Le salut d’un escroc

(Une histoire vraie inspirée du chapitre 19 de
l’Evangile de Luc)

Contrairement à ce que l’on pourrait penser,
Jésus n’était pas opposé aux richesses, comme
telles, surtout quand ces richesses étaient
mises au service d’une bonne cause. Pour de
nombreux chrétiens, quand le sujet de
l’opulence est abordé, c’est l’histoire du
jeune homme riche qui leur vient à l’esprit,
celui qui s’en alla, le cœur gros, après avoir
rejeté le conseil que Jésus lui donnait
de partager ses richesses avec les pauvres.
(Luc 18:18-25)

Mais connaissez-vous l’histoire de la
rencontre de Jésus avec un certain riche
fonctionnaire de Jéricho ?

Zachée, notre héros, était un individu
infâme, tout au moins aux yeux des
nombreuses autorités religieuses qui se
trouvaient à Jéricho — “la cité des prêtres”
comme on disait. Il était fort riche et
dirigeait un bureau de collecteurs
d’impôts pour le compte du gouvernement.

Aux yeux des Juifs, les percepteurs
— qu’ils appelaient publicains —
formaient la lie de la société, au même
rang que les prostituées. Escrocs notoires,
requins prêts à dévorer les pauvres, ils
étaient considérés par leurs frères comme
des traîtres, puisqu’étant juifs, ils
travaillaient pour le gouvernement abhorré
de Rome.

Zachée, en tant que fonctionnaire de l’état,
pouvait soutirer au peuple autant d’argent
qu’il voulait. Une fois satisfaites les
exigences du gouvernement romain, il
empochait la différence.

Un jour cependant, tout allait changer pour
lui. Comme tout le monde, il avait entendu
parler de Jésus et de Ses nombreux miracles,
mais quelque chose l’intriguait. Ce Jésus,
tout comme lui, avait mauvaise réputation,
et Il était, tout le monde le savait, l’ami des
publicains et des “pécheurs”. Imaginez !
L’un de Ses disciples, Matthieu, avait même
été percepteur d’impôts à Nazareth !
(Matthieu 9 : 9-13)

Zachée n’avait de cesse de rencontrer ce
“charpentier devenu prophète”

Comment un homme qui se dit religieux,
se demandait-il, peut-il être l’ami de gens
comme moi, alors que les prêtres et mes
concitoyens n’hésitent pas à cracher par
terre à la seule mention de mon nom ?
Jésus accepterait-Il d’être mon ami ?

D’amis, Zachée n’en avait pas. Pas de vrais
amis en tout cas. Et depuis quelques temps,
il ressentait un vide. Peu à peu, il se rendait
compte que ses richesses ne lui procuraient
ni le bonheur ni la paix intérieure qu’il
recherchait. Il possédait tout ce que l’argent
peut offrir, une belle maison, une bonne
situation stable… Pourtant, il lui manquait
quelque chose, mais quoi au juste?

Et puis un jour, Jésus passe par Jéricho.
Ayant appris la nouvelle, Zachée laisse tout
tomber. Il ferme son bureau et se précipite
pour aller Le voir. La foule entoure Jésus
et descend la route en cortège, mais le
pauvre Zachée, trop petit de taille, ne peut
rien voir.

C’est alors qu’il aperçoit, un peu plus loin,
un grand sycomore. Du haut de cet arbre,
il pourrait sans doute voir Jésus ! Sans se
soucier du qu’en-dira-t-on, Zachée court
au-devant de la foule et va se nicher dans
l’arbre.

Arrivé à la hauteur de l’arbre, Jésus lève les
yeux :

— Zachée, dit-Il, dépêche-toi de descendre !
Car c’est chez toi que Je dois aller loger
aujourd’hui!

— Qu’est-ce… qu’est-ce qu’Il a dit?, se
demande Zachée, stupéfait. Il m’a appelé
par mon nom ! Il veut venir chez moi ?

Incrédule, il descend. Comment Jésus
pouvait-Il connaître son nom ? Convaincu
que Jésus parlait sérieusement, il finit par
répondre:

C’est un grand honneur ! Je t’en prie,
viens chez moi ! Tu es le bienvenu !

