Au-delà de l’incident de parcours

Dixième entretien

SCOTT : La dernière fois, Tu nous as laissés sur un « incident de parcours ».

DIEU : (rires) En effet.

SCOTT : Tu as éveillé ma curiosité. De quel genre d’incident de parcours s’agit-il ?

DIEU : Eh bien, le combat titanesque, qui a lieu sur terre à l’époque de l’Antéchrist, est remporté par le camp du bien — le nôtre —, et il est suivi de mille ans de paix et de bonté. À la fin de ces mille ans, le Démon est libéré de sa prison du Puys de l’Abîme, et nous assistons en quelque sorte à une reprise de la Bataille d’Armageddon.

SCOTT : Quoi ! Voilà qu’on remet ça ? Mais pourquoi diable faut-il que le Démon soit libéré !?

DIEU : Pour la même raison que Je lui permets d’être présent dans le monde aujourd’hui. Il représente l’autre choix, et les habitants du nouveau monde à venir auront une nouvelle occasion de choisir librement la voie qu’ils désirent suivre.

SCOTT : Et alors, que se passe-t-il ?

DIEU : Le Démon et ses forces sont à nouveau vaincus, cette fois-ci définitivement. Ensuite, la terre est complètement transformée. Toute la surface de la terre est consumée, puis recréée, pour en faire un monde encore plus beau, d’une splendeur incomparable.

SCOTT : Mais pourquoi cette transformation n’a-t-elle pas lieu au début des mille ans ? On dirait que pendant tout ce temps, on s’emploie — certains tout au moins — à construire quelque chose, mais tout ça pour des prunes.

DIEU : Le monde a progressé autant qu’il le pouvait, compte tenu des conditions qui prévalent sur terre. Tu ne voudrais tout de même pas arrêter le mouvement du progrès ?

SCOTT : Bien sûr que non, mais pourquoi ne pas effectuer ce changement immédiatement après la bataille d’Armageddon ? Pourquoi attendre cette « reprise » des hostilités, selon Ton expression ?

DIEU : Encore une fois, c’est une question d’apprentissage pour l’humanité. Cela fait partie de votre formation, pour vous préparer à vivre dans la demeure ultime que Je vous réserve.

SCOTT : Ce doit être un endroit tout à fait exceptionnel s’il faut nous y préparer pendant mille ans !

DIEU : Tu as du mal à accepter ça, hein ?

SCOTT : C’est que… ça ne me paraît pas très logique. Je dirais que cent ans, c’est un max et que ça devrait être tout à fait suffisant. Du reste, tous ceux qui seront là au commencement seront morts bien avant que les cent ans ne soient terminés, à plus forte raison mille ans. Je ne vois pas quel intérêt il y a à s’entraîner jusqu’à la mort, si on n’a jamais l’occasion de mettre en pratique ce qu’on a appris.

DIEU : Qui t’a dit que tu mourrais ?

SCOTT : C’est le bon sens : très peu de gens vivront jusqu’à cent ans.

DIEU : Durant cette période de mille ans, les choses auront tellement changé que les centenaires seront encore considérés comme des enfants.

SCOTT : Alors là, en voilà une autre qui a du mal à passer ! Je parle ici des gens normaux, pas de ceux qui seront dotés d’un nouveau corps, de ce super corps dont Tu parlais plus haut. Je ne pense pas que les gens normaux pourront vivre aussi longtemps, ou est-ce que je me trompe ?

DIEU : Si Je le veux, ils le pourront.

SCOTT : Mais le corps vieillit naturellement. Et puis, les rigueurs de l’environnement se font sentir.

DIEU : Avant Armageddon, l’environnement en prendra un sacré coup, et il y aura beaucoup à faire pour le remettre en état. Mais on s’y emploiera durant ces mille ans, et il sera pas mal réhabilité. D’autre part, tu continues de faire abstraction de Moi et de Ma puissance. Je vais opérer un miracle sur le corps humain et il ne vieillira plus aussi vite qu’actuellement.

SCOTT : Donc, si j’ai bien compris, ceux qui montent au Ciel avec leur super corps lors de l’Enlèvement ne sont pas les seuls à subir une transformation : il y a également les survivants de la bataille d’Armageddon.

DIEU : C’est exact. Ceux qui auront survécu à la Bataille d’Armageddon vivront encore sur la terre. Ces gens-là ne bénéficieront pas forcément d’une transformation, comme tu le dis, mais les changements de l’environnement provoqueront un net ralentissement du vieillissement. Par conséquent, s’il est vrai que les premiers survivants jouiront déjà, en partie, de ces changements, leurs enfants et leurs descendants en seront les vrais bénéficiaires.

SCOTT : Que vont faire tous ces survivants ? On a un peu l’impression d’un retour à l’âge de pierre.

