Sur l’enseignement et de nouvelles révélations

Huitième entretien

SCOTT : La majorité des gens croient qu’une bonne instruction est indispensable si l’on veut réussir dans la vie. Et beaucoup n’hésitent pas à y consacrer de longues années, à dépenser de grosses sommes d’argent et une grande énergie, que ce soit pour eux-mêmes ou leurs enfants. D’autres déplorent le niveau lamentable auquel l’enseignement est tombé dans de nombreux pays. Bref, il s’agit d’un vaste sujet qui mérite qu’on sollicite Ton opinion.

DIEU : Un vaste sujet, comme tu dis. Voudrais-tu bien Me préciser sur quoi exactement tu souhaites avoir Mon opinion ?

SCOTT : Eh bien, la grande question pourrait être : les études sont-elles aussi importantes que ça ?

DIEU : Tout dépend du niveau d’instruction que tu te proposes d’acquérir. Il est important d’étudier, d’être qualifié, de ne pas être ignorant.

SCOTT : Là Tu parles d’une instruction tout ce qu’il y a de plus élémentaire.

DIEU : Il faut bien commencer par là.

SCOTT : Que penses-Tu de l’enseignement supérieur ?

DIEU : Certaines professions — la chirurgie, pour ne citer que cet exemple — exigent de longues années d’étude avant de pouvoir être exercées de façon compétente. Mais, dans la plupart des cas, il est bon de se poser la question : est-il vraiment nécessaire que j’aille à l’université et que je poursuive des études « supérieures » ?

SCOTT : Dans la plupart des sociétés, les meilleurs emplois sont réservés à ceux qui ont fait des études supérieures.

DIEU : Et qu’est-ce que tu entends par les meilleurs emplois ?

SCOTT : Un travail qui rapporte plus et qui procure une meilleure qualité de vie.

DIEU : Une meilleure qualité de vie … En es-tu aussi sûr que ça ?

SCOTT : J’ai la curieuse impression que c’est moi qui suis en train de me faire interviewer…

DIEU : Parce que c’est Moi qui pose les questions. (Rires.) Je veux t’obliger à préciser ta question et à énoncer clairement où tu veux en venir.

SCOTT : On considère l’enseignement supérieur comme la voie royale pour réussir dans la vie. Es-Tu d’accord ou pas ?

DIEU : Le raisonnement derrière tout ça, c’est que, la majorité des gens ne pouvant pas poursuivre des études supérieures, ceux qui en ont les moyens pourront prétendre à des postes qui les placeront au-dessus des autres. Mais si tout le monde devait se lancer dans les études supérieures — et il Me semble qu’on encourage tout le monde à le faire —, alors au-dessus de qui allez-vous vous retrouver ? Autrement dit, la raison invoquée pour encourager tout le monde à faire des études supérieures ne tient pas debout.

SCOTT : Il est vrai que si l’on va à l’université, c’est pour obtenir un diplôme, décrocher un meilleur boulot qui, avec un peu de chance, sera plus épanouissant et rapportera davantage. Mais si les gens veulent de l’argent, c’est pour être à même de jouir d’un meilleur niveau de vie, pour eux-mêmes et leur famille. J’ajouterais que ― du moins pour certains ― c’est aussi pour pouvoir soutenir de nobles causes. Qu’y a-t-il de mal à ça ?

DIEU : Ce que tu viens de dire est sans doute le credo de la majorité des hommes et des femmes d’aujourd’hui. C’est vrai qu’il y a du bon à vouloir subvenir largement aux besoins de sa famille et en plus donner à des œuvres de bienfaisance. Cependant, il y en a beaucoup qui se laissent prendre dans un engrenage où la course à l’argent devient l’essentiel et finit par consumer toute leur existence. Mais le principe que J’ai établi dès l’origine est le suivant : si vous donnez votre vie pour venir en aide à votre prochain, Je subviendrai à vos besoins et Je prendrai soin de vous. Certes, vous ne deviendrez pas forcément riches, influents ou puissants, mais vous jouirez d’une paix intérieure et d’un bien-être que tout l’argent du monde ne saurait procurer à ceux qui possèdent tous les biens matériels.

