Il y a quelques années, une flotte
de pêche sortit d’un petit port sur
la côte Est de Newfounland au Canada.
Dans l’après-midi, le temps changea
et la tempête éclata. A la nuit tombée,
pas un seul bateau n’était rentré.
Toute la nuit, les épouses, les mères
et les enfants des marins  scrutèrent
l’horizon en priant pour leurs bien-aimés.
Pour ajouter à l’horreur de la situation,
l’un des cottages prit feu. Comme les
hommes étaient tous en mer, il fut
impossible de sauver la maison. A l’aube,
à la grande joie de tous, la flotte
entière trouva le chemin du petit port.
Mais il y avait un visage qui était une
image de désespoir ; La femme du marin
dont la maison avait brûlée !
En embrassant son mari, elle s’exclama
« Nous sommes ruinés, notre maison et
tout ce qu’elle contenait a brûlé cette
nuit ! ».
Mais l’homme s’écria :
« Dieu merci pour cet incendie ! C’était
la lumière de notre maison en feu qui a
guidé toute la flotte jusqu’au port ! »


Le président Théodore Roosevelt était
très myope. Il portait toujours avec lui
ses deux paires de lunettes, une pour
voir de près et l’autre pour voir de 
loin.Durant  sa  dernière  campagne 
politique,  un individu  du  nom  de
Schrenk lui tira dessus dans la ville
de Milwaukee.
Le chirurgien qui examina sa blessure
lui tendit son étui à lunettes métallique
et lui fit remarquer que c’était grâce
à sa présence dans la poche de sa veste
que sa vie avait pu être épargnée.
L’étui  avait  ralenti la force de la 
balle et  l’avait  fait  dévier de sa
trajectoire vers le cœur.
«Eh bien, ça alors ! Comme c’est étrange!»
dit-il en prenant l’étui contenant ses
lunettes cassées;
«j’ai toujours considéré comme un handicap
d’avoir à porter sur moi ces deux paires
de lunettes, et spécialement celles-ci
qui sont très épaisses, mais aujourd’hui
elles m’ont sauvé la vie. »
Nous ne comprendrons peut-être jamais dans
cette vie la raison pour laquelle nous
sommes affligés par des handicaps.
Néanmoins nous pouvons être certains qu’ils
travaillent pour notre bien. Milton, aveugle,
devint un meilleur poète que lorsqu’il
voyait ! Bunyan, emprisonné, écrivait pour
les générations à venir ! Parfois un
handicap arrive à quelqu’un pour le ralentir,
ou pour qu’il vive plus longtemps et qu’il
puisse ainsi continuer son travail.
Les exemples sont innombrables qui nous
révèlent qu’un grand nombre d’hommes
atteignirent le succès non pas malgré
leur handicap, mais grâce à leur handicap.


Pendant la première guerre mondiale une
grand-mère fit un voyage de 4 jours et 4
nuits dans le train pour aller  de Miami
à Los Angelès en passant par Chicago. 
Le train était tellement bondé, qu’il y
avait des gens qui dormaient dans le
couloir et dans les compartiments à
bagages. Elle ne pouvait pas s’allonger
pour dormir parce que tous les
compartiments à couchettes étaient
occupés . Et  en plus de ça, elle devait
avoir un de ses petits enfants sur les
genoux durant tout le voyage.  Elle était
si inconfortable qu’elle s’en plaignit
au porteur noir, lui disant qu’elle ne
pouvait pas dormir. Il lui dit,
« Madame, je vais te di’e quoi fai’e !
Tu fe’mes juste tes yeux et tu penses à
ces ga’çons là-bas qui essayent de dormi’
dans la boue jusqu’au genoux, dans l’eau
glacée et le sang dans un t’ou d’obus,
au milieu des ti’s d’obusiers et des
balles de mit’ailleuses qui leur sifflent
aux o’eilles, en se demandant chaque minute 
s’ils ne vont pas êt’e touché par un obus.
Tu penses juste à ce qu’ils t’ave’sent,
tu te mets à l’aise, et tu t’endo’mi’as
comme un bébé ! » 
Elle suivit son conseil, et elle fut
si reconnaissante de ce qu’elle avait,
qu’elle s’endormit profondément.

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post