DIEU : (rires) Voilà une façon peu flatteuse de décrire le style de vie paradisiaque qui les attend !

SCOTT : Je ne pense pas qu’il y ait tellement de gens qui se réjouissent à l’idée de donner dans le rustique.

DIEU : Trop ennuyeux ?

SCOTT : Oui. Je crois que ce sera l’avis du plus grand nombre.

DIEU : Tu as une meilleure idée ?

SCOTT : La plupart des gens préfèrent la vie de citadin.

DIEU: Tu veux dire des millions de gens qui vivent en solitaire les uns à côté des autres ? C’est donc ça, ton idée du Paradis ?

SCOTT : Tout le monde n’est pas solitaire. J’admets qu’à première vue beaucoup le sont, mais la plupart ont au moins quelques amis.

DIEU : L’homme n’a pas été créé pour une vie urbaine. Tu peux Me croire, Je l’avais destiné à une vie rurale ou en tout cas, semi rurale. Je te vois en train de cogiter, et tu vas me répondre que J’aurais dû prévoir qu’il y aurait des villes puisque Je connais le futur. Certes, Je le savais, mais il n’en est pas moins vrai que Je n’ai pas créé l’homme pour ce genre de vie. C’est en menant une vie plus calme, plus paisible, plus régulière qu’il est au summum de ses capacités. Le stress urbain de la vie moderne est une cause de mortalité qui fait beaucoup plus de dégâts qu’on se l’imagine.

SCOTT : Mais Tu disais plus haut qu’au cœur du Ciel se trouve une immense cité. N’y a-t-il pas contradiction ? D’un côté, Tu conçois le Ciel comme une cité, une ville, et de l’autre, les hommes qui resteront sur la terre en seront réduits à vivre comme des péquenauds.

DIEU : Le mot « Cité » n’est peut-être pas la meilleure façon de décrire le Ciel, mais dans votre entendement, c’est le terme qui s’en rapproche le plus. La Cité céleste est immense, d’une dimension qui dépasse votre imagination. Elle a la forme d’une pyramide de plus de 2000 kilomètres de haut, dont la base fait près de six millions de kilomètres carrés. Certaines parties du Ciel, J’en conviens, présentent un caractère urbain, mais il y a aussi de nombreux parcs boisés et de grands espaces ouverts. Et Je t’assure que la vie y sera très relaxe. Au Ciel, il y aura toujours beaucoup à faire, mais personne ne sera stressé.

En outre — pour en revenir à tes réserves sur ma conception de la vie sur terre pendant le millénium — Je peux t’assurer que les humains apprécieront de vivre dans cet environnement, tout au moins la plupart.

SCOTT : La plupart seulement ?

DIEU : Il y aura les éternels insatisfaits. Tout comme Adam et Ève n’étaient pas satisfaits de ce que Je leur offrais en Eden, certains ne seront pas satisfaits d’un monde qui ressemblera de très près au jardin d’Eden.

SCOTT : On aurait tout de même pu tirer les leçons de cette expérience !

DIEU : On serait en droit de le penser. Mais ne t’inquiète pas : ces rebelles ingrats ne sauraient gâcher le plaisir des autres.

SCOTT : Autrement dit, ce sont eux qui seront à l’origine de cet « incident de parcours » ?

DIEU : Oui. Lorsque le Diable s’en revient à la fin des mille ans, ils vont s’empresser de le suivre pour fomenter une nouvelle rébellion.

SCOTT : Et ensuite ?

DIEU : Eh bien, J’y mettrai fin sans trop tarder.

SCOTT : On pourrait dire, je suppose, que Ta patience vis-à-vis des méchants a atteint ses limites.

DIEU : En effet. Il y a des limites. Et à ce moment-là, ils les auront atteintes.

SCOTT : Cela nous amène à un autre aspect de Ta nature que nous n’avons pas encore abordé au cours de ces interviews : Ton côté « foudre et jugements ». Dans certains récits de la Bible, Tu entrouvres la terre pour engloutir les méchants, Tu fais pleuvoir le feu et le souffre sur des villes, Tu vas jusqu’à inonder la terre pour faire périr toute l’humanité hormis quelques humains. Tout cela est assez terrifiant pour nous autres mortels. Comment peux-Tu concilier ce côté-là de Toi-même avec Ton côté bonté et douceur ?

DIEU : Si Je n’avais pas agi de la sorte, si Je n’étais pas intervenu aussi sévèrement, les conséquences auraient été bien pires. Les coupables avaient causé énormément de torts, de peines et de souffrances à leurs semblables. Je me dois de punir le mal, sous peine de faire preuve d’injustice.

SCOTT : Ce côté vengeur apparaît surtout dans l’Ancien Testament. Aurais-Tu changé au fil du temps, que Tu n’agisses plus avec autant de violence aujourd’hui ?

