Accueil Sois un ami L’escalier miraculeux !

L’escalier miraculeux !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

L’escalier miraculeux !

Dans cette fraîche matinée
de décembre 1878, les rayons
de soleil caressaient les rues
poussiéreuses de Santa-Fé au
Nouveau Mexique.

Ils scintillaient sur les
tuiles de la Chapelle de notre
Dame des Lumières, et sur les
fenêtres de l’école dirigée
par les sœurs de Loretto.

Dans le couvent, la mère
supérieure interrompit ses
préparatifs car quelqu’un
venait de sonner à la porte.

“C’est un autre charpentier,
révérende mère, expliqua sœur
Francis-Louise l’air embarrassé,
je lui ai dit que vous alliez
partir et que vous n’aviez pas
le temps de le recevoir, mais
il a dit… »

“Je peux très bien imaginer
ce qu’il a dit », répondit mère
Magdalena en continuant ses
bagages, qu’il a entendu parler
de nos problèmes dans la
nouvelle chapelle, qu’il est
le meilleur charpentier de
tout le Nouveau Mexique, qu’il
peut construire une cage
d’escalier pour monter jusqu’au
chœur en dépit du fait que le
brillant architecte de Paris
qui a fait les plans ait oublié
de laisser de la place pour cela,
et en  dépit  du  fait  que  cinq 
maîtres charpentiers aient déjà
essayé sans succès !

C’est vrai sœur Francis-Louise,
je n’ai pas le temps d’écouter
 cette histoire à nouveau ! »

“Mais il est si gentil, répondit
sœur Francis-Louise, et il est
là dehors avec son âne… »

“Je suis sûre, interrompit mère
Magdalena avec un sourire, qu’il
est un homme charmant et que son
âne est adorable.
Mais il y a la maladie à Santo
Domingo Pueblo et c’est peut-être
le choléra. Sœur Marie-Hélène et
moi-même, sommes les seules qui
ont eu le choléra. Je dois donc
y aller, et vous dirigerez
l’école en mon absence.

Puis elle appela “Manuela ! »Une
jeune indienne de 12 ou 13 ans
arriva en souriant.

Elle était muette.

Elle pouvait entendre, mais les
sœurs n’avaient pas réussi à lui
apprendre à parler. La mère
supérieure lui dit gentiment :

“Descends mes affaires jusqu’au
chariot, mon enfant, j’arrive
tout de suite. »

Puis s’adressant à sœur
Francis-Louise :

“Pouvez-vous dire à ce charpentier 
de  revenir  dans 2 ou 3 semaines, 
s’il vous plaît, je le verrai
à mon retour ! »

“2 ou 3 semaines ? »

“Si le Seigneur le veut, je
l’espère ma sœur ! »

Dans la rue, Mère Magdalena aperçut
le charpentier, un homme barbu,
robuste et plus grand que la plupart
des mexicains, avec des yeux noirs
et un visage souriant, buriné par
le soleil.

A côté de lui, chargé d’outils et
de morceau de bois, un âne attendait
patiemment.

Manuela lui caressait le museau en
regardant timidement son propriétaire.

Les adieux furent brefs, et commença
la piste poussiéreuse, les montagnes
mauves au loin, et le Rio Grande
comme un ruban d’émeraude loin sur
la droite.

Le pas était lent, mais Mère Magdalena
et sœur Marie Hélène se racontaient
des histoires de Noël et chantaient
pendant que le soleil montait et
descendait sur l’horizon.

Leur conducteur écoutait en souriant
et hochait la tête.

Il leur fallut 2 jours pour atteindre
Santo Domingo Pueblo, où la maladie
n’était pas le choléra mais la rougeole.

Elles restèrent pour aider le Père
Sébastian à soigner les enfants
fiévreux du village.

Le soir, elles étaient bien fatiguées,
mais quelquefois Mère Magdalena parlait
au Père Sébastian de l’inauguration de
la  nouvelle chapelle.

Elle  devait avoir lieu en Avril.

Elle aurait dû être inaugurée plus tôt,
si ce n’avait pas été à cause du
problème du chœur, sans voie d’accès
sauf par une échelle.

“Je l’ai dit à l’évêque, que ce serait
une erreur de faire les plans à Paris !
Mais il voulait que notre chapelle soit
faite d’après la Sainte Chapelle de
Paris, et qui suis-je pour contredire
l’évêque Lamy ?
Alors le talentueux  M.Mouly a  dessiné
un balcon pour le chœur sous la rosette
et aucun moyen d’y accéder ! »

“Peut-être pensait-il à un chœur
céleste, vous savez, avec des ailes… »

“Ce n’est pas drôle », répondit Mère
Magdalena. J’ai prié et prié encore,
mais apparemment il n’y a aucune
solution.
Il n’y a pas assez de place sur le sol
de la chapelle pour recevoir les
supports d’un escalier. »

Les jours passaient et Noël approchait.

Deux fois des cavaliers avaient
apporté des nouvelles de sœur
Francis Louise.

“Les enfants vont bien, disait-elle,
et notre petite Manuela est devenue
très amie avec le charpentier. »
 
“Le charpentier ?! Mais que fait ce
charpentier encore là-bas ?! » pensa
Mère Magdalena.

La seconde lettre parlait encore du
charpentier.

“Chaque matin, il vient avec un
nouveau chargement  de bois et chaque
soir il s’en va. Quand on lui demande
par quelle autorité il fait ces
choses, il sourit sans rien dire.
Nous avons essayé de le payer pour
son travail, mais il n’accepte rien… »
 
“Travail ! ? Mais quel travail ?

