Sommaire :

La Chine protège son trésor de terres rares
Terres rares : Washington muscle sa stratégie
     pour ne plus dépendre de la Chine
Les terres rares, qu’est-ce que c’est ?
Chine : les sources de pollution se multiplient
La Parole de Dieu parle du temps de la Fin.
     Nous vivons déjà ce temps-là !
________________________________________________ 

La Chine protège son trésor de terres rares

(Bien que cet article date de mars 2012, il est intéressant à lire)
 La Chine, détenant de précieux gisements convoités et fortement exploités par les États-Unis, le Japon et l’Union européenne, a récemment décidé d’imposer des quotas d’exportation limitant les exportations de 17 éléments chimiques appelés terres rares à 30 000 tonnes en 2012.
C’est pourquoi, le mardi 13 mars, les membres de la triade, qui voient les possibilités d’importation de ces minerais métalliques, stratégiques pour l’industrie et les technologies modernes, se réduire, ont déposé plainte contre la Chine à l’Organisation mondiale du commerce.
Pas si rares que cela, les métaux sont surtout difficiles à repérer et à extraire. Ils sont surtout indispensables à notre quotidien, vu qu’ils sont utilisés dans la fabrication d’ordinateurs, de pièces automobiles mais aussi dans le matériel médical, le traitement des eaux usées.
Même si ces matières restent disponibles dans le monde entier, mis à part l’Union européenne
La Chine dispose à elle seule de 35 % des réserves mondiales accessibles
Elle se place en première position des producteurs mondiaux avec 97 % des terres rares du marché.
La décision de porter plainte crée des remous dans les flux internationaux et dans les relations internationales ! Le président américain accuse la Chine de « violer » les règles du commerce mondial et a même menacé : « Si nécessaire, je prendrai des mesures, si nos travailleurs et nos entreprises font l’objet de pratiques illégales »
Karel De Gucht, commissaire européen au Commerce, a aussi appuyé l’idée que « les restrictions imposées par la Chine sur les terres rares et d’autres produits violent les règles du commerce international et doivent être supprimées. Ces mesures affectent nos producteurs et nos consommateurs au sein de l’Union européenne »
D’après la Commission européenne, les terres rares exportées par la Chine sont deux fois plus chères que celles qui restent sur le marché national. Un abaissement des quotas d’exportation en 2010 a multiplié les prix par cinq à dix entre 2009 et 2010.
La Chine, pour sa part, considère cette plainte comme infondée et justifie sa décision par des arguments écologiques. Elle met notamment en avant la pollution ainsi que la libération de matières radioactives et d’acides engendrés par les conditions d’extraction de certains de ces minerais.
Conditions d’ailleurs dénoncées comme étant catastrophiques en raison de la quantité de déchets toxiques et de la pollution des nappes phréatiques mais aussi du gâchis de terres arables et du manque de protection pour ses ouvriers.
Karima Guedjou. MONTCHAMP Quentin
Patrick commentaire :
Très bon article à lire. En dessous, je vais publier un plus récent. La Chine est en train de détruire écologiquement son pays en voulant supplanter les Etats-Unis économiquement. Les Chinois souffrent énormément de cette folie ! Des rivières, des étangs, des lacs sont complètement pollués à cause de cela…
_________________________________________________

