Accueil Sois un ami Histoires vraies N°83 – Une belle histoire qui finit bien !

Histoires vraies N°83 – Une belle histoire qui finit bien !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Une belle histoire qui finit bien !

Elle accueille une sans-abri et mobilise un Président: une incroyable histoire à Moscou

Après quatre ans de vie sans papiers, cette habitante de Transnistrie coincée en Russie n’était plus qu’un fantôme: victime de la politique, sans-abris, elle vagabondait dans les rues de Moscou jusqu’à ce qu’une rencontre ne fasse tout basculer. Un grand cœur humain, la magie de Facebook et le Président moldave en personne cherchent à l’aider.

L’histoire de Tatiana Novikova, originaire de Transnistrie, cette république russophone autoproclamée coincée entre la Moldavie et l’Ukraine, ressemble à un conte fée où se mélangent l’indifférence, la politique, mais surtout la compassion.

C’est la moscovite Natalia Tchevalkova qui a révélé sur Facebook le chemin parcouru par Tatiana.

«Il y a une semaine, j’ai vu une femme propre sur soi assise sur un parapet face au bâtiment du ministère russe des Affaires étrangères, ce qui est très symbolique dans cette histoire. Mais je suis passée à côté», écrit Natalia sur le réseau social.

«Hier, je l’ai vue à nouveau, enveloppée dans ses vêtements, elle frissonnait de froid», poursuit la femme. Cette fois-ci, la moscovite n’a pu rester indifférente et a invité la sans-abri chez elle, balayant ses craintes.

Il s’est avéré que Tatiana était venue travailler en Russie il y a cinq ans. Un an plus tard, elle s’est fait voler ses papiers et c’est ainsi qu’a commencé sa longue série de malchances et sa vie de sans-abri. Le seul document qu’elle possédait désormais était une carte de migration expirée et en mauvais état, mais qui servait quand même de preuve que Tatiana Novikova n’était pas un fantôme, mais qu’elle a existé au moins jusqu’au 21 décembre 2017.

Natalia a alors pris les choses en main et s’est mise à frapper à toutes les portes pour faire avancer la machine bureaucratique. Tout cela en vain: le Service de l’immigration et l’Ambassade moldave en Russie se renvoyaient la balle, en faisant aller et venir les deux femmes entre ces instances, sans aucun succès.

«Le représentant de l’Ambassade moldave m’a écouté avec une attention avide, il a attendu que j’expire et m’a annoncé sur un ton particulier qu’il ne connaissait ni ce genre de passeport, ni l’État de Transnistrie, ce qui signifiait que les habitants de la Transnistrie n’existaient pas, en ajoutant « ne vous adressez plus à nous ». Fin du contact», écrit Natalia.

La diplomatie de la Transnistrie a elle aussi fait preuve d’impuissance. Invoquant l’absence de représentation à Moscou, elle a conseillé de contacter les mêmes Service de l’immigration et l’Ambassade moldave. La boucle était bouclée.

C’est alors que Natalia a lancé un appel à l’aide sur Facebook, où la magie du réseau social a semble-t-il porté ses fruits. Parmi les plus de 5.200 «j’aime» et les 415 commentaires figure un message laconique, mais particulièrement précieux, celui laissé par le Président moldave Igor Dodon: «Je l’ai pris sous contrôle. On va essayer d’aider»

Quant à Natalia, étonnée par l’écho qu’a eu sa publication, elle a écrit un nouveau message pour remercier ceux qui lui ont tendu la main:

«Les miracles arrivent. Imaginez-vous, être absolument invisible pendant quatre ans pour qu’un jour tant de gens non seulement y prêtent attention, mais tentent d’aider!»

 Patrick commentaire :

Ça, c’est le cœur de la foi, même quand tous vos sens essaient de vous prouver le contraire, vous continuez à croire, vous ne baissez pas les bras.

