Accueil Sois un ami Histoires vraies N°42 – Fidel Castro le rebelle

Histoires vraies N°42 – Fidel Castro le rebelle

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Fidel Castro le rebelle

Son enfance

Cuba est une grande île dans la mer des
Caraïbes. Les Cubains parlent espagnol
et une de leurs principales récoltes est la
canne à sucre.

Avant que Fidel Castro soit au pouvoir,
il y avait un très mauvais dirigeant qui
gouvernait l’île :
Fulgencio Batista Zaldívar
(1901-1973) Il était un homme politique
et un militaire. Il devint le Président de
Cuba entre 1940 – 1944.
8 ans plus tard, il retourne à Cuba aidé
par les Etats-Unis pour devenir un
dictateur brutal pour diriger l’île.
Mais en 1958, Fidel Castro met fin
à son régime brutal. Il finit sa vie en
exil, en Espagne.

Batista était un escroc, un ami de la mafia,
des voleurs et des gangsters ; une mauvaise
chose pour les gens de l’île. Non seulement
il était un cruel dictateur, mais aussi le chef
de la police.

Dans la campagne cubaine, vivait un jeune
garçon qui s’appelait Fidel Castro. Son
père était le propriétaire d’une grande
plantation de canne à sucre ; il était un
homme très riche.

Son père était comme beaucoup d’hommes
riches, il payait très mal les paysans qui
venaient pour faire la récolte et couper la
canne à sucre, pour la broyer après dans
un broyeur. Un travail dangereux.

Ces pauvres paysans pouvaient travailler
seulement 4 mois dans l’année, et le reste
du temps, ils devaient vivre misérablement
avec le peu qu’ils avaient.

Fidel Castro, enfant, aimait jouer avec les
autres enfants des pauvres fermiers. Il allait
souvent les voir dans leurs pauvres cabanes.

Ce qui le rendait triste, c’est de voir combien
ces gens étaient misérables et n’avaient pas
grand-chose à manger ; de voir aussi qu’ils
portaient des guenilles sur eux.

Fidel n’aimait pas du tout ce qu’il voyait. Il
était chrétien et il aimait beaucoup Dieu. Il
décida dans son cœur qu’il aiderait ces gens
pour qu’ils ne vivent plus dans de telles
conditions, et qu’ils aient de quoi se nourrir
proprement.

Pendant ce temps, Fulgencio Batista dirigeait
un gouvernement complètement corrompu et
cruel. Il y avait beaucoup de casinos, de
maisons de prostituées, et toutes sortes de
mauvaises choses qui opprimaient les pauvres
cubains.

Les gens riches de l’île offraient beaucoup
d’argent à ce dictateur pour qu’il les protège
et qu’il n’aide pas les pauvres, en construisant
pour eux des écoles et des hôpitaux.

C’est pour cela que Fidel Castro voulait
changer les choses, et il avait décidait de le
faire quand il serait plus grand, et
d’améliorer la vie de ces pauvres gens.

(Note de Patrick : C’est à cause de ce genre
gouvernement et d’oppression des pauvres
que beaucoup de gens se sont tournés vers
le communisme. Triste à dire, ils ont
supprimé une oppression, pour en mettre
une autre à la place.)

Début de sa carrière

Etant devenu un jeune homme maintenant,
Fidel Castro pensa que la meilleure façon
d’aider les pauvres gens de Cuba était de
devenir un avocat pour les défendre.

Il était un bon étudiant. Il étudia très
sérieusement jusqu’à l’université, pour
acquérir son doctorat et devenir avocat.

Il essaya de son mieux de passer des lois,
pour que les pauvres aient de meilleurs
salaires, de meilleures maisons, des écoles,
et des hôpitaux.

Mais il reçut une forte opposition des gens
influents et riches de Cuba, qui s’opposaient
à ce que les pauvres gagnent plus d’argent,
et que le gouvernement construise ces
bâtiments coûteux.

Cela rendit Fidel tellement en colère qu’il
finit par parler contre le gouvernement et
les riches de Cuba. Il dénonça que les lois
étaient en faveur des riches et contre les
pauvres.

La prison

Alors, il prit la décision de changer le pays,
le gouvernement, la police, l’argent, les
terres et les propriétés et les villes…Tout !
De donner enfin aux pauvres, ce qui leur
manquait.

Il commença sa propre révolution
pour se battre et défendre les pauvres,
appelant les gens dans des
rassemblements de protestation, pour
changer ces mauvaises conditions.

Mais le gouvernement dictatorial de
Fulgencio Batista le jeta en prison
pour avoir encouragé les gens à se
révolter et vouloir renverser le
gouvernement en place.
En prison, il rencontra beaucoup
d’autres partisans comme lui.

Tentative de renversement

En 1955, il fut relâché de prison et alla
au Mexique pour entraîner un groupe
de rebelles pour attaquer Cuba.

Fidel Castro attaqua Cuba, mais
beaucoup de ses amis furent tués,
et il dut s’enfuir dans les montagnes.

Ses amis le suivirent, et plus tard,
beaucoup d’autres gens qui voulaient
aussi se débarrasser de ce mauvais
gouvernement, le rejoignirent.
Bientôt, Fidel Castro fut à la tête
d’une grande armée, prête à se
battre pour cette cause.

Victoire finale de Fidel Castro

Fidel Castro et ses hommes finirent
par gagner cette révolution et de se
débarrasser pour toujours de ce
gouvernement qui opprimait les
pauvres cubains.

Quant au président, Fulgencio Batista,
Il réussit à s’enfuir de l’île dans un avion
avant que les hommes de Fidel puissent
l’attraper. Il s’envola avec tout l’argent
des caisses de son gouvernement et de
son propre peuple.

