C’est écrit dans les étoiles ?

Onzième entretien

SCOTT : Nous y revoilà. Merci d’être venu.

DIEU : C’est toujours un plaisir pour Moi. On peut y aller ?

SCOTT : Il y a un sujet qui me tient à cœur, celui de l’astrologie — les effets que les planètes et les étoiles auraient sur notre personnalité et notre destinée.

DIEU : Sur la personnalité d’accord, mais pas sur la destinée.

SCOTT : Il y a donc une part de vrai dans l’astrologie ?

DIEU : Oui, c’est l’un des moyens que J’utilise pour concevoir et créer, pour faire en sorte que chaque individu ait une personnalité unique. À cet égard, les planètes et les étoiles fonctionnent à la manière d’un mécanisme incroyablement complexe. Leurs positions respectives changent continuellement, si bien que la carte du ciel correspondant à chaque personne est pratiquement unique, ce qui lui confère des traits de personnalité différents.

SCOTT : Mais qu’en est-il si nous sommes affligés d’une personnalité que nous n’aimons pas particulièrement ?

DIEU : Les caractéristiques qui proviennent de l’influence des planètes et des étoiles ne sont qu’une ébauche de personnalité. Chacun des signes astrologiques — comme on les appelle — comporte des traits positifs et d’autres qui le sont moins, mais nul n’est obligé d’en rester là. Je vous ai donné la capacité de vous améliorer. Si vous n’aimez pas votre personnalité, libre à vous de changer. Mais l’influence des étoiles n’est pas le seul élément qui façonne votre personnalité. Il y a aussi le facteur génétique et le facteur environnement. Quoi qu’il en soit, il y a quelque chose de plus important que la personnalité : c’est le caractère.

SCOTT : Tu veux dire la force morale.

DIEU : Exactement.

SCOTT : Mais Tu disais plus haut que notre admission au Ciel n’a rien à voir avec notre moralité ou notre bonne conduite.

DIEU : Il ne s’agit pas de cela. Je ne voudrais pas donner l’impression que Je méprise ceux qui ont des principes moraux, ou que Je minimise l’importance d’une bonne moralité. Je parlais du salut, qui est un don gratuit que vous recevez lorsque vous acceptez Jésus dans votre vie, dans votre cœur.

SCOTT : Mais quel avantage y a-t-il à respecter la morale si cela n’a aucune incidence sur notre admission au Ciel ?

DIEU : Cela a une incidence directe sur votre bien-être intérieur et votre bonheur ici-bas. Et croyez bien que le fait de défendre des causes justes sera récompensé dans la vie à venir. Vous ne le regretterez pas, Je vous le garantis. C’est une bonne chose d’être admis au Ciel, mais c’est le minimum, et c’est avoir la vue courte que de s’en contenter. Votre condition au Ciel dépendra beaucoup de la façon dont vous avez vécu sur terre.

SCOTT : Mais Jésus, de Son temps, s’est montré particulièrement virulent à l’encontre des pharisiens. Pourtant, si je me souviens bien, ils étaient très respectueux de la morale.

DIEU : Certains d’entre eux étaient justes, mais la plupart n’étaient que des hypocrites qui, en surface, faisaient semblant d’être « bons », alors qu’ils bouillonnaient de haine et que leur cœur était rempli de venin. Ce qui plus tard fut rendu manifeste par leur collusion avec les sadducéens, leurs ennemis jurés, pour réclamer l’exécution de Jésus. Ils étaient loin de pratiquer le bien ou d’avoir un sens moral : ils étaient simplement imbus de leur personne et se considéraient comme meilleurs que les autres. Or ce genre d’hypocrisie empeste, et en général tout le monde s’en rend compte, sauf les intéressés.

SCOTT : Selon Toi, ce genre de bonne conduite morale n’a rien à voir avec la vraie bonté.

