LE FUTUR DÉVOILÉ

D’anciennes prophéties s’accomplissent

Les citations bibliques sont extraites de la Bible du Semeur (BDS) principalement, mais d’autres citations peuvent être prises en compte.

***

Un monde en proie à la violence

Jésus avait également prédit que la violence effrénée serait une caractéristique prédominante de l’époque précédant Son retour :

Lors de la venue du Fils de l’Homme, les choses se passeront comme au temps de Noé

(Matthieu 24:37)

Or que se passait-il donc à l’époque de Noé ? Le livre de la Genèse nous éclaire sur ce sujet :

Aux yeux de Dieu, les hommes s’étaient corrompus et avaient rempli la terre d’actes de violence.

(Genèse 6:11)

Nous savons tous, hélas, que les journaux sont remplis de récits tragiques d’une violence insensée.

Le terme de violence politique désigne les violences et les atrocités perpétrées par les gouvernements à l’encontre de leurs propres peuples et citoyens ou de populations conquises.

Au cours du 20ème siècle, on estime qu’environ 110 millions de gens sont morts des conséquences de la guerre (bien sûr ce n’est qu’une estimation qui peut se révéler bien au-dessous de la réalité)

Cependant, ce chiffre est largement dépassé par les 170 millions de morts qu’il faut imputer à la violence politique (encore une autre estimation approximative)

Nous déplorons vivement les pertes en vies humaines dues aux attentats du 11 septembre à New York et Washington DC qui ont coûté la vie, estime-t-on aujourd’hui, à environ 2800 personnes (nombreuses sont les voix qui s’opposent aux conclusions du gouvernement !)

Toutefois, le chiffre de 170 millions de morts signifie qu’en moyenne, 4600 personnes ont été tuées chaque jour pendant 100 ans. Ce qui équivaut, pour chaque

jour du siècle dernier, à deux attentats presque aussi meurtriers que ceux du 11 septembre 2001.

Sans même parler de la violence politique, tout autour de nous la violence sévit sous toutes ses formes.

S’il est un pays où les statistiques abondent sur ce sujet, ce sont les États-Unis. De 1979 à 1997, soit en seulement 19 ans, les armes à feu ont fait plus de victimes

(651 697 morts) que le nombre de soldats américains, des deux sexes, morts au combat depuis la Guerre d’indépendance (1775-1783) jusqu’à la fin du vingtième siècle (650 858 morts). (Là encore ce ne sont que des statistiques) 

Vous appelez ça du divertissement ?

Alors que les actes violents de criminalité juvénile étaient en régression depuis les sommets atteints au milieu des années 90, l’actualité nous rappelle constamment

qu’une grande partie de la jeunesse du monde aujourd’hui vit dans un climat d’extrême violence.

Les spécialistes du comportement sont d’avis que la faute en incombe, pour une grande part, à l’industrie du spectacle, et plus particulièrement aux images qui pénètrent dans tous les foyers par le moyen de la télévision et des jeux informatiques.

Autrefois, pour être témoin d’un acte violent, il fallait se trouver sur les lieux mêmes. Mais aujourd’hui, ce n’est plus nécessaire !

Dès à un très jeune âge, un enfant américain aura été, grâce au petit écran, témoin de la mort violente de plusieurs milliers d’êtres humains, ainsi que d’autres scènes de brutalité. La plupart sont des fans passionnés de jeux vidéo violents.

Certes, on ne peut pas tout mettre sur le compte de la violence médiatique ; toutefois, le fait que les enfants baignent dans cette atmosphère les désensibilise à la violence, au point qu’elle se trouve banalisée à leurs yeux et que l’idée du passage à l’acte ne leur cause pas trop de problème.

Il existe un lien de cause à effet, un lien étroit, entre la violence à l’écran et la violence urbaine et domestique. Des experts disent :

L’impact des images violentes est bien plus profond qu’on ne l’avait imaginé et il ressort qu’une étude des enseignants du secondaire est d’avis que leurs élèves sont désensibilisés à la violence et ont tendance à glorifier et à reproduire des actes de violence au cours de leurs activités ludiques.

Un docteur et professeur de psychologie a étudié pendant 22 ans les comportements de plus de 400 téléspectateurs, fait l’observation suivante : Il est indéniable que l’exposition prolongée à la violence télévisée est l’une des causes des comportements agressifs, de la criminalité et de la violence dans la société.

Un autre dit : Le débat sur la nocivité de la violence à la télévision est du même type que celui du lien qui existe entre la cigarette et le cancer.

Dans un article intitulé Le monde violent des jeux vidéo, nous fait part de cette réflexion:

Parmi les voix qui se sont fait entendre pour condamner l’inconscience dont fait preuve l’industrie des jeux vidéo, se trouve un ancien professeur de psychologie à l’Académie militaire des États-Unis, où il enseignait la psychologie du meurtre.

