Magie du Noël Russe!

«Tu me demandes,petit, de te raconter
le Noël russe.Après tout…
Ce que tu ne comprendras,
ton cœur te le soufflera.»
     (Ivan CHMELIOV)



Le Père Noël russe s’appelle le Père Gel
il est le héros de nombreux contes
populaires russes…



On pense qu’il est un parent direct du Dieu
du Vent du Nord, qu’admiraient déjà les
toutes premières générations slaves païennes.

Le Père Gel est un vieil homme bon et généreux.
Il est à la fi n de sa vie et a à coeur de
transmettretoute son histoire, toute son
expérience,souvent symbolisées par la hotte
ou le sac qu’il porte,à tous ces enfants,
qui l’attendent et l’entourent.

C’est un sage qui apaise et rassure.

Le Père Gel est le ROI de l’HIVER

Il protège les montagnes, les forêts, les
villages et tous leurs habitants et a la
lourde charge de s’occuper pendant les
longs mois d’hiver du froid, de la neige,
du gel et du vent.

Il aide, réconforte et oriente ceux qui
ont à souffrir du froid.

***

La Petite Fille des Neiges

Elle est la fille du Père Gel et la Reine
du Printemps,héroïne des contes populaires
les plus connus,compagne de tous les
instants du Père Gel…



D’après la légende, la Petite Fille des
Neiges, à l’âge de 16 ans,décida d’essayer
de convaincre son père de la laisser sortir
et aller vers les autres pour se faire des
amis.

Son père resta longtemps demarbre,
expliquant que son ennemijuré, IARILO,
le Dieu du Soleil,de la fertilité et de
l’amour, était prêt avec le début de l’été
à luienlever sa Petite Fille des Neiges.

Mais la volonté de la Petite Fille des
Neiges était si forte, qu’il finit par
céder et la laisser aller.

Tous tombèrent amoureux de la beauté et
de la gentillesse de la Petite Fille des
Neiges.

Mais elle ne se rendait pas compte, elle
ne connaissait pas la sensation d’amour,
elle était dépourvue de toute sensation…

La Reine du Printemps, la mère de la
Petite Fille des Neiges lui fit cadeau
de ce sentiment.

Comblée de ce présent inestimable, la
Petite Fille des Neiges était tellement
folle de joie, qu’elle ne remarqua pas
IARILO s’approcher.

Et la Petite Fille des Neiges ne chercha
ni à se sauver, ni à se cacher…

et les rayons brûlants de IARILO finirent
par l’atteindre, et elle s’évapora…

***


SVIATKI = les jours saints.

Ce sont les 12 jours de fête entre le
6 Janvier , veille de NOËL
(le 6 Janvier dans le calendrier julien,
calendrier russe traditionnel en vigueur
en Russie jusqu’en 1918, correspond au
24 Décembre dans notre calendrier)
et le 19 Janvier
(6 Janvier dans notre calendrier).

L’Epiphanie est fêtée en même temps que
Noël dans le calendrier orthodoxe.

Le 19 Janvier (notre 6 Janvier), on fête l
a Théophanie,la manifestation de la Trinité,
et, surtout,le Baptême du Christ.

Ces Sviatki font suite à 6 semaines de jeun,
et sont l’occasion de fêtes partout et pour
tous.

On ne travaille pas, on mange bien et beaucoup,
on reçoit et on rend visite aux parents et amis,
on chante, on danse, on se déguise, on s’amuse…



Dans la nuit qui précède NOËL,
les jeunes
gens font revivre des traditions païennes
d’avant l’ère chrétienne, ils vont par les
villages et les campagnes déguisés, qui en
ours, qui en bouc, qui en diable…

Ils chantent des chansons espiègles et drôles,
les Koliadki , visitent les chaumières,
divertissent maîtres et maîtresses de maison,
réclament collations, bonbons ou quelques
pièces de monnaie…



On racontait que cette nuit-là pour la
dernière fois l’esprit malin, l’esprit du
diable, se promenait encore dans les rues,
car il savait que dès le lendemain il
devrait laisser la place à l’enfant Jésus…

On raconte qu’il y eut jadis un fou, du nom
de Koliada, que l’on prenait pour une divinité,
et que c’est de lui que sont venus les
« koliadki ». Qui le sait ?

