La Guerre Sainte

Une lettre ouverte à tous ceux qui souhaitent sincèrement changer le monde !
Nous sommes tous engagés dans une guerre sainte ! Nous devons combattre ensemble pour notre foi, pour la vérité et la liberté ! Nous voulons que les pauvres du monde soient nourris, vêtus, logés et capables de travailler dans la liberté, la paix, la santé et le bonheur, pour subvenir à leurs besoins.
Nous nous sommes engagés à donner notre vie par amour pour nos frères et sœurs du monde entier. Nous consacrons toutes nos énergies à instaurer un climat de liberté où nous pourrons tous vivre heureux en coopération, dans le cadre d’un socialisme divin, où chacun recevra en fonction de ses besoins et contribuera en fonction de ses capacités (2 Corinthiens 8:14 ; Actes 4:35; 11:29)
Libérer l’homme de la misère, de l’esclavage, de la douleur, du mal et de la peur : voilà quelques-uns de nos buts communs. L’homme ne peut être heureux quand il souffre de la faim, quand il est esclave de l’oppression, de la tyrannie et de l’exploitation, quand il est dépouillé par les riches, quand il souffre de la faim, de la malnutrition, de la maladie, du surmenage, des abus de toutes sortes, des horreurs de la guerre et des conflits incessants, et ce dans un environnement cauchemardesque de peur et d’insécurité perpétuelle !
Nous croyons que tous ces fléaux sont imputables au manque d’amour de l’homme à l’égard de Dieu et de ses semblables, ainsi qu’à son rejet de Ses lois d’amour et de foi, de paix et d’harmonie — harmonie avec Dieu, avec autrui et toute la création. Ces lois constituent les croyances fondamentales de tout vrai croyant en Dieu et en Son Amour.
S’il est bon de savoir pourquoi et contre quoi nous nous battons, nous devons aussi savoir comment nous battre ! Notre guerre n’est pas de celles qu’on mène avec des armes et des bataillons. Il ne s’agit pas d’une guerre physique, où des hommes se battent entre eux, où s’opposent nations, races, riches et pauvres, socialisme et capitalisme.
Il ne s’agit pas d’une guerre de systèmes politiques et économiques, de sociétés et de cultures, de religions et de croyances. Il ne s’agit pas d’une guerre où dominent la haine et le ressentiment, la cruauté et l’extermination, la revanche, la torture, et pour finir la mort ! Il ne s’agit pas d’une guerre par laquelle nous convoitons populations, possessions, territoires ou prestige !
Ce genre de guerres n’a jamais résolu les problèmes fondamentaux de l’humanité. Elles n’ont, le plus souvent, entraîné que davantage de souffrances, d’agonie, de douleur, de famine et d’esclavage; elles n’ont fait que multiplier les rancœurs, les vengeances, les atrocités, les tortures, les privations, les destructions, le gâchis, les misères, la pauvreté et la mort !
La plupart des horribles guerres de l’homme, inspirées par l’égoïsme, se soldent par un changement de dirigeants, un échange d’esclaves, un cercle vicieux de fléaux où les riches sont de moins en moins nombreux et de plus en plus riches, où les pauvres sont de plus en plus nombreux et de plus en plus pauvres, et où tout le monde est misérable et mène une vie dominée par la peur et la misère !
Notre guerre à nous est une guerre de l’esprit, dans la foi et l’amour, qui a pour objectif de conquérir l’esprit et le cœur de l’homme, et de sauver son âme en même temps que son corps ! Il s’agit de libérer l’homme des forces spirituelles du mal qui sont la cause de son égoïsme, de son manque d’amour, de sa barbarie et de sa méchanceté envers ses semblables.
La cruauté de l’homme vient de son ignorance : il ne comprend pas le principe du bonheur, pour la raison qu’il ne connaît pas l’amour et la puissance de Dieu, il n’a pas foi en Dieu, il ignore Ses lois d’amour — lesquelles ont été spécialement conçues pour notre bonheur éternel.