Il alla trouver refuge dans une grande
maison en Floride, aux Etats-Unis, chez
ses bons amis et bienfaiteurs. Il finit sa
pauvre vie misérable dans la crainte et
la peur pour mourir en Espagne.

Castro tenu sa promesse. Après qu’il eut
pris le pouvoir à Cuba. Il se débarrassa
des riches qui opprimés les pauvres, des
gangsters et de la mafia qui contrôlaient
le pays. Il construisit des écoles et des
hôpitaux. Castro prit la terre des riches,
pour la partager, en donnant un morceau
pour que chaque habitant puisse nourrir
sa famille et vivre une vie décente.

Il décida aussi, que chaque famille qui
aurait payé le loyer de sa maison ou
son appartement pendant 10 ans, qu’ils
deviendraient les propriétaires et qu’ils
n’aient plus de loyers à payer.

Il donna du travail à tout le monde,
pour qu’ils puissent avoir plus d’argent,
et assez de nourriture pour nourrir leurs
familles entières.

L’invasion ratée !

Mais les riches américains qui possédaient
auparavant beaucoup de bien à Cuba étaient
très en colère contre Fidel Castro et
complotaient déjà pour envahir l’île pour
reprendre le pouvoir.

Ils rassemblèrent en grande armée de
réfugiés cubains qui étaient venus se
réfugier in Floride.

Aidés par le gouvernement américain, ils
débarquèrent sur une plage appelait « La
baie des cochons », mais leur invasion
échoua et fut un terrible fiasco pour ces
rebelles, mais aussi pour les Etats-Unis.

A cause de cet échec cuisant, les Etats-Unis
devinrent si en colère contre Cuba, qu’ils
décidèrent de créer un embargo et de ne plus
vendre de nourriture aux Cubains, ainsi que
de ne plus vendre de médicaments ou de
matières de première nécessité.

Conclusion :

Castro a tenu un pari incroyable contre les
Etats-Unis, en refusant de se soumettre à
leur pouvoir despotique. Pendant plus de 54 ans,
Cuba a réussi à survivre en dépit des sanctions
inhumaines de ce pays qui se veut démocratique !

———————————————————–

Levée de l’embargo contre Cuba : pour la
première fois, les Etats-Unis s’abstiennent

(Le Monde.fr avec AFP | 26.10.2016 à 19h55)
Lors du vote annuel de l’Assemblée générale des
Nations unies sur l’embargo américain imposé à
Cuba depuis cinquante-quatre ans, les Etats-Unis
et Israël se sont abstenus.
Chaque année depuis 1992, l’Assemblée générale
de l’Organisation des Nations unies (ONU) vote
une résolution réclamant la fin de l’embargo
américain imposé à Cuba depuis 1962 ; chaque fois,
les Etats-Unis votent contre.
Mais pas cette année pour la première fois, les
Etats-Unis, ainsi qu’Israël, se sont abstenus.
L’Assemblée générale a donc adopté la résolution
mercredi 26 octobre à la quasi-unanimité de ses
193 membres (191 voix pour)

———————————————————–

L’isolement de Cuba « n’a pas fonctionné »
Cette annonce a suscité des applaudissements
nourris. Avant Mme Power, les ambassadeurs de
pays latino-américains, asiatiques et africains se
sont succédé pour dénoncer l’embargo.
Mme Power a également justifié ce changement
par un aveu d’échec : « La politique américaine
d’isolement envers Cuba n’a pas fonctionné ».
« Au lieu d’isoler Cuba (…), notre politique a
isolé les Etats-Unis, y compris ici à l’ONU »,
a-t-elle déploré.
———————————————————-

Patrick commentaire :

Savez-vous que Cuba fait partie des pays qui
a le plus de médecins diplômés par habitant ?
Fidel Castro a tenu ses promesses en donnant
une vie meilleure à ses habitants, en dépit des
sanctions des Etats-Unis.

Fidel était un homme de force, donc un homme
qui a fait des erreurs dans sa vie, et il le savait.
Il était loin d’être le leader parfait, mais son
cœur était à la bonne place, il aimait vraiment
son peuple et il était vraiment concerné pour
qu’ils soient heureux.

Bien que je ne sois pas communiste, j’ai une
très grande admiration pour cet homme
d’exception et de conviction.

Je crois vraiment qu’il aimait Dieu et que
Dieu l’aimait aussi. Il avait gagné un très
grand respect de toute la communauté
internationale ; ces obsèques l’ont démontré.

Il était aussi, l’un des hommes les plus haïs
par les Etats-Unis. Fidel est entré dans le
livre Guinness des records comme
«La personne qu’on a le plus souvent tenté
d’assassiner», soit 638 fois, selon un site
officiel cubain.

J’aimerais terminer ce blogue par ce verset
de la Bible qui l’honore si bien :

«  Le juste prend connaissance de la cause
des pauvres ; mais le méchant ne comprend
aucune connaissance » (Proverbe 29 : 7)

——————————————————

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Sois un ami
Je suis ce qu’on peut appeler un « Don Quichotte » de la plume. Ce qui fait qu’un écrivain devient un artiste, c’est qu’il découvre sa vraie personnalité dans ses écrits. Il n’est pas assujetti aux « On dit », où, « Il ne faut pas que j’écrive cela ». Il est vrai avec l’inspiration qui lui est donnée, pure dans ses pensées. Le prix d’une telle liberté est : « Si tu peux être vrai avec toi-même, tu ne peux être faux avec personne » Patrick Etienne
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message