Accueil Sois un ami Mystères de la Bible N°122 – En ligne avec Dieu (Chap 2)...

Mystères de la Bible N°122 – En ligne avec Dieu (Chap 2) Les diamants de poussière !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

          Les diamants de poussière

Dieu nous a offert un « spectacle de lumière » l’autre jour. En plus, Il nous a dit des tas de choses et nous avons essayé d’écouter. Je suis sûr que ce n’était pas la première fois qu’Il nous montrait un tel spectacle, mais nous étions sans doute trop occupés pour y prêter attention.
Trois petits rayons de lumière s’étaient infiltrés dans la pénombre de notre chambre. Non pas à travers les volets qui bloquaient la lumière, mais par des trous minuscules qui la laissaient passer. Plus le trou était petit, plus l’image était parfaite et plus la projection était précise ! Voilà une bonne illustration de notre vie avec le Seigneur : plus nous sommes petits, plus les autres peuvent voir Jésus en nous. Plus nous nous effaçons, plus la lumière de Dieu brille à travers nous !
Les rayons avaient toutes sortes de couleurs, chacun révélant un aspect particulier de la lumière de Dieu, mais c’était la même lumière. Comme le dit la Bible, chaque chrétien reçoit des dons différents mais ils viennent tous du même Esprit, le Saint-Esprit. Chacun de nous reflète à sa façon la lumière de Dieu. Chacun de nous fait briller sa lumière pour que les hommes en attribuent la gloire à Dieu.
Nous sommes des petits rayons de lumière dans ce monde en proie aux ténèbres spirituelles. Même quelques rayons peuvent faire une différence. N’allez pas croire qu’un peu de lumière ne sert à rien au milieu de toutes ces ténèbres. Dans l’obscurité, la lueur d’une simple bougie peut être aperçue à des kilomètres à la ronde.
Même un grain de poussière, aussi petit soit-il, peut étinceler comme un diamant s’il se trouve dans la lumière du soleil. Et plus l’obscurité est profonde, plus la lumière est vive ! On distingue bien mieux les petits diamants de poussière ou les rayons de lumière lorsque la pièce est très sombre : « Là où le péché a proliféré, la grâce a surabondé »
On n’oserait pas regarder le soleil en face : il est tellement brillant qu’il nous aveuglerait. Mais on peut voir son reflet sur tous les objets qu’il illumine. Avec Dieu, c’est un peu la même chose : les gens ne peuvent Le voir que dans la mesure où Ses enfants reflètent Sa lumière, comme les diamants de poussière. Les hommes ne peuvent pas regarder Dieu directement, Il est trop brillant. C’est en nous regardant, nous les croyants, qu’ils peuvent Le voir, lorsque nous Le reflétons.
La lumière de Dieu n’est visible qu’à condition que vous la reflétiez ! Les gens ne voient Dieu en vous que dans la mesure où vous Le reflétez ! « C’est ainsi que votre lumière doit briller devant tous les hommes, pour qu’ils voient tout le bien que vous faites et qu’ils en attribuent la gloire à votre Père Céleste » S’il n’y avait pas de poussière, on ne pourrait pas voir la lumière, et réciproquement. Il faut les deux.
Vous ne reverrez peut-être plus jamais ces petits diamants de poussière ; certains flottent dans la lumière et scintillent, l’espace d’un instant, avant de s’évanouir dans les ténèbres. C’est leur unique moment de vérité ! Mais si ce diamant de poussière scintille, ne serait-ce qu’une seule fois, dans la lumière de Dieu, cela en vaut la peine ! Si une seule fois dans sa vie, il donne du bonheur à quelqu’un, cela en vaut la peine ! Mais s’il pouvait rester dans la lumière du Seigneur, alors il brillerait toute sa vie, comme une bougie qui éclaire la maison en se consumant jusqu’au bout. Aussi longtemps que le petit grain de poussière demeure dans la lumière, il brille et reste un diamant.
Ces diamants de poussière scintillent un instant puis disparaissent. Telle la vie d’un homme « qui ressemble à l’herbe, à une fleur des champs : la voici qui fleurit ! Qu’un vent souffle dessus, la voilà disparue ! Car qu’est-ce que votre vie ? Une brume légère qui reflète la lumière de Dieu l’espace d’un instant, et qui se dissipe bien vite. »
Vous n’avez aucune garantie pour le lendemain, alors profitez-en pour briller tant que vous êtes dans la lumière, ou vous risquez de sombrer dans l’oubli. Et personne, ou presque, ne saura que vous avez existé si vous n’êtes pas resté dans la lumière, et que la lumière n’a pas continué de briller en vous.
« Mais celui qui marche dans la vérité vient à la lumière pour qu’on voie clairement que tout ce qu’il fait, il l’accomplit dans la communion avec Dieu »
Le trajet de la lumière est une ligne droite, très étroite. La lumière ne brille que dans une seule direction, et sa source est unique. De même, il n’y a qu’un chemin pour remonter à la source, pour parvenir à Dieu. Et si vous ne le prenez pas, vous n’y parviendrez pas !
Jésus est la lumière du monde. Il est le seul chemin. Il est la seule source de lumière. Il est le rayon, la ligne droite et resserrée qui indique le chemin de l’amour de Dieu.
Si vous voulez briller, il vous faut à tout prix entrer dans ce rayon d’amour. Jésus ne disait-Il pas : « Le chemin, c’est Moi, parce que Je suis la vérité et la vie. Personne ne va au Père sans passer par Moi »
Vous avez vu tout ce que Dieu peut nous montrer à partir d’un petit rayon de lumière, si nous avons le regard simple d’un enfant. Si vous ne devenez pas comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.
Pour bien profiter des leçons du Seigneur, il faut s’arrêter et prendre le temps d’observer et d’écouter. Sinon, vous serez submergé par les soucis de la vie au lieu de déborder de bonheur avec l’amour de Dieu et Sa vérité ; vous serez vaincu par le monde au lieu de triompher grâce au Seigneur. Si vous êtes trop occupé, trop pressé, trop absorbé par votre travail, vous n’apprendrez jamais rien.
Observez les diamants de poussière, vous verrez qu’ils ne cherchent pas à briller ni à étinceler. Ils se contentent de baigner dans la lumière. Ils ne font aucun effort pour se mouvoir ou pour scintiller. Ils n’essaient d’aller nulle part. Ils ne sont pas pressés. Ils flottent paisiblement dans l’air de Dieu, tout simplement.
Alors, arrêtez-vous…, observez…, et écoutez !
Et que votre poussière devienne un diamant qui révèlera toute la beauté de Dieu !
_________________________________________________
Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message