SCOTT : Néanmoins, on ne peut nier que les populations des pays riches vivent mieux que celles des pays pauvres.

DIEU : Les nations pauvres se tournent vers le monde développé où elles voient que les gens vivent mieux que chez elles. Elles attribuent cela à leur niveau d’instruction. Elles n’ont pas tout à fait tort, mais la raison principale pour laquelle ces nations sont plus riches, c’est qu’elles s’accaparent les ressources mondiales. Dans l’organisation du monde actuel, pour que quelqu’un soit riche, il faut qu’un autre soit pauvre.

Derrière les efforts déployés pour acquérir une éducation supérieure, se cache souvent une ambition égoïste. La motivation qui pousse la plupart des gens à étudier n’est pas tant de servir l’humanité que de se servir soi-même. Je ne dirais pas que certains n’ont pas de plus nobles aspirations, mais celles-ci finissent souvent par être étouffées par l’esprit de « chacun pour soi » qui règne dans vos sociétés — et J’ose inclure ici les sacro-saintes institutions de l’enseignement supérieur.

SCOTT : Tu es un peu dur tout de même !

DIEU : Je ne cache pas Ma déception.

SCOTT : Pourquoi serais-Tu déçu ? Après tout, l’humanité ne fait rien d’autre en cela que de mettre à profit les connaissances que Tu lui as révélées. On pourrait s’attendre à ce que Tu sois fier de Tes créatures et du fait qu’elles cherchent à progresser au lieu de se contenter de ce qu’elles ont.

DIEU : « Progresser » ? Voilà qui est pour le moins discutable. Le siècle le plus barbare, le plus brutal, le plus meurtrier de toute l’histoire de l’humanité vient de s’achever. J’ai du mal à imaginer qu’on puisse parler de progrès. Plus de 100 millions d’hommes ont trouvé la mort dans les guerres des 100 dernières années. Et alors qu’au début du siècle la plupart des victimes étaient des militaires, il s’agit maintenant de populations civiles non armées, principalement des femmes et des enfants. Je pense que tout le monde sera d’accord avec Moi pour dire que c’est le summum de la barbarie. La quête de connaissance des hommes s’est surtout traduite par des inventions qui peuvent entraîner l’annihilation de la vie sur terre. Les sommes consacrées aux dépenses de guerre et d’armement dépassent notre imagination. Les « meilleurs éléments et les plus brillants » sont recherchés et recrutés par le complexe des industries de guerre, où leurs immenses talents sont mis à contribution pour développer des armes encore plus destructives. Non, franchement, Je me garderais bien de parler de « progrès » en ce qui concerne l’humanité.

SCOTT : N’es-Tu pas en train de forcer un peu le trait ? Il y a, dans les domaines de la médecine, de l’agriculture, de l’environnement, et dans bien d’autres disciplines, un immense effort de recherches qui sont consacrées au bien de l’humanité.

DIEU : C’est l’argument habituel, et Je ne nie pas que beaucoup de bonnes choses ont été accomplies par des hommes et des femmes qui étaient animés du désir sincère de venir en aide aux autres. Mais si tu veux bien comparer les sommes colossales et les moyens engagés dans l’armement avec celles qui sont investies dans ces autres domaines, tu verras que c’est hallucinant !

SCOTT : Il est vrai que beaucoup d’argent a été consacré à l’armement ; n’empêche que ce type de recherche a eu énormément de retombées bénéfiques dans d’autres domaines.

DIEU : Tu ne crois pas que ces retombées auraient tout aussi bien pu provenir directement de la recherche effectuée dans ces différents domaines ?

SCOTT : Oui, j’imagine que Tu as raison.

DIEU : La vie humaine est la chose la plus précieuse au monde. Pourtant, l’homme gaspille la plus grande partie de ses ressources et de son énergie à trouver des façons de la détruire. Soyons clairs, il faut absolument que vous compreniez que Je ne peux plus tolérer cela.

