Un professeur a amené des ballons à l’école.

Il a demandé aux enfants de les gonfler et

que chacun écrive son nom sur un ballon.

Ensuite, ils ont jeté les ballons au hasard

dans le corridor.

Après, le professeur leur a donné cinq minutes

pour trouver le ballon sur lequel leur nom était

écrit.

Les enfants allaient dans tous les sens,

regardaient attentivement, mais quand le temps

a été écoulé, aucun n’avait trouvé son propre

ballon.

Puis le professeur leur a dit de prendre le ballon

le plus proche d’eux et de le donner à la

personne dont le nom y était écrit.

En moins de deux minutes, tous les enfants

avaient récupéré leur ballon.

À la fin de cette expérience, le professeur

a dit ceci aux enfants :

 

Les ballons sont comme le bonheur.

Personne ne le trouvera s’il cherche uniquement

le sien. Au lieu de cela, si tout le monde se soucie

les uns des autres, chacun trouvera son propre

bonheur plus aisément.

 

Patrick : une belle histoire n’est-ce pas, pourtant

si vraie et pleine de bon sens !

C’est une amie qui me l’a envoyé et je trouve

plaisant de la partager à mon tour !

Je pense que si nous l’appliquons à cette fin

d’année tumultueuse, nous allons donner un

vrai sens à cette merveilleuse fête qui est Noël,

et par-dessus tout, rendre les autres heureux !

***

Le roi et le faucon qui ne voulait pas voler

Il était une fois un roi qui avait reçu le cadeau de deux magnifiques faucons.
C’étaient des faucons pèlerins, les plus beaux oiseaux qu’il ait jamais vus.
Il a donné les précieux oiseaux à son fauconnier à former.

Le mois passa et un jour, le fauconnier principal informa le roi que, bien que l’un des faucons volait majestueusement, s’élevant haut dans le ciel, l’autre oiseau n’avait pas quitté sa branche depuis le jour de son arrivée.

Le roi invita des guérisseurs et des sorciers de tout le pays à s’occuper du faucon, mais aucun ne put faire voler l’oiseau.
Il présenta la tâche au membre de sa cour, mais le lendemain, le roi vit à travers la fenêtre du palais que l’oiseau n’avait toujours pas bougé de son perchoir.

Après avoir essayé tout le reste, le roi se dit :

Peut-être aurais-je besoin de quelqu’un de plus au fait de la campagne pour comprendre la nature de ce problème.

Alors il a crié à sa cour, …
Va chercher un fermier.

Au matin, le roi fut ravi de voir le faucon s’élever au-dessus du jardin du palais.

Il a dit à sa cour :

Amène-moi, le faiseur de ce miracle.

La cour a rapidement localisé le fermier, qui est venu et s’est tenu devant le roi.
Le roi lui demanda :
Comment as-tu fait voler le faucon ?
Avec sa tête inclinée, le fermier dit au roi :

C’était très facile, Votre Altesse, j’ai simplement …

coupé la branche où l’oiseau était assis.

Nous sommes tous faits pour voler …

pour réaliser notre incroyable potentiel en tant qu’êtres humains.
Mais parfois nous sommes assis sur nos branches, accrochés à des choses qui nous sont familières, elles restent à découvrir.
Nous nous conformons au familier, au confortable et au banal.
Donc, pour la plupart, nos vies sont médiocres au lieu d’être

excitantes et enrichissantes.

Apprenons à détruire …

La branche de la peur à laquelle nous nous accrochons

et libérons-nous à la gloire de la fuite.

Histoire Soufi

***

Les deux chèvres

Un homme qui se promenait dans la montagne observa la scène suivante :

Deux chèvres avançaient le long d’un étroit sentier de montagne. L’une montait, l’autre descendait. Il remarqua que toutes deux allaient devoir passer par un endroit où le sentier se rétrécissait encore, au point qu’une seule aurait la place de passer. Curieux de savoir ce qui allait arriver, il se posta quelque part et redoubla d’attention.

Les chèvres amorcèrent un coude du chemin et se trouvèrent soudain face à face. Instinctivement, elles reculèrent, comme si elles allaient bondir l’une sur l’autre. Mais il se passa quelque chose de très surprenant.

La chèvre qui se trouvait en contrebas se coucha en travers du sentier, tandis que l’autre, celle qui descendait, lui passa sur le dos. Puis la première se releva et poursuivit son ascension …

Patrick : Ne pensez-vous pas que Noël, cette fête d’amour, est un bon moment pour se pardonner, renouer des liens affectueux, effacer l’ardoise des mauvais souvenirs, des déceptions et des rancœurs ?

Parfois, les animaux peuvent nous apprendre d’importantes leçons.

***

Une conception positive de la vie

― Citations ―

Dans toute calamité, l’optimiste voit une opportunité.

Dans toute opportunité, le pessimiste voit une calamité.

― Sir Winston Churchill

Puisque nous savons qu’il y a deux façons de voir les choses, du bon ou du mauvais côté,

choisissons de ne les voir que du bon côté.

— Mahatma Gandhi

Dans la vie,

on peut toujours se montrer reconnaissant

de ce qu’on a reçu,

plutôt que de se plaindre

de ce qu’on n’a pas reçu.

L’un ou l’autre

deviendra une habitude.

— Elisabeth Elliot

Si tu n’as pas tout ce que tu veux,

pourquoi ne pas penser à ce que tu n’as pas

et que tu ne voudrais pas avoir ?

— Oscar Wilde

À quoi bon ronchonner et voir les choses en noir,

Au lieu de se réjouir et jouir de l’existence ?

Si Dieu, mon Créateur,

choisit de faire pleuvoir,

Eh bien alors,

la pluie devient ma préférence.

— James Whitcomb Riley

La porte du bonheur s’ouvre vers l’extérieur.

— Søren Kierkegaard

Si je devais revivre ma vie,

je m’accorderais plus de droit à l’erreur.

Je serais moins tendu.

Je prendrais le temps de gravir des montagnes,

de me baigner dans les rivières,

de sortir du sentier pour aller cueillir des pâquerettes.

J’aurais plus de vrais problèmes

mais moins de problèmes imaginaires.

— Don Herold

Les obstacles ne peuvent m’écraser.

Devant une solide détermination,

un obstacle ne peut que céder.

Quiconque s’attache à une étoile

ne peut être ébranlé.

— Léonard de Vinci

La vraie joie de vivre,

c’est de servir une grande cause,

une cause que l’on  reconnaît comme telle.

C’est être une force de la nature au lieu d’être

un petit égoïste fébrile et maladif,

imbu de lui-même,

toujours en train de se plaindre,

de se lamenter parce que le monde

est incapable de le rendre heureux.

— George Bernard Shaw

Le bonheur est ce que nous en faisons.

Certaines personnes sont incroyablement joyeuses

au milieu des épreuves et des obstacles ;

d’autres se plaignent des moindres contrariétés.

Les premières,

celles qui recherchent le bon côté

dans les difficultés,

y gagnent en qualité de vie.

Et par le rayonnement de leur attitude positive,

ils éclairent le chemin des autres.

Chloe West

Il y a toujours des fleurs pour ceux qui veulent les voir.

Henri Matisse

***

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post