Pourtant, on ne fait jamais allusion à Koliada
dans les « koliadki » :

on y chante souvent la naissance du Christ, et
à la fin, on souhaite prospérité au maître,
à la maîtresse de céans et à toute la maisonnée…

***


Les jours avant NOËL sur les places dans les
villes et les villages, les foires et les
marchés s’installent…



De grands traîneaux sur la neige, ils viennent
de lointaines contrées tirés par des chevaux
des steppes que l’on mène eux aussi à la vente.

Ils sont chargés de produits qui nous font
rêver. Tout sera vendu jusqu’aux traîneaux !

Sur une verste, les cochons gelés, rangés comme
des bûches.

À côté, des cuves gigantesques : les salaisons.

Devant l’allée des cochons, celle des porcelets…

Plus loin les poules, les oies, les canards,
les gélinottes de Sibérie, et le coq des
bouleaux…



On achètera directement aux traîneaux.

Et pas question de peser la marchandise, on
vend à la pièce.

Des feux sont allumés pour se réchauffer.

Les vendeurs de Sbiten déambulent parmi la foule.

Le Sbiten ? C’est tout chaud, c’est parfumé,
sucré et ça sent bon le miel et le gingembre.

Un kopeck, le verre !

***


Autre tradition russe de NOËL :
celle du jeu du « VERTEP »


VERTEP est le mot slavon pour désigner la grotte
dans laquelle est né le Christ.

Le Vertep se présentait sous la forme d’une caisse
figurant une petite maison séparée en deux plans,
supérieur et inférieur.

On y représentait les scènes de la Nativité,
du Massacre des Innocents et de la Mort du Roi
Hérode.


***

GUADANIE ou comment lire l’avenir

Pendant les SVIATKI, on pensait que la force de
la fête de NOËL faisait recule les esprits des
ténèbres et que la magie de ces instants pouvait
nous aider à lire l’avenir .

De nombreuses soirées étaient passées à deviner
ce dont serait fait demain et les méthodes les
plus originales et les plus inattendues étaient
alors mises en oeuvre, surtout par les jeunes
filles plus attachées que les jeunes hommes
à savoir ce qui les attendait…

Ainsi la prédiction par le soulier… :

Les jeunes filles enlevaient leur soulier gauche
et le jetaient à travers la porte.

Elles regardaient ensuite comment il était retombé :

si le bout du soulier était tourné vers la porte
de la maison, cela signifiait que la jeune fille
ne quitterait pas cette maison, qu’elle ne se
marierait donc pas dans l’année…

Prédiction par les cartes :

La jeune fille mettait sous son oreiller les
quatre rois d’un jeu de cartes et disait
« Mon promis masqué, je veux te voir en rêve. »

Si elle voyait en rêve le roi de pique,
le fiancé serait vieux et jaloux – si elle
voyait le roi de coeur, le fiancé serait riche
et jeune – si elle voyait le roi de trèfle, le
fiancé serait militaire ou homme d’affaires
– enfin, si elle voyait le roi de carreau,
le fiancé serait celui désiré…



Prédiction par la bague :

On met une bague en or dans un verre d’eau
et on le laisse toute la nuit dehors.

Le matin on regarde le résultat dans le verre
gelé :

si la surface est parfaitement lisse, la jeune
fille à la bague aura une vie sans enfant…

Si au contraire, la surface de l’eau n’est pas
totalement lisse :

petites bosses signifi ent naissance de fils,
petits creux naissance de filles…


***

Un très JOYEUX NOEL à vous tous.
Que la PAIX DU CHRIST
repose dans vos maisons
et son amour
dans vos COEURS!

Patrick

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post