- Planète Québec - http://planete.qc.ca -

La « Mère Teresa des prostituées » de Stockholm – De son enfance abusée et la violence de la rue au secours des autres

Sommaire :

La « Mère Teresa des prostituées » de Stockholm – De son enfance abusée et la violence de la rue au secours des autres
« Jésus vous souhaite la bienvenue à Hawkins » : L’enlèvement de la pancarte par la mairie sème la discorde
Chine : Le Parti oblige les chrétiens à chanter les louanges du régime communiste pendant les cultes
En Algérie, un chrétien condamné à une amende et une peine de prison avec sursis pour avoir prié chez lui avec des amis
Cuba : un pasteur et sa femme emprisonnés pour avoir fait l’école à la maison
_________________________________________________

La « Mère Teresa des prostituées » de Stockholm – De son enfance abusée et la violence de la rue au secours des autres

5 juillet 2019
Elise Lindqvist n’avait que 5 ans lorsque les abus sexuels ont commencé. Victime des membres de sa famille, elle a ensuite connu l’abandon, la violence de la rue, la prostitution. Mais un jour, dans un centre de réadaptation, un chrétien lui parle de Jésus et du pardon. Ce fut pour elle une « une pluie de lumière et de paix »
Celle que l’on appelle « l’ange des prostituées de Malmskillnadsgatan », raconte à Vatican News [1] sa compassion et son engagement.
C’est quand elle a eu 5 ans que des proches de sa famille ont commencé à abuser sexuellement la jeune Elise.
« Quand ils me demandaient d’aller manger chez eux, je connaissais le prix à payer. Après je m’enfuyais, menacée de mort si jamais je parlais »
Sa mère savait ce qui se passait quand des hommes emmenaient Elise dans la pièce à côté, mais elle préférait détourner le regard. Tout le monde la dit « laide et stupide » Seul son père lui montre quelques signes de tendresse.
« Je pense que sans les petites expressions de tendresse de mon père, je n’aurais pas survécu »
Mais, quand elle a 10 ans, son père meurt. Son beau-père, alcoolique, la menace sans arrêt.
« Un jour, il a pointé son arme sur moi, j’avais à peine 12 ans. Je l’ai supplié de tirer, parce que je ne voulais plus vivre »
Et il a tiré. Mais le fusil n’était pas chargé.
« Le Seigneur me voulait vivante, même si j’ignorais encore son existence »
À 14 ans, pour la première fois, elle rencontre une femme qui prend soin d’elle. Le repos va être de courte durée.
« C’était une femme magnifique. Personne ne m’avait jamais traitée de belle et en un instant, j’étais totalement en son pouvoir. J’aurais fait n’importe quoi pour elle. Je l’appelais ‘maman’. Elle m’achetait des vêtements et du maquillage. Un jour, elle m’a dit que je devais travailler pour elle, en vendant mon corps à ses clients. J’avais 16 ans, et j’ai obéi »
Après des années de prostitution et la violence de trop de la part d’un client, elle décide de tout quitter.
« Ma maîtresse a ouvert la porte et m’a jetée dans l’escalier : ‘Tu n’as plus rien à faire ici’, m’a-t-elle dit »
Elle tombe alors dans l’alcool, la drogue, et la dépendance aux hommes violents. Puis, remplie de colère, Elise termine dans un centre de réadaptation.
« Tout le monde souriait. Au début, je me disais que j’avais définitivement atterri dans un asile de fous. Les sourires étaient provocateurs. Au bout d’un moment, j’ai même pensé que derrière ces sourires, il y avait certainement des produits chimiques fantastiques et j’ai commencé à demander quelles ‘pilules’ ils prenaient »
Il n’était pour eux pas question de pilules mais de foi.
« J’ai eu la sensation physique de prendre une douche, mais sous une pluie de lumière et de paix. Jésus était le seul qui pouvait me guérir, j’étais un cas humain impossible. C’est à ce moment-là que je suis née. Il y a 25 ans, Jésus m’a donné la vie et j’ai appris à marcher dans son amour »
Un peu plus tard, quand un chrétien lui parle de pardon, la colère revient. Mais un long processus lui permettra de pardonner à chacun de ceux qui lui ont fait du mal.
« Une nouvelle fois, j’ai réagi avec une profonde colère. Comment pouvait-il s’attendre à ce que je pardonne le mal que tant de gens m’avaient fait ? »
Elise raconte qu’il a fallu lui expliquer longuement qu’elle ne pourra jamais guérir complètement si elle ne pardonnait pas.
« Ce fut un processus long et douloureux, passé en prière dans la chapelle. Nom après nom : J’ai finalement réussi à pardonner à ma mère, qui ne m’a ni aimée ni défendue. J’ai compris qu’elle n’en était pas capable, et qu’elle aussi, était une victime »
Désormais, et depuis plus de 20 ans, elle travaille au plus près des prostituées.
« La première fois que je suis sortie le soir, dans la célèbre rue des prostituées de Stockholm, Malmskillnadsgatan, j’ai revu mon passé et j’ai réalisé que c’était l’endroit où je devais œuvrer. Quand je parviens à sortir une fille de la rue, c’est la plus belle récompense, mais ma présence est plus pour offrir une consolation et donner du courage. Leur faire savoir qu’il y a quelqu’un qui les aiment et qu’elles ne sont pas seules. Elles m’appellent ‘maman’ »
Son ministère vient d’être félicité par le Pape, qui salue « son travail merveilleux »

