Accueil Sois un ami Histoires vraies N°43 – l’homme qui bougea la montagne

Histoires vraies N°43 – l’homme qui bougea la montagne

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

l’homme qui bougea la montagne

Dashrath Manjhi voulait désenclaver
son village isolé par la montagne. Alors
il s’est armé d’une masse et d’un burin
et, jour après jour, il a attaqué la roche.
Pendant vingt-deux ans !

L’histoire de cet indien né en 1934 est
à peine croyable. Elle est pourtant
authentique. Tout commence en 1960.
Dashrat Manjhi vit alors dans le petit
village de Gehlaur quand son épouse
Phaguni Devi tombe gravement malade.

Dashrat Manjhi décide alors
d’emmener sa femme à l’hôpital. A
vol d’oiseau, celui-ci n’est qu’à 13 km
de là. Mais pour l’atteindre à pied, il
faut contourner la montagne… Soit
un itinéraire de 79 km de long….

Malheureusement, Phaguni Devi ne
pouvait survivre à un voyage aussi long :
elle meurt en chemin… Pour son mari,
c’est le drame absolu. Un drame qui va
changer sa vie.

Bien décidé à ce que ce type d’injustice
ne se reproduise jamais plus, l’ouvrier
agricole s’est séparé d’une partie de ses
économies, a acheté une masse et un
burin, et s’est lancé, seul, dans l’un des
chantiers les plus fous de l’histoire.

Chaque jour, il est allé à la montagne
et a tapé dedans pendant des heures.
Son sacerdoce quotidien a duré
vingt-deux ans !

Pendant des années, tout le village a
crû que la mort de sa femme l’avait
rendu fou. Mais l’homme est parvenu
à ses fins : il a bel et bien percé un
chemin en travers de la montagne.
Sur six mètres de hauteur,
dix mètres de large et plusieurs
dizaines de mètres de long !
(environ 110 m)

Depuis, Gehlaur est désormais tout
proche de l’hôpital, mais aussi des
écoles et des entreprises voisines !
Pour le village, c’est une révolution.
Notamment pour les petites filles
qui peuvent enfin accéder à un
enseignement !

En fait, c’est toute une population
qui grâce à cette route, a accès au
développement !

Quant à Dashrat Manjhi, mort en
2007, plus personne ne le considère
comme un fou. Au contraire, tout
le monde lui rend grâce.

« Ils ne savaient pas que c’était
impossible, alors ils l’ont fait »
(Mark Twain)

************

Patrick Commentaire :

La foi c’est le nom du jeu, c’est
ce qui fait déplacer les montagnes,
c’est ce qui met des ailes à nos rêves.
Pas besoin de diplômes, pas besoin
haute éducation, pas besoin d’être
riche, vous avez juste besoin de croire !
C’est merveilleux ce que la foi peut
accomplir, même quand tous les
autres vous ont déserté et abandonné.
Si votre foi est réelle, vous continuerez,
vous n’abandonnerez pas, vous ne vous
laisserez pas dissuader, vous n’arrêterez
pas, jusqu’à ce que vous ayez atteint
votre but et que votre rêve soit accompli.

************

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message