LES VOYAGEURS DU TEMPS !

Ne sommes-nous pas tous des voyageurs du temps traversant cette courte existence comme une fleur des champs qui paraît un jour puis disparaît l’autre jour…

Nous bâtissons, nous amassons, nous engrangeons, comme si nous étions là pour y demeurer pour toujours ; comme si nous en étions les propriétaires.

Mais ce que nous avons amassé aujourd’hui qu’en adviendrait –il demain ?

Les descendances se succèdent mais ne se ressemblent pas, car ce qu’un homme sage et avisé a bâti de ses mains, demain, tout cela peut-être lapidé par ses propres fils.

Quel futur nous voulons bâtir ou quel futur survivra après notre départ ?

Les Grands de ce monde, les Empires qu’ils ont créés, la magnificence de leur gloire et de leur règne, tout cela ne sont que des rêves d’hommes, qui avec le temps disparaissent.

Oh ! Que ces vérités sont-elles vraies :

« Nu, nous sommes venu ; nu, nous repartirons » (Job 1 : 21 – La Bible)

« Car nous n’avons rien apporte dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter » (1 Timothée 6 : 7)

« Car, lorsqu’il mourra, il n’emportera rien; sa gloire ne descendra pas après lui » (Psaume 49 : 17)

« Il s’en retournera nu, s’en allant comme il est venu, et de son travail il n’emportera rien qu’il puisse prendre dans sa main » (Ecclésiaste 5 : 15)

Pourtant, nous passons notre vie à poursuivre ces choses éphémères, nous épuisons et gaspillons nos forces dans les choses que nous devrons laisser derrière nous et que nous ne pouvons pas apporter avec nous… Nous en oublions que nous ne sommes que de passage, que des voyageurs du temps !

Nous nous encombrons tellement de choses qui nous ralentissent, qui nous alourdissent, qui pèsent sur nos épaules, qui nous occasionnent tant de soucis…

Pourtant, le Saint Livre nous recommande encore :

« C’est l’Esprit qui vivifie; la chair ne profite de rien »           (Jean 6 : 63)

« Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, ou la teigne et la rouille gâtent, et ou les voleurs percent et dérobent; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, ou ni la teigne ni la rouille ne gâtent, et ou les voleurs ne percent ni ne dérobent; car là ou est ton trésor, là sera aussi ton cœur » (Matthieu 6 : 19)

Cela me fait penser à une rencontre que j’ai eu l’année passée :

Lors d’une brocante, j’ai rencontré une femme qui venait de perdre son conjoint. Elle était bien embarrassée de savoir comment elle pouvait faire pour revendre l’entière collection de timbres de son défunt mari qui valait une petite fortune.

Son mari avait souffert de la maladie d’Alzheimer et à cause de sa longue hospitalisation, avait laissé derrière lui une grosse dette à rembourser pour son épouse.

Je me rappelle avoir une grande sympathie pour cette femme seule maintenant, essayant d’éponger cette dette importante. Mais aussi une pensée pour son mari et sa collection de timbres. Combien d’heures et d’argent il avait dû dépenser pour satisfaire son hobby préféré.

C’est ce genre d’histoire qui vous aide à réévaluer nos priorités dans la vie, comment nous dépensons ce précieux temps qui nous est donné. Mais l’erreur la plus grossière que nous faisons, c’est de vivre comme si ce temps allait durer pour toujours ; comme si nous étions immortels !

Pourtant, que nous enseigne la Bible, la sagesse de toutes les sagesses :

 

Ecclésiastes 1:1  Les paroles du Prédicateur, fils de David, roi à Jérusalem. 

Ecc 1:2  Vanité des vanités, dit le prédicateur; vanité des vanités! Tout est vanité. 

Ecc 1:3  Quel profit a l’homme de tout son labeur dont il se tourmente sous le soleil? 

Ecc 1:4  Une génération s’en va, et une génération vient; et la terre subsiste toujours. 

Ecc 1:5  Et le soleil se lève, et le soleil se couche, et il se hâte vers son lieu où il se lève. 

Ecc 1:6  Le vent va vers le midi, et il tourne vers le nord; il tourne et retourne; et le vent revient sur ses circuits. 

Ecc 1:7  Toutes les rivières vont vers la mer, et la mer n’est pas remplie; au lieu où les rivières allaient, là elles vont de nouveau. 

Ecc 1:8  Toutes choses travaillent, l’homme ne peut le dire; l’oeil ne se rassasie pas de voir, et l’oreille ne se satisfait pas d’entendre. 

Ecc 1:9  Ce qui a été, c’est ce qui sera; et ce qui a été fait, c’est ce qui se fera; et il n’y a rien de nouveau sous le soleil. 

Ecc 1:10  Y a-t-il une chose dont on puisse dire: Regarde ceci, c’est nouveau? -Elle a été déjà, dans les siècles qui furent avant nous. 

Ecc 1:11  Il n’y a pas de souvenir des choses qui ont précédé; et de même, de celles qui seront après, il n’y a en aura pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard. 

 

Peut-être il serait sage de finir cette fin d’année dans cette méditation et réflexion, de faire le bilan de cette année 2018 qui touche à sa fin en  nous posant les bonnes questions.

Si nous pouvons prendre un peu de temps pour le faire, nous pourrons démarrer 2019 d’un meilleur pied, en décidant de nous débarrasser des choses qui ne nous sont pas nécessaires, qui nous encombrent, et mettre plus d’intérêt sur les choses qui nous apportent beaucoup de bien, qui vaillent la peine de notre investissement.

Pour finir ce blog, comme le disaient si bien nos anciens ; un jour à la fois, il suffit ; remettons le reste dans les mains de Dieu !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post