Notre guerre a pour objectif de libérer le cœur et l’âme des hommes du mal et de leur assujettissement au diable ! Nous sommes engagés dans une guerre des mondes !
Une guerre entre le bien et le mal, entre Dieu et le diable, entre la bonté et la méchanceté, entre le monde matériel et celui de l’esprit, entre les anges et les démons, entre l’amour et la haine, entre la vie et la mort, entre la joie et la tristesse ! Notre guerre est une guerre universelle entre les bons esprits du Ciel et les mauvais esprits de l’Enfer, qui se battent pour contrôler nos âmes et nos corps, sur terre ainsi que dans le monde de l’esprit.
Par conséquent, nous ne devons pas seulement nous battre pour nos droits fondamentaux, nous devons également mener la guerre de l’esprit, et ce avec les armes, combien plus puissantes, de la foi, de l’amour et de la compassion, ainsi que des paroles et des actes de bonté !
Nous devons libérer l’homme de ses craintes grâce à la foi ; nous devons le libérer de la haine grâce à l’amour; de la peine grâce à la joie; de la guerre grâce à la paix; de la pauvreté grâce à l’abondance; de la mort grâce au bonheur céleste éternel !
La plume est bien plus redoutable que l’épée ! Notre guerre est une guerre de mots et d’idées, pour électriser l’esprit des hommes avec la foi et l’amour ! Nous voulons remplir leur cœur d’amour, de paix et de joie, pour libérer leur esprit, les inciter à agir avec amour et considération, et délivrer leur corps de la douleur !
Nous devons donc mener une guerre de paroles face aux idées maléfiques, une guerre de foi face à la crainte, une guerre d’espérance face aux doutes.
Nous devons inspirer l’homme à croire en Dieu et en Son amour, ainsi qu’en Son plan pour le glorieux avenir de l’homme dans le Royaume de Dieu sur terre — lequel sera dirigé par les justes, et où il n’y aura plus ni peine, ni pleurs, ni douleur, ni mort, mais où tout sera lumière, santé, bonheur, paix et abondance !
Nous devons enseigner aux hommes les Paroles d’amour et de vie que Dieu nous a confiées par l’intermédiaire de Ses saints prophètes dans Son Livre sacré, la Bible, qu’ils aient Sa vie, Son amour et Son bonheur pour l’éternité !
Les puissants empires fondés par l’épée ont disparu, mais Ses paroles d’amour et de vie ne cessent d’apporter la joie, la paix, l’amour, la vie et l’espoir, à des milliards d’hommes et de femmes depuis des générations !
Les Alexandre et les César, les Genghis Khan, les Napoléon et les Hitler ont disparu, mais les paroles, les idées et les religions des prophètes de Dieu, vivent à jamais.
Ces paroles et ces idées ne connaissent aucune barrière de nation, de race ou d’empire, elles transcendent le temps et l’espace. Elles ne peuvent être étouffées ni par l’homme, ni par les guerres ni par la force des armes ! Elles s’adressent à toute l’humanité et unissent les esprits, les cœurs et les âmes des hommes dans la foi, dans l’amour de Dieu et de leurs semblables, pour le bien de tous !
Les philosophes, les maîtres à penser, les prophètes et les hommes de Dieu, ont rarement dirigé les empires, mais ils ont gagné des quantités d’hommes avec leurs paroles, leur foi et leurs idées, lesquelles ont capturé les cœurs, les esprits et les âmes, en les libérant pour toujours !
Les fidèles de Dieu se comptent par milliards depuis des millénaires, et les Paroles de vie et d’amour du Royaume éternel de Dieu ont conquis l’esprit éternel de l’homme de façon plus profonde et plus durable que les empires de l’homme fondés sur la force et l’épée.
On ne peut pas forcer l’être humain à être bon. On ne peut pas, par force de loi, l’obliger à faire le bien ! Il nous faut persuader sa conscience, gagner son cœur, inspirer son esprit, et sauver son âme, pour qu’il ait envie de faire le bien et non le mal !
