Pourquoi un dieu aimant créerait-il un endroit comme l’enfer ?

L’idée qu’un Dieu bon et aimant puisse créer un endroit aussi vil et répugnant que l’enfer est une pierre d’achoppement pour beaucoup de gens. En fait, les affirmations concernant l’enfer suffisent à certaines personnes pour rejeter totalement Dieu.

Comment un Dieu soi-disant bon pourrait-Il créer un tel lieu ? La réponse à cette question est directement liée à la nature de Dieu.

Le Dieu de la Bible incarne le parfait équilibre entre la miséricorde et la justice. Il est décrit comme un Dieu aimant, gracieux et miséricordieux. Mais, en même temps, Il est décrit comme un Dieu saint et juste, qui a horreur du péché et qui punit les pécheurs.

Bien que nous préférions nous concentrer uniquement sur les aspects miséricordieux de la nature de Dieu, cela reviendrait à ignorer complètement Sa nature juste.

La miséricorde exige la justice.

Pensez-vous que les criminels et les malfaiteurs méritent d’être punis ? Si un juge gracie un violeur impénitent sans raison, nous ne considérons généralement pas cela comme un acte d’amour, surtout si l’on prend en compte les droits de la victime (et la sécurité des futures victimes potentielles)

La miséricorde sans la justice est irresponsable, absurde et dangereuse.

Le véritable amour se soucie suffisamment de la justice pour punir les méfaits. C’est pourquoi un Dieu d’amour doit aussi être un Dieu de justice, qui reconnaît, sépare et punit les malfaiteurs, et ne permet pas que l’injustice reste impunie.

L’enfer est l’endroit où la justice aimante de Dieu est réalisée et exécutée.

 La liberté va de pair avec les conséquences.

On ne peut pas forcer quelqu’un à aimer. L’homme doit être libre non seulement d’aimer mais aussi de rejeter Dieu. Ceux qui ne veulent pas L’aimer doivent pouvoir Le rejeter librement. Ceux qui ne veulent pas être en Sa présence doivent pouvoir être séparés de Lui si l’on veut respecter leur libre arbitre.

L’amour de Dieu va de pair avec la liberté humaine, et le libre arbitre humain implique des conséquences.

Un Dieu aimant offre la possibilité d’une relation, et l’éventualité d’un jugement si nous refusons cette relation. L’un ne va pas sans l’autre. L’enfer est l’endroit où les humains qui rejettent librement Dieu font l’expérience des conséquences de leur choix.

Contrairement aux fausses idées habituelles, l’enfer n’est jamais décrit dans la Bible comme un endroit où Dieu ou Ses agents torturent les gens, mais plutôt comme un état de tourment, un lieu où l’on est séparé de Dieu, suite aux choix de la personne qui s’y trouve.

Il y a une grande différence entre la torture et le tourment. Je peux être continuellement tourmenté pour une mauvaise décision que j’ai prise dans le passé, sans être torturé par qui que ce soit.

La victoire implique une punition.

Nous avons tous du mal à comprendre pourquoi le mal existe dans le monde. S’il existe un Dieu tout-puissant et aimant, pourquoi ne conquiert-Il pas et ne punit-Il pas le mal ? Il ne fait aucun doute qu’Il finira par être victorieux.

Dieu a prévu un mécanisme par lequel le mal sera définitivement vaincu et puni dans l’au-delà. L’enfer est le lieu où un Dieu tout-puissant et aimant finira par vaincre et punir le mal.

Le paradoxe de l’amour et de la justice de Dieu nécessite l’existence de l’enfer.

L’amour de Dieu ne L’oblige pas à éliminer la nécessité d’une punition et les conséquences du péché, mais au contraire Le force à nous offrir un moyen de les éviter complètement.

En offrant Son pardon grâce au sacrifice du Christ sur la croix (qui a pris notre punition à notre place), Dieu a prouvé Son amour pour nous. Le Dieu d’amour qui a créé un endroit comme l’enfer nous a donné le moyen de l’éviter.

La question n’est donc pas : Pourquoi un Dieu aimant enverrait-Il des gens en enfer ?, mais plutôt : Pourquoi quelqu’un choisirait-il l’enfer plutôt qu’un Dieu aimant ?