Terres rares : Washington muscle sa stratégie pour ne plus dépendre de la Chine

Par  Wladimir Garcin-Berson (Juin 2019)
L’administration américaine a publié, ce mardi, une « stratégie fédérale pour garantir des approvisionnements sûrs et fiables » en matériaux jugés critiques pour la sécurité nationale. Les terres rares, importées pour 80% de Chine, sont visées.
Branle-bas de combat à Washington. Alors que les tensions sino-américaines n’en finissent plus de parasiter les relations entre la Chine et les États-Unis, la Maison Blanche a décidé d’agir pour se prémunir contre une dépendance, jugée trop importante et nocive, aux importations étrangères de minéraux «critiques»
Pékin et ses exportations de terres rares sont clairement ciblés par cette nouvelle stratégie. L’enjeu est énorme : précieux, ces matériaux sont utilisés dans la production d’appareils électroniques grand public comme de matériels militaires, et Washington reste lourdement dépendant de l’Empire du milieu dans ce domaine.
Pékin a ainsi fourni 80% des terres rares importées par les États-Unis entre 2014 et 2017.
Fin décembre 2017, Donald Trump avait publié un décret présidentiel visant à « garantir des approvisionnements sûrs et fiables en minéraux critiques » pour la sécurité américaine, tels que l’uranium ou les terres rares.
Ce dernier regrettait que le pays soit « fortement tributaire des importations de certains produits essentiels à la sécurité et à la prospérité économique »
Pour se protéger, l’occupant du Bureau ovale demandait à ses services d’identifier de nouvelles sources de « matériaux critiques », et de définir une « stratégie pour réduire la dépendance de la nation » à ces types de produits.
Le document publié ce mardi vient répondre à cette demande du président américain. Il contient un « plan d’action à l’échelle du gouvernement » pour sécuriser l’approvisionnement de 35 produits jugés essentiels pour la « sécurité économique et nationale des États-Unis », dont l’uranium, le titane et les terres rares.
« Des millions d’Américains comptent sur ces minéraux essentiels » pour des produits souvent basiques, rappelle le département du Commerce, comme les ordinateurs, les avions ou les éoliennes et les smartphones.
Cité dans le communiqué du département, le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, précise que ce rapport permettra au gouvernement américain de prendre des mesures « sans précédent pour s’assurer que les États-Unis ne seront pas coupés de ces matériaux vitaux »
Une stratégie en 24 objectifs
La « stratégie fédérale pour garantir des approvisionnements sûrs et fiables en minéraux critiques » rappelle que la dépendance américaine « risque de créer des vulnérabilités stratégiques pour [l’]économie et [l’]armée » des États-Unis.
Elle formule six appels à l’action, 24 objectifs et 61 recommandations pour « soutenir la sécurité économique et la défense nationale »
En amont, les auteurs suggèrent notamment de diversifier les sources d’approvisionnement, d’améliorer les liens avec les pays fournisseurs de matériaux et la « coopération liée aux matériaux critiques » pour sécuriser les voies commerciales.
« L’intensification des échanges et la coopération avec les alliés et les partenaires peuvent contribuer à réduire la dépendance de notre pays à l’égard de sources de minéraux critiques susceptibles d’être perturbées »
Ensuite, ils conseillent de réfléchir à des substituts pour les matériaux, et de travailler à « l’amélioration de l’efficacité » et du rendement des minéraux dans la production d’appareils technologiques, pour réduire les importations nécessaires.
« Ces améliorations et innovations peuvent également accroître la compétitivité des produits par rapport aux coûts. En outre, le leadership technologique des États-Unis bénéficie du développement national d’innovations liées au traitement, à la fabrication ou au recyclage », analysent-ils.
En aval, et sur le long terme, le rapport appelle aussi à développer l’approvisionnement purement américain, pour supprimer entièrement la dépendance aux nations étrangères.
« Les réseaux de chaînes d’approvisionnement en minéraux critiques devraient être renforcés pour que les minéraux essentiels produits au pays puissent soutenir la sécurité économique et la défense nationale de notre pays », avertissent les auteurs, qui appellent à mieux explorer, répertorier et exploiter les ressources naturelles du territoire national.
Quitte à accélérer l’obtention des autorisations nécessaires pour extraire ces minéraux et à former davantage les travailleurs américains: « il est nécessaire d’améliorer le processus d’obtention de permis afin d’améliorer l’accès à l’approvisionnement de notre pays en minéraux essentiels », écrivent les auteurs de la stratégie.
Un renforcement des tensions sino-américaines
Dans l’ensemble, le plan vise donc à agir sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, en amont comme en aval, pour rendre les États-Unis moins dépendants des autres nations dans l’obtention et le traitement de minéraux critiques:
« Si la Chine ou la Russie cessaient d’exporter leurs produits vers les États-Unis et leurs alliés pendant une longue période – à l’instar de l’embargo de la Chine sur les terres rares de 2010 -, une interruption de l’approvisionnement prolongée pourrait causer des chocs importants aux chaînes d’approvisionnement critiques en minerais des États-Unis et de l’étranger », alerte le document.
Le plan de Washington est révélé à un moment stratégique: ces dernières semaines, la Chine n’a cessé de montrer les crocs en suggérant qu’elle pourrait utiliser les terres rares comme arme dans le cadre de la guerre commerciale qui l’oppose à Donald Trump.
En mai, le leader chinois, Xi Jinping, avait ainsi visité une usine de traitement des terres rares de JL Mag Rare-Earth, accompagné de son négociateur en chef Liu He. Début juin, l’agence d’État de planification chinoise a par la suite prévenu que le pays allait envisager de renforcer son contrôle sur ses exportations de terres rares.
Un mécanisme permettant de contrôler la procédure d’exportation de ces matériaux pourrait être mis en place. L’organe de presse officiel du pouvoir chinois, le Quotidien du peuple, avait également publié une tribune intitulée « États-Unis, ne sous-estimez pas la faculté de la Chine à riposter », dans laquelle il soulignait la dépendance «gênante» de Washington aux exportations de terres rares chinoises.
Fin mai 2019, le Pentagone avait déjà prévenu qu’il comptait bien limiter la dépendance américaine à l’égard de la Chine. Les officiels américains souhaitaient, pour cela, stimuler la production de terres rares aux États-Unis.
« Le département continue de travailler étroitement avec le président, le Congrès et l’industrie américaine pour améliorer la compétitivité des États-Unis » dans ce domaine, avait commenté le lieutenant Mike Andrews, porte-parole du Pentagone. Un objectif que doit remplir la nouvelle stratégie américaine.
Patrick commentaire :
Ils se lancent tous la balle des responsabilités l’un sur l’autre. Mais tous sont coupables de la destruction de notre environnement et tous seront tenus coupables au jour du jugement ! La Chine est dans un piteux état à cause de la pollution qu’elle génère !
_________________________________________________