Pour gagner l’amour d’une femme, on doit la persuader gentiment, on ne peut pas la forcer. Comme on dit : un homme persuadé malgré lui n’a pas changé d’avis. On ne peut pas changer le monde de l’homme sans changer son esprit. Et l’on ne peut pas changer son esprit à moins de changer son cœur. Et l’on ne peut pas changer son cœur sans l’inspiration de l’Esprit de Dieu, qui a le pouvoir de sauver son âme, et pas seulement son corps.
Nous devons œuvrer pour sauver l’homme dans sa totalité, et pas seulement son corps ou son environnement. L’homme ne sera jamais heureux avec un cœur lourd, une conscience troublée, un esprit découragé et une âme condamnée.
Nous devons travailler à sauver l’homme tout entier, et pas seulement une partie de lui. Nous devons sauver le monde tout entier, et pas seulement en partie. Nous devons sauver l’homme pour l’éternité, et pas seulement pour le temps présent.
Seuls l’amour, la puissance, la vie, la lumière et les Paroles de Dieu peuvent y parvenir ! Nous devons annoncer Ses Paroles à tous les hommes de la terre par tous les moyens possibles. Il nous faut mettre Ses idées, Ses espérances, Sa foi, Son amour, le plan qu’Il a pour chaque créature, à la portée des yeux, de l’esprit et de la pensée de tous les humains ; pour que tous les cœurs puissent être transformés, tous les esprits inspirés, toutes les âmes sauvées, sans oublier les corps, pour qu’ils puissent, tous ensemble et pour toujours, vivre et aimer !
Notre vision de salut pour l’homme doit être aux dimensions du monde, pas seulement de notre nation ! Nous ne devons pas nous confiner aux problèmes du moment, aux soucis de cette vie et de notre environnement, à un seul peuple, une seule nation,  une seule race ou culture, une seule religion ou idéologie, à un certain système politique ou économique, qu’il soit de l’Est, de l’Ouest, du Nord ou du Sud.
Le salut de l’homme est pour tous les hommes, ou sinon pour personne. Il doit concerner tous les hommes si l’on veut que tous soient heureux. Les 99 brebis étaient rentrées au bercail. Pourtant le Berger n’eut de cesse qu’il n’ait retrouvé et secouru celle qui était perdue. Les brebis n’étaient pas au complet et ne pouvaient totalement jouir du bonheur tant que l’une d’entre elles n’était pas heureuse, tant que l’une d’entre elles était égarée !
Nous devons rechercher et trouver toutes Ses brebis perdues pour leur apporter Ses paroles de vie et d’amour qui leur inspireront la foi et le désir de servir Dieu et leurs semblables. Nous devons toutes les amener à Son troupeau, afin qu’il n’y ait plus qu’un seul troupeau et un seul Berger pour l’éternité ! Alléluia ! (Matthieu 18:12-14 ; Luc 15:3-7 ; Jean 10:1-16)
Nous devons nous adresser à tous, même à ceux qui ne veulent pas écouter, à ceux qui ne veulent pas en entendre parler ni être sauvés. Nous devons transmettre le Message de Dieu et Ses Paroles d’amour à tous les hommes, mais en particulier à ceux qui le croiront et le recevront. Dieu donnera à boire à l’âme assoiffée, mais le riche et celui qui se croit rassasié — qui pense ne pas avoir besoin de Lui, qui ne voit pas pourquoi il devrait changer — Il le renverra les mains vides ! (Luc 1:53)
Ne perdons pas de temps à argumenter avec ceux qui ne veulent pas comprendre : il n’est de pire sourd que celui qui ne veut entendre ! Nourrissez les affamés, éclairez ceux qui cherchent la lumière et, sans attendre, aimez les mal-aimés.
Si Dieu est avec vous, nul ne saura vous vaincre, quels que soient le nombre et la force de vos adversaires ! Ayez foi en Dieu ! Si Dieu est avec vous, qui peut être contre vous? Si vous faites le bien, qui peut vous en empêcher ? Nul ne pourra résister à la puissance de Dieu ou à Ses forces célestes, s’Il est avec vous et vous avec Lui, et tant que vous faites ce qui est juste ! Alléluia ! (Romains 8:31)
Nous combattrons jusqu’à la victoire finale, gloire à Dieu ! Nous perdrons peut-être quelques batailles, mais nous gagnerons la guerre et le monde sera bientôt à nous, pour Dieu et Son Royaume!