SCOTT : Tu prévois donc d’intervenir ?

DIEU : J’avais prévu d’intervenir depuis le début, mais c’est l’homme qui a, en quelque sorte, imposé son rythme. Si Je n’interviens pas bientôt, cela n’en vaudra plus la peine, il aura tout détruit.

SCOTT : Quand est-ce que ce sera ?

DIEU : C’est un autre sujet.

SCOTT : Oui, de toute évidence. Mais Tu n’es pas sans savoir que nous venons de toucher à un thème très intéressant, sur lequel je reviendrai plus tard, si je peux me permettre.

DIEU : Absolument.

SCOTT : Que penser de l’évolution ? On fait grand cas de la théorie selon laquelle les hommes et toutes les autres créatures auraient évolué à partir d’espèces primitives. Je suppose que ma question peut paraître un peu stupide, mais quel est Ton sentiment sur le sujet ?

DIEU : Je suis de ceux qui croient dur comme fer en une Intelligence Suprême.

SCOTT : Je m’en doutais un peu. Mais t’es-Tu servi du processus de l’évolution pour créer le monde ?

DIEU : Il n’y a pas de processus d’évolution — dans le sens où on l’entend généralement, à savoir qu’une espèce aurait évolué à partir d’une autre. Par conséquent, il aurait été difficile de m’en servir.

SCOTT : Tu affirmes donc que la théorie de l’évolution ne tient pas la route.

DIEU : C’est une théorie intéressante mais qui n’a pas le moindre fondement dans la réalité. Quand Je dis « intéressante », Je parle du point de vue des hommes, parce que Moi elle ne m’intéresse pas du tout. En fait, c’est une théorie diabolique. Elle a fourni à l’homme une justification qu’on a eu le culot d’appeler « scientifique », pour ne pas avoir à croire en Moi. Le plus beau témoignage rendu à un créateur est sa création. Un chef-d’œuvre pictural est un hommage rendu à l’artiste qui l’a peint. On reconnaît son génie à son chef-d’œuvre. De même, une invention remarquable est un hommage rendu à son remarquable inventeur. Donc, Je vous laisse imaginer ce que Je ressens quand on dit que Mon ouvrage est l’oeuvre de l’ouvrage lui-même. C’est un concept absurde quand on considère les choses avec un tant soit peu de logique.

Qui plus est, ceux qui se font les champions de l’évolution ne permettent pas qu’on enseigne la science du créationnisme pour faire contrepoids. Pour Ma part, Je considère que c’est du sectarisme pur et simple. Ils se présentent comme les défenseurs de la libre pensée, mais, comble de l’hypocrisie, ils refusent au public — et en particulier aux jeunes étudiants influençables — le libre accès à toute information qui viendrait contredire leur croyance favorite. Ce qui Me dérange le plus, ce n’est pas qu’on ait pu concocter une théorie aussi bizarre et aberrante, qui d’ailleurs ne tient pas debout d’un point de vue purement scientifique ; c’est que celle-ci soit imposée au public comme un fait établi, alors que, comme on le sait, il ne s’agit que d’une hypothèse dénuée de fondements. Tu peux t’en rendre compte, le sujet a tendance à m’échauffer les oreilles.

SCOTT : Alors, s’agit-il d’une supercherie ?

DIEU : Le mot est magnifiquement choisi.

SCOTT : Mais qu’en est-il des dinosaures ? Ont-ils existé ?

DIEU : Plus maintenant, mais dans le passé.

SCOTT : Et ça, ce n’est pas une preuve que la théorie de l’évolution dit vrai ?

DIEU : Le fait que certaines espèces, jadis abondamment représentées sur terre, aient aujourd’hui disparu, ne prouve nullement la théorie de l’évolution. Il en disparaît continuellement.

SCOTT : Mais j’ai toujours eu l’impression que les dinosaures se situaient quelque part sur l’échelle de l’évolution.

DIEU : Non. Il a existé une grande variété de dinosaures mais chaque espèce était distincte et ne descendait pas d’une autre espèce. Elles n’ont pas non plus évolué pour donner naissance à de nouvelles espèces.