Et Zachée de L’emmener chez lui, le cœur
en fête. Quand ils arrivent à sa demeure, la
foule qui les suit est au comble de
l’indignation. Les remarques fusent:

Comment se fait-il que Jésus se rende chez
un homme pareil, une fripouille de publicain ?

C’était la honte, un sentiment de répugnance :
comment Jésus pouvait-Il venir chez eux,
dans leur superbe ville — qui plus est, un
centre de formation théologique — pour aller
loger chez une telle crapule ?

Mais Jésus savait très bien ce qu’Il faisait.
Au-delà des apparences, Il avait perçu, chez
Zachée, une soif spirituelle et un grand besoin
d’amour et de paix intérieure.

Dans cette rencontre émouvante, Zachée
trouve la réponse à ses questions. Désormais
ses richesses et ses biens n’occuperaient plus
la première place. C’est avec enthousiasme
qu’il déclare :

— Je veux que Tu le saches, Jésus, j’ai pris
ma décision ! Je donne la moitié de mes
biens aux pauvres et, si j’ai pris trop
d’argent à quelqu’un, je lui rends quatre
fois plus!

Une promesse d’autant plus étonnante
que cela devait représenter une somme
considérable !

Zachée donc, homme égoïste s’il en est,
habitué au luxe toute sa vie, rencontre
Jésus, écoute Ses Paroles, et voit sa vie
radicalement transformée !

Pour la première fois, il prend conscience
de ce que signifie amour et générosité.
Alors Jésus s’exclame, assez fort pour
se faire entendre dehors par ceux qui
trouvaient à redire :

— Aujourd’hui, le salut est entré dans
cette maison ! Car le Fils de l’Homme
est venu chercher et amener au salut
ce qui était perdu !

Zachée était tombé bien bas, mais l’amour
du Seigneur était assez fort pour lui
pardonner.

Jésus ne jugea pas nécessaire d’étaler ses
péchés au grand jour — l’histoire ne le
mentionne pas en tous cas. Car Zachée,
par ses actes, avait déjà fait preuve
d’amour et d’un vrai repentir.

Il avait accueilli Jésus dans sa maison et
dans sa vie. Il s’était engagé à la suite de
Jésus, en suivant Son exemple et Ses
enseignements. A présent, il était un
enfant nouveau-né du Royaume de Dieu !

Pour Zachée, c’était le début d’une toute
nouvelle vie ! Plus jamais, il ne serait
indifférent au sort des gens qui
l’entouraient.

Désormais, au lieu de chercher à profiter
des autres, il leur porterait un intérêt tout
à fait personnel et consacrerait ses
richesses à secourir les nécessiteux.

Parce qu’il reçut le Seigneur avec joie, son
témoignage nous est parvenu à travers les
âges, comme un exemple de ce que Dieu
peut faire d’un homme qui se soumet à Lui !

Il avait découvert que donner est source de
bonheur et de paix ! Il avait compris la vérité
des Paroles de Jésus :

“Donnez et l’on vous donnera, on versera
dans le pan de votre vêtement une bonne
mesure bien tassée, secouée et débordante !”
(Luc 6 :38)

MATIERE A REFLEXION !

1. Pour Jésus, on n’est jamais trop mauvais,
on ne peut être que trop bon ! Jésus se sentait
beaucoup plus d’affinités avec ceux qui se
reconnaissaient pécheurs, qu’avec les gens
d’église orgueilleux et hypocrites qui se
prenaient pour des saints.

“Et Jésus dit aux chefs des prêtres : Vraiment,
je vous l’assure, les collecteurs d’impôts et les
prostituées vous précéderont dans le Royaume
de Dieu ! En effet Jean (Baptiste) vous a montré
ce qu’est une vie juste et vous n’avez pas cru en
lui, tandis que les collecteurs d’impôts et les
prostituées ont cru en lui!” (Matthieu 21 : 31,32)

2. Jésus comptait parmi Ses amis un certain
nombre de riches qui, même s’ils n’étaient pas
disciples à temps plein, Le soutenaient dans
Son ministère, financièrement et matériellement.
Il y avait Joseph d’Arimathée et Nicodème
par exemple, tous deux membres fortunés du
Sanhédrin, l’instance dirigeante de l’église
juive.