DIEU : Exact. Ne confonds surtout pas cette attitude hypocrite avec la force morale. Ceux qui ont une véritable force de caractère, bien qu’ils puissent apparaître faibles, se lèveront pour défendre ce qui est juste et bon, contre vents et marées s’il le faut. Il se trouve que, le plus souvent, la vaste majorité des humains défendent les mauvaises causes : alors ne va pas chercher les hommes et les femmes de caractère dans la foule qui réclame du sang. Ce n’est pas là que tu les trouveras.

SCOTT : Voilà que nous nous sommes quelque peu éloignés du sujet, mais j’avoue que c’est une question très intéressante. Pour en revenir à l’astrologie, j’ai l’impression que d’après Toi l’horoscope du jour, ce n’est pas très sérieux.

DIEU : Il m’arrive souvent de montrer des signes comme présages dans le ciel nocturne, telles les comètes par exemple. La naissance même de Jésus fut annoncée par une étoile brillante. Mais l’horoscope du jour, du genre « vous rencontrerez un bel étranger, taille élancée, cheveux noirs, qui vous offrira des possibilités inattendues en affaires… », c’est de la conjecture. Astucieuse conjecture parfois, mais qui ne mérite pas qu’on lui accorde le moindre crédit, si ce n’est que de temps à autre il peut y avoir coïncidence.

SCOTT : Il y aurait donc une part de vérité dans l’ancienne superstition selon laquelle le passage d’une comète serait un présage de malheur ?

DIEU : Il y a beaucoup de documents historiques à l’appui de cette thèse : lis-les, et tu verras que le passage des grandes comètes a toujours été suivi d’événements d’une portée capitale. Crois-Moi, il ne s’agit pas d’une simple coïncidence. D’un autre côté, il en est toujours qui se plaisent à magnifier les événements annoncés par les comètes, et tous les faits majeurs de l’histoire ne s’accompagnent pas forcément de l’apparition de comètes, Je te l’accorde. Mais pour Moi, elles sont un moyen d’attirer l’attention des hommes. Les anciennes croyances ne sont pas toutes des superstitions ridicules.

SCOTT : Ces propos sur les comètes et les mauvais présages me rappellent les prophéties de Nostradamus. D’après ce que j’ai lu, ces prophéties sont, pour la plupart, très obscures mais, à l’occasion, il lui est arrivé de prédire des événements importants qui se sont effectivement réalisés par la suite. Nostradamus était-il un prophète ?

DIEU : Effectivement, il a entrevu le futur. Je me suis adressé à lui par le truchement de Mes agents.

SCOTT : Autrement dit, il était inspiré par un esprit, un guide spirituel ?

DIEU : Oui. Il vivait à une époque troublée où un homme comme lui, avec les dons qu’il avait, courait le risque d’être envoyé au bûcher. Je l’ai donc inspiré, par l’intermédiaire d’un esprit, à écrire ses prophéties sous forme de quatrains et dans un mélange de plusieurs langues, de façon à en voiler la signification.

SCOTT : Alors, toutes les choses ahurissantes qu’il a écrites vont se réaliser ?

DIEU : Beaucoup le sont déjà, d’autres le seront, mais quelques-unes ne le seront pas. Il n’a pas été infaillible à cent pour cent.

SCOTT : Comment cela ?

DIEU : Il ne comprenait pas certaines des choses qu’il a reçues et, par conséquent, il les a mal transcrites. D’autre part, certaines prophéties sont sujettes à condition : si telle ou telle chose arrive, alors telle ou telle autre chose peut en découler. Mais si pour une raison quelconque, la condition première n’est pas remplie, le reste ne peut se produire, ou du moins pas dans les termes exacts de la prophétie.

SCOTT : Si je comprends bien, un prophète peut prédire un certain événement, mais s’il ne se réalise pas, cela ne signifie pas pour autant qu’il est un faux prophète.

DIEU : Absolument.

SCOTT : Mais alors quels critères nous reste-t-il pour juger entre un vrai et un faux prophète ?

DIEU : C’est un peu sévère. Tu veux dire que, si par malheur un prophète se trompe sur un seul point, tu tires un trait sur toutes ses prophéties ?

SCOTT : Oui, je suppose.