SCOTT : Eh bien, que leur est-il arrivé ?

DIEU : La grande majorité d’entre eux périrent dans le Déluge.

SCOTT : Tu veux dire du temps de Noé, de l’Arche et tout ça ?

DIEU : Oui.

SCOTT : Tu as dit la majorité d’entre eux. Pourquoi pas tous ?

DIEU : Parce que deux représentants de chaque espèce étaient dans l’Arche.

SCOTT : Vraiment ? Noé avait des dinosaures dans l’Arche ?

DIEU : Et pourquoi pas ? Je lui avais donné l’ordre de prendre un couple de chaque animal, mâle et femelle. À l’exception de quelques espèces, pour lesquelles Je lui avais demandé de prendre sept couples.

SCOTT : Pourquoi n’ont-ils pas survécu, contrairement aux autres animaux ?

DIEU : Le climat de la terre après le Déluge n’était pas aussi propice aux dinosaures, comme à quelques autres espèces. Ils ne purent s’adapter à leur nouvel environnement, d’où leur extinction.

SCOTT : Autrement dit, le Déluge est un événement réel et Noé a vraiment existé ?

DIEU : Tout à fait.

SCOTT : Mais l’idée d’un déluge recouvrant toute la terre paraît tout à fait absurde. Toute cette eau, d’où serait-elle venue ?

DIEU : Les conditions qui prévalaient sur la terre et dans les cieux atmosphériques à cette époque étaient très différentes de celles qui existent aujourd’hui. Tu ne peux juger de ce qui s’est passé à la lumière des conditions présentes.

SCOTT : Donc le récit de la création dans la Genèse est entièrement véridique ?

DIEU : Un récit absolument véridique, bien que très concis, il faut en convenir.

SCOTT : Avec le recul, ne regrettes-Tu pas d’avoir été trop concis ?

DIEU : Voilà une idée intéressante. Mais non, c’est suffisant. Qu’est-ce que J’aurais dû dire de plus ?

SCOTT : Eh bien, Tu aurais peut-être pu parler des différents procédés utilisés. Par exemple, quand Tu dis que « L’Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux », ça reste un peu vague. Comment est-ce que Tu t’y es pris ? Que pensais-Tu ?

DIEU : Je faisais une chose à la fois. J’ai dû créer une chose à la fois, et dans le bon ordre. Et à quoi Je pensais ? Eh bien à l’endroit magnifique que J’allais créer.

SCOTT : Tu savais déjà ce qui allait se passer ?

DIEU : Tu veux parler de la chute d’Adam et Ève ?

SCOTT : Oui, mais pas seulement de ça. Des guerres aussi, et de tous ces fléaux qui allaient ravager le monde dans les siècles à venir.

DIEU : Oui, Je le savais à l’avance.

SCOTT : Pourquoi alors ne pas avoir, dès le départ, jeté l’éponge ? Pourquoi t’es-Tu donné autant de mal quand les choses, apparemment, n’allaient pas tourner aussi bien que prévu ?

DIEU : Ce monde peut être magnifique. Et chaque fois qu’il ne l’est pas, on s’aperçoit, en remontant à la cause, que c’est généralement la faute de l’homme. Mais il faut comprendre que ce monde n’est pas le produit final. Ce n’est qu’un terrain d’essai et le théâtre d’une immense démonstration : un terrain d’essai pour l’humanité et une démonstration qui doit montrer aux hommes que, lorsqu’ils sont livrés à eux-mêmes, ils ne sont pas aussi brillants qu’ils veulent bien le croire. Ainsi, ils apprécieront d’autant plus Mon autorité, Ma présence et Mes conseils, dans le monde à venir.

SCOTT : Je crois que nous avons déjà abordé certains de ces thèmes. Je suis désolé de T’obliger à Te répéter.

DIEU : Ce n’est pas un problème.

SCOTT : Alors, revenons à l’enseignement. Dans quels domaines aimerais-Tu que l’homme approfondisse ses connaissances ?