Le centurion de Capernaüm également, officier
de l’armée romaine dont le serviteur avait été
guéri par Jésus. Il y avait aussi Joanna, la
femme de l’intendant d’Hérode, qui avait ses
appartements dans le palais royal et qui suivait
Jésus . Et n’oublions pas Marthe et Marie, et
Lazare qui, semble-t-il, appartenaient à l’une
des familles bien nanties de Jérusalem!

Il est vrai que certains des disciples de Jésus
étaient issus de milieux plus modestes, mais
Pierre, André, Jacques et Jean, étaient à leur
compte, en tant que pêcheurs. Et Matthieu,
comme Zachée, était collecteur d’impôts.

Quoi qu’il en soit, ils décidèrent de placer non
seulement leur argent, mais aussi leur vie, au
service du Seigneur et de Sa cause, celle de
gagner le Monde à Son amour !

*************************************

Patrick commentaire :

Je pense que nous allons avoir de grosses
surprises quand nous allons arriver au Ciel.
Quand Jésus va distribuer les récompenses.
Une chose est sure, nous n’allons pas être
jugés par toutes les soi-disant bonnes
œuvres que nous avons faite, mais par les
motivations pourquoi nous les avons faite.
En clair, si nous avons agi par amour et
pour aider notre prochain, où juste égoïste
et personnelle pour notre propre mérite.

Cela me fait penser à l’histoire de cette
femme riche et de sa servante. Toutes les
deux étaient croyantes, pratiquant leur
foi à leur manière.
La femme riche était une paroissienne
dévouée à l’Eglise Catholique.
Ne manquant jamais une messe ou
quelques réunions de bienfaisances pour
les nécessiteux.
La servante de cette femme riche travaillait
de longues heures pour elle et sa famille.
Pendant les dîners familiaux, elle devait
travailler des heures d’affiler pour être
sûr que tout était nettoyé et rangé.
Avec le maigre salaire qu’elle touchait,
elle en prenait une partie pour envoyer à
des familles missionnaires qui œuvraient
en Afrique ou en Asie.
Un jour, la femme riche eut un rêve qui
la bouleversa.
Dans ce rêve, elle et sa servante moururent
et furent transportées au Ciel.
Un ange vint pour accompagner la femme
riche à sa demeure. En chemin, ils
passèrent devant de magnifiques maisons,
toutes aussi extraordinaires les unes que les
autres.
La femme riche prise de curiosité demanda
à l’ange : « qui habite dans ces superbes
propriétés ? »
« Des gens qui ont donné leur vie,
le meilleur d’eux-mêmes par amour pour
aider les autres et proclamer le royaume
de Dieu, comme votre pauvre servante »
Ma pauvre servante pensa-t-elle ? Si elle a
reçu une telle récompense, alors la mienne
doit être absolument magnifique !
Arrivez dans un des quartiers les plus
modestes du Ciel, l’ange montre à la
femme riche sa nouvelle résidence ; une
demeure très sommaire, sans grands
apparats.
Stupéfait, la femme riche s’écrie : « Mais,
il doit y avoir une erreur, ce n’est pas
possible que ce soit ma nouvelle maison ! »
Sur ce, l’ange lui répond : « Nous avons
fait de notre mieux pour construire votre
maison avec le matériel que vous nous
avez envoyé au Ciel ! »

Mat 19:21 « Jésus lui dit: Si tu veux être
parfait, va, vends ce que tu as, et donne aux
pauvres; et tu auras un trésor dans le ciel;
et viens, suis-moi »

Marc 12:43 « Et ayant appelé ses disciples,
il leur dit: En vérité, je vous dis que cette
pauvre veuve a plus jeté au trésor que tous
ceux qui y ont mis »

Luc 12:34 « car là où est votre trésor,
là sera aussi votre cœur »

************************************

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post