Accueil Sois un ami Le meilleur reste encore à venir (La vie après la vie !)

Le meilleur reste encore à venir (La vie après la vie !)

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Le meilleur reste encore à venir (La vie après la vie !)

Si vous pouviez entrevoir ce domaine céleste, comme le firent ceux qui eurent une expérience de mort imminente, vous sauriez sans l’ombre d’un doute qu’il y a une vie après la mort, que le Ciel est réel, que c’est un paradis. Kurt Kawohl qui a eu une expérience « hors du corps », raconte :
« C’était comme si mon esprit quittait mon corps et je me retrouvais dans un endroit où étaient assemblés des âmes ou des esprits. Je sentis une grande paix, une tranquillité, une extase – un ravissement bien au-delà de l’imagination. Je me sentais comme faisant partie du TOUT, partie de Dieu. Je communiquais mentalement et j’étais à l’unisson avec tout le monde, y compris non seulement certains de mes parents ou de mes connaissances décédés, mais aussi avec de nombreux prophètes bibliques et des personnages historiques que je connaissais par les livres. En quelque sorte, je savais qui ils étaient. Chaque pensée communiquait avec le reste de la communauté. Je n’avais aucune question ; j’avais l’impression que tout était clair comme du cristal. Je vis l’univers étiré à perte de vue, plein d’esprits engagés dans un échange mental tels des maîtres artisans contemplant la création d’une nouvelle frontière »  
– Kurt Kawohl immigra d’Allemagne aux Etats-Unis en 1950, il réside actuellement à Newport Beach, en Californie, où il est courtier immobilier.
Pour avoir une idée de ce quoi à ressemblera le Ciel, prenez le moment le plus heureux de votre vie et multipliez-le par un million.
Vous ne pouvez pas gagner l’accès au Paradis, mais vous pouvez y amasser des trésors en faisant de bonnes actions dès à présent.
Au ciel, tout sera éternel: la vie éternelle, l’amour éternel et vous aussi, vous serez éternels. Ceux qui aiment Dieu ne se séparent jamais pour toujours. S’ils ne se revoient pas dans cette vie, ils se retrouveront au Ciel.
Au Ciel, nous n’allons pas juste être assis sur des nuages à jouer de la harpe, comme certains l’imaginent. Le Ciel est plein d’activité, excitation, d’apprentissage, et par-dessus tout, d’amour. Au Ciel, nos larmes seront essuyées. La tristesse, le chagrin et la peine que nous connaissons seront oubliés comme on oublie un rêve.
Le Ciel sera notre dernier voyage – pas de valises à faire, pas de longue route ! C’est peut-être encore loin,  mais c’est peut être aussi plus proche que vous ne le pensiez !
Le Ciel dans toute sa splendeur peut être résumé en un mot : Christ. Il est la lumière de la création, la joie de toute vie, et par-dessus tout, l’amour le plus profond de nos âmes. Bettie  J. Eddie,  survivante d’une expérience de mort imminente et auteur de « Dans les bras de la Lumière »
La mort n’est autre que passer d’une pièce à une autre. Mais, vous savez, pour moi, il y a une différence: c’est que dans cette autre pièce, je pourrai enfin voir.   Helen Keller,  auteur et activiste américaine, aveugle et sourde depuis son enfance (1880-1968)
Le Ciel est bien au-delà de toute attente. C’est un monde d’amour, de fraternité et de bonheur, où il n’y a plus de peine, de tristesse, de faim ou d’injustice. Cela ressemble fort au monde dans lequel vous vivez, mais en beaucoup mieux. Il y a de l’amour, des rires et des divertissements. Il y a aussi des défis, du travail, des gens à voir, et des choses à apprendre. C’est un endroit actif et une vie bien remplie, comme la vôtre maintenant, mais la différence, c’est que dans tout ce que vous faites, vous trouverez joie, satisfaction et accomplissement.
Ne vous en privez pas ! Tendez les  bras et recevez l’amour de Dieu en Jésus aujourd’hui. Il est le Roi des rois, et Seigneur des seigneurs, l’image même de Dieu, et pourtant Il s’abaisse à notre niveau pour nous aimer. Il est même prêt à vivre en nous et à devenir l’un de nous. Quel amour !