DIEU : Les domaines qui l’aideront à vivre en paix et en harmonie avec le reste de ses semblables.

SCOTT : C’est-à-dire…

DIEU : Tout ce qui peut améliorer sa capacité à communiquer, et tout ce qui peut lui permettre de gagner sa vie de façon décente, pour lui-même et les siens.

SCOTT : C’est tout ?

DIEU : En gros, oui.

SCOTT : Ce n’est pas grand-chose.

DIEU : Ces deux catégories englobent pas mal de choses.

SCOTT : Je veux bien, mais j’ai l’impression qu’en disant ça Tu viens de signifier leur congé à des tas de gens qui travaillent dans le monde de l’enseignement.

DIEU : Je ne pense pas qu’il y ait de quoi s’inquiéter, parce que dans ce monde ils garderont leur travail. Mais c’est dans le monde futur qu’ils devront peut-être songer à enseigner une matière qui soit un peu plus en rapport avec ce que Je disais.

SCOTT : Dans le monde à venir, il n’y aura sûrement plus besoin d’éducateurs.

DIEU : Détrompe-toi. Ce n’est pas parce que vous passez dans l’autre monde que vous cessez d’apprendre. Dans le monde futur, les occasions d’apprendre seront illimitées. Et ceux qui apprennent auront besoin de maîtres. Donc les éducateurs auront un rôle important à jouer.

SCOTT : Mais pourquoi s’en faire ? Dès que nous arriverons là-haut, nous saurons déjà tout ce qu’il faut savoir, n’est-ce pas ?

DIEU : Bien sûr que non ! Il y aura des tas de choses à apprendre. Ce monde n’est que l’ombre du monde à venir. Si tu penses qu’il y a beaucoup de choses à apprendre ici-bas, tu seras surpris par la quantité de choses qu’il te restera à apprendre là-haut. L’homme est curieux de par nature. Et cette curiosité le suivra dans l’autre monde, où les occasions d’apprendre et d’expérimenter sont infinies.

SCOTT : Je remarque que chaque fois que Tu parles du monde à venir, Tu prends des accents lyriques.

DIEU : Il mérite bien qu’on en parle avec une passion qui touche au lyrisme. Je veux le peindre de façon si attrayante — et croyez-Moi, c’est un monde fascinant dont Je ne vous ai donné qu’un simple aperçu — si attrayante, disais-Je, que tout le monde voudra y aller.

SCOTT : Voilà qui est prometteur. Encore quelques questions, si Tu me le permets, un peu dans la même veine. Nous avons parlé des évolutionnistes qui nient le fait que la création suppose une intelligence, autrement dit un créateur. La science peut-elle prouver l’inverse, à savoir qu’il existe un créateur, que Tu existes en l’occurrence ?

DIEU : Les scientifiques qui veulent bien se donner la peine d’examiner les faits en toute objectivité, en reviendront toujours à la conclusion que l’univers est le fruit d’une pensée intelligente. Certains ne sont pas de cet avis et vont peut-être rugir et s’indigner que Je les accuse de charlatanisme. Mais parfois, comme on dit, il n’y a que la vérité qui blesse. Je sais bien qu’il y a des quantités d’hypothèses qui demandent à être explorées et discutées, et Je n’accuse pas les scientifiques d’être de mauvaise foi s’il leur arrive, en passant, d’émettre des conclusions erronées. Je dis simplement qu’au terme d’une analyse objective des faits, ils devront en arriver à la conclusion que le monde n’est pas le produit du hasard. Ce qui revient à dire qu’il a été programmé, et donc il a bien fallu que ce programme, ou ce plan, soit élaboré par quelqu’un ou quelques-uns. Par conséquent, même si on ne peut pas M’isoler dans une éprouvette pour pouvoir dire : « Ça y est, on L’a trouvé ! », il est tout de même possible, par voie de raisonnement — que nous pouvons même qualifier de scientifique — d’en conclure que J’existe.

SCOTT : Tu viens de dire quelque chose qui me fait penser à une autre question. Tu as parlé « d’un plan élaboré par quelqu’un ou quelques-uns ». On parle beaucoup du concept chrétien de la Divinité comme étant une Trinité — trois personnes réunies en une seule, et néanmoins distinctes. Êtes-Vous trois ?

