Accueil Sois un ami Origine du Monde Naturel – Intervention Divine – Évolution – Ou les...

Origine du Monde Naturel – Intervention Divine – Évolution – Ou les deux !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :
Voici un petit tract qu’un ami canadien a imprimé pour distribuer aux étudiants dans les universités. A l’origine, ce texte était en anglais. Je vous encourage à le lire parce qu’il y a de très bonnes informations à l’intérieur. Patrick

Origine du Monde Naturel – Intervention Divine – Évolution – Ou les deux !

Une question très controversée parmi les scientifiques et les pédagogues: comment devraient-ils expliquer l’origine du monde naturel ? A-t-il été créé par une intervention divine ou des processus naturels ? Aujourd’hui, au nom de la connaissance scientifique avancée, on a tendance à rabaisser le rôle d’un Créateur, vu comme une sorte de retour à la superstition primitive.
Mais qu’apprenons-nous des connaissances scientifiques avancées ?
Génétique de l’ADN : les cellules de notre corps contiennent des informations codées qui dirigent la façon dont nos corps doit croître et se développer. Actuellement, chaque fois que nous rencontrons des informations, il est insensé de penser que c’est arrivé par le seul fait du hasard.
Tout ce qui transmet l’information – que ce soit le journal de ce matin, des hiéroglyphes, un cahier de textes, ou le code dans un logiciel – peut uniquement être organisé en quelque chose qui a un sens seulement s’il y a un auteur intelligent derrière. De même, l’information codée dans les cellules de notre corps révèle qu’il doit y avoir un auteur intelligent qui l’a structuré.
Curieux, n’est-ce pas, qu’on invoque si souvent “science” pour réfuter le rôle de Dieu dans la création, alors que la “science” facilement prouve le contraire – que Dieu doit avoir une main dans la formation du monde naturel.
Mais alors, nous pouvons nous demander, qu’en est-il des fossiles de lien manquant ? Ne prouvent-ils pas que nous descendons des singes et non pas d’une création divine ?
Beaucoup de malentendus entourent ce sujet… à cause de l’hypothèse largement répandue que nous, les humains, ont évolué à partir d’un stade primitif (ce que nous pouvons appeler la macroévolution). Tout naturellement, avec cette notion préconçue, profondément ancrée à affronter, les scientifiques ont trouvé difficile d’interpréter leur preuve de tout autre point de vue.
Alors, qu’en est-il des preuves trouvées dans des fossiles ?
Dans un cas « Homme de Java », des os humains et des os de singe se trouvent rapprochés, considérés comme faisant partie du même squelette, jusqu’à ce que des études scientifiques prouvent que ce n’étaient pas le cas du tout.
Dans une autre affaire, Homme de « Piltdown » qui est apparu dans les manuels scolaires comme un ancêtre humain. Les scientifiques ont finalement découvert que c’était une forgerie, un canular scientifique !
Dans une époque plus récente, des « Australopithèque fossiles » sont supposés être nos ancêtres. Après l’excitation initiale apaisée, les scientifiques ont examiné les os, à l’aide de techniques d’analyse des mises à jour informatiques. La conclusion ? Bien que légèrement différente des singes modernes, ceux-ci ne sont que des singes – éteints oui, mais sans rapport avec les êtres humains.
Charles Oxnard (PhD, DSc), expert en anatomie avait ceci à dire :
« Tout cela devrait nous interroger sur la présentation habituelle de l’évolution humaine dans les manuels d’introduction, dans les encyclopédies et dans des publications populaires »
 (The Order of Man : A Biomathematical Anatomy of the Primates, pg.332)
Bien que cela remettre en question le point de vue couramment accepté de nos jours, nous ne pouvons pas fermer nos esprits vers où pointe la “science” – que nous humains avons une Origine Divine et que nous ne descendons pas des singes.
(Voir l’essai de James Perloff « Time Magazine’s New Ape Man » pour plus d’informations)
Mais il convient de reconnaître qu’un certain montant d’évolution arrive. Ce processus naturel fonctionne et il est connu comme microévolution. Il permet la variation et l’adaptabilité – ce que Darwin appelé : « diversification des espèces et sélection naturelle »
Le problème est, comme les hommes aveugles qui essaient d’expliquer l’éléphant, si nous insistons sur ce processus naturel comme unique explication de l’origine du monde naturel, alors nous sommes susceptibles de manquer quelque chose, et de nous retrouver avec une explication limitée et déséquilibrée.
Oui, il y a place pour la variation et l’adaptabilité – mais sans déranger l’ordre fondamental du monde naturel ; autrement dit, sans modifier la structure de la base génétique de nous les humains et les différentes classes de plantes et d’animaux.
Par exemple, considérez combien de races de canis il y a; pourtant, que ce soit un Chihuahua ou un Dogue allemand, les structures génétiques sous-jacentes sont les mêmes. Un chien sera toujours un chien.