Vous êtes-vous déjà demandés ce qui vous arrivera à votre mort ? S’il y a vraiment un ciel ou un enfer ? Si Dieu existe ? Vous ne devez pas avoir peur de mourir, parce qu’il y a un merveilleux royaume des Cieux, qui attend tous ceux qui aiment Dieu.
QUAND LE JOUR SE LÈVE!
Quitter cette vie, c’est comme passer d’une pièce à l’autre, et puis fermer la porte. C’est passer du monde de la matière au monde de l’Esprit, c’est délaisser ce monde pour un autre, meilleur. C’est tout naturel. C’est ce que chacun fait quand il meurt.
En fait, pour un chrétien, mourir est une immense bénédiction ! Cela m’est arrivé lors d’une expérience aux frontières de la mort. C’était formidable ! J’imagine que c’est une sensation comparable à celle que les astronautes expérimentent  en état d’apesanteur. Pour le moment, nous sommes alourdis par notre enveloppe charnelle. Mais dans l’Esprit, nous sommes libérés de ce fardeau et des problèmes inhérents à la vie matérielle ! On a fini l’école de cette vie terrestre.
Quelle merveilleuse sensation ! On n’est plus du tout alourdi par son corps et on a l’impression de planer. Lors de cette expérience aux frontières de la mort, je me suis dit : « Ah! C’est formidable! Je suis léger comme une plume, je ne me suis jamais senti aussi bien! Je ne ressens plus la pesanteur ! »  J’avais l’impression que sur un simple petit coup de pouce j’allais m’envoler!
J’étais assis dans mon lit, alors que mon corps était allongé derrière moi. Autrement dit, une moitié de moi-même était dans mon corps, et l’autre à l’extérieur. Mais je savais que le Seigneur n’en avait pas fini avec moi ici-bas, et que la vie me réservait encore de nombreuses leçons. Pour cette raison, de toutes mes forces, je voulais revenir. Je me mis donc à prier : « Seigneur, fais-moi revenir dans mon corps ! » Alors, tout à coup, je me suis retrouvé dans ce monde, ce monde matériel, naturel, notre monde.
LE VOYAGE LE PLUS LONG
Mais, le savez-vous, la plupart des gens préfèrent ignorer la mort. Ils répugnent à en parler. Il s’agit de quelque chose qui, tôt ou tard, arrivera à tout le monde, et pourtant, on n’y est généralement mal préparé : aucune disposition n’a été prise.
Beaucoup possèdent déjà tout ce qu’on peut désirer : argent, situation, maison, voiture, famille ! Mais ils se font vieux,  la fin se rapproche et ils ne sont toujours pas satisfaits. Ils sont toujours sans réponses ! Ils appréhendent de mourir. Evidemment, on est plus facilement  sceptique quand on est jeune et que la mort semble encore loin. Mais quand le moment approche, on ne comprend pas, on a peur, et on cherche une réponse pour apaiser ses craintes.
« Tous ceux qui étaient réduits à l’esclavage leur vie durant par la peur de la mort » (Hébreux 2:15) — réduits à l’esclavage par la peur ! Ils ont peur de la mort parce qu’ils ne se sont pas préparés à mourir ! Mais grâce au Seigneur, nous, en tant que chrétiens, nous sommes prêts !
Pour nous, mourir est la chose la plus simple au monde ! C’est facile de mourir quand on est chrétien parce qu’on sait où l’on va. On n’a rien à craindre parce qu’on est prêt à partir !
Cela me fait penser à l’histoire du bouffon. Il était une fois un roi célèbre qui avait à sa cour un bouffon favori. Pour le récompenser de ses nombreuses années de fidèles services et de l’avoir si bien amusé, le monarque décida de lui faire don d’une pension et d’un patrimoine. Il lui remit également une magnifique canne en bois incrustée d’or, en lui disant :
— Accepte, je te prie, cette canne, la mienne, en gage de reconnaissance pour l’encouragement que tu m’as prodigué tout au long de ces années. Je te rends la liberté et tu peux reprendre la route. Prends cette canne, c’est mon cadeau pour toi, car tu as été le plus grand fou que j’aie jamais connu !
Quelques années plus tard, le fou entendit que le roi se mourrait. Pour lui témoigner de sa loyauté, il s’en retourna au palais et demanda à voir le roi sur son lit de mort. Il s’enquit :
— Majesté, êtes-vous prêt à partir ?
— Que veux-tu dire ?, répliqua le roi.
