Accueil Sois un ami La boîte à penser N°32 – Le fardeau ou des ailes

La boîte à penser N°32 – Le fardeau ou des ailes

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Le fardeau ou des ailes 

Il y a deux sortes d’introspection que nous
pouvons faire dans notre vie, positive ou
négative. La première, nous aide à nous
remettre en question. La seconde, elle
par contre, ne nous apporte rien de bon.

L’introspection (du latin « introspectus »)
désigne l’activité mentale que l’on peut
décrire métaphoriquement comme l’acte
de « regarder à l’intérieur » de soi, par
une forme d’attention portée à ses propres
sensations ou états.

Certains diront que c’est une perte de temps
comme la méditation ; que la vie est trop
courte pour passer du temps dans ce genre
d’état d’esprit.

D’autres ont trop peur de s’arrêter et de
regarder leur vie de plus près. Ils préfèrent
la monotonie de la routine de leur vie. Ils
ne veulent pas être dérangés ou se remettre
en question.

Puis, il y a ces passages dans la vie où on
est obligé de le faire, de s’arrêter, prendre
un recul obligatoire sur ce qu’on est ou ce
qu’on est devenu dans notre vie.

Cela peut arriver suite à un grave accident,
de voiture par exemple, où on se retrouve
infirme pour le reste de sa vie.

Où, comme un de ces otages pris par des
terroristes, qui se retrouvent abandonnés
du monde et dans le désespoir.

La vie à ses tournants inattendus, ses
arrêts imprévus, ses renversements.

Mais qu’on aime le faire ou pas, on ne
passer son temps qu’à foncer droit devant
soi, le pied appuyé sur l’accélérateur,
parce qu’un jour ou l’autre, on est voué
à percuter un mur de plein fouet.

Je me rappelle dans ma jeunesse, d’avoir
travaillé avec cette femme, dans sa
quarantaine, qui souffrait d’une grande
dépression nerveuse. Une femme
complètement brisée, sous médicaments,
pouvant à peine travailler et prendre soin
d’elle-même.

Son histoire est des plus tristes :
un jour, elle a pété les plombs. Elle est
partie de chez elle, abandonnant son
mari et ses enfants. Elle s’est achetée
une voiture et elle est partie juste comme
cela, sans rien dire ou avertir personne.

Vous seriez surpris combien de gens
tombent dans ce genre de dépression,
perdent complètement le cap dans leur
vie, réalisent qu’ils sont en train de
marcher dans le vide, sans qu’il y ait
quoi que cela soit pour les retenir en
dessous.

Métro, boulot, dodo !, vous
connaissez bien cette expression,
n’est-ce pas ? Et je rajouterais aussi :
Ecole, études, boulot, mariage,
enfants, petits-enfants, retraite !…
Et puis quoi après ?

Heureusement, tout le monde tombe
pas dans un tel état que cette femme.
Mais les dépressions nerveuses, et tout
ce qui est lié avec, sont en grande
augmentation, aux grands cris
d’alarme de la corporation médicale.

C’est pour cela qu’il faut faire des arrêts
réguliers sur l’autoroute de notre vie.
Non seulement pour rafraîchir notre âme,
mais pour vérifier que nous sommes sur
la bonne route. Il n’est jamais trop tard
de prendre une bretelle pour changer de
direction.

Je ne suis pas un adepte de passer tout
mon temps qu’à méditer comme le font
certaines de ces religions orientales, pour
devenir le plus zen possible. Mais, de
temps à autre, cela a du bon de s’arrêter,
de prendre un recul sur la vie écrasante
que nous menons.

De réévaluer les choses et nos priorités
dans notre vie, nos décisions, notre
entourage, nos désirs et nos buts.

Comment mesurons-nous notre bonheur,
et la qualité de notre vie, ce que nous
appelons la réussite ? Ce sont des
questions importantes que nous devons
nous poser.

La vie n’est pas qu’action, mais réflexion
aussi ; elle n’est pas que produire, mais
comment la faire fructifier.

Mais je crois que nous arrivons à la plus
importante question :

« Mais qu’est-ce qui arrive après toutes
ces merveilleuses études, ces merveilleux
diplômes ? Tous ces merveilleux jobs et
professions ? Ce merveilleux mariage et
ces magnifiques enfants ? Cette belle
maison pour passer sa retraite et garder
ces beaux petits-enfants ? Qu’est-ce qui
arrive ensuite ?… »

Croyez-moi sur parole, notre monde n’a
jamais été autant dans l’obscurité de
l’incertitude que dans notre époque
moderne et au top du progrès.

Les gens ont perdu leurs repères. La vaste
majorité erre ici et là, sans savoir où ils
vont, pourquoi en premier lieu, ils sont
ici. Ils vivent perpétuellement dans la
crainte et l’incertitude du lendemain.

Pas étonnant qu’à l’heure actuelle, il y ait
tant de dépression nerveuse, de suicides,
d’arrêt du cœur et de toutes sortes de
maladies liées avec la crainte et le stress.

Si vous sentez que vous êtes arrivés à
ce genre de pression dans votre vie,
peut-être il est temps pour vous de vous
arrêter sur le bas-côté de la route et de
méditer dessus. De vous poser les
bonnes questions.

La réponse n’est pas de foutre tout en
l’air comme cette pauvre femme dans
l’histoire que j’ai cité plus haut dans
ce blog, mais de réaliser que notre vie
à un sens et un but.

Que nous ne sommes pas arrivés dans
ce monde par hasard, mais que nous
avons un rôle important à y jouer, et
que ce rôle personne d’autre ne peut
le jouer à notre place et que nous
sommes les seuls à pouvoir le faire.

Et si vraiment vous êtes au bout du
rouleau et que vous ne sentez plus
un gramme de force en vous,
tournez votre visage vers le Ciel,
vers le Créateur de toutes choses
et demandez-lui de venir à votre
secours, et son amour pour vous
ne faillira pas.

Mat 11:28  Venez à moi, vous tous qui
vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi,
je vous donnerai du repos. 
Mat 11:29  Prenez mon joug sur vous,
et apprenez de moi, car je suis débonnaire
et humble de cœur; et vous trouverez le
repos de vos âmes. 
Mat 11:30  Car mon joug est aisé et mon
fardeau est léger. 

Patrick Etienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

1 COMMENTAIRE

  1. Tu sais c’est tellement vrai ce que tu nous envois ce matin et que oui moi vois tu je suis rendu à un âge avancer comme ont pourais dire mais pour moi la foi a une grande importance dans ma vie alors un jour à la fois dou Jésus c’est tout ce que je demande J’aime beaucoup ce que tu ecris et tu nous envois c.est toujours bien penser et oui lache pas sa de l’importance tes message se rende bien et en espérant qu,il porte fruit Bonne journée merci beaucoup oxoxoxo

Comments are closed.