Le rôle de Dieu

Ronan Keane

Dans son livre Dieu au banc des accusés, C.S. Lewis a écrit un essai intitulé Réponses aux questions sur le christianisme.

À la question : Parmi les religions connues dans le monde, laquelle apporte à ses adeptes le plus grand bonheur ?, C.S. Lewis donne cette réponse célèbre :

Tant que cela peut durer, la religion du culte de soi-même est la meilleure. Je connais un homme âgé d’environ quatre-vingts ans, qui a vécu une vie d’égoïsme et d’orgueil ininterrompus depuis son plus jeune âge, et qui, en fait, j’ai le regret de le dire, est l’un des hommes les plus heureux que je connaisse. D’un point de vue moral, c’est très difficile à accepter. 

Le bonheur est une chose formidable. Mais beaucoup de gens se font une fausse idée de ce qu’il est vraiment. La personne mentionnée par C.S. Lewis connaissait le premier type de bonheur – le bonheur superficiel de type On ne vit qu’une fois.

Mais il existe une autre forme de bonheur qui perdure quelles que soient les circonstances, et qui est éternel : la paix et le contentement qui découlent de notre connaissance de Dieu et de notre relation personnelle avec Lui.

Il est naturel d’être attristé par l’état du monde, de pleurer la perte d’un être cher, et de lutter si l’on se trouve dans une relation difficile, entre autres. Dieu n’a pas promis au croyant une vie heureuse et facile, mais il a promis d’être toujours à vos côtés, de diriger votre vie par sa main, et de faire en sorte que tout concoure à votre bien si vous L’aimez et Le suivez 1

Dans la Bible, nous lisons que le roi David a eu une vie extrêmement mouvementée, remplie de tragédies et de revers, et nous savons que certains événements l’ont profondément marqué 2

Pourtant, il n’a jamais perdu de vue d’où venait le vrai bonheur :

Heureux l’homme qui a pour appui le Dieu de Jacob et dont l’espérance est dans l’Éternel son Dieu3

Que ces paroles vous aident à vous rapprocher de Dieu et à trouver un bonheur véritable et durable.

  1. Voir Romains 8:28

  2. Voir 2 Samuel 12:16-17.

  3. Psaume 146:5

***

L’espérance du chrétien

Pour la plupart de gens, espérer signifie plus ou moins se bercer d’illusion, comme dans l’expression J’espère que tout ira bien. Mais ce n’est pas le sens que la Bible donne aux mots espoir et espérance. Dans la Bible, le mot espoir désigne une ferme espérance. 1

Vous espérez sans doute que des bonnes choses vont arriver, ou si vous êtes comme moi, vous avez tendance à espérer qu’il n’arrivera rien de désagréable. Dans mon cas, quand je me retrouve dans une situation qui est loin d’être idéale, comme cela nous arrive à tous, je trouve un certain réconfort dans ces paroles :

Vous devez croire que Dieu est au courant de tout ce qui vous arrive. C’est peut-être éprouvant, mais vous devez croire que Dieu a une bonne raison d’avoir laissé cela arriver, et qu’Il arrangera tout pour le mieux. 2

Cette philosophie est peut-être utile pour affronter les petites difficultés que la vie nous envoie, mais ce n’est probablement pas suffisant pour des problèmes autrement plus graves, comme une maladie incurable, ou quand on vient de perdre sa maison et ses moyens de subsistance.

Dans ces moments particulièrement difficiles, nous avons besoin d’une espérance bien solide, et c’est ce que nous pouvons recevoir avec Jésus. Comme le disait jadis le roi David :

Voilà pourquoi mon cœur est plein de joie et pourquoi mes paroles débordent d’allégresse. Même mon corps reposera dans l’espérance.3

En attendant, Jésus nous a laissé des instructions sur la manière dont Il souhaite que nous menions notre vie :

Comme son Père L’a envoyé, Lui aussi Il nous envoie. 4

Il nous appelle à être ses mains, ses pieds, ses yeux, sa bouche ; à panser ceux qui ont le cœur brisé, consoler tous ceux qui mènent deuil, nourrir les affamés, redonner vie à ceux qui meurent de désespoir et de solitude, rendre la vue aux aveugles en leur donnant Jésus la lumière, annoncer la bonne nouvelle aux pauvres, les décharger de leurs lourds fardeaux, et délivrer ceux qui sont enchaînés spirituellement. 5

Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. 6

Mettons Jésus au centre de nos célébrations et partageons avec tous ceux que nous pouvons la merveilleuse nouvelle de sa naissance, de sa mort et de sa résurrection, qui donne la ferme espérance d’une nouvelle vie à tous ceux qui viennent à Lui.