— Êtes-vous prêt à mourir ?, précisa le bouffon. Vous êtes-vous préparé à ce dernier voyage dans la mort ?
— Que veux-tu dire, reprit le roi, comment puis-je me préparer à mourir ?
— Avez-vous accueilli Jésus-Christ comme votre Sauveur ? Êtes-vous prêt à mourir, à aller au Ciel ?
— Non, je ne crois pas !, répondit le roi.
— Depuis la dernière fois que nous nous sommes vus, expliqua le bouffon, j’ai rencontré Jésus-Christ et je L’ai accepté comme mon Sauveur : je suis désormais prêt à partir. Quand j’ai quitté la cour pour entreprendre mon long voyage, continua-t-il, vous m’avez remis cette canne pour avoir été votre plus grand fou. Moi, j’ai pris mes dispositions en vue de cet ultime voyage, le plus grand voyage que nous puissions entreprendre. Mais vous, vous ne vous y êtes pas préparé. Alors permettez-moi de vous rendre cette canne : vous êtes un plus grand fou que moi !
LE RETOUR AU PAYS !
Pour le chrétien, mourir n’est pas une perte irréparable, car « la mort est un gain » (Philippiens 1:21). On a tout à y gagner ! Comme on le dit parfois : « A mort soudaine, gloire soudaine ! » Finis les problèmes ! Il y a souffrance, mais elle est passagère. Il y a, à cause de ce corps charnel, un peu de douleur, mais c’est pour un bref moment, et puis nous sommes libérés! En un instant, complètement libérés ! C’est merveilleux !
La mort sera notre délivrance vers un monde nouveau et une vie nouvelle ! Parce qu’à la seconde où nous mourons, nous sommes libérés, instantanément délivrés de la chair pour entrer dans le monde de l’Esprit. Voilà pourquoi l’apôtre Paul lançait ce défi à la face de la mort : « Ô mort, qu’est devenue ta victoire ? Ô mort, où est ton dard ? » (1 Corinthiens 15:55)
Jésus lui a retiré son dard. Oui, nous passons à travers la mort, mais cette dernière est privée de son dard ; oui, à travers la tombe, mais nous sommes les vainqueurs, et non pas la tombe! Grâce au Seigneur! C’est un retour au pays, un soulagement, une délivrance, c’est le jour de notre couronnement !
Les Cieux resplendiront de la lumière
De ce beau palais là-haut,
Quand sera venue mon heure dernière !
Quel soulagement de tous mes maux,
Quand sera venue mon heure dernière !
Quand j’aurai parcouru le sentier de ma vie,
Quand prendra fin ce jour si long,
Je me reposerai en Sa maison bénie !
Tous ceux que j’aime m’y attendront,
Quand j’aurais parcouru le sentier de ma vie !
La mort est magnifique ! Pour le chrétien, c’est une libération ! Une merveilleuse délivrance ! Pour celui qui croit en Christ, c’est être libéré de ce vieux corps usé qui nous cause tant de problèmes.
Quel plus grand soulagement peut-on imaginer, que de se délester de tout ça ? Un corps lourd, épuisé, malade, et qui fait mal ! Mais nous pénétrerons dans un Nouveau Monde, libre des entraves de la chair, et nous serons propulsés dans l’univers vaste et illimité de l’Esprit ! Pour nous, la fin de la route marquera le commencement !
Quand nous irons au Paradis,
Oh ! Pour nous tous, quel jour de gloire !
Quand alors nous verrons Jésus,
Nous chanterons, crierons victoire !
Nous retrouverons nos amis disparus, nos bien-aimés, pour les rejoindre dans une vie d’amour et de joie sans limite et sans fin. Nous vivrons un bonheur céleste éternel en compagnie du Dieu d’Amour et de tous ceux que nous aimons !
(Prophétie — Jésus s’adresse à nous 🙂 Oh ! Quel beau jour ce sera quand tu Me rejoindras dans Mon Royaume, pour y régner avec Moi pour l’éternité. Ta  joie dépassera toutes les joies que tu as connues, tu contempleras des merveilles comme tu n’en as jamais vues, et tu sauras que toutes tes peines et tes souffrances en valaient la peine.