Un autre exemple du fonctionnement de cet ordre dans la nature est la barrière de la stérilité entre les classes différentes d’animaux. Comment déroutant du monde naturel allait devenir si, par exemple, votre chat et votre chien pourraient s’accoupler et produire un chat-chien !
Concernant la question de la macroévolution, Darwin lui-même a dû admettre :
« Par cette théorie, d’innombrables formes transitoires devraient avoir existé. Pourquoi ne les trouvons-nous pas intégrés dans la croûte terrestre ? Pourquoi toute la nature n’est-elle pas dans la confusion au lieu d’être, comme nous le voyons, bien définie par espèces ? »
(L’Origine des Espèces, chapitre 6)
La grande importance aujourd’hui sur la théorie de la macroévolution (p.ex. singe change ses mécanismes génétiques complexes pour évoluer vers la forme humaine) n’a aucun fondement scientifique; la science avancée (en génétique de l’ADN) et la simple observation du monde naturel offrent beaucoup de confirmations. Malheureusement, la théorie a déjà eu son influence subtile, dommageable sur l’orientation philosophique de l’humanité.
Cela est devenu tragiquement évident au cours du XXe siècle dans les campagnes de génocide d’Adolph Hitler, les fondements philosophiques qui étaient enracinés dans la théorie de la macroévolution. Et qui sait quelle forme cela prendra dans la politique et les politiques du futur ?
Parce que cette théorie des origines qui a une tendance à minimiser le rôle d’un Créateur dans la formation du monde naturel, mène facilement à des conclusions dans les esprits impressionnables que nos vies n’ont aucun sens ou responsabilités (puisque Dieu semble si loin)
Si nous pensons que nous descendons des animaux, et que le Créateur n’a pas grand-chose à voir avec nous, qui a besoin de s’inquiéter ce qui est bon ou ce qui est mal ? Tout est seulement une lutte pour la survie du plus apte et du plus fort de toute façon, alors pourquoi s’inquiéter.
Comme indiqué, la pensée macro-évolutionniste était le fondement de la philosophie Nazie et leur croyance dans une race supérieure. Leur politique cruelle visait à éliminer les autres races concurrentes dans la montée vers la suprématie évolutionnaire.
Qu’on le veuille ou non, si l’on croit en la macroévolution, alors il n’y a pas d’échappatoire à devoir accepter la croyance que certains êtres humains sont plus haut dans l’échelle de l’évolution que d’autres.
Mais si nous pouvons apprendre à apprécier le rôle du Créateur, nous pouvons célébrer la diversité humaine sans avoir à sacrifier l’égalité ou la dignité humaine. Nous avons aussi un solide contexte scientifique à partir duquel notre développement éthique peut mûrir dans une direction positive – avec un plus grand sens des responsabilités envers notre Créateur et au bien-être des autres, ainsi que le réconfort de son existence et de préoccupation pour nous tous.
Pour conclure, qu’il est difficile de comprendre ce que toute cette agitation est sujet – pourquoi l’enseignement de « Design Intelligent/Créationnisme » est considéré comme une sorte de sinistre déviation par rapport à la vérité.
Au contraire, nous devrions nous résoudre à mettre cet enseignement à la lumière dans nos établissements éducatifs puisqu’il offre aux générations à venir des principes éthiques sains et scientifiques aussi; et ce faisant, offrir aux générations à venir le type de principes éthiques et scientifiques solides qui les guideront mieux à travers les défis du futur.
Pédagogues sont légitimement préoccupés par des points de vue non rationnels dans l’enseignement des sciences. Dans ce processus cependant, « le bébé est souvent jeté avec l’eau du bain »
Jeter la superstition, oui, mais garder une bonne compréhension du rôle du Créateur dans la formation du monde naturel.
Méditation
Le Créateur s’étend bien au-delà de ce que notre esprit humain ne pourra jamais comprendre. Mais s’Il existe, et s’Il se soucie de la race humaine, ne serait-Il pas juste qu’Il vienne à nous sous une forme humaine ? Alors nous une pouvons savoir ce qu’Il est et comment Il s’attend à ce que nous vivions … En effet, c’est ce que Jésus-Christ était et ce qu’Il nous a montré pendant Son séjour dans notre royaume terrestre.
_________________________________________________

LES TROIS SINGES

Trois singes étaient assis sur un grand cocotier
Pour discuter, dit-on, de la conjoncture.
L’un disait aux deux autres : “ Vous devez m’écouter,
Il est une rumeur qui me semble imposture :
Les hommes descendraient de notre noble race.
C’est ce qu’on dit pourtant, mon Dieu, quelle disgrâce !
Mais jamais singe, non, n’abandonne sa femme
Ne laisse son petit, le déserte et l’affame.
Vous n’entendrez jamais parler d’une femelle
Qui laisse ses bébés, les expose au danger.
Jamais non plus, vous n’entendrez parler
D’un mâle qui, la nuit, va faire du vacarme,
Se sert d’un fusil, d’un bâton, d’une arme,
Pour buter lâchement l’un de ses congénères !
Laissez-moi vous dire, mes frères,
Oui, l’homme descend bien,
Descend bien de quelqu’un,
Mais ce dangereux fou
Ne descend pas de nous ! ”
_________________________________________________
 
 
Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message