bien supposons-nous le pire, en imaginant qu’ils avaient de mauvaises intentions ?

Est-ce que nous écoutons vraiment l’autre, pas seulement ce que la personne dit mais surtout le fond de son cœur, ce qu’elle veut vraiment ?

Notre but est-il d’écouter et de faire de notre mieux pour comprendre l’autre personne ou sommes-nous impatients de parler à notre tour ?

Pour être des artisans de la paix, nous devons nous efforcer de comprendre au lieu de chercher à être compris.

Faites le premier pas.

Jésus est très clair sur ce point. Si donc, au moment de présenter ton offrande devant l’autel, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis tu reviendras présenter ton offrande. (Matthieu 5:23-24)

Remarquez la phrase si ton frère a quelque chose contre toi. Il est clair que nous ne sommes pas censés être en conflit avec les autres, mais Jésus a révélé notre responsabilité même lorsque ceux-ci nous en veulent.

Nous sommes censés prendre l’initiative de la réconciliation et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre fin au conflit, mais il est important de savoir que tout le monde ne va pas se réconcilier avec nous, quoi que nous fassions. Nous devons rechercher la paix, même si nous ne sommes pas fautifs, mais les autres ont le choix.

Pour ce faire, nous devons demander à Dieu de nous donner une humilité surnaturelle, car notre orgueil nous pousse à vouloir toujours avoir raison, à avoir le dernier mot.

Si la rancœur a détruit tant d’amitiés et même de mariages c’est que c’est contraire à la nature humaine de s’humilier, de pardonner et de chercher la réconciliation. Mais le Seigneur nous soutient lorsque nous choisissons la voie de la paix.

Les artisans de paix prennent l’initiative et font le premier pas. Les conflits ne sont jamais résolus par hasard ou avec le temps.

La première étape peut être une lettre, un coup de téléphone ou une visite. Si quelqu’un vous a fait du tort ou si vous avez fait du tort à quelqu’un d’autre, n’attendez pas, agissez dès aujourd’hui.

***

Déchargez-vous sur Lui de tous vos soucis, car Lui-même prend soin de vous.

(1 Pierre 5:7)

Ce verset décrit une action énergique. Vous vous emparez de vos soucis et vous les rejetez sur le Seigneur.

Vous ne pouvez pas réagir passivement à vos problèmes, vos épreuves et vos ennuis, sinon ils vont persister et s’installer.

Vous devez voir ce souci, cette préoccupation, comme un ennemi, qu’il vous faut envoyer au Seigneur. Si vous vous en déchargez et le remettez entre Ses mains, Il peut et va tout régler en votre faveur.

Voici comment une traduction libre de la Bible rend ce verset :

Rejetez sur Lui tous vos soucis [toutes vos angoisses, toutes vos inquiétudes et vos préoccupations, une fois pour toutes], car Il se soucie de vous [avec la plus grande affection, et veille sur vous avec beaucoup d’attention].

Et dans une autre version :

Vivez insouciants devant Dieu ; Il vous accorde une attention toute particulière.

Le Seigneur nous dit :

Déchargez-vous sur Moi, car Je veux votre bien. Je vous aime suffisamment pour agir.

Non seulement Il est capable de vous aider, mais Il veut le faire. Dieu n’est pas une puissance lointaine qui nous impressionne, c’est un Dieu personnel. Il ne s’intéresse pas seulement au sort des peuples et des nations, Il vous veut du bien personnellement !

Vos inquiétudes et vos préoccupations ne peuvent rien faire pour que le soleil se lève ou qu’il se couche, pas plus qu’elles ne peuvent apporter la pluie ou faire pousser les légumes.

C’est Dieu qui fait tout cela.

Nous devons laisser Dieu être Dieu et redevenir des enfants dans notre façon de penser.

Je ne sais peut-être pas comment tout cela va tourner, mais ce que je sais c’est que Dieu va s’en occuper et que je dois Lui faire confiance et ne pas m’inquiéter.

Si nous pouvions nous voir avec les yeux de Dieu, nous ne nous inquiéterions pas. Nous serions plus détendus et nous profiterions davantage de la vie.

Psaume 37:5 :

Recommande ton sort à l’Éternel, mets ta confiance en Lui, et Il agira.

Échangez dès aujourd’hui vos soucis contre Sa paix.

***

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post