Accueil Sois un ami Je suis Gitan! (Part 3)

Je suis Gitan! (Part 3)

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

 

Je suis Gitan! (Part 3)

Je remercie Dieu pour cette liberté
qu’il a mis dans mon cœur.
Cette liberté m’a suivi toute ma vie ;
elle est un des plus précieux dons
Qui m’a été donné par lui.
Cette liberté d’aimer mon prochain,
de parler de mon merveilleux
sauveur, d’apporter ses magnifiques
paroles dans le cœur de ceux qui le
recherchent avec sincérité.

Je suis Gitan non par naissance,
mais de cœur, et cette liberté
coule dans mes veines, dans
mon cœur, dans les fibres même
de tout mon être. Elle est ma
raison de vivre. Quand je me
lève, elle m’accompagne,
quand je m’endors, elle me
couvre de ses ailes. Elle est ma
compagne de chaque instant.

j’ai vécu sous des tentes, dans des
caravanes, posé ma tête dans bien
des endroits insolites. Ne sachant
pas ce que le lendemain puisse
m’apporter. J’ai erré de place en
place, de pays en pays, comme
un étranger et un pèlerin à la
recherche d’une patrie, mais dans
dans ce monde, je ne l’ai pas trouvé.

Comme les Gitans d’autrefois, je
parcours les chemins, les routes,
sans demeures fixes, même si
celle que j’ai aujourd’hui semble
l’être. Je suis prêt à reprendre
la route demain, l’évangile sous
le bras, la foi comme seul guide.
Jusqu’au jour où mon Seigneur
et sauveur trouvera bon de me
ramener à ma vraie maison !

 Patrick Etienne 

   

● Or la foi est l’assurance des
choses qu’on espère, et la
conviction de celles qu’on ne
voit pas. Car c’est par elle que
les anciens ont reçu témoignage.

● Or, sans la foi il est
impossible de lui plaire; car il
faut que celui qui s’approche de
Dieu croie que Dieu est, et qu’il
est le rémunérateur de ceux qui
le recherchent.

● Par la foi, il demeura dans la
terre de la promesse comme dans
une terre étrangère, demeurant
sous des tentes… Cohéritiers de
la même promesse; car il attendait
la cité qui a les fondements, de
laquelle Dieu est l’architecte et le
créateur.

● Tous ceux-ci sont morts dans
la foi, n’ayant pas reçu les choses
promises, mais les ayant vues de
loin et saluées, ayant confessé
qu’ils étaient étrangers et forains
sur la terre. Car ceux qui disent
de telles choses montrent
clairement qu’ils recherchent une
patrie; et en effet, s’ils se fussent
souvenus de celle d’où ils étaient
sortis, ils auraient eu du temps
pour y retourner; mais maintenant
ils en désirent une meilleure,
c’est-à-dire une céleste; c’est
pourquoi Dieu n’a point honte
d’eux, savoir d’être appelé leur
Dieu, car il leur a préparé une cité.

● Et tous ceux-ci, ayant reçu
témoignage par la foi, n’ont pas
reçu ce qui avait été promis, Dieu
ayant eu en vue quelque chose de
meilleur pour nous…

(La Bible, chapitre 11 de l’épître
aux Hébreux)

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel

Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message