Voici son opinion sur certains de ces jeux : Il s’agit ni plus ni moins de simulateurs de meurtre qui, à la longue, apprennent à un individu à descendre quelqu’un froidement et sans aucun scrupule.

Pour nous donner toute la mesure du virus de la violence qui, aux yeux de beaucoup, prend des proportions épidémiques, sans minimiser les mauvais

traitements d’enfants, la pauvreté et le racisme, il n’existe qu’une seule nouvelle variable produisant partout le même résultat : la violence médiatique présentée comme un divertissement destiné aux enfants.

Rien qu’aux États-Unis, l’industrie du jeu vidéo rapporte des dizaines, sinon des centaines de milliards de dollars par an, soit plusieurs fois les recettes d’Hollywood.

La plupart des jeux les plus populaires sont intrinsèquement violents, et les jeux vidéo qui amusent nos enfants sont les mêmes que ceux qu’on utilise pour l’entraînement de nos militaires.

Nous vivons en zone technologiquement toxique, mais nous refusons d’admettre que la culture de violence dont on nous abreuve à la télévision, au cinéma et sur les écrans de jeux vidéo est tout à fait réelle. Cependant, nous restons bouche bée face à la violence commise par nos jeunes, telle qu’elle est apparue au grand jour dans des massacres dans des écoles américaines.

Si nous voulons bien reconnaître que les images sur nos écrans sont réelles, notre attitude de tolérance vis-à-vis de la violence médiatique changera à tout jamais.

Et nous n’enverrons plus nos enfants, jour après jour, dans cette zone de guerre électronique en prétendant qu’ils ne courent aucun danger.

***

LE FUTUR DÉVOILÉ

D’anciennes prophéties s’accomplissent

Les citations bibliques sont extraites de la Bible du Semeur (BDS) principalement, mais d’autres citations peuvent être prises en compte.

***

La génération du moi d’abord

Parce que le mal ne cessera de croître, l’amour du

plus grand nombre se refroidira

(Matthieu 24:12)

C’est ainsi que Jésus décrivait l’état d’endurcissement des hommes, aux jours qui précéderaient immédiatement Son retour. Dans le même ordre d’idées, l’apôtre Paul écrivait :

Sachez que dans la période finale de l’histoire, les temps seront difficiles. Les hommes seront égoïstes, avides d’argent, vantards et prétentieux. Ils parleront de Dieu d’une manière injurieuse et n’auront pas d’égards pour leurs parents. Ils seront ingrats, dépourvus de respect pour ce qui est sacré, sans cœur, sans pitié … Ils aimeront le plaisir plutôt que Dieu.

(2 Timothée 3:1-4).

Malheureusement, où que l’on se tourne, on a l’impression d’assister au triomphe de l’égoïsme et de l’indifférence.

Nos pays occidentaux connaissent un déclin moral et ont de moins en moins de sens civique. Le sens moral de leurs concitoyens s’est dramatiquement affaibli.

Au cours des dernières générations, nos familles ont été soumises à d’intenses pressions, et nombre d’entre elles finissent par se disloquer. Les rapports de voisinage et de quartier sont souvent catastrophiques.

Beaucoup de nos rues et lieux publics sont devenus dangereux. Nos écoles publiques sont médiocres et ne répondent pas aux besoins des étudiants, quand elles n’échouent pas lamentablement — comme c’est souvent le cas.

Les institutions qui ont mission de forger la personnalité de nos enfants sont devenues impuissantes. Une grande partie de notre culture populaire sombre dans la vulgarité, la violence et la débilité.

Notre vie publique est souvent le théâtre de comportements grossiers et discourtois. … La confiance du public dans nos dirigeants et nos institutions est descendue, sinon disparue.

Les enfants disparus

Une étude conclut que partout dans le monde, la taille de la famille est en diminution, du fait que les femmes veulent avoir moins d’enfants ou pas du tout. L’une des raisons expliquant cette diminution est l’augmentation inquiétante du nombre d’avortements, constatée en constante augmentation.

En dépit du fait que les progrès de la fœtologie moderne nous obligent à reconnaître que la vie commence dès la conception, chaque année dans le monde, on ôte la vie à plus d’une centaine de millions d’enfants dans le ventre de leur mère.

La Bible nous dit : Et jusque dans les pans de tes robes, on voit le sang de pauvres innocents. Et Moi, Dieu, Je ne l’ai pas trouvé en cherchant secrètement, mais au grand jour.