Patrick commentaire :

Voulez-vous savoir ce qu’est un saint ou une sainte ? Quelqu’un qui est nettoyé avec l’amour de Dieu pour servir les autres !
Voulez-vous savoir une autre chose ? Il n’y a pas que dans les églises que vous les trouvez !
Voulez-vous vous-mêmes en devenir un ? Laissez Dieu briser votre cœur pour le monde !
_________________________________________________

« Jésus vous souhaite la bienvenue à Hawkins » : L’enlèvement de la pancarte par la mairie sème la discorde

5 juillet 2019
Le long de la route 80, les chrétiens d’Hawkins avaient posé sur leur terrain une pancarte à l’attention des touristes. Mais, de nuit, les employés municipaux viennent de la démonter. Sur la pancarte en question, un discours de bienvenue :
« Jésus vous souhaite la bienvenue à Hawkins »
City Removes Church’s ‘Jesus Welcomes You’ Sign to Build Road https://t.co/LewIPSOf2b [2] pic.twitter.com/j7FmW1cXtF [3]
— Christian Headlines (@christianhlines) July 2, 2019 [4]
Mark McDonald, administrateur de l’église, exprime son incompréhension à Christian Headlines [5] :
« Les employés de la ville ont détruit les biens de notre église, retiré nos croix et tout détruit. Nous considérons cela comme un crime haineux de discrimination religieuse mis en place par la ville. Nous avons suffisamment de documents pour le prouver. La ville a été avertie par nos avocats de ne pas la toucher et de ne pas la déranger. Il y a eu des réunions à huis clos, des dossiers fermés, beaucoup de choses qui ne vont pas »
Le chef de la police, Manfred Gilow, estime que la pancarte, trop proche d’une intersection, gênait la visibilité :
« C’était un panneau sur Jésus, mais ça aurait été n’importe quel panneau. Cela n’a rien à voir avec ça. En tant que chef de la police ici, nous sommes juste ici pour maintenir la paix et nous ne faisons que réagir »
Le maire, Tom Parkers, confirme cette position :
« Il ne s’agit absolument pas d’une affaire religieuse, en ce qui concerne la ville de Hawkins. Tout ce qui nous préoccupe, c’est de construire une entrée sécurisée sur la route 80 à partir de Blackburn Street »
Mike Berry [6], chef de cabinet du First Liberty Institute, dénonce une persécution à l’égard des chrétiens :
« La Freedom from Religion Foundation vit dans le pays en essayant d’inciter les représentants du gouvernement à éliminer les symboles religieux de la place publique – ce que la Cour suprême des États-Unis a déclaré qu’il ne fallait pas faire.
Il y a tout juste deux semaines, dans The American Legion v. American Humanist Association, la Cour a statué que les manifestations religieuses, même sur des terrains publics, sont présumément constitutionnelles.
L’église peut certainement défendre une cause si la décision de la ville de retirer ce panneau provient d’une hostilité religieuse ou d’une fausse croyance selon laquelle les manifestations religieuses ne sont pas autorisées »

Patrick commentaire :

Vous ne trouvez pas cela curieux qu’ils ont fait cet acte pendant la nuit, comme des voleurs ? Ils n’ont même pas le courage de leurs actes antichrétiens ! Parce que cela s’appelle de la persécution religieuse et c’est puni par la législation américaine !
_________________________________________________

Chine : Le Parti oblige les chrétiens à chanter les louanges du régime communiste pendant les cultes