N’abandonnez jamais ! Ne vous découragez pas, mais gardez la foi et soyez confiants, car Dieu est avec vous et vous ne pouvez échouer !
Nous sommes voués à gagner, car Dieu est avec nous et nous menons une guerre sainte et juste, de  foi et d’amour pour Dieu et nos semblables. Et l’amour ne peut échouer, car Dieu est amour !
Le Ciel et la Terre passeront mais Ses Paroles ne passeront jamais ! Elles sont établies pour toujours au Ciel et nul ne peut les renier ou les défier indéfiniment !
Alors servez-vous de Ses Paroles et propagez-les, en même temps que Son amour, par la bouche et les actions de ceux qui sont fidèles, et par tous les moyens dont vous disposez. De façon à apporter aux hommes la lumière, l’espoir, la vie, l’amour, la paix, l’épanouissement, l’abondance, et le bonheur céleste éternel !
Il est sage de donner une vie qu’on ne peut garder, en échange d’un amour qu’on ne peut jamais perdre !
Si vous n’avez pas encore reçu l’amour de Jésus, Son salut et la puissance du Saint-Esprit — qui vous permettront de vous joindre à cette guerre sainte pour gagner l’âme et le cœur des hommes — vous pourriez faire vôtre cette simple prière :
« Je Te demande, Jésus, de me transformer. Pardonne-moi tous mes péchés et viens dans mon cœur. Donne-moi le don gratuit de la vie éternelle. Remplis-moi de Ton Saint-Esprit et accorde-moi la puissance de partager Ton amour et Ton salut tout autour de moi. Amen »
_________________________________________________

Délivré  de la peur !

 Au même titre que « la crainte de Dieu est le commencement de la sagesse » (Proverbes 9:10), la crainte de Satan est le commencement de la mort !
Craindre Dieu est une façon d’adorer Dieu. Avoir peur de Dieu, c’est en fait Lui manifester le respect qui Lui revient, tout comme nous respectons nos parents (Hébreux 12:9)
De la même manière, avoir peur de Satan, du diable, c’est lui accorder le genre d’adoration qu’il désire. Cela revient à l’adorer !
C’est le diable en personne qui est responsable de la mort, comme le montre le verset suivant :
« (Il a partagé notre condition…) pour réduire à l’impuissance, par la mort, celui qui détenait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable, et pour délivrer tous ceux qui étaient réduits à l’esclavage leur vie durant par la peur de la mort » (Hébreux 2 :14-15)
Vous devez donc repousser ce genre de crainte comme Jésus repoussa le diable, lorsque ce dernier, au comble de la tentation, Lui demanda de se prosterner devant lui. Jésus lui répondit : « Va-t’en, Satan, Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et c’est à Lui seul que tu rendras hommage » (Luc 4 :8)
Littéralement, on pourrait lire : « Tu adoreras le Seigneur ton Dieu et c’est Lui seul que tu craindras ! »
C’est Dieu que tu dois craindre ! Comme le dit Salomon : « Crains Dieu » — seulement Dieu —  « et garde Ses commandements ; car c’est là le tout de l’homme » (Ecclésiaste 12 :13)
Quand on commet une faute, on devrait avoir peur de Dieu, mais on n’est jamais censé avoir peur du diable! « Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et c’est à Lui seul que tu rendras hommage » (Mathieu 4 :10)
En parlant d’autres types de crainte,
la Parole de Dieu indique : « La crainte porte avec elle du tourment » (1Jean 4 :18)
L’Évangile précise ce que nous sommes censés craindre : « Ne craignez pas ceux qui peuvent tuer le corps mais n’ont pas le pouvoir de faire davantage. Craignez plutôt  Celui qui peut vous faire périr corps et âme dans l’enfer » (Luc12 :4-5; Matthieu 10 :28)
Nous ne devons pas craindre Satan, qui possède seulement le pouvoir de la mort sur le corps, mais il nous faut craindre Dieu qui possède le pouvoir de la mort sur l’âme.