***

Le dieu dans lequel je ne crois pas

Certaines personnes qui ne croient pas en Dieu ont de bonnes raisons de ne pas croire en Dieu.

C’est un peu comme les femmes qui affirment que tous les hommes sont pourris, suite à de mauvaises expériences personnelles. Elles ont des raisons, mais elles n’ont pas raison, parce qu’elles n’ont pas vu tout l’échantillonnage des hommes possible. Elles peuvent tirer cette conclusion à partir de leurs expériences, mais elles n’ont pas raison.

De même, beaucoup de gens affirment qu’ils ne croient pas en Dieu, et ils ont des raisons. Ils ont été témoins de mauvais comportements dans leur communauté religieuse, d’hypocrisie, de méchanceté et d’égoïsme, ils ont des a priori très négatifs qui les empêchent de croire en Dieu, ils ont des raisons. Et je me suis rendu compte que, la plupart du temps, le Dieu dans Lequel ils ne croient pas, personnellement, je n’y crois pas non plus.

Certains ont des raisons de ne pas croire en Dieu mais ils n’ont pas raison de ne pas croire en Dieu.

Dans l’histoire du Christianisme, on rencontre pas mal d’hypocrisie, du fanatisme, voire des atrocités.

Quand une personne dit qu’elle ne peut pas croire en un Dieu qui encourage le fanatisme, je lui réponds : Moi non plus ! parce que le Dieu dans Lequel je crois, Il ne demande pas d’imposer Son Evangile, Il nous demande de le vivre…

Un Dieu qui encourage le fanatisme, on ne peut pas y croire.

Quant aux atrocités, que ce soit les croisades ou un prétendu Dieu qui aurait dit au Président Bush de bombarder les Iraquiens, d’attaquer un pays et de tuer des civils, je ne peux pas croire en un tel Dieu.

Moi, le Dieu que je connais, Il veut sauver les gens, Il les aime et Il veut leur bien, pas leur malheur. Beaucoup de choses ont été faites au nom de Dieu, en Lui renvoyant la balle : Ce n’est pas moi, c’est la faute de Dieu et je Lui obéis, et Dieu a souvent été un prétexte pour commettre des atrocités ; mais un jour, les gens auront des comptes à rendre sur les actes qu’ils ont commis en Son nom.

Qu’en est- t-il donc de toutes les religions ?

On dit que toutes les religions sont bonnes et qu’elles mènent toutes à Dieu, mais comment un Dieu peut-Il être aussi diversifié et incohérent ?

Il existe une grande différence entre Dieu et la religion. Ce sont les hommes qui ont créé la religion, avec des croyances différentes et variées, des rites, des coutumes, des obligations et des interdictions.

Moi, je ne crois pas en un Dieu qui aurait inventé plusieurs religions. Je crois dans un Dieu unique, qui est cohérent du début à la fin, un Dieu d’ordre et pas de confusion, qui a un plan pour le salut de l’humanité, plan qu’Il a révélé.

Il faut adhérer à Dieu, pas à une religion. Ce qui m’intéresse, c’est Dieu en moi, c’est vivre Sa vie, et non pas suivre des doctrines et dogmes humains.

Qu’en est-il d’un Dieu qui serait au Ciel et qui laisserait faire tous les malheurs qui se passent sur la Terre, serait-ce un Dieu d’amour ? Si Dieu est amour, pourquoi laisse-t-Il faire ?

Je ne peux pas croire en un Dieu qui se désintéresserait de notre monde. Le Dieu dans Lequel je crois, Il s’intéresse à ce qui se passe sur Terre. Il faut qu’on arrête de Lui mettre nos malheurs sur le dos.

Ce n’est pas Lui qui donne les pulsions sexuelles aux violeurs, qui conduit en état d’ivresse, qui déclare les guerres, cause les famines, les épidémies, etc.

Par contre, ce que j’ai appris de Dieu, c’est que lorsqu’on L’invite dans nos vies, Il veut nous guérir de nos traumatismes, Il veut nous consoler, nous restaurer. Il est intéressé et concerné par nos vies personnelles, et par tout ce qui se passe sur Terre.

