Accueil Sois un ami Le Don Quichotte de la politique !

Le Don Quichotte de la politique !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Le Don Quichotte de la politique !

Ce Jean Lasalle a vraiment un grand cœur,
et je peux même rajouter sans me tromper
qu’il est trop bon pour ce monde de pervers.

Je crois vraiment qu’il est un Don Quichotte
de la politique, et bien qu’il a des idées
contraires de beaucoup de politiciens qui
représentent la France, il est aimé de tous,
et ça, c’est un grand exploit et la marque
d’un grand homme d’Etat.

Il me fait penser fortement à mon grand-père
basque qui avait un cœur énorme pour les
autres. Il était toujours prêt à venir en aide
si le besoin s’élever. D’ailleurs, c’est en
voulant aider un ami qui a causé sa mort.

J’ai regardé plusieurs des vidéos qui sont
postés sur YouTube à son sujet, et c’est
difficile de ne pas aimer cet homme tellement
il est simple et près de gens qui l’entourent.
Il a aussi une très belle famille qui sont tous
très unis et solidaires les uns aux autres.

Il a un très grand succès dans sa région
« Pyrénées-Atlantiques », parce qu’il est
un homme de la terre et que cela fait des
années qu’il se bat pour eux à l’Assemblée
Nationale.

Il est aussi un homme de courage et de
convictions personnelles et son parcours
d’homme politique à beaucoup de mérites.

En juin 2003, il entonne la chanson
béarnaise Aqueros Mountagnos dans
l’hémicycle de l’Assemblée nationale
pendant les questions au gouvernement,
interrompant le Ministre de l’Intérieur
Nicolas Sarkozy, pour obtenir le maintien
d’une gendarmerie près du
tunnel du Somport, et de manière plus
générale combattre la disparition des
services publics de proximité.
La gendarmerie menacée est finalement
maintenue pour sécuriser le tunnel du
Somport .

Le 7 mars 2006, il entame au Palais Bourbon,
dans la salle des Quatre-Colonnes, une grève
de la faim qui durera 39 jours. Par cet acte, il
veut faire pression pour éviter le départ de la
vallée d’Aspe de l’usine Toyal, filiale du
groupe japonais Toyo Aluminium K.K. qui
emploie 150 salariés, et qui souhaitait ouvrir
une autre implantation à Lacq, à 70 kilomètres
d’Accous. En 5 semaines, il perd 21 kg et souffre
de baisses de tension. Son action reçoit un large
écho médiatique national et international. Le
14 avril, il est hospitalisé d’urgence à
l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, ce qui
provoque l’intervention du président de la
République Jacques Chirac, du premier ministre
Dominique de Villepin et du ministre de
l’intérieur Nicolas Sarkozy. Ceux-ci amènent
la société Toyal Europ à annuler le projet de
nouvelle implantation ; le député cesse alors
sa grève de la faim .

Du 10 avril 2013 au 11 décembre 2013,
Jean Lassalle quitte les bancs de
l’Assemblée nationale pour effectuer un tour
de France à pied à la rencontre des citoyens,
écouter leurs griefs et donner la parole aux
« oubliés ». Cette marche de plus de
5 000 kilomètres qui a duré un peu plus de
huit mois lui a permis de rencontrer des
milliers de personnes. Il a ainsi pu recueillir
leurs souffrances, colères, doutes et aspirations,
pour être « la voix des sans-voix », invitant
tout Français à témoigner, individuellement
ou collectivement dans des
« Cahiers de l’Espoir »

Il y a beaucoup d’autres choses à dire sur cet
homme hors du commun, mais si vous allez
sur YouTube, vous allez le découvrir.

Une chose qui m’a frappée aussi chez lui,
c’est qu’il n’a pas peur des « qu’en dira-t-on »

Lors de visites en Syrie, il rencontre, aux
côtés d’autres députés, le président syrien
Bachar el-Assad (en novembre 2015, puis en
janvier 2017). Dans le contexte de la
campagne présidentielle, sa seconde visite
en janvier 2017 suscite nombre de réactions
hostiles. Il déclare en effet, dans le quotidien
régional Sud Ouest,
à propos d’el-Assad :
« Je suis dans l’incapacité de dire si ce qu’il
fait, c’est bien ou mal. Je ne suis pas un
tribunal, je ne suis pas La Haye ! La France
refuse ce débat, on est tout de suite accusé
de pactiser avec le diable »

(Note de Patrick 🙂
elle est bien belle la démocratie dans notre pays
et la liberté d’expression ! Ce qui est étonnant
sur ce dossier sur la Syrie, c’est qu’on entend
deux sons de cloches différentes : le premier
relié par tous les médias de l’ouest comme
quoi Assad est un affreux monstre, un dictateur
assoiffé du sang de ses compatriotes ; et le
deuxième, donné par tous les représentants
politiques qui ont visité la Syrie, qui elle est
beaucoup plus objective et positive.

Pour conclure ce blog sur notre gentil berger
et paysan basque, je suis heureux d’avoir
écrit ce blog sur cet homme d’exception,
pour le faire connaître, parce qu’il le mérite.

***********************************

      Jean Lassalle naît à Lourdios-Ichère, petit
village de la vallée d’Aspe. Il est issu d’une
famille de bergers pratiquant la transhumance,
dont l’exploitation à flanc de montagne est
aujourd’hui tenue par son frère, Julien Lassalle.
Technicien agricole spécialisé dans l’hydraulique
et l’aménagement du territoire, il fonde une
société de conseil qui emploie une dizaine de
salariés.
Sa langue maternelle est l’occitan, et il signe
Jan de Lassala quand il écrit dans cette langue.

      LE PAYS BASQUE EN FRANCE

***********************************

P.S de dernière minute : dites-moi franchement,
connaissez-vous beaucoup d’hommes politiques
qui on fait une grève de 5 semaines pour sauver
une entreprise régionale ?
Qui on fait le tour de la France à pied pour
rencontrer et entendre les citoyens de ce pays ?
Qui a pris le courage d’aller en Syrie sur place
pour voir et écouter les gens de ce pays sur leur
sort ?
Et pour finir, il est un des députés de
l’Assemblée-nationale qui se lève le plus pour
prendre la parole pour résoudre les problèmes
de notre pays.
Cela vous fait réfléchir n’est-ce pas ?

**********************************

 

 

 

 

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message