Est-ce que la trop gentille sœur
Francis Louise lui aurait donné la
permission de travailler dans la
chapelle ? S’inquiéta
Mère Magdalena.

Elle écrivit une lettre pour faire
cesser immédiatement le travail, et
la remit sans plus attendre à un
indien en route pour Santa-Fé.

Mais cette nuit-là, la première
neige tomba, si épaisse que l’indien
dût rebrousser chemin.

Le jour suivant, le soleil se leva
sur un monde étincelant de mille
diamants.

Mais Mère Magdalena savait qu’une
nouvelle chute de neige pourrait
rendre son retour impossible avant
Noël.

La maladie régressait rapidement à
Santo Domingo et cet après midi-là,
elles commencèrent le long voyage
de retour.
 
Il était tard, la veille de Noël,
près de minuit, quand les chevaux
fatigués franchirent la porte du
couvent.

Les lampes brûlaient encore.
 
Manuela dévala les escaliers, la
sœur Francis-Louise la suivant de
près.

Malgré son engourdissement et sa
fatigue, Mère Magdalena sentit
immédiatement une excitation
qu’elle ne pouvait expliquer.

Elle ne comprit pas non plus quand
on la conduisit dans la chapelle
où brûlaient quelques bougies.

“Regardez, révérende Mère, souffla
sœur Francis-Louise, regardez ! »
 
Comme une spirale de fumée,
l’escalier se dressait devant
elles, comme dans un rêve.

Sa base reposait sur le sol de la
chapelle et son sommet atteignait
le balcon du chœur.

Rien d’autre ne le supportait.

Il semblait flotter en l’air !
 
“Il y a 33 marches, chuchota sœur
Francis Louise, une pour chaque
année de la vie de notre Seigneur! »

Mère Magdalena s’approcha comme
dans une transe.

Elle posa le pied sur la première
marche, puis la seconde et la
troisième.

Il n’y eut pas un craquement.

Elle regarda en arrière
stupéfaite.

“Mais c’est impossible ! Il n’y
avait pas assez de temps ! »

“Il a fini hier, dit la sœur,
il n’est pas venu aujourd’hui.

Personne ne l’a vu à Santa-Fé,
il est parti. »

“Mais qui était-il ?
Ne savez-vous pas son nom ? »

La sœur secoua la tête.

Manuela s’approcha la bouche
ouverte !

Elle prit sa respiration et émit un
son dans le silence.

Les sœurs la regardèrent ébahies.

Elle essaya à nouveau : “José »
 
Elle serra la main de la Mère
supérieure et répéta le premier mot 
qu’elle  ait jamais dit : “José »

Sœur Francis Louise se signa.

Mère Magdalena sentit son cœur se
contracter.

José, le nom de Joseph en espagnol,
Joseph le charpentier, Joseph
le maître charpentier de …

Les yeux de Manuela se remplirent
de larmes : “José »

Personne ne bougea.

Mère Magdalena entendit au loin
une cloche sonner minuit.

Elle descendit l’escalier
lentement.
 
Elle se sentit envahie d’un
sentiment de gratitude, de
compassion et d’amour.

Et elle sut ce que c’était :

c’était l’esprit de Noël, et il
était sur eux tous.

          *******

Note de l’auteur:

La chose merveilleuse à propos des
légendes est la façon dont elles
s’embellissent d’année en année.

Mais toutes les bonnes légendes
contiennent une base de vérité,
et dans ce cas, le fait
irréfutable au cœur de l’histoire
est l’escalier lui-même.

Vous pouvez le voir vous-même à
Santa-Fé aujourd’hui.

Il n’a pas changé depuis plus de
cent ans, sauf pour la balustrade
qui fut ajoutée plus tard.

Les touristes regardent et
s’émerveillent.

Les architectes secouent la tête
et disent : “impossible ».

Personne ne connaît l’identité du
constructeur.

Tout ce que  savent les sœurs,
c’est que le problème existait.

Se tournant vers le ciel pour avoir
de l’aide, les sœurs commencèrent
 9 jours de prières à Saint Joseph,
le Saint patron des charpentiers.
 
Le dernier jour, un homme est
arrivé de nulle part avec son âne
et quelques outils et construisit
le joli escalier, puis disparut
sans laisser de traces.
 
Les 33 marches font 2 tours complets
sans support central.

Il n’y a aucun clou, seulement des
chevilles en bois.

Les supports courbes sont assemblés
avec une parfaite précision.

Le bois provient d’une variété de
résineux dur qui n’existe pas au
Nouveau Mexique.

Les archives de l’école montrent
qu’aucun paiement ne fut fait
pour l’escalier !

Qu’est-ce qui est vrai et
qu’est-ce qui est imaginaire
dans cette version de l’histoire ?

Mère Magdalena était bien la
première Mère supérieure.

Elle arriva à Santa-Fé  par le 
bateau de rivière et en chariot
bâché en 1852.

L’évêque J.B.Lamy était bien son
évêque, et M Projectus Mouli de
Paris, l’architecte étourdi.

Sœur Francis Louise ? Il y a dû
y avoir quelqu’un comme elle !

Et Manuela la petite indienne
était venue pour aider à la
broderie.

Quant au charpentier ? Ah !
Qui peut le dire ?!   
                          
(Dale Evans Rogers)
                           
(Avec la courtoisie de
“The new Guideposts
Christmas Treasury”)


Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message