DIEU : C’est un concept qui a donné bien du fil à retordre à de nombreux érudits et théologiens. Ils feraient sans doute mieux d’accepter les choses sans se poser trop de questions, comme le font les petits enfants. La Trinité est composée de Moi-même, de Jésus et du Saint-Esprit. Nous sommes trois entités distinctes, bien que, par essence, Nous soyons unis en tous points.

SCOTT : Vous avez une hiérarchie avec Toi au sommet ?

DIEU : Oui, mais c’est une façon extrêmement simpliste de voir les choses. Ce type de réalités ne peuvent être appréhendées par l’esprit humain. Elles seront plus compréhensibles dès que vous passerez dans le monde spirituel.

SCOTT : Plus compréhensibles, dis-Tu. Est-ce à dire que, même alors, nous ne les comprendrons pas parfaitement ?

DIEU : Si tu pouvais tout comprendre à la perfection, tu serais Dieu.

SCOTT : Que réponds-Tu à la question vieille comme le monde: « Qui a créé Dieu » ?

DIEU : Dans votre condition présente, vous êtes assujettis au temps, et c’est pourquoi vous cherchez toujours à replacer les choses que vous essayez de comprendre dans un contexte temporel. Dans le monde à venir, vous ne serez plus prisonniers du temps, donc vous pourrez mieux les comprendre. Je n’ai pas eu besoin d’être créé à un moment donné dans le temps, contrairement à tout ce qui existe dans votre monde. Donc en ce qui vous concerne, la meilleure explication, c’est que J’ai toujours existé et que Je n’ai pas eu besoin de créateur.

SCOTT : Il y a une minute, Tu parlais du Saint-Esprit. Quel rôle joue-t-Il dans tout ça ?

DIEU : Il serait plus approprié de dire « joue-t-Elle ». Car Elle est le côté féminin de la Trinité.

SCOTT : Le côté féminin ?

DIEU : Qu’y a-t-il de si choquant ?

SCOTT : C’est que… à mon sens, cela ne correspond pas exactement à l’idée qu’on s’en fait. Quoi qu’il en soit, quel rôle joue-t-Elle ?

DIEU : Elle est l’esprit d’amour qui parcourt le monde pour apporter la paix et la joie au cœur des humains. On peut recevoir le Saint-Esprit de la même façon qu’on reçoit Jésus dans sa vie; et Elle peut vous remplir de joie, de paix, de bonheur, de foi, et bien davantage. C’est par Son entremise également que sont distribués les différents dons et talents — comme les dons de sagesse, de connaissance, de foi, de miracles, de guérison, de prophétie, le don de parler en des langues mystérieuses et le don d’interpréter ces langues.

SCOTT : Peux-Tu nous expliquer ce que sont ces « langues » ? J’ai entendu des chrétiens pentecôtistes faire des bruits très étranges. En fait, on aurait dit qu’ils baragouinaient une espèce de charabia.

DIEU : Ils parlent dans des langues que Moi, Je comprends. Des langues de louanges et de prières. Leur esprit prend l’ascendant sur leur pensée et se répand devant Moi en joie et en reconnaissance, ou M’exprime leurs soucis et leurs chagrins.

SCOTT : Mais ne pourraient-ils pas formuler ces choses dans leur propre langue ?

DIEU : Bien sûr, et ils le font également, mais prier en langues propulse leur esprit dans la dimension spirituelle et, ce faisant, le libère du carcan de la pensée.

SCOTT : En est-il toujours ainsi ? Ou leur arrive-t-il parfois de faire semblant ?

DIEU : Tu ne serais pas du genre sceptique par hasard ?

SCOTT : Je Te prie de m’excuser si c’est l’impression que je Te donne, mais il y a des gens qui se posent des questions : comment des chrétiens peuvent-ils se mettre dans des transes pareilles ? Quand ils parlent en langues ou qu’ils font d’autres bizarreries de ce genre, on peut se demander s’ils ne font pas ça pour la galerie. Est-ce bien sincère ?