26 juin 2019
« La Chine est belle. La Chine est grande. Les fils et les filles de la Chine aiment la Chine… Bénis la Chine, ô Seigneur »
La province du Shandong poursuit sa volonté de « sinisation » du christianisme. C’est désormais aux chants de louanges que le régime s’attaque. C’est ainsi que les chrétiens sont interdits de chanter les louanges de leurs recueils habituels.
Ils ne doivent désormais célébrer qu’avec la Nouvelle Compilation d’Hymnes, publiée par deux Conseils Chrétiens chinois. Un responsable d’église dénonce les paroles de ces cantiques auprès de Bitter Winter [7] :
« Les hymnes publiés par le gouvernement ne font que promouvoir un contenu politique sécularisé. Aucun croyant ne veut les chanter. ‘La Chine est belle. La Chine est grande. Les fils et les filles de la Chine aiment la Chine… Bénis la Chine, Seigneur.’ De tels cantiques ne louent pas du tout le Seigneur. Ils font entièrement l’éloge du pays et ne sont pas différents des chansons laïques. Le gouvernement ne s’engage-t-il pas dans la malhonnêteté et la tromperie ? »
Cette nouvelle mesure entre dans le cadre des 4 exigences [8], campagne nationale lancée en juin 2018 pour promouvoir la « sinisation » de la religion. Ces pratiques concernent le levé de drapeau national, l’enseignement des croyances et la promotion de la Constitution, des lois et des règlements chinois, la prédication et la promotion des « valeurs socialistes fondamentales » et enfin la promotion de « l’excellente culture traditionnelle chinoise »
C’est dans ce cadre que des opéras et des théâtres qui promeuvent la « sinisation » sont joués dans les églises.
Selon les experts, cet effort de « sinisation [9] » n’est autre que l’effacement de « la pratique religieuse » mais aussi  de « son héritage culturel et linguistique »

Patrick commentaire :

Cette campagne est entièrement politique ; se débarrasser des Chrétiens et de leur Foi ! Ici, on retrouve le cœur même du communisme froid et haineux ! La Chine et son gouvernement peuvent faire des simagrées pour paraître un tant soit peu démocratique, mais si on gratte le vernis au-dessus, en dessous on retrouve la même haine contre Dieu et ses enfants !
_________________________________________________

En Algérie, un chrétien condamné à une amende et une peine de prison avec sursis pour avoir prié chez lui avec des amis

26 juin 2019
« Incroyable mais vrai, il suffisait qu’un voisin le dénonce et l’accuse à tort, et il est condamné, tout cela parce qu’il a invité un couple chrétien à prier ensemble. Il est effrayé et choqué par cette accusation »
En Algérie, un chrétien, qui souhaite rester anonyme pour des questions de sécurité, vient d’être condamné à 2 mois de prison avec sursis et 100 000 dinars algériens d’amende, soit plus de 740 €.
Selon Morning Star News [10], il avait invité un couple de chrétiens à venir chez lui afin de prier ensemble. Or la loi de juin 2006 interdit le culte non-musulman pour les églises qui ne sont pas enregistrées. Une source anonyme explique les pressions qu’il a subies :
« Incroyable mais vrai, il suffisait qu’un voisin le dénonce et l’accuse à tort, et il est condamné, tout cela parce qu’il a invité un couple chrétien à prier ensemble. Il est effrayé et choqué par cette accusation. Lors de ses visites au commissariat, le pauvre homme a dû subir de terribles pressions et d’intimidations, alors qu’il était connu pour être un homme de paix »
Un autre chrétien, Aït Ouali Amar, est dans l’attente de sa condamnation en Kabylie. Depuis la fermeture imposée de son église en 2018, il avait mis un chapiteau dans son jardin pour que les chrétiens de sa communauté puissent à nouveau se rassembler. Les procureurs demandent une amende de 500 000 dinars algériens, plus de 3700 €, et une peine de six mois de prison.
Selon Human Right Watch [11], « la situation des droits de l’Homme en Algérie » ne s’améliore pas :
« L’année 2018 n’a donné lieu à aucune amélioration globale de la situation des droits de l’Homme en Algérie. Les autorités ont imposé des restrictions à la liberté d’expression et aux libertés d’association et de réunion, ainsi qu’à celle de manifester pacifiquement »

Patrick commentaire :

Ils ont mis dehors les Français, les pieds noirs et les Harkis, que reste-t-il aujourd’hui en Algérie ? La répression, la suppression du choix religieux, la coercition brutale de l’Islam, etc.
_________________________________________________