DIEU : J’ai changé Mes tactiques, mais Ma nature demeure la même.

SCOTT : Tu parles de tactiques ? On pourrait croire que Tu es en guerre.

DIEU : Je le suis. Une guerre est en train de se dérouler en ce moment-même, une guerre gigantesque et d’une violence inouïe, qui a pour enjeu les cœurs et les âmes des hommes. Mais cette violence a lieu dans le domaine spirituel. Je me bats contre Mon adversaire de toujours pour les âmes de l’humanité — et c’est un combat qui se livre pour chaque individu, et à l’intérieur de chacun.

SCOTT : Alors Tu ne provoques plus ce genre de grands cataclysmes comme dans le passé ?

DIEU : L’homme s’en charge assez bien tout seul !

SCOTT : Mais qu’en est-il de la bataille d’Armageddon, ou de cet « incident de parcours » au cours duquel le Démon déclenche une nouvelle guerre ? Il s’agit bien d’une guerre physique, n’est-ce pas ?

DIEU : C’est l’homme qui déclenche ces conflits en choisissant de suivre le Diable incarné, en la personne de l’Antéchrist, ou en choisissant de se joindre à la rébellion du Diable au cours de « l’incident de parcours » dont nous avons parlé. Quand l’homme s’est fourvoyé au point qu’il en arrive à s’autodétruire ou à anéantir la planète ainsi qu’un grand nombre de ses semblables, il est grand temps pour Moi d’intervenir pour rétablir l’ordre. Ces guerres sont la conséquence directe des choix de l’homme.

SCOTT : Néanmoins, les grandes catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre et les tempêtes dévastatrices, ne sont pas causées par l’homme. En anglais, on les appelle même des « actes de Dieu ».

DIEU : Non, elles ne sont pas toujours causées par l’homme, quoique souvent l’intensité de ces tempêtes ne soit pas sans rapport avec les dommages qu’il a causés à l’environnement.

SCOTT : Soit. Mais ces catastrophes naturelles sont-elles une manifestation de Tes « jugements », ou bien font-elles partie du cours naturel des événements ?

DIEU : Elles suivent le cours normal de la nature. Toutefois, Je profite de ces événements pour amener les résultats que Je souhaite. Mais tu ne peux toutefois en conclure que toutes les catastrophes sont des jugements envoyés par Moi.

SCOTT : Mais qu’en est-il des innocents qui sont tués dans ces catastrophes ?

DIEU : Les victimes qui périssent dans ce genre de catastrophes — qu’il s’agisse d’ouragans, de séismes, ou de glissements de terrain –, sont souvent des croyants qui vont rejoindre une vie meilleure. Bon nombre de ces victimes sont de pauvres indigents qui méritent mieux que les injustices et les inégalités qu’ils doivent subir dans le monde des hommes. C’est pourquoi J’utilise parfois cette méthode, un peu surprenante il est vrai, pour libérer Mes enfants de leur environnement de misère et les emmener au Ciel avec toute leur famille. Les raisons des catastrophes sont multiples, mais pour la plupart, elles resteront cachées jusqu’au jour où vous arriverez au Ciel : là, il vous sera donné de revoir tous les éléments de chaque situation, mais ce sera de Mon point de vue.

Par ailleurs, c’est souvent en période d’extrême danger que Je suis à même de manifester Ma puissance par des miracles de protection. C’est souvent dans ces calamités que se révèlent les aspects les plus nobles de l’être humain, par des actes d’héroïsme, de charité et de tendresse. Les désastres sont un mal, il est vrai, mais il peut en ressortir du bien. D’ailleurs, nous en avons déjà parlé.

SCOTT : Oui, Tu as raison. Revenons aux événements mentionnés plus haut. Donc il y a cette bataille, cet « incident de parcours ». Et ensuite ?

DIEU : On dirait qu’elle te plaît, cette expression !

SCOTT : Je l’admets. Ça change.

DIEU : Donc après cette bataille, la surface de la terre est entièrement consumée.

SCOTT : Entièrement. C’est plutôt radical.

DIEU : Puis elle est magnifiquement recréée et remodelée. C’est une Nouvelle Terre, resplendissante à tous égards, et dotée d’une nouvelle atmosphère céleste. Nous y trouverons toutes les bonnes choses, et rien de ce qui peut prêter à mal. Puis, sur cette Nouvelle Terre, descendra la Cité céleste dont il a été question plus haut. C’est là que résideront Jésus et tous ceux qui M’aiment.

SCOTT : Donc, c’est le cas de le dire: ce sera le paradis sur terre.

DIEU : Précisément !

SCOTT : Mais alors qu’adviendra-t-il du Ciel actuel ?