(Jérémie 2:34, d’après la version anglaise King James)

L’amour d’une mère pour son bébé a toujours été considéré comme ce qu’il y a de plus pur et de plus naturel. Pourtant, partout dans le monde, les femmes ont de moins en moins d’enfants ; des  milliers et des milliers de grossesses se terminent la plupart du temps en avortement.

Les générations qui nous ont précédés auraient été horrifiées par de tels actes et de tels chiffres, mais pas la nôtre !

Il ne fait aucun doute que nous vivons à l’époque, prédite par la Bible, où les cœurs se sont endurcis et où l’affection naturelle a considérablement diminué ou est devenu pour ainsi dire inexistante.

A suivre

***

Tous les rapports sont catastrophiques ; la vie humaine et la nature sont plus que jamais menacées ; prêts à disparaître si Dieu n’intervient pas très vite !

La haine, la violence, l’anarchie sont présentes dans toutes les couches de notre société et dans nos rues. La peur et l’insécurité poussent les gouvernements et les populations à accepter de prendre leur liberté pour voter pour un renforcement des lois.

(Et plus que jamais, pour l’intervention d’un sauveur, d’un génie, pour ramener l’ordre et la prospérité dans le monde ; en bref, pour l’instauration d’un ordre nouveau, un gouvernement mondial, avec à sa tête, le parfait dirigeant !)

La guerre civile et les démonstrations de force menacent nos villes et nos pays. Le chaos, comme un épais ciel orageux, semble être prêt à s’abattre sur nous.

Même un athéiste et incroyant peuvent voir que ce que dit la Bible sur notre monde et société d’aujourd’hui se réalise exactement comme Jésus l’avait prédit, 2 000 ans auparavant. (Matthieu 24) 

Une des prédictions les plus étonnantes de la Bible, c’est qu’avant que Jésus puisse retourner sur terre, le monde doit sombrer dans l’incroyance et le rejet de la foi en Dieu, abandonner tout ce qui est moral et saint. Où les hommes suivront leurs propres désirs, leur propre cupidité et égoïsme.

La Bible va même jusqu’à dire que l’amour d’un grand nombre refroidira dans beaucoup de cœurs (s’éteindra dans beaucoup de cas) 

Nous allons, à grands pas,  dans une société sans valeur et sans but, sans morale entre le bien et le mal, où la politique et le politiquement correct sera chacun pour soi et moi d’abord avant tout, où l’amour de Dieu et du prochain n’auront plus leur place… 

Triste tableau vous allez me dire, pas très encourageant et qui donne peu d’espoir dans un avenir proche ? Mais ce n’est pas moi qui ai écrit ce qu’il y a dans la Bible.

En fin de compte, les hommes récoltent ce qu’ils ont semés depuis des siècles, pendant que les cavaliers de l’apocalypse parcouraient le monde.

Bien sûr, le cheval blanc qui représente Jésus, a toujours été présent pour aider et encourager les hommes à croire et recevoir son salut.

Et je vis venir un cheval blanc. Son cavalier était armé d’un arc. Une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre. (Apocalypse 6 :2)

Le cheval roux (rouge feu) représente les guerres et la soif des hommes de conquérir et ôter la paix de la terre. Son épée, bien sûre,  a évolué pour devenir des armes de destruction massive.

Le cheval noir, c’est facile de le représenter, vous avez juste à vous demander ce qui dirige le monde aujourd’hui : l’argent ! (dans le passé, on parlé de richesses, d’or et de pierres précieuses, etc.)

Et bien sûr, n’oublions pas le plus terrible de tous, le cheval livide ou pâle, la mort, celui qui récolte son dû sur les atrocités et les monstruosités des hommes contre son prochain et contre la vie elle-même !

En sommes-nous arrivés là, à un tel échec de l’homme de se diriger lui-même ? Y a-t-il un semblant d’espoir en dehors d’être gouverné par un monstre possédé du Diable en personne ? Doit-on arriver à perdre toutes nos libertés et tous nos privilèges qui nous ont été donnés par Dieu ?

La réponse se trouve devant chacun d’entre nous. Allons-nous, nous soumettre à la Bête (l’antéchrist) et son royaume de terreur à venir ou allons-nous accepter le Roi des rois dans notre cœur comme notre sauveur ? 

Allons-nous croire ce que la Bible nous dit et nous annonce ou les mensonges d’hommes dépourvus d’esprit et de sagesse ? La vérité dans la Parole de Dieu et des Écritures ou la contrefaçon du Diable et de ses acolytes ?  

Mes amis(es), s’il y a un mot, une phrase ou un verset avec lequel je voudrais terminer ce texte, il serait celui-ci :

Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille gâtent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni la teigne ni la rouille ne gâtent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent ; car là où est ton trésor, là sera aussi ton cœur. (Matthieu 6 19-21)

***

 

 

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post