Ce n’est donc pas la volonté de Dieu que nous craignions le démon, car « Dieu ne nous a pas donné un esprit de crainte, mais de puissance, et d’amour, et de conseil »
(2 Timothée1:7)
Et aussi : « Tu garderas dans une paix parfaite l’esprit qui s’appuie sur Toi, car il se confie en Toi » (Ésaïe 26 :3)
La crainte est le contraire de la foi. La crainte du démon, la crainte de la mort, ou de l’Ange de la Mort, sont diamétralement opposées à la foi ! C’est ce genre de craintes qui peuvent vous détruire si vous les laissez vous hanter. Si vous laissez ces peurs vous tourmenter, celles-ci peuvent vous déprimer, vous miner, vous causer une dépression nerveuse et vous faire perdre la raison, voire la vie.
En outre, ce genre de crainte est extrêmement contagieux, au même titre qu’une maladie infectieuse. Elle peut très bien affecter ceux que vous côtoyez. Les maladies spirituelles sont aussi contagieuses que les maladies physiques. Elles sont même plus dangereuses, plus faciles à attraper, à moins que vous ne soyez immunisés par l’Esprit de Dieu, sans Lequel vous n’avez aucune résistance face à ce genre de maladies.
Le seul remède, c’est d’appeler Jésus à l’aide, ou l’Esprit de Dieu, pour Lui demander de vous délivrer ! Demandez-Lui de vous immuniser, pour vous permettre de développer une telle résistance à cette crainte que vous ne risquerez plus jamais de l’attraper.
« Moi, je me suis tourné vers l’Éternel, et Il m’a répondu, oui, Il m’a délivré de toutes mes frayeurs » (Psaume 34 :4)
Voici l’histoire vraie d’une jeune fille qui s’appelait Helen Jones. Elle était sous l’emprise d’une peur terrible, mais elle en fut merveilleusement délivrée. Pendant huit ans, elle était restée alitée et n’avait plus que la peau sur les os. Elle ne pouvait même plus manger, et avait du mal à boire.
Dieu montra qu’il s’agissait d’une forme de peur ! Les médecins ne lui trouvaient rien d’anormal. Ils l’avaient examinée et l’avaient soumise à tous les tests possibles, pour aboutir à la conclusion suivante : « Sur le plan médical, nous ne trouvons chez elle absolument rien d’anormal, nous ignorons l’origine du mal »
Mais Dieu n’est-Il pas le plus Grand Docteur ? N’est-Il pas le Grand Médecin qui peut guérir toutes nos maladies, et pardonner tous nos péchés ? (Psaume 103 :3)
Juste avant de prier pour elle, ce passage des Ecritures vint à l’esprit : « Tous ceux qui étaient réduits à l’esclavage leur vie durant par la peur de la mort » au Chapitre 2 de l’épître aux Hébreux !
La personne qui pria pour elle raconte :
« Je m’approchai pour prier pour elle, tout à coup, le Saint Esprit m’envahit d’une telle force que je me sentis poussé à poser mes mains sur sa tête, puis à repousser le diable en m’adressant directement à ce démon de peur. Je le repoussai et lui ordonnai de quitter cette jeune fille et cette maison, au nom de Jésus ! Grâce à notre foi en la Parole de Dieu, grâce à l’onction du Saint Esprit et la force de cette prière inspirée par Lui, la jeune fille fut instantanément libérée ! »
Le jour même, elle se leva et se mit à marcher pour la première fois depuis des années ! Elle était restée au lit si longtemps que ses pieds  ressemblaient à des mains. Elle ne pouvait même plus se tenir debout, parce que le poids des couvertures les avait déformés.