DIEU : Il peut arriver que ce soit pour épater la galerie. Mais Je sais faire la part des choses, et c’est avec gratitude que Je reçois les prières et les louanges de tous ceux qui M’invoquent en toute sincérité.

SCOTT : Dans Ta liste de dons, Tu as mentionné les miracles. Ceux qui sont remplis du Saint-Esprit ont-ils le pouvoir d’accomplir des miracles ?

DIEU : Ils en ont le pouvoir, effectivement, parce qu’ils ont la puissance de Dieu. Cela ne veut pas forcément dire qu’ils accompliront des miracles de façon régulière, quoique cela puisse arriver. On peut très bien parler de miracle sans qu’il s’agisse pour autant d’un événement extraordinaire. Ce peut être quelque chose qui dépasse le pouvoir humain à ce moment-là. Certains n’y verront sans doute qu’une coïncidence, mais si Ma puissance a été invoquée pour accomplir quelque chose et qu’on obtient le résultat escompté, alors on peut considérer qu’on est en présence d’un miracle.

SCOTT : La prophétie figurait aussi dans la liste, c’est-à-dire la prédiction des événements futurs.

DIEU : La prophétie ne se limite pas à la prédiction du futur. C’est le don qui permet d’entendre Ma voix. Je parle aux hommes et ils entendent Ma voix, ou celle de Jésus ou du Saint-Esprit, et ils transmettent ce qu’ils entendent. Tu pourrais qualifier de prophétie cette interview, par exemple. Tu as demandé s’il y avait quelqu’un, et J’étais là ! J’avais envie de te parler, et Je t’ai permis d’entendre Ma voix, et tu enregistres ce que tu entends au fur et à mesure. En somme, c’est de la prophétie.

SCOTT : Alors comment peut-on recevoir ces dons du Saint-Esprit ?

DIEU : En demandant à être rempli du Saint-Esprit. De la même façon que Jésus vient dans votre vie et qu’Il vous accorde le don du salut lorsque vous le Lui demandez, le Saint-Esprit vient quand vous Lui demandez de venir et Elle vous remplit de Ses dons.

SCOTT : Tous ceux qui reçoivent le Saint-Esprit reçoivent-ils la totalité de ces dons ?

DIEU : En théorie, ce serait possible. Mais dans la pratique, les choses sont un peu différentes, en ce sens que tous les dons ne sont pas automatiquement activés. Quoi qu’il en soit, le Saint-Esprit aime accorder Ses dons à ceux qui en feront bon usage.

SCOTT : Donc Elle est là pour nous combler de tous ces dons.

DIEU : Oui, Elle est là en personne, ou bien Elle opère, comme Je le fais, par le truchement des esprits guides et des anges.

SCOTT : Pourquoi faut-il que Vous soyez trois ? Il semble que Tu pourrais très bien te débrouiller tout seul, vu que tu es Dieu.

DIEU : Parce que c’est comme ça : Nous sommes trois.

SCOTT : Donc Vous avez toujours été trois ?

DIEU : Selon votre façon de concevoir les choses, oui.

SCOTT : Et selon la Vôtre ?

DIEU : Tu peux t’y essayer mais il te sera impossible de concevoir les choses de notre point de vue avant d’avoir franchi le seuil de Notre monde. Si on t’expliquait tous les mystères dès à présent, tu n’aurais plus rien à découvrir une fois là-haut.

SCOTT : Je ne demandais pas à comprendre tous les mystères, mais je voulais juste savoir…

DIEU : Tu auras beau insister, pour l’instant Je regrette de devoir te dire non.

SCOTT : Serait-il correct d’en déduire que Vous êtes comme une famille ? Étant donné qu’on T’appelle le Père et que Jésus est le Fils, le Saint-Esprit serait-Elle à la fois l’Épouse et la Mère ?

DIEU : En quelque sorte.