Mais attention, la Bible est claire. Jésus nous dit : Voici, Je me tiens à la porte et Je frappe. Si quelqu’un ouvre, Je rentrerai. Il n’a jamais dit qu’Il enfoncerait la porte.

Dieu vient quand on L’invite, c’est toute la différence. Moi, je crois dans un Dieu qui vient quand on L’invite mais qui nous laisse nous débrouiller quand on Le rejette.

Qu’en est-il d’un Dieu d’amour qui parle en même temps, dans la Bible,                de l’enfer ?

Là aussi, il y a toute une déformation religieuse, même toute une croyance religieuse, qui essaie de nous faire croire qu’il y a des gens qui sont prévus pour l’enfer et d’autres pour être sauvés, par prédestination.

Mais selon la Bible, ce qu’on appelle l’enfer ou la géhenne, n’a pas été créé pour les hommes ! A l’origine, c’est pour Satan et ses démons. La Bible est claire : Jésus est mort sur la croix afin que tous les hommes soient sauvés.

Je ne crois pas en un Dieu qui créerait des hommes pour les détruire, pour les faire souffrir pour l’éternité. Par contre, le Dieu dans Lequel je crois, Il nous aime et Il a payé le prix cher pour nous racheter de cet enfer.

Croire en un Dieu, n’est-ce pas se priver d’une liberté ?

Je ne pourrais pas croire non plus en un Dieu qui nous prive de liberté. Mais le paradoxe, c’est qu’avant de croire en Dieu, je pensais être libre. Et je n’y étais pas.

Depuis que j’ai rencontré Dieu, je suis parfaitement libre. Je suis même libre du monde, libre de la pensée des autres, je ne suis plus obligé de faire les choses pour faire plaisir, ou suivre une mode, ou un mode de pensée, je suis vraiment libre.

Dieu nous a appelés à cette liberté. Je ne suis plus obligé de me droguer. Avant, je me droguais en pensant : Je m’arrête quand je veux. Mais ce n’était pas vrai. J’ai essayé et je n’arrivais pas. Je pensais être libre et je n’y étais pas. Le Dieu dans Lequel je crois, c’est un Dieu de liberté.

En conclusion, que dire à quelqu’un qui affirme qu’il n’arrive pas                            à croire en Dieu ?

Ce n’est pas inné de croire en Dieu, c’est un acte de foi.

Personne n’est né sans foi, nous avons tous reçu une mesure de foi et la foi, c’est prendre le risque. Il n’y a pas de foi sans risque.

Chacun peut entendre la voix de Dieu dans son cœur s’il la recherche sincèrement ; même si ça va à l’encontre de notre intelligence, on sait qu’il y a quelque chose derrière. Il faut prendre le risque de la foi.

La première fois de ma vie que j’ai prié, j’étais chef de gang, j’étais dans un squat, il y avait de la drogue, je ne croyais pas en Dieu. J’ai essayé, j’ai pris le risque, j’étais au bord du suicide et Dieu m’a touché. C’est tellement bon de L’avoir rencontré !

Vous pouvez croire, la foi c’est un choix.

Il existe plein de choses dans lesquelles on croit et qu’on ne voit pas. Si on voit un film de cowboy à la télé, on croit que les roues de la diligence roulent à l’envers, mais on ne décide pas de croire ce qu’on voit, on sait qu’elles tournent à l’endroit.

De même, si on met un crayon dans l’eau, le crayon a l’air brisé ; pourtant, on sait que le bâton est droit, on ne croit pas ce qu’on voit.

Des gens me disent parfois : Moi, je crois ce que je vois.

Mais ce n’est pas vrai. Est-ce que vous croyez à l’électricité ?

Oui, mais on la voit, on se chauffe ! Pas du tout, l’électricité ne se voit pas, on ne voit que ses effets, l’électricité est invisible.

De la même manière, Dieu, on ne Le voit pas, mais si vous vous branchez sur Lui, vous verrez tout de suite Ses effets.

(Adapté d’une interview de Patrick Fontaine, pasteur)

***

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post