Mais Dieu merci, ce jour-là, l’Ange de la Vie — Jésus-Christ, le Fils de Dieu — était entré dans cette chambre. Il avait repoussé le diable et avait libéré cette jeune fille de l’horrible esprit de crainte qui l’avait réduite à l’esclavage par la peur de la mort!
Instantanément, elle avait été guérie, et lorsque nous la revîmes quelques semaines plus tard, elle allait parfaitement bien et avait retrouvé ses forces. Elle avait repris de l’appétit et gagné près de vingt kilos. Elle était devenue superbe, rayonnante ! Elle nous reçut chez elle, éclatante de santé, et fut une hôtesse charmante. Elle avait trouvé un petit ami et était à présent tout à fait normale !
En Hébreux 2 :13, nous pouvons lire : « Pour moi, je mettrai toute ma confiance en Dieu » — En Qui ? — En Dieu, bien sûr ! C’est cela qu’il faut proclamer à la face du diable. Il faut lui dire : « Va-t’en, diable, arrière de moi, Satan ! Je mettrai toute ma confiance en Dieu, en Jésus ! »
 Le verset 14 continue en proclamant que « Jésus a partagé notre condition pour réduire à l’impuissance, par la mort, celui qui détenait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable »
Mais qui est cet Ange de la Mort ? Ce verset nous indique ici qu’il s’agit du diable. Donc, si vous avez peur de l’Ange de la Mort, cela signifie que vous avez peur du diable, et c’est bien là la pire des choses. Nous devons accrocher notre foi à Dieu, craindre Dieu, et non pas Satan.
Ensuite, le verset 15 nous promet que Jésus va… « délivrer tous ceux qui étaient réduits à l’esclavage leur vie durant par la peur de la mort » Autrement dit, Dieu est tout à fait capable de nous délivrer, nous qui, à cause de la peur de la mort, avons vécu toute notre vie sous un joug de peur !
La Parole de Dieu nous enjoint : « Résistez au diable et il fuira loin de vous » (Jacques 4 :7)
Vous avez autorité sur le diable, vous pouvez lui donner des ordres. Les démons et les mauvais esprits nous sont soumis; ils n’ont pas de liberté d’action, ils ne peuvent pas en faire à leur tête (Luc10 :17,20) Ils sont obligés de faire ce que nous leur disons de faire au nom de Jésus, autrement dit, de décamper, et au plus vite !
Si vous savez que vous aimez Dieu et qu’Il vous aime, vous savez qu’Il va prendre soin de vous; vous savez que tout va pour le mieux parce que Dieu vous aime, et, par conséquent, vous n’avez aucune raison d’avoir peur.
« Son amour véritable chasse toute crainte » (1 Jean 4 :18)
_________________________________________________
Notre santé physique dépend largement de notre santé mentale, laquelle dépend en grande partie de notre condition spirituelle. En fait, certains médecins estiment que nos maladies seraient dues, dans 90% des cas ou davantage, à des raisons émotionnelles !
Les craintes, le stress, les rancœurs offrent un terrain propice au développement de nombreuses maladies psychologiques et nerveuses, voire à des maladies d’ordre physiologique, telles que les affections cardiaques, les arthrites, les ulcères d’estomac.
Ces maladies peuvent être causées par des soucis, par la peur, par l’animosité et la haine, ou par une façon négative de voir la vie.
Ces émotions négatives produisent des toxines, véritables poisons qui, à leur tour, vont produire ces pathologies. En d’autres termes, comme la science l’a prouvé, votre état d’esprit peut empoisonner votre corps.
C’est pourquoi la foi est un formidable remède ! Le fait de savoir que Dieu vous aime, qu’Il va prendre soin de vous et des vôtres, de votre avenir, de votre situation professionnelle etc…, élimine vos craintes — en vous apportant la paix de l’esprit et du cœur.
Ce sentiment de bien-être spirituel et le bon fonctionnement de vos organes vitaux qui en résulte, entraînent, à vrai-dire, l’élimination des poisons de votre sang. La simple foi en l’amour de Dieu est la meilleure médecine qui soit.
L’essayer, c’est l’adopter !
_________________________________________________
 
88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post