DIEU : Eh bien mon vieux, qu’est-ce que tu es dur ! Je dirais que tu exiges d’eux plus que de n’importe qui d’autre. S’il arrive à un médecin de faire un mauvais diagnostic, vas-tu le traiter de charlatan ?

SCOTT : Non, mais ce n’est pas comparable. Un prophète est censé recevoir ses instructions de Toi et, par conséquent, il n’a pas le droit à l’erreur.

DIEU : Les prophètes sont des êtres humains comme les autres. Il peut leur arriver de mal interpréter certains éléments et de se tromper.

SCOTT : Mais alors, quelle est la marque d’authenticité et comment peut-on être certain qu’on a affaire à un vrai prophète ?

DIEU : Par la prépondérance des résultats. Si ces prophètes disent la vérité la majeure partie du temps, tu peux en conclure qu’ils sont d’authentiques prophètes. Leurs motifs fournissent une indication supplémentaire: recherchent-ils sincèrement à faire le bien et à transmettre des messages qui vont aider les autres, ou bien prophétisent-ils pour leur avantage personnel ou la popularité, pour s’enrichir ou pour tout autre motif inavoué ?

SCOTT : Existent-ils d’autres façons de discerner lesquels sont de vrais prophètes ?

DIEU : Eh bien, pour qu’ils soient de vrais prophètes, il faut qu’ils Me reconnaissent comme la source de leur inspiration. Je dois ajouter qu’il existe, dans l’esprit du public, une certaine confusion : un prophète n’est pas forcément celui qui prédit l’avenir. En fait, son rôle principal est de communiquer le message que Je lui demande de transmettre, quelle qu’en soit la teneur. Il peut s’agir de la prédiction d’événements futurs, mais ce n’est pas forcément le cas.

SCOTT : Mais n’y a-t-il pas de nombreux fondateurs de sectes, qui Te reconnaissent comme Dieu et qui prétendent prêcher Ton message, mais qui n’en paraissent pas moins malfaisants ?

DIEU : Tu viens de passer des prophètes aux gourous. Il ne s’agit pas forcément des mêmes personnes. Mais pour répondre à tes questions, ce que l’un appelle sa religion sera qualifiée de secte par un autre. De nos jours, on entend beaucoup parler de psychose des sectes, mais le public ferait bien d’être plus circonspect vis-à-vis de ce que les médias veulent lui faire avaler. Rappelle-toi que Jésus a été exécuté en tant que leader d’une secte, sous couvert d’accusations politiques forgées de toutes pièces. Les chefs de la religion dominante virent en Lui une menace à leur position et le firent accuser faussement d’incitation à la révolte.

SCOTT : Il n’en demeure pas moins que dans les sectes on trouve toutes sortes d’individus plutôt farfelus.

DIEU : On y trouve des idées assez bizarres, voire dangereuses, mais il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac, loin s’en faut. Ajoutons cependant que les gens craignent tout ce qui est étrange, tout ce qui est nouveau, tant que le nouveau n’a pas fait ses preuves, ce qui peut prendre de longues années. Une chose que Je constate par rapport à quelques-unes de ces religions, c’est qu’elles ont su briser les chaînes de la tradition et qu’elles font l’effort de Me rechercher.

SCOTT : Mais chez certaines, on note une propension au suicide.

DIEU : Certains dirigeants malintentionnés ont induit leurs adeptes en erreur, avec les conséquences dramatiques que l’on sait. Le suicide est une terrible tragédie. Qui plus est, ces suicides ont été commis en groupe et, par conséquent, ils ont fait l’objet d’une couverture médiatique renforcée. Il y a beaucoup d’autres membres de la société qui se sentent acculés au suicide parce qu’ils souffrent d’un profond malaise et d’une grande solitude, mais on n’en parle guère. Ce sont les professions qui s’exercent dans les domaines de la santé mentale et du maintien de l’ordre où l’on enregistre les taux de suicide les plus élevés. Si vous appartenez à l’une de ces catégories socioprofessionnelles, vous risquez davantage de vous suicider que si vous êtes membre d’une secte.

SCOTT : Ironie du sort, ce sont précisément ces deux catégories de professions qui tirent la sonnette d’alarme à propos des sectes.