Les terres rares, qu’est-ce que c’est ?

Les terres rares désignent 17 métaux : le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides.
Ces matières minérales aux propriétés exceptionnelles sont utilisées dans la fabrication de produits de haute technologie. Avec le boom du numérique et des nouvelles technologies vertes, aujourd’hui, à l’échelle de l’économie mondiale, les terres rares sont considérées comme des métaux stratégiques.
Problème : l’extraction et le traitement des terres rares polluent et produisent des déchets toxiques.
Quelles sont les matières minérales qui font partie des terres rares ?
Les terres rares regroupent 17 métaux : le scandium, l’yttrium, et les quinze lanthanides (Lanthane, Cérium, Praséodyme, Néodyme, Prométhium, Samarium, Europium, Gadolinium, Terbium, Dysprosium, Holmium, Erbium, Thulium, Ytterbium, et Lutécium)
D’où viennent les terres rares ?
Contrairement à leur nom, ces métaux ne sont pas si rares : certains, comme le cérium, sont aussi répandus dans l’écorce terrestre que d’autres métaux plus usuels comme le cuivre. C’est un Suédois, Carl Axel Arrhenius, qui découvre le premier une terre rare dans une carrière près de Stockholm, en 1787. Mais il faudra attendre les années 1940 pour voir le développement de techniques d’extraction perfectionnées et la production de terres rares en grande quantité.
À quoi servent les terres rares ?
Ces métaux sont devenus indispensables car ils sont utilisés dans des fabrications de haute technologie. On retrouve ainsi des terres rares dans les batteries de voitures électriques et hybrides, dans les LED, les puces de smartphone, les écrans d’ordinateurs portables, les panneaux photovoltaïques, les éoliennes… L’industrie de la défense a elle aussi recourt aux terres rares dans la fabrication de capteurs de radars et sonars ou de systèmes d’armes et de ciblage.
Quel est l’impact de l’exploitation des terres rares sur l’environnement ?
Lors de l’extraction et du raffinage des terres rares, des éléments toxiques sont rejetés dans l’environnement : des métaux lourds, de l’acide sulfurique, et même de l’uranium. En 1998, les États-Unis sont contraints de fermer la mine à ciel ouvert de Mountain Pass, en Californie, après que des milliers de litres d’eau radioactive aient été accidentellement déversés dans la nature. En Mongolie intérieure, la radioactivité mesurée dans les villages près de la mine de Baotou serait 32 fois supérieure à la normale (contre 14 fois à Tchernobyl).
Quels sont les grands pays producteurs de terres rares ?
A cause de l’impact environnement, de nombreux pays ont fermé leurs exploitations de terres rares. Aujourd’hui, c’est la Chine qui assure l’essentiel de la production mondiale, ce qui donne à Pékin un quasi-monopole. Mais face à la flambée des prix des terres rares, de grands pays miniers souhaitent une diversification des sources d’approvisionnement : les Etats-Unis ont ainsi décidé en 2013 de réactiver la mine de Mountain Pass, le Canada, l’Australie et l’Afrique du Sud multiplient les projets d’extraction et de prospection, y compris dans les fonds marins du Pacifique.
Comment concilier exploitation des terres rares et aussi respecter l’environnement ?
Recycler plutôt que produire, voilà ce que proposent de nombreux chercheurs pour faire face à l’accroissement de la demande en terres rares. Une solution serait donc de recycler les déchets électroniques pour en extraire les terres rares et les réutiliser.
Patrick commentaire :
Recycler est un bon point de départ, mais insuffisant ! C’est pour cette raison qu’il y a un boom sur la conquête spatiale. Toutes ces nations savent que les planètes et autres objets spatiaux détiennent des richesses qu’ils convoitent.
_________________________________________________