Cuba : un pasteur et sa femme emprisonnés pour avoir fait l’école à la maison

25 juin 2019
Le pasteur Ramón Rigal et son épouse Ayda Expósito ont été condamnés respectivement à 2 ans et 1 an et demi de prison parce qu’ils n’ont pas voulu que leurs enfants aillent à l’école publique. Leur avocat, Roberto Jesus Quinones Haces, a été « arrêté et sévèrement battu »
Selon la Commission des États-Unis pour la liberté religieuse dans le monde (USCIRF), qui condamne cette forme de répression, le pasteur Rigal « accusé d’avoir ‘agi contre le développement normal d’un mineur’, a déclaré que son désir d’étudier à la maison ses enfants est fondé sur ses convictions religieuses et sa préoccupation face à la promotion du socialisme et de l’athéisme dans les écoles cubaines »
Des « tactiques d’intimidation » La vice-présidente de l’USCIRF, Kristina Arriaga [12], dénonce « l’attaque systématique du gouvernement cubain contre la religion » et exhorte « le gouvernement cubain à cesser immédiatement toute tactique d’intimidation » :
« Cette répression contre les chrétiens qui scolarisent leurs enfants à la maison fait partie de l’attaque systématique du gouvernement cubain contre la religion, qui consiste notamment à dénoncer les leaders religieux et les activistes pour harcèlement et discrimination. Nous exhortons le gouvernement cubain à cesser immédiatement toute tactique d’intimidation et à libérer le pasteur Rigal et son épouse, ainsi que d’autres personnes détenues pour avoir fait scolariser leurs enfants à la maison en fonction de leurs convictions religieuses »
Dans son dernier rapport [13], l’USCIRF rappelle que Cuba est un « pays particulièrement préoccupant » en ce qui concerne la liberté religieuse. La commission dénonce un « contrôle étroit des institutions religieuses par le gouvernement »
La situation, déjà complexe, sous l’ère de Fidel et Raul Castro, a été « affaiblie » par une nouvelle constitution en avril 2018, sous la présidence de Miguel Díaz-Canel.
« Une nouvelle constitution […] affaiblit la protection pour la liberté religieuse ou de croyance. Le gouvernement cubain est engagé dans des campagnes de harcèlement ciblant les leaders religieux et les activistes qui promeuvent le renforcement des protections des libertés religieuses. […] Comme le résultat de l’intensification du harcèlement, les activistes rapportent qu’un plus grand nombre de leaders religieux ont fui à l’étranger pour demander asile. La plupart de ceux qui sont partis sont des leaders religieux de longue date, dans des dénominations enregistrées ou non »
Une répression religieuse « déguisée » Selon l’USCIRF, si le nombre des attaques à l’égard des fidèles a officiellement baissé, c’est parce que le gouvernement « préoccupé par l’opinion publique internationale », « a changé certaines de ses tactiques, notamment en augmentant subtilement son harcèlement des chefs religieux et activistes à travers le pays de manière difficile à traquer »
 La répression religieuse est « déguisée » en « accusation de violation du code civil et pénal »
« Le gouvernement continue d’utiliser un système de lois et de politiques restrictives, de surveillance et de harcèlement pour contrôler les groupes religieux »
C’est l’ORA, Office of Religious Affair, qui « contrôle arbitrairement toute activité religieuse » et « peut interférer dans n’importe quelle affaire d’église, que l’église soit enregistrée ou non.
C’est ainsi que le pasteur Alain Toledano a été accusé à cause du bruit fait pendant les offices religieux :
« Pendant son accusation, les autorités ont interrogé le Pasteur Toledano au sujet de son point de vue sur la constitution et l’ont menacé de le poursuivre ou de confisquer les biens de l’église s’il n’offrait pas son soutien publique pour le projet »
Les experts dénoncent les menaces fréquentes dont font l’objet les leaders religieux « grâce aux mandats préalables à l’arrestation (actas de advertencia) ». Selon eux, ils servent à « justifier des arrestations et des peines plus sévères pour de futurs crimes présumés »
Des chrétiens sans lieu de culte. Les lois de zonage sont également utilisées pour menacer de confisquer et démolir des églises. La commission cite le cas des membres d’une église démolie en 2016 qui se sont vus interdire l’achat de matériaux de construction pour rebâtir leur église. Depuis, la communauté se réunit sous « une tente de fortune »
Les experts notent toutefois comme « une étape » l’autorisation de construction de 3 églises catholiques, dont l’une a été inaugurée en janvier 2019.
« Bien que ce soit une étape positive, d’autres groupes religieux continuent de se voir refuser le permis de construire de nouveaux bâtiments religieux »
Dans la République communiste de Cuba, 65 à 75% de la population est chrétienne.

Patrick commentaire :

Tout le monde sait que Cuba est communiste depuis la prise au pouvoir de Fidel Castro ; et tout le monde sait que les communismes haïssent les Chrétiens, il n’y a rien de nouveau dans tout cela !
Mais cette commission des Etats-Unis sur les droits religieux (l’USCIRF) (fait déborder le vase !  
Ce sont les États-Unis qui ont exploité les pauvres cubains avant la prise au pouvoir de Fidel Castro. Ce sont les États-Unis qui ont appauvri et affamé cette île pendant plus de cinquante ans, et qui continuent de le faire aujourd’hui, au mépris du droit international !
Alors, ces donneurs de leçons devraient examiner de près leur conscience ! Beaucoup se disent Chrétien là-bas (aux U.S.A), mais ils ont la guerre et la haine dans leur cœur !
Oui, à Cuba il y a de la persécution envers les Chrétiens, mais il y en a aussi aux États-Unis ! Et de mauvaises actions que ce pays fait dans d’autres pays !
_________________________________________________