Car Je suis la Résurrection et la Vie, et celui qui croit en Moi, bien qu’il soit mort, vivra ! Et quiconque vit et croit en Moi ne mourra point, à jamais, mais il ressuscitera à la vie, à la musique, à l’espoir et à l’amour, dans un pays plein d’enfants qui vivront pour toujours avec Moi dans la maison que J’ai préparée pour ceux qui  ne peuvent pas mourir, mais qui vivront pour toujours ! (Jean 11:25,26; 14:1-4) 
C’est pourquoi lève les yeux, élève ton cœur et accroche-toi à ta foi, pour que tu puisses vivre avec Moi pour toujours dans la maison de Mon Père où il y a beaucoup de demeures !
« Regarde! Contemple la beauté du Seigneur dans les jours de soleil éternel et le souffle du printemps qui n’a pas de fin, ainsi que l’éclat des fleurs de vie qui demeurent à toujours ! »
Quand se lève le jour, adieu les années sombres,
Adieu tous les problèmes, les peines du passé !
Plus de chagrins, de mort, en cette éternité,
Quand se lève le jour, et que s’enfuient les ombres !
L’épreuve de la vie, qu’elle semblera futile !
Les fardeaux d’autrefois paraîtront si légers !
Les gros chagrins seront, comme un songe subtil,
Quand se lève le jour, entièrement dissipés !
Quand se lève le jour, adieu les années sombres,
Adieu tous les problèmes, les peines du passé !
Plus de chagrins, de mort, en cette éternité,
Quand se lève le jour, et que s’enfuient les ombres !
 LA VIE APRÈS LA MORT
— Qu’est-elle en fait ?
La création visible de Dieu est une illustration des choses de l’Esprit, de ce qui est invisible. Tout ce que Dieu a créé, tout ce qui est visible dans Sa création, est en quelque sorte une illustration de réalités spirituelles.
La Bible affirme : « Car, depuis la création du monde, les perfections invisibles de Dieu, Sa puissance éternelle et Sa divinité se voient dans Ses œuvres quand on réfléchit » (Romains 1:20)
De ce fait, le monde de l’Esprit ne diffère pas tellement de notre existence présente, pas au point en tout cas que nous ne puissions le comprendre. Autrement, au moment d’y pénétrer, nous serions complètement perdus. Ce serait trop éloigné, trop différent, nous serions sans repères.
C’est pourquoi nous ressemblerons fort à ce que nous sommes maintenant, à ceci près, Dieu merci, que notre corps sera surnaturel. Notre corps sera spirituel et éternel, semblable à celui du Seigneur après Sa résurrection.
C’est l’assurance qu’Il nous a donnée ! Son nouveau corps ressuscité avait le pouvoir de se matérialiser et se dématérialiser, d’apparaître et de disparaître ! Imaginez, il pouvait passer d’une dimension à l’autre, traverser les murs et les portes fermées. (Jean 20:19,20)
Notre vieux corps usé retournera à la poussière. Nous l’échangerons contre un tout nouveau modèle céleste qui nous permettra même de voler, qui sera doté de pouvoirs que nous ne pouvons imaginer !
En un instant, nous pourrons faire le tour du globe, nous pourrons visiter l’univers avec ses systèmes interplanétaires et ses étoiles ! Ces corps spirituels nous permettront de nous déplacer à la vitesse de la lumière ; mieux encore, à la vitesse de la pensée ! Il suffira de s’imaginer quelque part pour y être déjà !
Toutefois, bien que de nature spirituelle, notre corps conservera certaines de ses caractéristiques terrestres, tout comme celui de Jésus, après Sa résurrection. Jésus pouvait même manger et boire ; on pouvait Le voir, Le toucher. Et pourtant, Il habitait un corps miraculeux, surnaturel, Son nouveau corps ressuscité ! (Luc 24:36-43)
Nous serons toujours nous-mêmes ! Nous aurons la même physionomie, mais en mieux — beaucoup mieux ! J’ai connu des enfants qui nous ont quittés ; quand je les ai revus dans le monde de l’Esprit, ils avaient superbement grandi, ils étaient devenus adultes ! Quant aux personnes âgées que j’ai vues dans l’Esprit, elles avaient rajeuni !
Bien qu’il soit probable que nous garderons le même aspect général, nous serons, là-haut, beaucoup mieux lotis. Nous y jouirons d’une meilleure communication et expérimenterons la plénitude des réalités de Dieu et du monde à venir !
Le Ciel est un endroit formidable peuplé de gens formidables, où chacun se donne du bon temps. C’est vraiment merveilleux ! Le monde de l’Esprit est merveilleux !