Chine : les sources de pollution se multiplient

Le nombre total de sources de pollution a augmenté de 50 % en huit ans, selon le ministère de l’Environnement chinois.
La Chine fait  des efforts conséquents pour réduire sa pollution, consciente du danger pour l’avenir. Mais le gouvernement n’a pas intérêt à se reposer sur ses lauriers : en huit ans, le ministère de l’environnement a enregistré une augmentation de plus de 50 % des sources de pollution dans le pays.
C’est la deuxième fois, après celui de 2010, que les autorités chinoises procèdent à un tel recensement visant à identifier les menaces à l’environnement dans tout le pays.
D’après les estimations préliminaires – l’étude doit être bouclée en 2019 -, le nombre total de sources de pollution s’établit à 9 millions, dont 7,4 millions dans l’industrie, 1 million dans les zones rurales et 0,5 million dans les villes, a précisé Hong Yaxiong, le responsable de l’étude.
Vivre en Chine vous coûte 3 ans et demi d’espérance de vie  – Hyperpollution : Pékin à bout de souffle
Le premier recensement du genre, effectué entre 2007 et 2009, avait identifié 5,9 millions de sources de pollution au niveau national. Les provinces industrielles côtières de Guangdong, Jiangsu et Zhejiang figuraient en haut de la liste.
Un affinage de la méthode
La différence entre les deux recensements s’explique en partie du fait que le ministère l’Écologie et de l’Environnement a été récemment élargi, reprenant des tâches anciennement attribuées aux ministères de la Terre, de l’Eau et de l’Agriculture, et lui permettant d’affiner ses méthodes.
Ces études nationales doivent servir à évaluer les dégâts provoqués par plus de trente années de croissance sans entraves qui ont, entre autres, fait de Pékin l’une des villes les plus irrespirables de la planète.
Cinq ans de « guerre contre la pollution »
Car les choses ont changé : la Chine est en «  guerre contre la pollution  » depuis 2013, selon la formulation du président Xi Jinping. Il y a un an, ce dernier déclarait encore que le « ciel bleu n’est pas un luxe », en référence aux nuages de pollution permanent qui plusieurs grandes villes de chine.
Cette nuit en Asie : la Chine est-elle en train de perdre son combat contre la pollution ?
Résultat, en novembre dernier,  la production industrielle enregistrait un certain ralentissement notamment dû aux mesures de lutte contre cette pollution incluant la fermeture des usines les plus polluantes dans le nord-est du pays.
Enjeu mondial
Mais l’enjeu dépasse largement les frontières chinoises. Si la demande en électricité du pays est pour l’instant similaire à celle des États-unienne, qui en sont respectivement les deux plus gros consommateurs, elle aura littéralement explosé en 2040, passant de 5.300 TWh à plus de 9.400TW. Celle des États-Unis dépassera alors à peine les 4.500 Twh, selon les projections de l’Agence internationale de l’énergie, moitié moins que la Chine donc.
Autrement dit,  la nature de l’énergie produite par la Chine sera déterminante pour l’avenir de la planète. Or elle peine encore à se désintoxiquer du charbon. A l’heure actuelle, si un tiers de l’énergie solaire et éolien est pourtant produite en Chine, Pékin n’est pas parvenu à atteindre ses objectifs annuels de réduction de la pollution en 2017.
Gabriel Nedelec
Patrick commentaire :
Bien que cet article ait été publié en mars 2018, la situation depuis n’a fait que s’aggraver ! L’homme laissé à lui-même est un destructeur, et si Dieu n’intervient pas bientôt, les hommes ont le pouvoir de détruire cette planète !
Dieu permet cela pour montrer à l’homme et à tout l’univers où mène sa folie !
_________________________________________________

La Parole de Dieu parle du temps de la Fin. Nous vivons déjà ce temps-là !

Mes amis, le temps tire à sa fin. Les jours se font de plus en plus mauvais et le cours des choses s’accélère. (Eph.5:16;2Tim.3:1)
D’après toutes les données de la Parole de Dieu, il est inconcevable que le monde continue bien longtemps comme il va ! En fait, il apparaît que tout va se jouer dans les quelques années à venir et, si nous nous référons aux prophéties bibliques, tous les signes semblent indiquer la fin ! (Mat.24)
Aussi, le moins que l’on puisse dire, c’est que nous vivons des moments excitants, des moments de grands changements ! Et plus vite les choses vont empirer, plus vite on en finira ! Plus vite l’économie mondiale, basée sur la monnaie de papier, s’écroulera, plus vite s’élèvera le gouvernement mondial de l’Antéchrist. Et par conséquent, plus vite viendront la Tribulation et le glorieux Retour du Seigneur, suivi du Paradis sur terre !
C’est pourquoi il nous incombe d’agir comme si tout dépendait de notre action et de prier comme si tout dépendait de nos prières. C’est bientôt la Fin ! « Oh oui, qu’il en soit ainsi : viens Seigneur Jésus ! » (Apo.22:20)
_________________________________________________
88888

Plus dans la section

Sois un ami

Related Post