La naissance de Jésus (3ème partie)

Luc informe ses lecteurs de certains des événements qui survinrent durant la visite de Marie chez Elisabeth, et nous dit qu’ensuite Marie rentra chez elle. Maintenant que Marie n’est plus là, il entreprend de relater les événements entourant la naissance de Jean le Baptiste.
Nous apprenons qu’Elisabeth donna naissance à un fils conformément à une promesse de Dieu, et qu’en apprenant combien Dieu avait été bon avec elle, ses voisins et les membres de sa famille se réjouirent avec elle. Conformément à la loi mosaïque, le huitième jour après sa naissance, ils vinrent pour la circoncision du nouveau–né. La circoncision était ordonnée par Dieu comme une marque d’inclusion dans l’alliance conclue entre Lui et Abraham[1], alliance qui fut officialisée dans la loi mosaïque.[2] La circoncision de Jean – lequel va jouer un rôle de premier plan en tant que prophète annonçant la venue du Seigneur – confirme sa judéité et réaffirme que c’est à travers Israël que Dieu apportera la rédemption à Israël et au monde.[3] C’est la promesse que Dieu avait faite à Abraham lorsqu’Il lui avait dit : Tous les peuples de la terre seront bénis à travers toi.[4]
La famille et les voisins qui étaient présents à la cérémonie voulaient l’appeler Zacharie comme son père, mais sa mère intervint et dit : – Non, il s’appellera Jean. – Mais, lui fit–on remarquer, personne dans ta famille ne porte ce nom–là ! Alors ils interrogèrent le père, par des gestes, pour savoir quel nom il voulait donner à l’enfant.  Zacharie se fit apporter une tablette et, au grand étonnement de tous, il y traça ces mots : – Son nom est Jean.[5]
Contrairement aux vœux de ceux qui étaient présents à la cérémonie de la circoncision, Elisabeth déclara que l’enfant s’appellerait Jean. Zacharie confirma ce choix. A peine eut-il fini d’écrire sur la tablette de cire que le nom de l’enfant serait Jean, qu’à cet instant, sa bouche s’ouvrit et sa langue se délia. Il retrouva l’usage de la parole, accomplissant ainsi la prédiction de Gabriel : tu vas devenir muet et tu resteras incapable de parler jusqu’au jour où ce que je viens de t’annoncer se réalisera.[6] La première chose qu’il fit fut de bénir Dieu. Luc nous dit que tous les gens du voisinage furent remplis de crainte, et l’on parlait de tous ces événements dans toutes les montagnes de Judée. Tous ceux qui les apprenaient en étaient profondément impressionnés et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » Car le Seigneur était avec lui.[7]
Ces événements mystérieux entourant la naissance de Jean – son père qui avait reçu un message d’un ange à la suite de quoi il devint muet et probablement sourd[8], sa mère qui s’était retrouvée enceinte à un âge avancé, son père et sa mère qui avaient décidé de l’appeler Jean, – défrayèrent la chronique dans toute la région.
Luc a consigné par écrit le cantique de Zacharie, souvent appelé Benedictus, qui nous éclaire sur la question « Que deviendra donc ce petit enfant ? »[9] Le Benedictus nous donne une indication du rôle que Jean devait jouer dans le plan de Dieu pour le salut, et il relie les événements passés de l’histoire d’Israël à la façon dont Dieu agit à ce moment dans le temps.
Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, parce qu’Il a visité et racheté son peuple[10] et de nous avoir suscité une corne de salut dans la maison de David, son serviteur, –– comme Il en a parlé par la bouche de ses saints prophètes d’autrefois –– un salut qui nous délivre de nos ennemis et de tous ceux qui nous détestent. C’est ainsi qu’Il montre sa compassion envers nos pères et qu’Il se souvient de son alliance sacrée, selon le serment qu’Il a juré à Abraham, notre père ; ainsi nous accorde–t–Il, après avoir été délivrés des ennemis, de pouvoir sans crainte Lui rendre un culte dans la sainteté et la justice, devant Lui, tout au long de nos jours.[11]
La prophétie remonte le temps jusqu’aux prophètes[12], aux ancêtres[13], à Abraham et à l’alliance que Dieu avait conclue avec Lui[14]. L’intervention en faveur de son people nous rappelle l’Exode[15]; la délivrance de son peuple, l’année du jubilé[16]; le fait qu’Il ait suscité une corne de salut[17] est une référence au roi David, et le fait qu’Il éclaire ceux qui habitent dans les ténèbres est une référence à des versets familiers du livre d’Esaïe.[18] En reliant ces personnages et ces événements du passé à Zacharie, Elisabeth, Marie et leurs fils, cette prophétie crée un lien entre les promesses de Dieu et ses faits et gestes, tout au long de l’histoire d’Israël, jusqu’à ce moment précis de la naissance de Jésus, quand Dieu commence à réaliser sa promesse de rédemption et de salut.
La prophétie de Zacharie s’adresse particulièrement à Jean.
Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très–Haut, car, devant le Seigneur, tu marcheras en précurseur pour préparer sa route, en faisant savoir à son peuple que Dieu lui donne le salut et qu’Il pardonne ses péchés. Car notre Dieu est plein de compassion et de bonté, et c’est pourquoi l’astre levant viendra pour nous d’en haut, pour éclairer tous ceux qui habitent dans les ténèbres et l’ombre de la mort, et pour guider nos pas sur la voie de la paix.[19]
Les références de cette prophétie à des versets des livres d’Esaïe[20] et de Malachie[21] nous donnent un aperçu de la future mission de Jean, qui est de préparer la voie pour le Seigneur. Comme prophète du Très-Haut, Jean marchera en précurseur du Seigneur. Par la suite, au cours de son ministère, Jésus confirmera que Jean était un prophète, et Il précisera même que Jean était le dernier des prophètes de l’Ancien Testament.
Qu’êtes–vous donc allés voir ? Un prophète ? Oui, vous dis–Je, et même bien plus qu’un prophète.[22]Jusqu’à la venue de Jean–Baptiste, tout était régi par la Loi et les Prophètes. Depuis lors, la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu est annoncée.[23] [24]
Le Benedictus se termine sur le thème de la lumière qui guidera nos pas sur la voie de la paix,[25] thème que Luc reprendra au début du prochain chapitre, lorsqu’il relatera la naissance de Jésus.[26]
Luc termine l’histoire de Zacharie, Elisabeth et Jean, en résumant rapidement la vie de Jean depuis le moment de sa naissance jusqu’à sa première apparition publique. Il nous dit que le petit enfant grandissait et son esprit se fortifiait.[27] Cela préfigure le retour de Jean, un peu plus tard, dans l’Evangile. Luc évoque des années de croissance et de maturation, et le fait que l’Esprit de Dieu – qui habite Jean depuis sa conception – est en train de le préparer pour son ministère prophétique, qui adviendra des décennies plus tard. Puis il laisse Jean de côté, et reporte son attention sur Jésus.
NB:
Sauf indication contraire, les passages bibliques cités sont extraits de la Sainte Bible, version du Semeur, copyright © 2000 par Société Biblique Internationale. Tous droits réservés. Avec permission. Les autres versions citées sont la Bible en français courant (BFC), la bible Segond 21 (SEG21), la nouvelle bible Segond (NBS), la Parole de Vie (PDV), et Parole vivante (PVV).
[1] Dieu dit à Abraham : « De ton côté, tu observeras les clauses de mon alliance, toi et ta descendance, de génération en génération. Voici quelle est mon alliance avec vous et avec ta descendance, quels en sont les termes que vous devrez respecter : tous ceux qui sont de sexe masculin parmi vous seront circoncis. Vous porterez cette marque dans votre chair, et cela sera le signe de l’alliance entre Moi et vous. De génération en génération, tout garçon devra être circoncis à l’âge de huit jours. Cela s’applique aussi à tout garçon né dans ta maison, et aux étrangers qui auront été achetés comme esclaves et qui ne sont pas de ta descendance. Tous sans exception seront circoncis, qu’ils soient nés dans ta maison ou acquis à prix d’argent ; ainsi le signe de mon alliance sera gravé dans votre chair. C’est là une alliance à perpétuité. Celui qui n’aura pas été circoncis sera retranché de son peuple parce qu’il n’aura pas respecté les clauses de mon alliance. » (Genèse 17:9–14).
[2] Lévitique 12:3.
[3] Green, L’Évangile de Luc, 108.
[4] Genèse 12:3.
[5] Luc 1:59–63.
[6] Luc 1:20.
[7] Luc 1:65–66.
[8] Apparemment, il [Zacharie] devint sourd-muet, puisque les gens furent obligés de communiquer avec lui par signes. (Brown, La naissance du Messie, 263).
[9] Luc 1:67–79.
[10] Luc 1:68 SEG21
[11] Luc 1:69–75 NBS.
[12] Luc 1:70.
[13] Luc 1:72.
[14] Luc 1:73.
[15] Exode 4:31.
[16] Lévitique 25:52.
[17] Psaume 132:17; Ezéchiel 29:21.
[18] Esaïe 9:2; 42:6–7.
[19] Luc 1:76–79.
[20] On entend une voix qui crie dans le désert : « Dégagez un chemin pour l’Eternel, nivelez dans la steppe une route pour notre Dieu ! » (Esaïe 40:3).
[21] Voici la réponse du SEIGNEUR de l’univers : « Je vais envoyer mon messager. Il préparera le chemin pour Moi. Tout à coup, le Seigneur que vous désirez arrivera dans son temple. Voici le messager de l’alliance que vous attendez, il arrive. » (Malachie 3:1 PDV).
[22] Luc 7:26 BFC.
[23] Luc 16:16 PVV.
[24] Brown, La naissance du Messie, 389.
[25] Luc 1:79.
[26] Brown, La naissance du Messie, 391.
[27] Luc 1:80.

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post