Accueil Sois un ami La boîte à penser N°27 – Qu’est-ce que la normalité ?

La boîte à penser N°27 – Qu’est-ce que la normalité ?

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Qu’est-ce que la normalité ?

[La normalité est ce qui est conforme
à ce dont on a l’habitude, ce qui ne
surprend, ne dérange ni n’attire la
curiosité car ‘moyen’ (norme) et
considéré de ce fait comme règle
à suivre. Cela reste une notion vague,
définie en fonction de chaque personne,
selon ce qu’elle est, et selon son milieu
(ses références)]

Le problème avec notre époque, c’est
que les mots ont perdu leur sens, leur
valeur, leur but.

Avant, les mots avaient pour mission de
donner à notre langage des valeurs sures.
Aujourd’hui, on se sert des mots comme
une arme, comme dissuasions pour arriver
à ses propres fins. On les manipule au bon
gré du moment, le plus souvent en dehors
de leur contexte, pour influencer la façon
de penser du public.

Nous vivons de plus en plus dans une
société qui se dit tolérante. Voici une petite
description qui me plaît beaucoup :

« Fait de tolérer quelque chose, d’admettre
avec une certaine passivité, avec
condescendance parfois, ce que l’on aurait
le pouvoir d’interdire, le droit d’empêcher »

Mais cette soi-disant tolérance qu’on parle
à tort et à travers aujourd’hui, et qu’on
aime utiliser abondamment à toutes les
sauces, est-elle vraiment un pas vers plus
de liberté ?

J’ai remarqué personnellement que ceux
qui en parlent le plus, et qui en sont les
plus fervents, sont parfois les personnes
les plus intolérantes que je connaisse.

Mon fils m’a fait remarquer une fois :
« Tu sais papa, à partir du moment où
on accuse quelqu’un d’être intolérant,
c’est à ce moment-là que nous
devenons intolérants nous-mêmes »
Je suis d’accord avec lui.

N’est-ce pas ce qui arrive avec ceux qui
passent leur temps d’accuser les autres
de : « raciste », « d’antisémite »,
d’homophobe », « misogyne », etc.
Juste parce qu’ils ont une idée un peu
différente de la norme.

Alors, dites-moi, qu’est-ce que la norme
veut dire dans notre société actuelle ?
« Fais ce que je dis, mais ne fais
pas ce que je fais ! »

Croyez-le ou pas, la société française
est très étroite d’esprit, je dirais même
vieux jeux sur certains aspects.

Les Français jugent encore beaucoup les
autres sur leur apparence, leur code de
vie, leur parler, etc.

Ils ont beaucoup d’idées préconçues sur
Les gens qui dépendent des aides sociales,
sur les handicapés, ceux qui ne travaillent
pas…Ceux qui ne vivent pas comme eux !

Notre mode de vie, notre culture, notre
vie de tous les jours, vacillent entre ces
deux extrêmes ; la vieille France qui a
du mal à se débarrasser de ses tabous, et
la nouvelle génération qui veut briser
tous ces tabous, se disant une génération
plus libre et tolérante que l’ancienne.
« Ma liberté commence où la tienne finit »

Mais laissez-moi vous dire : la vraie liberté
n’a rien à voir avec la façon d’être conforme
au statu quo, d’être politiquement correct,
d’être marginal ou pas, d’être tolérant ou
pas.

La vraie liberté est un état d’esprit et de
cœur, notre attitude devant les besoins des
autres, notre indépendance de l’influence
de la société dans nos décisions et notre
mode de vie.

Mais sachez une chose, que la tolérance
peut être aussi néfaste que l’intolérance
dans beaucoup de façons. C’est une
question d’avoir le juste poids dans la
balance.

C’est un peu comme les parents qui
élèvent leurs enfants : certains stricts,
avec trop de règles ; d’autres trop cool,
laissant leurs enfants faire ce qui bon
leur semble. Dans les deux cas de
figure, cela fait des enfants qui auront
du mal à se gérer.

Quand je regarde la société autour de
moi, je vois la dégradation des valeurs
humaines, de ce qui fait de nous des
êtres pensants, qui savent prendre de
bonnes décisions sans s’appuyer sur
un système qui pense à notre place.

*******

On parle de « tolérance grammaticale »
et « orthographique » par exemple,
d’une possibilité admise de ne pas
respecter une règle grammaticale ou
d’orthographique en usage.

« D’esprit de tolérance » : état d’esprit
de quelqu’un ouvert à autrui et
admettant des manières de penser et
d’agir différent des siennes…
Couples homosexuels pouvant vivre
ensemble, se marier, et élever des
enfants. Eduquer les enfants dès leur
plus jeune âge qu’ils ont le droit de
choisir s’ils veulent devenir un garçon
ou une fille.

« Tolérance religieuse », qui est une
belle appellation en apparence, mais
qui en réalité régresse dans beaucoup
de pays à vue d’œil, où un grand
nombre de croyants souffrent de
persécutions physiques et morales.

« Tolérance dans l’Education nationale »
Quand seule la théorie de l’évolution est
enseignée dans les livres scolaires, et
que la théorie de la création est bannie.

Cette tolérance s’applique aussi dans les
universités, les grandes écoles, touchant
tous les domaines de la connaissance
humaine (Histoire, géographie, science,
recherches, philosophie, sociologie, etc.)

« Tolérance communautaire » Le devoir
d’un pays de recevoir et d’accepter des
flux migratoires sous peine de perdre
sa propre identité, ses racines, et sa
propre culture.

La liste ne s’arrête pas là, ainsi que les
normes de chacun. Et comme le dit si
bien le proverbe : « Chacun voit midi
à sa porte »

Ce qui veut dire en claire : chacun se
préoccupe de son propre intérêt avant
tout autre chose, et considère ses
problèmes ou ses opinions comme
étant les plus importants.

Alors, c’est quoi la norme pour vous ?

Patrick Etienne

************

« N’aimez pas le monde, ni les choses qui
sont dans le monde: si quelqu’un aime le
monde, l’amour du Père n’est pas en lui;
parce que tout ce qui est dans le monde,
la convoitise de la chair, et la convoitise
des yeux, et l’orgueil de la vie, n’est pas
du Père, mais est du monde »
(1Jn 2:15)

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message