La prière – devoir ou plaisir ?

La prière pourrait-elle être plus qu’ :
Une formule ou des paroles rituelles ?
Un moyen d’obtenir des choses de Dieu ?
Une activité épisodique,
Un devoir ?

La prière pourrait-elle être le langage d’une relation d’amour ? La prière pourrait-elle être vibrante, intime et joyeuse ?

Nombreux sont ceux qui pensent qu’en offrant de nombreuses prières à Dieu, ils ont plus de chances d’obtenir Sa faveur. D’où l’invention d’objets de culte, de prières toutes faites qu’on est censé répéter, etc.
Certains pensent qu’ils doivent suivre des rituels particuliers, comme se laver les mains ou les pieds, ou se trouver dans un endroit précis ou dans une position spéciale, à des moments précis, pour que Dieu daigne les entendre. Ils répètent maintes fois les mêmes prières, souvent par pure routine, parfois même par peur de déplaire à un Dieu en colère.
Mais le Seigneur nous avertit : Lorsque vous priez, ne multipliez pas les paroles vaines. (Mt 6:7)
La prière est une affaire de cœur, un moment de douce communion entre un enfant et son Père céleste. Tout comme un enfant parle à ses parents de manière simple et naturelle et leur demande sans façon ce dont il a besoin, je suis sûre que Dieu, qui est mon Père, m’aime et m’écoute.
Si je ne priais pas, je ne serais pas une bonne croyante, tout comme le fils ne serait pas un bon fils s’il ne parlait pas à ses parents.
Nous pouvons dire de la prière qu’elle est une joie immense de parler à Dieu, la joie que les enfants ressentent envers leurs parents lorsqu’ils leur montrent de l’affection.
Sans ce plaisir intense de communiquer avec Dieu comme un enfant communique avec son père, sans cette confiance enfantine, la prière manquera de la puissance de la foi.
La prière doit être à la fois un devoir et un délice. Elle doit être naturelle, spontanée et exempte de rituel.
Un auteur l’explique ainsi :
Pour moi, le moment où je prie est le meilleur moment de ma journée. Pendant une demi-heure . . . peut-être une heure. . . parfois plus, nous parlons. Dieu enseigne, je L’écoute. Je pleure, Il me réconforte. Je Lui pose des questions, Il me répond. Il n’en a pas toujours été ainsi. Mon temps personnel avec Dieu était le plus important devoir de ma journée. Je le programmais avec une discipline admirable. Je me sentais coupable si je le manquais. Mais maintenant, la prière est le moment privilégié de ma journée.
J’ai hâte de passer ce moment de communion avec Dieu et je suis vraiment déçue si quelque chose interfère. Quelque part dans mon cheminement spirituel, la prière a évolué, elle est passée d’un devoir à un plaisir. Si vous n’avez pas encore effectué ce changement, laissez-moi vous donner quelques suggestions :
Soyez personnel.
Nous avons presqu’oublié que Dieu est une personne et nous pouvons donc cultiver une relation avec Lui comme avec n’importe quelle personne. Au plus profond de Sa puissante nature, Il pense, Il veut, Il prend plaisir, Il ressent, Il aime, Il désire et Il souffre comme n’importe quelle autre personne. (A.W. Tozer)
Combler l’écart.
Je me suis rendu compte que, s’il est vrai que Dieu est toujours présent, Son désir profond est d’être proche de nous et, parce qu’Il est saint, Il nous appelle à l’être aussi. Vouloir ressembler davantage à Dieu nous pousse à un sérieux examen de conscience. Est-ce que quelque chose nous tient à distance – comme un péché non confessé, une désobéissance continuelle, des relations brisées qui n’ont pas été réparées ? Demandez-Lui de vous pardonner et laissez-Le vous transformer à Son image
 Laissez-Le parler.
Pendant nos moments de communion quotidienne, je passais beaucoup de temps à Lui parler de mes préoccupations. Peu à peu, je me suis rendu compte que ça tournait toujours autour de moi. Mes doutes, mes peurs, mes besoins et mes problèmes absorbaient nos conversations quotidiennes. Mon temps de prière n’était qu’un monologue égocentrique.
Même si le Seigneur nous invite à répandre notre cœur devant Lui, nous devons aussi Le laisser parler ! Il nous éclairera sur notre situation et nos préoccupations si nous passons de la parole à l’écoute. Il nous permettra de prendre du recul et nous donnera Son point de vue.
Recherchez le plaisir dans votre relation avec Dieu.
Plus j’étudie la Parole de Dieu, plus je me rends compte que notre relation avec Lui a beaucoup plus à voir avec du plaisir que nous voulons bien l’admettre. Dieu nous invite à boire au torrent de Ses délices (Psaume 36:8). Il nous appelle à nous délecter de Lui (Psaume 37:4)
Il veut que toute la mesure de Sa joie réside en nous. Dieu apporte du plaisir dans les endroits les plus improbables : la joie dans l’adversité, le plaisir dans l’obéissance, l’allégresse dans la faiblesse et même l’acceptation dans la perte.
Il nous appelle même à nous réjouir du plaisir qu’Il prend en nous (Ps. 149:4).
Voilà peut-être notre plus grand défi : embrasser avec humilité le fait que nous procurons un grand plaisir à Dieu.
Pour citer C.S. Lewis :
Plaire à Dieu. . . être un véritable ingrédient du bonheur divin. . . être aimé de Dieu, pas seulement pris en pitié, mais pouvoir Lui apporter de la joie. . . semble impossible, nos pensées ont du mal à concevoir cette notion. C’est pourtant le cas.
Silence !
 A.B. Simpson a écrit :
Le cœur dans lequel Il aime habiter est un cœur tranquille, où la voix de la passion et le tumulte bruyant du monde se sont apaisés, et où Ses chuchotements sont attendus avec ravissement et attention. Si mon cœur est encombré de hâte, d’inquiétude ou de mécontentement, le Saint-Esprit n’est alors qu’un spectateur, relégué dans un coin éloigné. Je veux accorder plus d’attention aux conditions de vie que j’offre à mon Invité intérieur et y cultiver la tranquillité. Je veux faire de mon être intérieur un lieu où Il aime habiter.
Ne jamais déconnecter.
La communion avec Dieu est une expérience continuelle. C’est comme un poste de radio émetteur-récepteur toujours allumé, qui nous rend immédiatement présents à Dieu et Lui à nous. Dieu sait cependant que mes facultés sont limitées et que, contrairement à Lui, je ne parviens pas à me concentrer complètement sur plusieurs choses à la fois. Parfois, je suis concentrée sur mon travail, absorbée par un livre ou plongée dans une conversation avec un ami. Mais j’ai appris à faire ces choses sans me déconnecter de Lui. Il m’y rejoint. Je suis de plus en plus consciente que Sa présence et nos conversations imprègnent le quotidien de ma vie.
Ce sont ces choses qui m’ont amenée à avoir une communion plus profonde et plus agréable avec Dieu. Je vous encourage à essayer. Vous ne serez pas le seul à être béni par le changement. Il y a Quelqu’un qui a hâte de vous voir passer du devoir au plaisir dans votre vie de prière.
Mon verset préféré sur ce sujet est Jérémie 30:21 :
Car qui est celui qui a disposé son cœur pour venir vers Moi ? déclare l’Éternel.
_________________________________________________