SCOTT : Mais je connais pourtant ma Bible, et je sais qu’on y parle de l’Esprit-Saint au masculin. Si l’Esprit-Saint est en réalité au féminin, n’y a-t-il pas une erreur quelque part, ce qui viendrait entamer la crédibilité de la Bible ?

DIEU : Non, pas du tout. Le livre de la Genèse Me prête ces paroles : « Faisons l’homme à notre image… Il les créa homme et femme ». Dans ce passage — ainsi que dans d’autres écritures — il est donc clairement sous-entendu que les caractéristiques « homme et femme » font toutes deux partie intégrante de la Trinité. Tu sais que Je suis du genre masculin, ainsi que Jésus. Cela ne laisse donc pas beaucoup de choix quant à savoir qui est la représentation féminine de la Trinité, qu’en penses-tu ?

SCOTT : Mais pourtant Tu as délibérément laissé les choses dans le vague.

DIEU : C’est une vérité que J’avais décidé de ne pas révéler clairement au début. La révélation divine ne se limite pas à la Bible. Les livres de la Bible, vois-tu, ont été écrits sous Ma dictée. Le contenu de quelques-uns de ces livres était prophétique, mais certains auteurs, en particulier du Nouveau Testament, ne se rendaient pas forcément compte qu’ils écrivaient des choses qui, plus tard, seraient considérées comme irréfutables. Si tel avait été le cas, ils auraient été tellement anxieux qu’ils n’auraient probablement jamais rien écrit. Ils écrivaient pour informer et enseigner.

SCOTT : Ils ne savaient donc pas qu’ils écrivaient pour la postérité.

DIEU : La plupart n’étaient pas conscients du fait que, plus tard, leurs écrits seraient placés dans l’Ancien ou le Nouveau Testament, pour former le canon de la doctrine chrétienne. Quant à Moi, J’en étais conscient bien sûr, mais Je n’avais nullement l’intention de limiter la totalité de la vérité et des révélations à la Bible. Mes paroles d’aujourd’hui ne viendront pas contredire la Bible, mais seulement l’amplifier par endroits ; et elles abordent des questions d’actualité dont la Bible ne traite pas. J’ai l’intention de continuer de parler aux croyants pour les instruire et leur faire découvrir de nouvelles choses. Cependant, le jour où la Bible a été « figée », l’Église s’est figée. C’est pourquoi, J’ai sans cesse été contraint de susciter de nouveaux mouvements chrétiens, mais tous ont pratiquement fini par perdre leur ferveur, ou ont été éliminés par la jalousie de leurs rivaux. Dans ces Derniers Jours, Je révèle aux hommes de plus en plus de vérité, s’ils acceptent d’y croire.

SCOTT : Tu as mentionné « les Derniers Jours »… Tu veux dire la fin du monde ?

DIEU : Le monde est sur le point de connaître des changements phénoménaux. Mais c’est un immense sujet à part entière, que Je vais devoir aborder un autre jour. C’est la deuxième fois que nous y faisons allusion. Donc, si tu veux bientôt y consacrer toute une interview, Je suis sûr que tes lecteurs en seront ravis.

SCOTT : Oui, ce serait très intéressant. « La fin approche… » Et tout ça… Justement, en parlant de fin, le moment est peut-être venu de clore cette interview. Si Tu n’y vois pas d’inconvénients.

DIEU : Non, au contraire. Je te remercie.

SCOTT : J’ai du mal à m’y faire quand Tu me dis merci. Tu es Dieu et moi je ne suis qu’un petit mortel de rien du tout. Je trouve qu’il y a quelque chose d’extrêmement impressionnant, à défaut d’un mot plus approprié, au fait que Tu t’adresses à moi comme Tu le fais. Et en plus, Tu me remercies… Enfin, je ne sais plus quoi dire ! Merci de me supporter avec toutes mes questions. Je ne peux m’empêcher de penser que Tu dois trouver ça un peu fastidieux.

DIEU : Mais non, pas du tout. À dire vrai, J’aime beaucoup répondre aux questions.

SCOTT : Tu m’en vois ravi. Je dois admettre que j’adore écouter Tes réponses.

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post