Le Père Noël a volé Jésus

C’est un fait ! Les gens préfèrent le Père Noël à Jésus. Il n’y a qu’à voir les vitrines des magasins, les cartes postales de saison, les chansons…  tout tourne de plus en plus autour de lui. Il est en train de prendre la place du bébé de la crèche. Vous verrez : on va finir par complètement l’oublier. Pour certains, c’est déjà fait.

Pour qui connait un peu l’histoire, on sait que l’expansion récente du Père Noël dans nos sociétés, y compris non chrétiennes, a été très largement favorisée par des grandes firmes commerciales. Il s’est révélé un bon produit pour faire acheter et consommer les gens. Au fond, derrière son aspect débonnaire et sa belle barbe blanche, le Père Noël ne dit rien d’autre que : Achetez ! Consommez ! Mangez ! Buvez ! Autant que vous pouvez. Quitte même à vous endetter !

Les commerçants ont donc tout intérêt à ce que le Père Noël marche bien si je peux dire. Tant pis s’il vole la vedette à Jésus, à Joseph, à Marie…

Je vais peut-être vous étonner en vous disant que cela ne me déplait pas trop. 

Je m’explique.

S’il faut choisir, je préfère encore qu’on fasse des excès de manger, de boire et de consommer au nom du Père Noël qu’au nom de Jésus.

Le Père Noël n’est qu’une fable. On peut donc en faire ce qu’on veut.

Jésus le Christ, lui, est vraiment venu dans ce monde pour nous dire exactement le contraire de ce qu’on veut faire dire au Père Noël.

Je ne supporte pas qu’on fasse en son nom autre chose que l’exemple et l’enseignement qu’il nous a donnés.

Le Père Noël a volé Jésus ? Je laisse au grincheux le loisir de s’en plaindre. Après tout, les premiers chrétiens ont vécu dans un monde encore plus peuplé de fables, d’excès et même d’orgies que le nôtre. Cela ne les a pas empêché de répandre le message de Jésus, quitte à y laisser leur vie.

Tout ce que je souhaite, c’est que les chrétiens d’aujourd’hui montrent au monde par leur vie, 365 jours par an, le vrai visage de Jésus. Et, croyez-moi, il n’a pas grand-chose de commun avec le Père Noël.

Patrick :

Super message et tellement vrai ! Moi qui habite le Grand-Est de la France, je peux voir la même chose avec la fête de Saint Nicolas qui se déroule quelques semaines avant Noël.

Bien sûr, les amoureux de Noël et de Saint Nicolas, vont me dire qu’il n’y a rien de mal et que c’est pour rendre les enfants heureux ; ce qui est en partie vrai. Mais si c’est au détriment de l’anniversaire de Jésus, alors là, ce n’est pas honnête et c’est même une usurpation d’identité et de fête !

Là encore, on pourra me dire qu’on peut fêter les deux fêtes en même temps et que le Père Noël ne fait de mal à personne.

Personnellement, j’ai toujours mis un point d’honneur d’enseigner la vérité à mes enfants. Pourquoi devrais-je leur raconter un mensonge avec l’histoire du Père Noël ? En plus, ils savent très bien que c’est l’anniversaire de la venue de Jésus qu’on fête en décembre.

Quant à la fête de Saint Nicolas, je me pose des questions quand je vois tout le déploiement qu’on fait à son sujet, alors qu’autour du 24 décembre, on ne voit plus de crèches dans les vitrines ; très peu de chansons joyeuses dans les rues sur l’anniversaire de Jésus ; et bien d’autres choses qui sont en train de disparaître avec…

Trouvez-vous cela normal ? Moi, pas ! Pensez-y et réfléchissez dessus !

_______________________________________________

Canne de Noël : légende et acrostiches

On trouve  partout sur le net que la canne en bonbon de Noël serait originaire des États-Unis. Un confiseur qui habitait dans l’État de l’Indiana voulait faire une confiserie qui serait un peu comme un témoignage à Jésus. Il décida donc de fabriquer des « cannes de Noël » avec différents symboles représentant le Christ.

Il commença par fabriquer un bâtonnet de bonbon dur d’un blanc impeccable. Il associait la couleur blanche à la naissance virginale et à la vie sans péché de Jésus. La dureté de la confiserie symbolisait le Roc solide qu’est le Christ.

Le confiseur décida aussi de modeler le bonbon en forme de « J » pour représenter le précieux nom de notre Sauveur : Jésus. Sa forme rappelle aussi la canne du Bon Berger allant chercher ses brebis.

Trouvant que la friandise manquait cependant de couleur et d’originalité, le confiseur décida de lui ajouter des rayures rouges. Il utilisa 3 petites rayures pour représenter les plaies de la flagellation de Jésus (ou de la Trinité)…

Le lien le plus fort qu’on pourrait faire entre les origines de la canne à sucre et une association chrétienne intentionnelle est de deviner que peut-être une personne inconnue, à un moment indéterminé, a pris une forme existant depuis longtemps de cannes blanches droites de sucre candy, lesquelles étaient déjà été associées à Noël et qu’il a produit des versions tordues de celle-ci pour représenter la houlette de berger et / ou le rendre plus facile à accrocher sur les arbres de Noël, mais même cela  n’est rien de plus qu’une simple supposition sans preuve à l’appui.

Voici deux acrostiches employant cette fois, toutes les lettres de Jésus (Christ) :

J.E.S.U.S

Justifiés par le sang de la croix (Romains 3.9) ;
Evangélisés par sa Parole (Romains 10. 14-15) et Élus dès avant la fondation du monde  (Éphésiens 1.4) ;
Sauvés par sa Résurrection triomphante (Romains 5.10) ;
Unis dans un seul Esprit pour former un seul corps (1 Co 12.13) ;
Sanctifiés par sa présence intérieure (Galates 2.20).

J.E.S.U.S.-C.H.R.I.S.T

Je suis émerveillé par  ton amour salvateur
En me repentant je perçois tout l’amour que tu as manifesté
Sang expiatoire qui me purifie de mes péchés
Unique Sauveur voulant toujours transformer
Souverain Sacrificateur du Très Haut !

Compatissant éternel jusqu’au jour du Jugement
Heureux celui qui se confie en toi, dès maintenant
Rien qu’en restant sous ton précieux abri
Immédiat est le salut que tu accordes aux humains
Sans le Créateur, qui peut être heureux
Toi le sel de la vie, guide moi vers le bonheur !

_______________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post