NOUS SOMMES GRACIÉS
Contrairement à la doctrine proposée par certaines dénominations, Dieu n’est pas une sorte de tyran cruel, de monstre, qui s’efforcerait d’épouvanter tout le monde pour les envoyer en enfer, mais c’est un Dieu qui, par Son amour, cherche à les amener au Paradis ! Car Dieu est amour ! (1Jean 4:8)
Il cherche à vous aider, à vous sauver, à vous rendre heureux par Son amour. En fait, c’est la raison même pour laquelle Il vous créa : pour que vous puissiez L’aimer à toujours et être rassasié de Son amour — et aussi pour goûter aux joies de la vie aussi bien que de la mort !
Malheureusement, il nous arrive à tous d’être égoïstes, voire durs et méchants à l’égard des autres, ou de notre Père céleste ! En fait, à cause de notre désobéissance à Dieu, nous avons mérité d’être séparés de Sa présence — à cause de notre obstination et notre rébellion vis-à-vis de Son Esprit, alors que, telle une mère, Il ne cherche que le bien-être de Ses enfants.
« Tous ont péché, en effet, et sont privés de la glorieuse présence de Dieu » (Romains 3:23) En d’autres mots, nous sommes tous pécheurs, nous avons tous été mauvais et nous avons tous besoin d’être sauvés ! « Car le salaire que verse le péché, c’est la mort, mais le don gratuit que Dieu accorde, c’est la vie éternelle dans l’union avec Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6:23)
C’est comme être gracié ; Dieu a gracié les coupables ! A cause de nos péchés, Il a fait le sacrifice de Son propre Fils ! Oui, « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, Son unique (Jésus), pour que tous ceux qui mettent leur confiance en Lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle » (Jean 3:16)
 Dieu vous a tant aimés qu’Il a donné Jésus pour qu’Il meure à votre place, pour qu’Il accomplisse votre peine. Jésus est le don de Son amour pour vous.
C’est pourquoi Jésus promit à ceux qui croyaient en Lui qu’ils ne mourraient pas. Si vous recevez Jésus et Son pardon ainsi que Son don gratuit de la vie éternelle,  vous ne verrez jamais la mort dans le sens de la mort spirituelle, ni n’expérimenterez l’agonie de la mort et de la séparation de Dieu.
La mort spirituelle est le lot de ceux qui ne connaissent pas Jésus. Il s’agit d’une forme de souffrance spirituelle qu’endureront, dans le monde à venir, l’esprit de ces défunts. Lors de sa mort, Jésus ne souffrit pas seulement dans Son corps, mais aussi dans Son esprit, Il a expérimenté la même souffrance que les non-sauvés éprouvent dans l’au-delà pour leurs péchés. Dieu permit que Jésus endurât cette mort spirituelle à notre place. Autrement, Il n’aurait pas vraiment souffert pour nos péchés. Mais Il a choisi de souffrir pour nos péchés.
Quand Jésus mourut pour nous sur la croix, Il éprouva non seulement la mort physique, mais la détresse du pécheur au moment de sa mort. C’est pourquoi Il s’écria : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonné ? » (Matthieu 27:46)
Nous ignorons ce que signifie exactement cette mort spirituelle. Pour certains, la Bible l’appelle Enfer, un brasier! Quoi qu’il en soit, il s’agit de quelque chose de terrifiant et d’effrayant — une forme de souffrance due à nos péchés.
Jésus, le Fils de Dieu, eut compassion de nous et choisit d’endurer notre peine ! « Ainsi, par la grâce de Dieu, c’est pour tous les hommes qu’Il a connu la mort…pour réduire à l’impuissance, par (Sa) mort, celui qui détenait le pouvoir sur la mort, c’est-à-dire le diable, et pour délivrer tous ceux qui étaient réduits à l’esclavage leur vie durant par la peur de la mort » (Hébreux 2:9,14,15)
Pour recevoir le pardon que nous offre Jésus, il nous suffit de regretter nos fautes, de mettre en Lui notre confiance et de recevoir Son amour. Il se tient à la porte de votre cœur et vous prie de Le laisser entrer. Jésus a promis :
« Voici, Je me tiens devant la porte et je frappe. Si quelqu’un entend Ma voix et ouvre la porte, J’entrerai chez lui et Je dînerai avec lui, et Lui avec Moi » (Apocalypse 3 :20)
Vous pouvez Le connaître, à l’instant même, et posséder tout ce qu’Il veut vous apporter, si vous récitez, de tout votre cœur, cette prière toute simple pour Lui demander d’entrer dans votre vie :
Cher Jésus, pardonne-moi tous mes péchés. Je crois que Tu es mort pour moi. Je crois que Tu es le Fils de Dieu et je Te demande, à l’instant même, de venir dans ma vie. J’ouvre la porte de mon cœur et je T’invite à y entrer. Apprends-moi  à aimer les autres et à leur parler de Toi pour qu’ils puissent aussi Te découvrir. Aide-moi à lire Ta parole et à La comprendre grâce à Ton Esprit. Amen. 