  1. Comme par exemple, 2 Corinthiens 1:7 SEM

  2. Joël Osteen, (né en 1963)

  3. Actes 2:26 SEM

  4. Jean 20:21.

  5. Esaïe 61:1–3.

  6. Matthieu 10:8 SEM

***

Contraints et propulsés en avant

Je suis certain que lorsque la plupart d’entre nous pensent à Mère Teresa et à d’autres personnes comme elles, nous nous disons que nous ne pourrions jamais leur ressembler ; nous ne pourrions jamais atteindre un tel niveau de sainteté ni faire une telle différence dans la vie de tant de gens.

C’est fort possible, mais ce qui est dommage, c’est qu’en se disant qu’ils n’y arriveront pas, beaucoup de gens n’essaient même pas.

Mais au départ, l’objectif de Mère Teresa n’était pas de devenir une sainte ou de recevoir le Prix Nobel de la Paix. Elle n’a pas commencé sa vocation en s’occupant d’une multitude des plus pauvres parmi les pauvres.

Elle a simplement vu le besoin là où elle se trouvait, et elle y a répondu.

Dieu a l’habitude d’utiliser des gens ordinaires dans des circonstances ordinaires pour manifester son amour extraordinaire.

Tout se résume à la règle de vie que Jésus a énoncée à plusieurs reprises, de façons un peu différentes : aimer Dieu avant tout, et aimer les autres autant que nous-mêmes 1, et les traiter comme nous aimerions être traités. 2

Si nous essayons de vivre ainsi, dans chacune de nos décisions, chacun de nos actes, et chaque conversation, certes, le monde ne changera pas du jour au lendemain, mais notre monde à nous changera– notre vie et celle de ceux que nous côtoyons changeront.

L’apôtre Paul disait en parlant de la vie de service que lui-même et d’autres Chrétiens de son époque avaient adoptée :

L’amour du Christ nous contraint. 3

Ce même amour peut aussi nous propulser vers l’avant. Plus nous mettons l’amour de Dieu en pratique, plus il grandit, plus il devient une partie intégrante de nos réactions, et plus on le voit dans nos actions.

C’était cela le secret du succès de Paul et de Mère Teresa, et cela peut être aussi le nôtre.

Nous dédions cet article à tous ceux qui donnent d’eux-mêmes chaque jour sans compter, pour l’amour du Christ. Peut-être êtes-vous méconnus dans le monde d’aujourd’hui, mais Dieu vous connaît et Il vous voit.

  1. Matthieu 22.37-40

  2. Matthieu 7.12

  3. 2 Corinthiens 5.14

***

Le Prince de Paix

Parfois, on a l’impression que le monde devient de plus en plus sombre et froid. Quand le soleil se couche, on cherche un rayon d’espoir

Cet espoir est venu parmi nous.

Il y a deux mille ans, au-dessus de la ville de Bethléem, une nouvelle étoile se mit à briller et un ange proclama à un groupe de bergers :

Je vous annonce une nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d’une très grande joie. Un Sauveur vous est né aujourd’hui dans la ville de David ; c’est lui le Messie, le Seigneur. 1

Au cours de cette nuit extraordinaire, Dieu nous a donné le plus précieux cadeau qu’on puisse donner—Son Fils, Jésus.

Bien que Jésus soit venu au monde comme un tout petit enfant, il a apporté avec lui tous les merveilleux dons de Dieu. En grandissant, Il a déballé ces dons un par un, au fur et à mesure qu’Il nous a enseigné comment aimer Dieu et comment nous aimer les uns les autres. Puis lorsqu’Il est mort pour nous, Il nous a donné le plus beau cadeau de tous—la promesse de vivre éternellement avec Lui au ciel.

Jésus veut vivre dans le cœur de tous les hommes partout dans le monde.

Il voit la misère, le chagrin et la douleur de ceux qui ont le cœur lourd.

Il voit les faibles, les malades et les fatigués.

Il voit ceux qui se débattent avec les remords du passé et la peur de l’avenir.

Il voit ceux qui sont persécutés et ravagés par la guerre, ceux qui ont été privés d’espoir et d’une chance équitable dans la vie.

Il entend nos pleurs et se tourne vers nous avec amour :

Que votre cœur ne se trouble pas, nous dit Jésus, Ayez foi en Dieu : ayez aussi foi en Moi. 2

Dans le monde, vous aurez à souffrir bien des afflictions. Mais courage ! Moi, J’ai vaincu le monde. 3

Puissiez-vous et les vôtres passer un merveilleux Noël débordant de l’amour de Dieu.

  1. Luc 2.10–11 BDS

  2. Jean 14.1 BDS

  3. Jean 16.33 NLT

***

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post