2016-05-09_111040La boîte à penser N°3 –  Le temps d’une pensée

♦ Les hommes,
écrivent beaucoup
pour dire si peu.

♦ Ce n’est pas la multitude
des mots qu’importe,
c’est comment
ils sont arrangés.

♦ Un livre peut devenir un
bestseller, renommé ;
jetez-le au feu
et voyez s’il renaîtra
de ses cendres.

♦ La multitude des mots
ne fais pas un ouvrage,
mais quelques pensées
bien trouvées et dites
inspire le lecteur.

♦ Une rature est un signe
de réflexion ; d’un esprit
qui pense et respire.
Il n’y a que les sots
qui ne font pas d’erreur.

♦ Une personne peut écrire
pour ne rien dire, une
autre utilisera les mêmes
mots pour écrire quelque
chose de profond.

♦ Ce n’est pas le stylo plume
qu’un écrivain est bon,
mais l’étincelle de génie
qui l’inspire à écrire.

♦ Certains écrivains sont
plus concernés par la
couverture de leur ouvrage
que par ce qu’ils ont
écrit à l’intérieur.

♦ Ce n’est pas le titre
qui fait un livre, mais
la signature de l’auteur.

♦ Les érudits, les intellectuels,
pensent que le nombre de livres
contenu dans une bibliothèque
fait la grandeur de leur pays ;
la Bible elle-même équivaut
à tous les ouvrages du monde
réuni ensemble, elle est pourtant
de la taille d’un livre normal.

Patrick Etienne

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post