Cela fait des années que je dis cela partout où je vais : accrochez-vous une minute de plus, une heure de plus, un mois de plus, une année de plus !

Si vous croyez vraiment, Dieu va répondre à vos prières, d’une façon ou d’une autre. Il le doit et ne peut renier ce qui est écrit dans sa Parole.

Cela me rappelle l’histoire de ce brave homme qui pendant vingt ans avait prié pour son fils. Son fils était un voyou notoire, toujours impliqué dans des mauvais coups. Pendant vingt ans, son père chaque dimanche à l’office, priait pour que son fils se convertisse et change de vie. Un jour, quelqu’un avertit le père que son fils était à l’église, qu’il avait accepté Jésus comme son sauveur, et qu’il voulait changer de vie. Mais le père eut du mal à le croire, il fallut qu’il le voit lui-même pour enfin croire à ce miracle. Une vraie réponse à la prière !

Peut-être, si le père avait plus eu la foi que Dieu répond vraiment à la prière, il y aurait de grandes chances que la conversion de son fils se serait faite plus tôt. Mais Dieu dans sa miséricorde finit par répondre aux prières du père malgré sa faible foi.

Il y a une très belle histoire dans la Bible au sujet de cette femme qui avait une perte de sang pendant 12 ans et aucun médecin ne pouvait la guérir :

« Et une femme qui avait une perte de sang depuis douze ans, et qui, ayant dépensé tout son bien en médecins, n’avait pu être guérie par aucun, s’approcha par derrière (Jésus) et toucha le bord de son vêtement; et à l’instant sa perte de sang s’arrêta. Et Jésus dit: Qui est-ce qui m’a touché? Et comme tous niaient, Pierre dit, et ceux qui étaient avec lui: Maître, les foules te serrent et te pressent, et tu dis: Qui est-ce qui m’a touché? Et Jésus dit: Quelqu’un m’a touché, car je sais qu’il est sorti de moi de la puissance. Et la femme, voyant qu’elle n’était pas cachée, vint en tremblant, et, se jetant devant lui, déclara devant tout le peuple pour quelle raison elle l’avait touché, et comment elle avait été guérie instantanément. 

Et il lui dit: Aie bon courage, ma fille; ta foi t’a guérie; va-t’en en paix » (Luc, chapitre 8)

Il y a une très belle chose qui dit: « Dieu est toujours sur le trône et il continue de répondre à la prière »

Alors mes amis, même si vous sentez que vous n’avez pas la foi, où que vous manquez de foi, ne baissez pas les bras ; juste de prononcer son nom « Dieu », c’est déjà le commencement de la foi !

Il y a cette histoire du criminel qui fut crucifié à côté de Jésus,  et qui me met toujours des larmes aux yeux :

« Et l’un des malfaiteurs qui étaient pendus l’injuriait, disant: N’es-tu pas le Christ, toi ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi. Mais l’autre, répondant, le reprit, disant: Et tu ne crains pas Dieu, toi, car tu es sous le même jugement? Et pour nous, nous y sommes justement; car nous recevons ce que méritent les choses que nous avons commises: mais celui-ci n’a rien fait qui ne se dût faire. 

Et il disait à Jésus: Souviens-toi de moi, Seigneur, quand tu viendras dans ton royaume. Et Jésus lui dit: En vérité, je te dis: Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis » (Luc 23)

 Il crut, et Dieu le bénit pour cela ! Cela s’appelle le vrai repentir ; une chose que Dieu aime par-dessus tout ! Il y a beaucoup de gens au crépuscule de leur vie qui humblement se soumettent à lui et accepte le pardon du Christ.

C’est pour cela que j’ai choisi ce titre pour cette histoire vraie : « Une belle histoire qui finit bien ! »

L’histoire de votre vie, un jour prochain dans le futur, peut finir bien aussi ! Parce que Dieu vous aime et vous veut du bien !

 

 

 

 

 

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message