Si vous Le recevez, si vous L’aimez et vivez pour Lui, vous pouvez, dès à présent, goûter aux joies de Le connaître, et jouir du Ciel pour toujours !
Quand vous avez reçu Jésus, vous savez que vous possédez, d’ores et déjà, la vie éternelle ! Pas besoin d’attendre plus longtemps pour savoir si vous êtes sauvés ou non, parce que « celui qui place sa confiance dans le Fils possède la vie éternelle » (Jean 3:36). Dès à présent !
EN GUISE DE CONCLUSION :
 Alors, êtes-vous prêt à partir ? Mourir est fantastique si vous avez Jésus ! Mais il reste beaucoup à faire sur cette vieille terre. Pour les chrétiens, la mort pourrait être une manière facile de fuir les réalités de ce monde. Mais il nous faut vivre pour que les autres puissent être prêts à mourir ! Il est de notre devoir de rester en vie pour perpétuer le travail du Seigneur. Il nous faut continuer de vivre pour mener à bien Sa mission pour nous.
Mais quand viendra votre tour de passer de vie à trépas, alléluia ! Vous aurez accompli votre tâche terrestre !  Ce sera votre accession à l’autre monde, au monde céleste, où vous recevrez une splendide couronne de vie éternelle, une vie avec Lui et ceux que vous aimez.
N’oubliez pas de vous préparer en recevant Jésus comme votre Sauveur. Soyez prêt quand Il viendra pour vous. Alors vous serez en sécurité, destination le Ciel ! Autrement, il n’est jamais trop tard pour bien faire ! Recevez Jésus dès aujourd’hui et que Dieu vous bénisse !
Alors vous pourrez chanter ce refrain du bon vieux temps:
          Je vais chez nous retrouver mon Sauveur !
          Je vais chez nous, ce vagabond n’est plus !
          Je vais chez nous pour vivre avec Jésus !
          Je vais chez nous retrouver ma demeure !
Que Dieu vous bénisse ! Joyeuse envolée ! Je vous verrai là-haut ! Nous nous réveillerons tous pour l’éternité dans le Royaume céleste de Dieu, dans la paix et l’amour pour toujours ! Alors nous pourrons reprendre tous ensemble ce refrain du bon vieux temps :
En Dieu, mets ta confiance, dans cette obscurité,
Quels que soient les détours de ton âpre chemin,
Mets ta main dans la Sienne jusqu’au petit matin,
Alors pareil à Lui, tu seras transformé !
Quand se lève le jour, adieu les années sombres,
Adieu tous les problèmes, les peines du passé !
Plus de chagrins, de mort, en cette éternité,
Quand se lève le jour, et que s’enfuient les ombres !

Patrick commentaire :

 
Au printemps 1977, quand j’ai reçu Jésus dans mon cœur, j’ai fait la plus belle expérience de ma vie ! Je suis passé des ténèbres à la lumière ; de la mort à la vie ; de la crainte à la foi ; du désespoir à l’espoir ; du découragement à l’envi de changer les choses autour de moi ; de la misère au bonheur !…
Depuis, ma vie a été richement bénie en me donnant 6 beaux enfants et six petits enfants ! J’ai fait des choses que jamais je ne penserais pouvoir réaliser !
J’ai fait le tour du monde dans 4 continents. J’ai vécu dans une vingtaine de pays. J’ai aidé plusieurs milliers de personnes pendant ma route ! 
J’ai semé la foi et le salut pendant ces 42 ans à servir mon Roi !
Oui ! Je crois que ma vie a été utile et bénie !
_________________________________________________
Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message