DIEU : Le mur qui sépare le monde spirituel du monde physique disparaîtra. Ce qui existait dans le spirituel sera désormais visible physiquement. Donc le Ciel qui existe actuellement sera également visible sur le plan physique. À l’heure qu’il est, la Cité céleste existe déjà, mais à ce moment-là, elle sera à la fois spirituelle et matérielle, et s’élèvera quelque part sur terre dans toute sa splendeur.

SCOTT : Voyons si j’ai bien compris. À l’heure actuelle ces deux domaines coexistent : l’un, physique ou matériel, et l’autre, spirituel. Le temps viendra donc où il n’y aura plus de division entre les deux ?

DIEU : C’est exact. Il n’y aura plus qu’un seul domaine.

SCOTT : Mais pourquoi vouloir sauvegarder l’aspect matériel ? Tu vis dans le spirituel et Tu peux tout y trouver : il semblerait par conséquent que l’on peut très bien se passer du monde physique.

DIEU : Le spirituel ne sera pas vraiment complet avant qu’il ne soit uni avec le physique. Mais Je constate que Mes commentaires te laissent un peu perplexe.

SCOTT : Effectivement. J’aimerais bien que Tu t’expliques davantage.

DIEU : Au commencement, J’ai séparé le spirituel du matériel. Quand tout sera restauré, ces deux domaines seront à nouveau réunis. À l’heure qu’il est, le monde spirituel est, comme tu t’en doutes, bien plus complet que le monde physique. Néanmoins, sous certains aspects, il demeure limité. Il sera achevé, parfait, lorsque toute Ma création — spirituelle et matérielle — sera réunie.

SCOTT : C’est fascinant ! Puis-je Te demander si cette union du matériel avec le spirituel concerne uniquement la terre, ou si elle aura lieu dans tout l’univers ?

DIEU : Elle concerne tout l’univers.

SCOTT : Quelle est donc la raison d’être de toutes ces étoiles et ces planètes ?

DIEU : Cela te sera révélé en temps voulu, mais qu’il suffise de dire qu’elles ne sont pas là simplement pour la décoration. Comme pour le moment l’homme n’a que ses yeux physiques pour voir, il ne peut rien voir d’autre que le monde physique. Mais quand il pourra saisir, dans une unique et même perception, le monde spirituel et le monde physique, alors il comprendra la raison d’être de ces autres corps célestes.

SCOTT : Je meurs d’envie d’en savoir plus !

DIEU : Il faut bien qu’il te reste quelques secrets, quelques mystères à élucider. Ne serait-ce que pour maintenir ton intérêt en éveil.

SCOTT: Allons donc, juste une petite indication ?

DIEU : Je t’en ai déjà dit assez long.

SCOTT : Dans ce cas, aurais-Tu d’autres mystères à nous révéler, comme petit prix de consolation ?

DIEU : Je vois que tu ne lâches pas prise facilement !

SCOTT : Qui voudra lire tout ça s’il n’y a rien qui captive l’attention du lecteur, comme par exemple la révélation de certains secrets ?

DIEU : Je t’en ai déjà révélé beaucoup. Je suis d’avis qu’il est préférable de garder certaines choses secrètes. Histoire d’attiser votre curiosité !

SCOTT : J’ai l’impression d’être un gamin en train de contempler ses cadeaux au pied de l’arbre de Noël. Ce n’est pas juste de nous mettre ainsi l’eau à la bouche.

DIEU : Je ne vois pas de mal à ça. Cela te donne envie de revenir vers Moi pour en savoir davantage, et c’est exactement l’effet que Je recherche : vous donner envie, à toi et tous tes lecteurs, d’en savoir plus. J’ai des tas d’autres choses à te faire découvrir, et J’en ai bien l’intention. Mais Je peux également les montrer à chacun de ceux qui M’en font personnellement la demande.

SCOTT : Tu essayes de me mettre au chômage.

DIEU : En un sens, oui. Non pas qu’il Me déplaise de m’entretenir avec toi, mais J’aime m’adresser à chacun personnellement. Chaque être humain peut entendre Ma voix : il lui suffit de s’arrêter et de diriger ses pensées et son esprit vers Moi.

Cela Me rappelle l’histoire du petit garçon qui prétendait M’entendre lui parler. L’un des fidèles de la paroisse se moqua de lui en lui faisant remarquer : « Et comment un petit ignorant comme toi peut-il entendre le Tout-Puissant ? » À quoi le petit garçon répondit : « Eh bien, quand j’entends la voix me dire d’être gentil envers les autres, je sais que c’est Dieu. » Comme pour ce petit garçon, Je parle à tous ceux qui veulent bien M’écouter. Et une fois que l’habitude est prise, cela devient plus facile.

SCOTT : C’est bien vrai.

DIEU : Ça pourrait être une bonne façon de conclure, qu’en dis-tu ?

SCOTT : Bonne idée.

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post