Accueil Sois un ami La boîte à penser N°34 – Notre regard sur les autres!

La boîte à penser N°34 – Notre regard sur les autres!

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Voici un message qui en dit long sur notre vie de
tous les jours. Juste, ouvrez votre cœur, et laissez
votre propre raisonnement de côté. Laissez
votre cœur vous parler et libérez ces sentiments
qui ont besoin d’air pur…

Notre regard sur les autres !

Sous quelles conditions regardons-nous ce monde qui nous entoure ;
le jugeons-nous durement parce qu’il offense notre propre conscience.
Condamnons-nous automatiquement tous ceux qui s’y égarent, parce
qu’ils ne savent pas faire la différence entre leur droite et leur gauche.
Jugeons-nous un SDF parce qu’il a une bouteille d’alcool en main ou
une prostituée parce qu’elle vend son corps au plus offrant.
Quel regard avons-nous sur les criminels ; ceux qui prennent la vie des
autres ; ceux au nom de guerres justes, tuent pensant rendre la justice.
Sommes-nous devenus des juges parce que notre vie est si exemplaire…

Ne jugeons pas un livre par sa simple couverture.
Ne portons pas un jugement comment une personne est vêtue,
ou ce qu’elle dit quand elle est fatiguée.
Ne la jugeons pas rapidement aussi par son apparence rebutante
et revêche qui semble nous effrayer plus qu’autre chose.
Encore moins de ce qu’elle devrait faire ou ne pas faire.
Mais plutôt, jugeons là selon son cœur.

Quand nous jugeons une personne, c’est que nous n’avons pas pris
assez de temps pour la comprendre. D’une certaine manière cela
nous arrange parce que nous avons déjà porté un jugement sur elle.

Ne nous hâtons pas dans notre regard du monde ; prenons le temps
de l’écouter et d’entendre sa douleur et ses souffrances.

La sympathie et la compassion sont deux lettres de noblesse qui
nous aiderons à accéder dans la vie de ceux qui nous entourent
pour mieux les comprendre.

Quant à la tolérance, elle ne porte pas un jugement aveugle sur ce
qu’elle peut voir et tolérer, mais elle sait découvrir la beauté cachée
d’une âme qui a soif d’exister et d’être comprise.

Remplaçons cette tendance de juger les autres négativement, en
nous offrant un joyau sans prix qui se nomme l’empathie. Alors,
nous serons prêts d’affronter cette nouvelle année dans un
esprit de paix et de sérénité.

Rappelons-nous que nul n’est parfait et que nous faisons tous des
erreurs qui nous affligent et nous handicap grandement. Que si
nous ne voulons pas être traités durement, nous devons avoir ce
même regard de sympathie envers les autres.

Et pour ceux qui sont chrétiens et qui essaient de suivre les paroles
du Christ : « D’aimer le pécheur, mais de haïr le péché ! »

Alors, commençons cette nouvelle année avec un œil neuf et un
regard plus compatissant pour tous ceux qui en ont besoin, et
encourageons-les que le monde ne peut être que meilleur que si
nous faisons notre part et que nous changeons notre attitude
envers lui !

Patrick Etienne

**************************************

Sans sagesse, tu perçois tout de travers
et sans compassion, ta sagesse ne vaut pas grand-chose
Matthieu Ricard

On a peu de besoins quand on est vivement touché de ceux des autres.
Gotthold E. Lessing

Ce sont les yeux qui ont pleuré qui savent voir le plus clair.
Ce sont les cœurs qui ont broyé en eux leur bonheur et
leur égoïsme qui peuvent le mieux s’ouvrir aux autres.
Paula Buck

Tous ces petits gestes de compassion et d’amour qui
tomberont dans l’oubli constituent les plus
grands moments de la vie d’un homme.
William Wordsworth

La compassion nous enseigne à reconnaître le caractère sacré de
chaque être humain et à traiter autrui, sans exception,
avec respect, dans un esprit de justice et d’équité.
Karen Armstrong

L’individu est capable d’une grande compassion autant
que d’une grande indifférence. Il lui appartient de nourrir
la première et de combattre la seconde.
Norman Cousins

« Alors Pierre, s’approchant de lui, dit: Seigneur, combien de fois mon frère péchera-t-il contre moi, et lui pardonnerai-je? Sera-ce jusqu’à sept fois?
Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.
C’est pourquoi le royaume des cieux a été fait semblable à un roi qui voulut compter avec ses esclaves.
Et quand il eut commencé à compter, on lui en amena un qui lui devait dix mille talents.
Et comme il n’avait pas de quoi payer, son seigneur ordonna qu’il fût vendu, lui, et sa femme, et ses enfants, et tout ce qu’il avait; et que le payement fût fait.
L’esclave donc, se jetant à ses pieds, lui rendit hommage, disant: Seigneur, use de patience envers moi, et je te payerai tout.
Et le seigneur de cet esclave-là, touché de compassion, le relâcha et lui remit la dette.
Mais cet esclave, étant sorti, trouva un de ceux qui étaient esclaves avec lui, qui lui devait cent deniers; et l’ayant saisi, il l’étranglait, disant: Paye, si tu dois quelque chose.
Celui donc qui était esclave avec lui, se jetant à ses pieds, le supplia, disant: Use de patience envers moi, et je te payerai.
Et il ne voulut pas; mais il s’en alla et le jeta en prison jusqu’à ce qu’il eût payé la dette.
Or ceux qui étaient esclaves avec lui, voyant ce qui était arrivé, furent extrêmement affligés, et s’en vinrent et déclarèrent à leur seigneur tout ce qui s’était passé.
Alors son seigneur, l’ayant appelé auprès de lui, lui dit: Méchant esclave, je t’ai remis toute cette dette, parce que tu m’en as supplié;
n’aurais-tu pas dû aussi avoir pitié de celui qui est esclave avec toi, comme moi aussi j’ai eu pitié de toi?
Et son seigneur, étant en colère, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qui lui était dû.
Ainsi aussi mon Père céleste vous fera, si vous ne pardonnez pas de tout votre cœur, chacun à son frère »
(Evangile de Matthieu chapitre 18) 

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message