Comment bien utiliser notre temps cette année

Le temps est notre cadeau le plus précieux, parce que nous n’en avons qu’une quantité finie.
Aucun de nous ne sait quand notre vie prendra fin.
Savez–vous ce que demain vous réserve ? Qu’est–ce que votre vie ? Une brume légère, visible quelques instants et qui se dissipe bien vite. Jacques 4:14.
 Nos jours sont dans les mains de Dieu, et s’il est sage de se préparer comme si on allait vivre longtemps, il est tout aussi judicieux d’employer notre temps à bon escient pour faire une différence dans le monde, sachant que nous ne sommes pas assurés de vivre le lendemain.
C’est aujourd’hui que nous devons faire la volonté de Dieu, aujourd’hui que nous devons prendre de bonnes décisions, aujourd’hui que nous devons faire preuve de générosité, aujourd’hui que nous devons manifester Son amour les uns aux autres, aider les démunis, visiter les malades, aujourd’hui que nous devons consacrer du temps à la prière, et c’est aujourd’hui que nous devons être l’instrument de Dieu pour quelqu’un dans le besoin.
L’usage que nous faisons de notre temps a un impact non seulement sur notre vie ici-bas mais aussi sur notre vie future. Bien gérer notre temps, d’une manière qui nous aide à atteindre nos objectifs, tout en ayant un bon équilibre entre notre travail, nos loisirs, notre vie familiale et notre vie de foi, est un élément important de notre vie terrestre.
L’instant présent de chaque jour est du temps que Dieu nous donne gracieusement, et par conséquent, nous devrions lui accorder une immense valeur. Lorsque votre vie sera terminée, serez-vous content de l’usage que vous aurez fait de ce don inestimable de Dieu, ou bien aurez-vous des regrets ?
Un ami se sert d’une illustration classique pour comparer le peu de temps que nous avons à vivre ici-bas avec l’éternité qui nous attend. Il déroule une corde d’environ 10 mètres de long, dont l’une des extrémités est peinte en rouge sur une longueur de 8 centimètres.
Il affirme que nous nous focalisons beaucoup trop sur ces 8 centimètres qui représentent notre vie ici-bas, – sur notre confort personnel, notre statut social – et que nous ignorons le reste de la corde, qui représente notre éternité.
Il va de soi que ces 8 centimètres qui représentent notre vie terrestre sont importants. Dieu nous a donné une vie et du temps ici-bas dans l’espoir que nous vivrons pleinement et que nous en jouirons d’une manière qui soit en harmonie avec Sa nature et Son caractère. Il souhaite que notre vie contribue à rendre le monde un peu meilleur.
Toutefois, ces 8 centimètres ne représentent pas la totalité de notre existence. Il y en a beaucoup plus après cela, et nous ne devrions pas perdre cette réalité de vue mais réfléchir à la manière dont nous utilisons notre temps et à quelles choses nous accordons de la valeur.
Dieu a donné à l’homme un bref instant ici-bas, et pourtant l’éternité dépend de ce bref instant.
Nous devons reconnaître que l’ennemi de notre âme travaille dans ce monde et prendre fermement position contre lui. Cela signifie que nous devons être attentifs à ce qui traverse notre esprit – à ce que nous écoutons, à ce que nous regardons et à quoi nous employons notre temps.
Veillez donc, avec un soin tout particulier, à votre manière de vivre. Agissez avec la conscience de votre responsabilité. Ne vivez pas au jour le jour, sans penser à plus loin, comme ceux qui ne connaissent pas le vrai sens de la vie.
Comportez-vous en gens avisés qui se rendent compte en quels temps critiques nous vivons, et savent tirer le meilleur parti de la période présente. Devenez maîtres de votre temps, profitez de toutes les occasions favorables, malgré les difficultés de l’heure. Oui, précisément parce que nous vivons en un temps où domine le mal. Ephésiens 5:15-16
_________________________________________________

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post