DIEU : Pour être juste, il faut reconnaître que leur travail est stressant, mais cela montre bien qu’on a toujours tort de pointer un doigt accusateur en direction des autres.

SCOTT : Que penser des terroristes religieux ?

DIEU : Que veux-tu savoir au juste ?

SCOTT : Selon tous les critères de notre monde civilisé, ils apparaissent comme mauvais. Ne Te font-ils pas une mauvaise réputation ?

DIEU : Mes commandements sont de M’aimer et d’aimer ses semblables. Si les actions de certains individus vont à l’encontre de ces deux commandements, ceux-ci Me désobéissent et ne peuvent certainement pas s’attendre à ce que Je cautionne leurs actes. Mais il y a des gens qui cherchent à Me diffamer et à discréditer ceux qui croient en Moi, en mettant, là encore, tout le monde dans le même sac.

Prenez par exemple l’expression « terroristes islamistes ». Cette expression a été si souvent utilisée dans les média qu’à présent une grande partie du public associe immédiatement Islam avec actes terroristes, alors qu’on ne saurait être plus éloigné de la vérité. Les vrais musulmans se soumettent à Moi dans la paix, bien qu’il Me soit difficile de leur en vouloir lorsqu’ils éprouvent de la colère vis-à-vis de l’Occident, et spécialement de la presse occidentale, pour la façon dont ils sont trop souvent traités.

SCOTT : Ce qui nous amène à un autre sujet : la persécution religieuse. C’est un phénomène vieux comme le monde mais c’est une tendance qui prend de l’ampleur. Ainsi je lisais que davantage de chrétiens ont été tués en raison de leur foi au vingtième siècle qu’au cours de tous les siècles précédents.

DIEU : Cet exemple illustre bien le fait qu’à maints égards, l’humanité n’a jamais été aussi peu « civilisée » qu’elle l’est aujourd’hui.

SCOTT : Pourquoi la persécution religieuse ?

DIEU : Ceux qui sont dans l’erreur détestent la liberté et le bonheur de ceux qui vivent dans la vérité, parce que cette liberté et ce bonheur font ressortir la futilité de leur vie. Ces « égarés » deviennent des agents de « l’Adversaire », lequel abhorre la lumière et la vérité, et s’efforce par tous les moyens possibles de les détruire.

SCOTT : Tu fais ici allusion à Ton adversaire, le Démon.

DIEU : Absolument, parce qu’il est à l’origine de cette persécution.

SCOTT : Mais pourtant, bien souvent, ces persécuteurs professent l’athéisme et, de ce fait, ne croient pas non plus au Démon.

DIEU : Il n’est pas nécessaire de croire en lui pour faire son sale boulot.

SCOTT : En revanche, il n’est pas rare que des personnes apparemment très attachées à leur religion soient les instigateurs de ce genre d’attaques. Comme dans les persécutions menées par l’Église catholique romaine au cours des siècles passés.

DIEU : Où ces gens de religion ont-ils bien pu lire que Jésus leur demandait de persécuter les autres ? Au contraire, Il a commandé à Ses disciples d’aimer leurs ennemis.

SCOTT : Tu as expliqué comment le mal s’efforçait d’anéantir la vérité. Y parviendra-t-il ?

DIEU : Le mal peut persécuter la vérité, il peut chercher à l’étouffer, mais il ne pourra jamais la détruire. À la fin, le mal sera détruit par le bien.

SCOTT : Est-ce à dire que le bien fera au mal ce que le mal est en train de faire au bien ?

DIEU : Si tu entends par là que le bien emploiera les mêmes méthodes, non ! Mais un jour, le mal sera détruit par le bien, exactement comme les ténèbres sont chassées par la lumière.

SCOTT : C’est très imagé, comme comparaison.

DIEU : Peut-être, mais c’est une image qui est facile à comprendre.

SCOTT : Je Te l’accorde ! Et ce jour-là, nous l’attendons tous avec impatience. Encore un fois merci de t’être aussi gentiment prêté à toutes mes questions.

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post